La production de contenus éditorialisés par les bibliothèques de lecture publique au prisme de la réception

Caroline Lamotte, agrégée de philosophie, a enseigné la philosophie et la culture générale avant de travailler en bibliothèque comme conservatrice des bibliothèques. Cet article s’appuie sur le mémoire d’étude qu’elle a réalisé de 2019 à 2020 dans le cadre de du Diplôme de Conservateur de Bibliothèques de l’Enssib, La réception des contenus éditoriaux et éditorialisés produits par les bibliothèques de lecture publique, dirigé par Nathalie Nosny, prochainement accessible en ligne sur le site de l’Enssib.

Les bibliothèques de lecture publique éditent depuis longtemps et maintenant éditorialisent[1] des contenus d’information et de médiation que Christelle di Pietro classe en deux grandes familles de produits documentaires : produits de signalement (listes de nouveautés, agenda, bibliographies…) et produits de synthèse (bases de signets, sélections thématiques, dossiers documentaires, articles de blog ou webzines).

Mais l’on remarque deux évolutions de cette production de contenus. La première est que les bibliothèques se sont adaptées aux formes du web en éditorialisant des blogs, des webzines et des vidéos sur des chaînes YouTube, et aux formats des réseaux sociaux en publiant posts et tweets.

La deuxième est qu’à côté de ces produits habituels de signalement et de synthèse, elles éditorialisent maintenant des contenus en lien avec l’actualité et les grandes questions de société, tels les webzines Balises de la BPI ou L’Influx de la Bibliothèque municipale de Lyon.

Or, ce type de productions d’actualité semble renouveler le rôle des bibliothèques autant que les soumettre à rude concurrence. Dans un paysage éditorial et informationnel déjà surabondant, dominé sur le Web par les YNiA (YouTube, Netfix, iTunes et Amazon), l’existence et le positionnement de cette activité de production de contenus posent question, au sein même de la profession.

Quelle légitimité, d’une part, ont les bibliothèques à investir ce champ plutôt dévolu, aux yeux des publics, aux médias d’information journalistiques et culturels, voire aux réseaux sociaux, et quelle valeur ajoutée face à la concurrence forte qui existe déjà ? Comment, d’autre part, garantir à ces productions une réception satisfaisante auprès des publics ?

Ces pratiques éditoriales se trouvent légitimées par deux grands principes, tous deux liés aux mutations du traitement de l’information nées de sa mise à disposition sur le Web, et au risque de désinformation qui l’accompagne.

Le premier fondement est documentaire : les informations étant tirées des ressources de la bibliothèque conçues par des auteurs académiques reconnus, le contenu se voit conférer une valeur ajoutée par rapport aux informations douteuses du Web ou des réseaux sociaux. Les publics interrogés dans le cadre du mémoire d’étude insistent sur ce point.

Le second principe de légitimation repose sur l’expertise informationnelle des bibliothécaires. Par la médiation que constituent ces productions éditoriales, les professionnels aident les publics à s’orienter dans la multiplicité des contenus à disposition en leur proposant des contenus jugés fiables et de qualité parmi les ressources du Web comme des collections.

La mise à disposition ne suffit en effet plus aujourd’hui face à l’abondance éditoriale et informationnelle. Les publics se trouvent déboussolés par cette pluralité et leur attention saturée, certains allant jusqu’à parler d’« overdose »[2].

L’éditorialisation de contenus apparaît donc, de ce point de vue, comme une activité à la fois légitime et nécessaire à la mise en œuvre d’une politique documentaire et participe, en ce sens, d’une mission de service public que les bibliothèques ont toujours exercée et qui leur confère leur identité : transmettre du savoir et former tout au long de la vie en proposant des contenus de qualité.

Mais si la bibliothèque paraît légitime dans cette tâche, encore faut-il que cette activité de production de contenus rencontre un public et que celui-ci s’en saisisse pour se constituer une représentation du monde, une culture, une identité… c’est-à-dire qu’il y en ait une réception.

Cette interrogation sur la réception s’inscrit dans une double réflexion en bibliothèque. La question de l’impact de cette production auprès des publics se trouve d’une part posée dans une logique d’estimation de la valeur sociale de la bibliothèque, de la pertinence des services rendus et de l’efficience des moyens mis en œuvre.

L’enjeu est pluriel : enjeu interne d’utilisation optimale des ressources et de positionnement des missions des agents, enjeu en intra de justification des ressources utilisées auprès des tutelles, enjeu externe de service public et de promotion de la bibliothèque auprès de ses usagers.

