Livre blanc IA et monde du livre

L’intelligence artificielle dans le monde du livre – Livre blanc

René Audet est professeur titulaire au Département de littérature, théâtre et cinéma de l’Université Laval (Québec). Spécialiste de littérature contemporaine, de culture numérique et des enjeux numériques de l’édition, il dirige le pôle Québec du projet de recherche en partenariat « Littérature québécoise mobile ». Il a récemment coorganisé la Fabrique du numérique, événement en ligne à destination des acteurs et actrices du milieu de l’édition. Il est également intervenu sur la question des « arts littéraires », un secteur émergent des pratiques littéraires performatives, sur lequel un colloque international s’est récemment tenu.

Co-auteur du livre blanc sur l’intelligence artificielle et le monde du livre, Tom Lebrun est doctorant au Département de littérature, théâtre et cinéma de l’Université Laval ; il prépare une thèse sur les textes générés par intelligence artificielle. Il a publié plusieurs articles liés à ses recherches doctorales, dont un article sur les enjeux juridiques de l’apprentissage machine et un sur les types d’œuvres littéraires générées par intelligence artificielle.

couverture livre blanc IATom Lebrun et moi étions profondément agacés par l’état des discours sur l’intelligence artificielle (IA) quand venait le temps d’en envisager ses usages actuels ou possibles dans le large secteur du livre. Entre les cris horrifiés provoqués par un générateur de texte qui pourrait produire des articles quasi lisibles et le caractère jugé inaccessible des données liées à la mise en marché des livres, il nous apparaissait nécessaire d’apporter un éclairage d’ensemble sur le secteur du livre, de même que des précisions ponctuelles sur les possibilités et limites de l’intelligence artificielle.

L’intelligence artificielle dans le monde du livre est en effet une réalité. Elle n’est pas réservée aux plateformes de vente ou aux applications médicales. L’IA peut assister l’écriture, accompagner le travail éditorial ou encore aider le libraire. Elle peut répondre à des besoins criants ; malgré ses limites évidentes, elle permet d’envisager des applications inédites dans la chaîne du livre, qui font ici l’objet de recommandations précises. Nous souhaitons, avec ce livre blanc que nous rendons public, identifier des pistes d’action pour mettre l’IA au service des nombreux maillons du monde du livre.

« Dans ce milieu, où doivent être menées les réflexions utiles à la planification de l’avenir immédiat de ce créneau culturel, l’idée d’une concertation de certains de ses acteurs sur l’utilisation d’IA (voire l’éventuelle mise en commun des données collectées) est une piste à suivre. »

Cette concertation est appelée par nombre d’experts, qui témoignent dans ce Livre blanc des enjeux propres au contexte culturel actuel menacé par les géants du commerce :

« Si l’IA appelle une vigilance constante concernant son utilisation, il paraît important pour les acteurs du monde du livre de rester très attentifs aux avancées technologiques, tant à ce qu’elles pourraient bousculer qu’à ce qu’elles pourraient apporter. » (Virginie Clayssen, Éditis / Commission numérique du Syndicat national de l’édition, France)

Ainsi, « la voie dorée pour l’introduction d’IA, pensée comme intelligence augmentée, dans les différents maillons de la chaîne est sans aucun doute celle d’une exploitation des différentes données déjà disponibles ».

Une version française et une version anglaise sont disponibles pour téléchargement.


Ce livre blanc a été réalisé dans le cadre des activités du projet de recherche « Littérature québécoise mobile ». Financé par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH), ce projet de recherche en partenariat est dirigé par Bertrand Gervais (UQAM), et son pôle à l’Université Laval est placé sous la responsabilité de René Audet. Ce projet vise la mise en relation des divers agents du milieu littéraire en vue d’un approfondissement du savoir-faire et d’une prise en charge des outils numériques. Il répond à l’urgence du milieu québécois de se mobiliser autour des nouvelles plateformes et d’adopter le virage numérique.

Pour plus d’information : Charlotte Biron, coordonnatrice, LQM pôle Québec


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.