Quelles zones d’invisibilité dans le débat sur le numérique au musée ?

Eva Sandri est maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication rattachée au département Information-Documentation de l’université Paul-Valéry Montpellier 3 (équipes de recherche LERASS et GRIPIC). Ses recherches portent sur les enjeux actuels de la médiation culturelle et sur l’imaginaire des dispositifs numériques au musée. Elle a récemment publié l’ouvrage : Les imaginaires numériques au musée, aux éditions MkF, 2020. Elle a également coordonné le Supplément : « Les injonctions dans les institutions culturelles : ajustements et prescriptions » dans la revue : Les Enjeux de l’information et de la communication, en 2019.

Le billet sur ce carnet constitue un extrait de la conclusion de l’ouvrage et a été reproduit ici avec l’aimable autorisation de l’éditeur. L’ouvrage peut être commandé directement sur le site de l’éditeur : https://www.editionsmkf.com/produit/imaginaire-numerique-musee/

Cet ouvrage s’appuie entre autres sur ses travaux de recherche menés  dans le cadre de sa thèse « L’imaginaire des dispositifs numériques pour la médiation au musée d’ethnographie » (thèse soutenue en 2016). Cette thèse est gratuitement accessible sur TEL : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01513541

« Il a été question dans cet ouvrage des thématiques fréquemment abordées lors des débats sur numérique au musée : discours prophétiques, vitalité des communautés professionnelles, approches solutionnistes, etc.

En revanche, j’ai observé peu de discours médiatiques reliant les technologies numériques au musée avec d’autres thématiques sociales actuelles.

En guise d’ouverture, voici une liste de quelques uns de ces points aveugles qui constituent des zones d’invisibilité de la recherche : les enjeux écologiques,  éthiques, sociaux et interculturels.

Certains de ces enjeux sont évidemment apparus dans les entretiens avec les enquêtés et dans les corpus journalistiques, mais ils ont  cependant été peu développés.

Leur place a parfois été estimée comme moins pertinente dans le débat, notamment en raison de leur aspect militant. Complétons alors le débat en se demandant ce que serait « un musée socialement et intellectuellement pertinent ? » (Winkin, 2020) une fois ces points
aveugles mis au jour.

Enjeux écologiques

Durant nos différentes enquêtes de terrain, la question du développement durable a été relativement peu abordée. Peu de locuteurs font mention des dimensions écologiques liées à ces dispositifs.

L’absence de discours sur les aspects écologiques des technologies peut s’expliquer par le fort imaginaire de la dématérialisation (Tardy et Jeanneret, 2007) qui accompagne les dispositifs numériques et qui mène à éluder la question de la pollution et du recyclage des outils.

Quand bien même les musées proposent de plus en plus d’expositions portant sur des thématiques écologiques ou sociales, une réflexion de fond sur les enjeux écologiques de l’acquisition de dispositifs technologiques est peu abordée.

Enjeux éthiques

Les enjeux éthiques sont également peu évoqués, alors même que les conditions de fabrication et de recyclage des technologies sont liées à des enjeux politiques forts, dus à l’extraction des minerais.

En République Démocratique du Congo des milliers d’enfants travaillent dans des mines de cobalt et de coltan situées près de zones de conflits armés. En Amérique du Sud, de nombreux conflits liés à l’accès à l’eau opposent les industries d’extraction du lithium
et les populations locales.

Enjeux sociaux et risques socio-professionnels

On peut également s’étonner du peu de discours portant sur les risques sociaux-professionnels liés aux technologies numériques. Les dispositifs numériques au musée impliquent souvent des contenus sonores diffusés en continu dans l’espace d’exposition.

La question de la pénibilité pour les gardiens de salle et les agents d’accueil est rarement abordée, tout comme celle des solutions à proposer.

Enjeux interculturels

De la même façon, certaines questions interculturelles liées à des discriminations sont abordées de façon partielle dans les discours sur l’imaginaire numérique au musée.

Bien que le numérique soit souvent présenté comme un moyen de rendre le musée plus inclusif et plus accueillant pour les différents publics (notamment les publics dits empêchés), les dispositifs numériques sont rarement mobilisés dans les débats qui évoquent les biais racistes et sexistes des musées.

Pourtant, de nombreuses actions militantes se développent en ligne, notamment sur Twitter et sur des blogs, pour envisager le musée comme des lieux politiques mettant en scène des rapports de pouvoir (souvent issus de la colonisation) et pour dénoncer des
pratiques discriminantes.

C’est le cas du mouvement Museum are not neutral, qui critique les biais idéologiques des musées et les problèmes interculturels qui en découlent (cartels racistes, enjeux de la restitution des oeuvres dans les pays d’origine, etc.). Ces initiatives visant à « décoloniser le  musée » (à travers le slogan : Decolonize my museum) ont nourri de longs débats sur les réseaux sociaux et ont amené à repenser la médiation culturelle de façon moins ethnocentrique.

Le compte Twitter Decolonize The Museum, interroge par exemple les façons de parler de l’esclavage et de la colonisation en faisant entendre la voix des personnes colonisées et de leurs descendantes. Ils débattent de ces questions sur les réseaux sociaux et organisent des conférences à ce sujet.