La prise en compte de la réception participe, d’autre part, de la mise au centre de l’usager depuis les années 1990 dans les bibliothèques. Il s’agit de partir des centres d’intérêt de l’usager ou de sa manière de se penser pour concevoir des produits qui puissent le toucher parce qu’ils lui correspondent, et non plus de proposer des contenus en partant du postulat qu’ils devraient trouver un public.

Or, le cadre de réception des contenus éditorialisés de bibliothèques, lequel conditionne tant les modalités de l’activité que son existence même, paraît aujourd’hui problématique.

L’environnement informationnel et numérique constitue en effet un « filtre ». Les bibliothécaires producteurs ont dû, pour se conformer aux habitudes numériques qui conditionnent la consultation des publics, s’adapter à de nouveaux formats impliquant de repenser les pratiques – des formats courts, une dimension audiovisuelle prégnante ou encore des niveaux de lecture individualisés.

Plus encore, face à la surcharge informationnelle ressentie et exprimée par certains usagers qui ne parviennent plus, de leur propre aveu, à absorber la quantité d’informations qui leur parviennent,  la réception des contenus de bibliothèque est perturbée voire entravée.

Cette surcharge pousse les publics interrogés non seulement à développer une lecture indicielle ou de balayage et à se construire des parcours de lecture, mais aussi à pratiquer un tri entre les contenus et entre les sources d’informations, la bibliothèque étant méconnue dans ce rôle de source.

« Jeter un œil » est l’expression qui ressort des entretiens, à la fois récurrente et emblématique du peu de temps ou d’investissement que les publics sont a priori disposés à consacrer aux produits éditorialisés de bibliothèque, et de l’enjeu qu’il y a pour les producteurs à proposer des contenus attractifs tant sur la forme que sur le fond.

Face à une attention rendue défaillante autant que sélective, visibilité et accessibilité des contenus constituent un problème crucial.

Des attentes existent cependant envers ces produits de bibliothèque, particulièrement nombreuses proportionnellement chez les 25-34 ans d’après les résultats d’une enquête quantitative en ligne[3]. Cette dernière montre qu’il ne s’agit pas seulement, pour les 39% de répondants (sur 730) qui se déclarent en attente, d’être au courant des nouveautés (17%) mais tout autant de se cultiver, de trouver des informations fiables (14%) et d’avoir un autre regard sur le monde que celui des médias (13%), ce qui constitue véritablement une valeur ajoutée des produits de bibliothèque par rapport à la concurrence éditoriale.

Or, ces attentes ne sont apparemment pas déçues puisque les répondants les trouvent utiles à plus de 70%. Une appropriation semble réelle, et se manifeste aussi bien par des idées de lecture, une acquisition de connaissances et un éveil de la curiosité que, de manière plus tangible, par l’envie de près de 80% des répondants de venir en bibliothèque découvrir des ressources et par l’emprunt de ressources valorisées dans ces productions.

Mais le public récepteur dévoilé par l’enquête n’est pas le « grand public ». Il s’agit de « super-usagers »[4], grands lecteurs, avides d’informations, adeptes des sites de partage littéraire à plus de 30%, fréquentant les bibliothèques plus que la moyenne (près de 40% y viennent au moins une fois par semaine).

Ces constats de terrain interpellent. En termes de positionnement de la stratégie éditoriale, qui veut-on toucher ? Il convient de réfléchir à la segmentation des publics et à l’adresse de ces contenus éditorialisés, tout autant qu’au canal de communication adéquat.

Vis-à-vis des tutelles, dans une logique d’évaluation des services en lien avec la recherche d’efficience des politiques publiques, la réception doit-elle être jugée satisfaisante dès lors qu’un public a été touché ou à partir de quel seuil ?

La seule collecte de statistiques est insuffisante et appelle à déterminer la jauge et les paramètres à considérer (question de format, de diffusion, ou d’adéquation aux attentes…), pour produire une évaluation propre à éclairer le pilotage de l’activité.

De plus, quel champ les bibliothèques veulent-elles occuper, que ce soit en termes de type de contenus à produire (contenus fouillés apportant une documentation rare sur le Web ou produits de synthèse courts) ou de terrain à occuper (rayonnement sur le Web, ce qui implique une stratégie de dissémination des contenus, ou audience locale auprès de publics qui connaissent leurs bibliothécaires et leur font confiance) ?

Différentes stratégies de production s’offrent mais face à la nécessité de rationaliser une production parfois pléthorique, nécessité liée aux contraintes budgétaires et humaines ainsi qu’à la priorité accordée, sur de nombreux territoires, à la programmation culturelle, les responsables d’éditorialisation ne peuvent plus éluder ces questionnements.

