Culture numérique : les pratiques informationnelles juvéniles – Compte-Rendu d’une intervention de Carine Aillerie à la faculté de Montpellier

Karine Moreau Bevilacqua détient une maîtrise d’histoire (1992) et un DESS informatique double compétence appliqué aux sciences sociales (1993 de l’Université de Grenoble. Après avoir passé le concours de professeur des écoles (1994), elle a enseigné pendant 20 ans en école primaire. Depuis 2016, Karine Moreau Bevilacqua est intégrée dans le corps des professeurs certifiés par liste d’aptitude en tant que professeure documentaliste. Elle est actuellement (2019-2020) inscrite dans le Master 2 Analyse des enjeux et des pratiques en information documentation à l’université Paul-Valéry Montpellier 3.

Carine Aillerie est enseignante-chercheure en Sciences de l’information et de la communication à l’Université de Poitiers (EA TECHNE 6316). Philosophe de formation, elle a été enseignante documentaliste dans l’enseignement secondaire et chargée d’études à la Direction R&D de Réseau Canopé.

Ce billet a pour objectif de proposer un compte-rendu d’une intervention de Mme Carine Aillerie qui s’est déroulée le mercredi 22 janvier 2020 à la faculté d’éducation de Montpellier dans le cadre des journées universitaires des professeurs documentalistes organisées par Cécile Raynal, formatrice MEEF à la faculté d’éducation de Montpellier, et Céline Paganelli, enseignante-chercheuse en sciences de l’information et de la communication à l’université Paul-Valéry Montpellier 3. Carine Aillerie est intervenue sur les notions de culture informationnelle et culture numérique. Elle s’est intéressée plus précisément aux pratiques juvéniles d’information, mettant l’accent sur leur hétérogénéité.

Elle s’interroge sur la place du numérique dans la culture  informationnelle, ainsi qu’aux enjeux liés à la scolarité. Elle aborde ainsi les implications des pratiques numériques du point de vue des élèves, mais aussi des enseignants, en ouvrant le débat sur les nouvelles pratiques pédagogiques.

Carine Aillerie a articulé son propos autour de trois points. Après un préambule dans lequel elle précise les termes de culture numérique et culture informationnelle, replaçant ces notions dans leur contexte historique, elle aborde les pratiques informationnelles, et plus  précisément celles des jeunes, mettant l’accent sur leur  hétérogénéité.

La seconde partie de son intervention étudie le rôle informationnel des réseaux sociaux numériques, et questionne la place du numérique dans les pratiques informationnelles des jeunes.

Elle termine en abordant les modèles d’évolution pédagogique.

Préambule

La culture numérique désigne un phénomène social et technique qui permet de transmettre la connaissance, elle témoigne de notre rapport au monde.

C’est dans ce contexte de culture numérique que se situent les pratiques juvéniles. La culture informationnelle introduit les notions de choix et de tri de l’information, rendant ainsi les usagers possiblement acteurs de cette culture.

Le numérique, en modifiant les intermédiaires entre les individus et l’information, impose donc de nouveaux comportements. Les usages informels, qui sont de plus en plus valorisés, questionnent ainsi la notion de compétence.

Pratiques informationnelles : de quoi parle-t-on ?

S’appuyant sur les auteurs majeurs du sujet ( Kuhn [1], Le Coadic [2], Jouët [3]), Carine Aillerie aborde la question par la sociologie des usages.

De ce point de vue, nous assistons à un changement de paradigme. La question n’est plus de savoir ce que font les médias aux individus, mais ce que les individus font des médias. S’intéresser aux pratiques, et pas seulement aux usages, c’est s’interroger sur le sens donné par l’acteur lui-même à l’utilisation d’un dispositif informationnel.

Le terme de pratiques englobe les comportements, les représentations et les attitudes informationnelles. Trois approches sont évoquées :

(1) Les pratiques informationnelles comme pratiques culturelles par nature. La culture étant envisagée ici au sens anthropologique, c’est à dire comme étant « l’ensemble des activités de consommations ou de participation liées à la vie intellectuelle et artistique » (Coulangeon, 2005) [4]. Elle participe ainsi à la définition d’un style de vie.

(2) Les pratiques informationnelles et médiatiques, qui concernent les pratiques relatives aux médias d’information et de presse. La  question étant ici de savoir comment apprendre aux jeunes à maîtriser l’environnement médiatique, comprendre et traiter le flot des informations.

(3) Enfin, les pratiques informationnelles sont décrites comme potentiellement numériques . La translittératie permet de penser, de réfléchir sur l’articulation des différents sens du mot information (knowledge, news, data). C’est une grille de lecture qui permet de comprendre les pratiques informationnelles et de prendre en compte ce qui ne relève pas uniquement du numérique.

Les pratiques informationnelles des jeunes

Les pratiques informationnelles juvéniles ont largement été étudiées. André Tricot et Nicole Boubée [5] ont remis en cause le modèle expert/novice, en montrant qu’il n’y avait pas de bonnes façons de pratiquer.

Les chercheurs se sont alors davantage intéressés aux conséquences de ces pratiques, donnant ainsi de « l’épaisseur » aux pratiques en construction (Jeanneret, Souchier, LeMarec, 2003 [6]).

Nombreux travaux ont également contribué à déconstruire la notion de Digital Native de Prensky (2001) [7], encore très présente. Si les pratiques évoluent avec l’âge, les écarts tendent cependant à se lisser entre les générations.