C’est également le cas du groupe des Guerilla Girls, constitué  d’artistes féministes qui dénoncent les inégalités envers les femmes et les personnes racisées dans le secteur culturel.

Ces mouvements, présents sur les réseaux sociaux, occasionnent de nombreux débats quant au rôle social des institutions culturelles. Pourtant, les discours médiatiques s’intéressent davantage à l’arrivée de dispositifs de médiation dits innovants et disruptifs qu’à ces repositionnements plus globaux de l’institution muséale (Sandri, 2016b).

Dans ce contexte technophile, le motif de la démocratisation culturelle revivifiée par le numérique se réduit parfois à un vœu pieux, circonscrit à certaines figures de publics. Les musées se veulent de plus en plus inclusif mais peinent dans certains cas à entendre les discours des personnes discriminées ou vulnérables (Paveau, 2017) et à débattre de ces enjeux.

Pourtant, exposer au musée des thématiques sensibles sans entendre les voix des concernés et sans varier les locuteurs relève d’une énonciation ventriloque (Paveau, 2016) où le musée parle à la place de, où il oriente d’emblée le débat.

Les institutions culturelles mettent un point d’honneur à orienter leurs discours et leurs pratiques au nom du public, mais quand une partie de ce public s’exprime en ligne de façon visiblement trop militante, il semblerait alors qu’il ne soit plus considéré comme le vrai public.

Il serait trop engagé pour être entendu. Il serait trop éloigné du visiteur modèle qui devrait être d’une neutralité tiède et prudente, et aller dans le sens des normes sociales dominantes (patriarcales, etc.).

La retenue de certaines institutions face à ces questions politiques montre qu’il y a encore du chemin à faire pour déconstruire le mythe de la neutralité des musées.

Certes, ces questions sont politiques. Mais la totalité des décisions des institutions culturelles sont politiques et résultent de choix idéologiques qui ne sont pas toujours débattus.

Pensons aux choix des grandes entreprises de devenir mécènes de fondations culturelles essentiellement pour obtenir 60% de déduction fiscale. Pensons à la fondation LVMH de Bernard Arnault qui a été financée en grande partie par de l’argent public.

Et pourtant, on observe davantage de réactions offensées envers le débat mené sur Twitter à propos de l’égalité au musée, qu’envers certaines stratégies de mécénat douteuses des grandes entreprises.

Mais l’intérêt croissant porté actuellement aux recherchées situées et à l’éthique du care, c’est-à-dire aux comportements valorisant les soins et l’attention portés à autrui (Laugier et Molinier, 2009) sera peut-être l’occasion d’éclairer plus avant ces dynamiques.

Par ailleurs, de plus en plus de chercheurs et de professionnels interrogent le rôle social des institutions patrimoniales et leur responsabilité face aux enjeux actuels : la crise écologique, la mémoire sociale, la représentation des migrants et surtout les diverses discriminations (racisme, antisémitisme, sexisme, LGBTI-phobie, postcolonialisme, validisme, etc.).

Le récent ouvrage Museum Activism (2019) dirigé par Robert Janes et Richard Sandell est un exemple éloquent des défis actuels des musées et du tremplin qu’ont constitué les réseaux socionumériques et les outils en ligne pour la mise en visibilité de ces combats.

Ces enjeux constituent autant de points aveugles du débat sur la technologie au musée que de pistes de recherche futures pour les professionnels, les chercheurs et les visiteurs. À nous de les éclairer. »

Références

JANES R., SANDELL R. 2019. Museum Activism. Londres : Routledge.

LAUGIER S., MOLINIER P. (2009). « Politiques du care » Multitudes, (n° 37-38). Consulté le 10 janvier 2018.

SANDRI E. (2016b). L’imaginaire des dispositifs numériques pour la médiation au musée d’ethnographie, Thèse en sciences de l’information et de la communication, Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse – Université du Québec à Montréal, Centre Norbert Elias.

PAVEAU M.-A. (2016). « Parler du burkini sans les concernées. De l’énonciation ventriloque », La pensée du discours [carnet de recherche]. En ligne : .Consulté le 30 décembre 2016.

PAVEAU M.-A. (2017). « Le discours des locuteurs vulnérables. Proposition théorique et politique », Cadernos de Linguagem e Sociedade, 18(1), p. 135-157.

TARDY C., JEANNERET Y. (sous la dir. de). (2007). L’écriture des médias informatisés : Espaces de pratiques. Paris : Hermès-Lavoisier.

WINKIN Y. (2020). Réinventer les musées ? Paris : MkF.

Eva Sandri

Eva Sandri est maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication à l'université Paul Valéry Montpellier 3 (équipes de recherche LERASS et GRIPIC). Ses recherches portent sur les enjeux actuels de la médiation culturelle et sur l’imaginaire des dispositifs numériques au musée. Elle a récemment publié l'ouvrage : "Les imaginaires numériques au musée", aux éditions MkF en 2020. Elle a également coordonné le Supplément : « Les injonctions dans les institutions culturelles : ajustements et prescriptions » dans la revue : Les Enjeux de l’information et de la communication, en 2019.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.