Ainsi l’analyse de la production éditorialisée de bibliothèque au prisme de la réception dévoile-t-elle une activité actuellement à la croisée des chemins, requérant une interrogation tant sur les moyens de ménager une réception que sur la ligne à adopter. L’objectif n’en reste pas moins clair, servir au mieux les publics.


Notes

[1] Ce terme désigne « les pratiques de publication et d’accessibilité des contenus sur le web ». Voir LABORDERIE, Arnaud. Editorialisation des bibliothèques numériques : le cas des essentiels de Gallica. Colloque International sur le Document Electronique : “ Documents et dispositifs informationnels à l’ère post-numérique ”, Université Paris 8 (Laboratoire Paragraphe), Université Paul-Valéry (Laboratoire LERASS-Céric), Université Lille 3 (Laboratoire GERiiCO), Montpellier, France, /11/2015 [consulté le 13/01/2020]. Disponible en ligne : <https://hal-bnf.archives-ouvertes.fr/hal-01239425>.

[2] Ce terme a été utilisé le 06/06/2019 par une dame à la bibliothèque de la Part Dieu lors de l’un des 39 entretiens menés à la Bibliothèque municipale de Lyon dans le cadre de l’étude de réception menée pour le mémoire d’étude de conservateur des bibliothèques.

[3] Enquête en ligne par questionnaire conçue dans le cadre du mémoire d’étude du diplôme de conservateur des bibliothèques et diffusée par 10 réseaux ayant accepté de collaborer à l’étude de réception, selon la modalité de communication qui leur convenait : réseaux d’Annecy, de Cergy-Pontoise, de Clermont-Ferrand, de Dole, de Lyon, de Montbéliard, de Mulhouse, de Paris, du Pays de Sommières et de Sarreguemines.

[4] L’expression est de Béatrice Pallud-Burbaud. Voir PALLUD-BURBAUD, Béatrice. Baromètre de satisfaction 2018. 2018, p.18. Disponible sur le Web : https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/68593-barometre-satisfaction-bml-2018.pdf.

Bibliographie

CERTEAU, Michel de. L’Invention du quotidien. Arts de faire. t. 1, Paris : Gallimard, 1990. ISBN : 2-07-032576-8.

DI PIETRO, Christelle (dir.). Produire des contenus documentaires en ligne : quelles stratégies pour les bibliothèques ?. Villeurbanne : Presses de l’enssib, coll. La Boite à outils, #30, 2014, partie 1.

EPRON, Benoît et VITALI-ROSATI, Marcello. L’édition à l’ère numérique. Paris : La Découverte, coll. Repères, n°706, 2018. ISBN 9872707199355.

EVANS, Christophe (dir). Lectures et lecteurs à l’heure d’Internet. Livre, presse, bibliothèques. Paris : éd. Cercle de la Librairie, 2011. ISBN 978-276-541178-9.

EVANS, Christophe. Petits vices et grandes vertus des études d’impact. Un point de vue sociologique. TOUITOU, Cécile (dir). La valeur sociétale des bibliothèques. Construire un plaidoyer pour les décideurs. Paris : Cercle de la Librairie, coll. Bibliothèques, 2017, p.73-83. ISBN : 978-2-7654-1534-3.

GALAUP Xavier. Eléments pour une évaluation de la médiation documentaire numérique. GALAUP, Xavier (dir.). Développer la médiation documentaire numérique [en ligne]. Villeurbanne : Presses de l’enssib, coll. Boîte à outils, #25, 2013 [consulté le 07/04/2019], p.113-116. Disponible sur le Web : <https://books.openedition.org/pressesenssib/705>. EAN électronique : 9782375460382.

NEWTON, Kristy et RIGGS, Michelle. Everybody’s talking but who’s listening? Hearing the user’s voice above thenoise, with content strategy and design thinking [en ligne].VALA : Libraries, technology and the future, VALA, Australia, 2016 [consulté le 22/01/2020], p. 1-16. Disponible sur le web : <http://ro.uow.edu.au/asdpapers/536>.

NOSNY, Nathalie. La Bibliothèque éditrice.  Bulletin des bibliothèques de France [en ligne], n°15, 2018 [consulté le 10/04/2019], p. 8-11. Disponible sur le Web : <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2018-15-0008-001>. ISSN 1292-8399.

POISSENOT, Claude. L’usager tel qu’il est. Argus [en ligne]. Vol. 44, n°2, 1998 [consulté le 14/04/2019], p.8-12. Disponible sur le Web : <https://images.sdm.qc.ca/fichiers/Public/2016/B674255.pdf>. ISSN 0315-9930.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.