Plusieurs paramètres sont à prendre en compte pour appréhender les pratiques informationnelles des jeunes :
• L’appétence pour les « nouvelles » technologies;
• Les « nouvelles » capacités cognitives et aisances manipulatoires;
• La « Culture de la chambre » : la chambre des adolescents et préadolescents est devenue un espace clé dans leur socialisation par l’intermédiaire de l’ordinateur et d’internet (Livingstone,2001; Glévarec, 2009)
• L’hétérogénéité des usages (Robinson et al, 2O15 ; Boyd, 2014);
• La logique de cumul (Donnat, Baudelot);
• Les inégalités numériques et sociales. Les enjeux liés aux pratiques informationnelles des jeunes sont fondamentaux en termes de formation, de compétences et d’émancipation des individus, notamment au travers de l’acquisition de compétences clés, utiles tout au long de la vie.

Mais les pratiques informationnelles des jeunes sont surtout marquées par leur hétérogénéité. Si les jeunes utilisent les mêmes outils, ils ne les exploitent pas de la même manière.

Suivant le contexte,  les compétences acquises par une personne ne vont pas engendrer les mêmes bénéfices. Carine Aillerie insiste ici sur le rôle déterminant de l’investissement personnel dans l’activité de recherche.

Ainsi certains élèves ne font pas le lien entre les recherches contraintes, dans le cadre scolaire notamment, et les procédures de recherche qu’ils peuvent mettre en œuvre dans le cadre de recherches personnelles.

La place des réseaux sociaux numériques dans la culture informationnelle

Les enquêtes montrent que les réseaux sociaux sont de plus en plus cités comme mode d’information chez les jeunes.

D’après Aillerie et McNicol (2016) [8], les informations les plus recherchées sur les réseaux sociaux numériques concernent les informations en lien avec les amis, les informations culturelles, et en troisième position, les actualités (news). Mais si les relations sociales sont prépondérantes, les jeunes interrogés utilisent aussi les réseaux sociaux pour chercher de l’information  en lien avec le travail scolaire.

On observe une sorte d’hybridation entre les activités sociales et les préoccupations liées aux apprentissages. En ce qui concerne les outils, l’utilisation des plates-formes vient se superposer aux outils institutionnels créant ainsi la notion d’ « espaces intermédiaires » (Cottier& Burban, 2014).

Aucun résultat d’étude ne permet cependant de mettre en évidence de réels bénéfices de ces usages sur les performances scolaires. Mais les pratiques informationnelles des jeunes ne sont pas uniquement numériques.

La documentation papier reste importante (ouvrages, prise de notes, révisions), 70 % des jeunes [9] déclarent aimer lire, et surtout, le rôle des pairs dans la recherche d’information tend à être renforcé. Face au flot d’informations, de plus en plus de personnes s’informent en demandant aux autres.

Concernant les étudiants du supérieur, sont pointées la  méconnaissance des catalogues des bibliothèques et les difficultés à engager et organiser une recherche.

L’utilisation des outils numériques, souvent les mêmes, reste limitée à la recherche documentaire. Ils sont peu utilisés pour rédiger ou réviser alors que la parole de l’enseignant reste prépondérante.

L’évolution des modèles pédagogiques de la recherche d’information

Pour répondre à l’évolution de ces pratiques, les modèles de la recherche d’information pédagogiques tendent à sortir d’un modèle linéaire.

Les nouveaux modèles s’orientent vers les modalités de l’enquête, de l’investigation. Ils font appel à la mobilisation d’une multiplicité de sources (numériques ou non numériques).

La méthodologie, l’analyse des processus de recherche, à travers les carnets de recherche notamment jouent un rôle de plus en plus important par rapport à la production finale, le résultat étant jugé moins important que la manière d’y parvenir.

Références

[1]  Thomas S. Kuhn. La structure des révolutions scientifiques. Paris : Flammarion éditeur, DL 1972.

[2] Yves-François Le Coadic. Usages et usagers de l’information. Paris : ADBS : Nathan. 1997

[3] Josianne Jouet. Retour critique sur la sociologie des usages. Réseaux. Vol. 18. no. 100. p. 487-521

[4] Philippe Coulangeon. Sociologie des pratiques culturelles. Paris : La Découverte, 2005

[5] Nicole Boubée, André Tricot . L’activité informationnelle juvénile.  Paris : Hermès Lavoisier, 2011

[6] Yves Jeanneret, EmmanuëlSouchier, Joëlle Le Marec. Lire, écrire, récrire : objets, signes et pratiques des médias informatisés. Paris, BPI, 2003

[7] Marc Prensky. Digital Natives Digital Immigrants.  From On the Horizon. MCB UniversityPress, vol.9, n°5, October, 2001

[8] Aillerie, K. & McNicol, S. (2016). Are Social Networking Sites information sources: Informational purposes of high-school students in using SNS?. Journal of Librarianship & Information Science. 1(12), 2-12.

[9] IPSOS & CNL, Juin 2016. Les jeunes et la lecture. URL : https://web.archive.org/web/20161020161242/https://centrenationaldulivre.fr/fichier/p_ressource/8468/ressource_fichier_fr_les.jeunes.et.la.lecture.etude.2016.06.27.ok.pdf


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.