« Ce que le numérique fait aux livres » : conférence de Bertrand Legendre le 24 octobre 2019 – Montpellier

Karine Moreau Bevilacqua détient une maîtrise d’histoire (1992) et un DESS informatique double compétence appliqué aux sciences sociales (1993 de l’Université de Grenoble. Après avoir passé le concours de professeur des écoles (1994), elle a enseigné pendant 20 ans en école primaire. Depuis 2016, Karine Moreau Bevilacqua est intégrée dans le corps des professeurs certifiés par liste d’aptitude en tant que professeure documentaliste. Elle est actuellement (2019-2020) inscrite dans le Master 2 Analyse des enjeux et des pratiques en information documentation à l’université Paul-Valéry Montpellier 3.

La conférence de Bertrand Legendre a eu lieu le 24 octobre 2019, dans le cadre d’un séminaire NumeRev, et à l’occasion de la sortie de son dernier livre : « Ce que le numérique fait aux livres » publié aux éditions PUG.

NumeRev est un programme scientifique, dirigé par Lise Verlaet, visant à développer et promouvoir les pratiques informationnelles et communicationnelles, soutenir l’édition scientifique dans ce domaine, et réfléchir sur les possibilités offertes par le numérique.

La conférence s’adresse aux étudiants et aux professionnels du livre, et propose une réflexion sur le développement du numérique et ses implications, notamment dans le domaine éditorial.

Bertrand Legendre est professeur en sciences de l’information et de la communication à l’université Paris 13. Responsable du Master Politiques éditoriales, il dirige le LabSIC et le laboratoire d’excellence ICCA (industries culturelles et création artistique).

Vous pouvez revisionner la conférence ici :

L’auteur a fait le choix de traiter le sujet autour de deux lignes de force : l’hybridation des rôles dans un premier temps ; en abordant d’une part l’hybridation des fonctions éditoriales et auctoriales, puis celle des fonctions critiques et promotionnelles d’autre part.

Dans une seconde partie de l’exposé, il propose d’observer la redistribution des cartes et le renouvellement du paysage éditorial engendrés par le développement du numérique.

Première partie de l’exposé

Les phénomènes d’hybridation

Le premier point abordé est celui de l’autoédition.

Avec l’autoédition, l’auteur devient un entrepreneur. Cela entraîne une instabilité des rôles entre auteur et lecteur. Ainsi, l’autoédition apparaît comme un dispositif de prépublication.

La publication devient une sorte de banc d’essai pour les éditeurs. Parallèlement à cela, le mouvement de best-sellerisation, amplifié par les campagnes promotionnelles, pose le problème de la diversité.
On se retrouve face au paradoxe suivant : la numérisation ouvre l’offre au plus grand nombre, mais limite aussi la diversité culturelle.

Le second point est concerne le rôle des plates formes d’écriture et la question de la légitimité.

Beaucoup d’utilisateurs de ces plates-formes ne se définissent pas forcément comme des auteurs. Il existe une sorte de continuum entre le lecteur et l’auteur. Par ailleurs, l’écriture est souvent perçue
comme une activité ludique et la question de la légitimité culturelle perd alors de sa valeur.
Sur ces plateformes, le statut des textes est très particulier : ils sont conçus sur un mode collectif. Certaines de ces plates-formes commencent à s’intégrer à la chaîne du livre.

Enfin, l’auteur observe l’évolution des livres du secteur du savoir.

Dans ce secteur, le numérique opère plusieurs types de glissement. De l’expert vers le contributeur tout d’abord, sur le modèle de Wikipédia. De l’éditeur vers l’industrie du logiciel, par un phénomène de concentration qui sera développé plus loin dans l’exposé et enfin de l’encyclopédie vers le web, du fait de la multitude des ressources disponibles sur le net.

Cependant si le modèle évolue, certains labels résistent comme Larousse, Universalis, Britanica, qui arrivent à se faire une place dans le numérique, souvent en cherchant de nouveaux modèles
économiques tels que le système d’abonnement.

Les problématiques liées au glissement vers le numérique

Ces phénomènes d’hybridation engendrent un certain nombre d’interrogations.

Par rapport à la fonction de l’éditeur tout d’abord. Dans ces nouvelles pratiques, la correction et la mise en page sont déléguées aux auteurs, rendant ainsi l’édition plus accessible.

On observe également une diversification de la fonction éditoriale, notamment à travers l’émergence de nouvelles structures éditoriales et de leur positionnement critique.

On assiste au développement des publications scientifiques au sein d’une multitude de structures, (les laboratoires), ce qui pose le problème de la légitimité. La multiplication des productions scientifiques entraîne un besoin de labellisation.

Ainsi, pour accroître leur légitimité, les grandes plates-formes de contenus scientifiques (comme Cairn ou OpenEdition) développent de nouveaux services de promotion qui rendent accessibles les publications au niveau mondial, tels que les moteurs de recherche, les systèmes de traitement des métadonnées, les carnets de recherche…

Intermédiaires entre auteur et lecteurs, les plates-formes s’imposent dans la chaîne de production et de diffusion scientifique en tenant l’essentiel de la fonction éditoriale à distance.

Enfin, on observe une évolution du statut d’auteur vers celui d’auteur-payeur.  Ce modèle d’auteur-payeur tend à se renforcer au fur et à mesure où s’affirme le rôle des instances d’évaluation et des classements internationaux qui exacerbent la concurrence entre établissements.

Le financement et la publication scientifique se font de plus en plus au sein des structures de recherche (et de moins en moins par l’état et les maisons d’édition) et cela implique des publications de plus en plus spécialisées et donc un public de plus en plus restreint.

L’appel de Jussieu (2017) dénonce le modèle économique de l’APC et les modes de financement des publications qui ont un impact direct sur les travaux de recherche dans les labos. Ainsi, ce système favorise la formation de grands groupes, car ils ont plus de moyens financiers.

Deuxième partie de l’exposé

La seconde partie de l’exposé explore la manière dont le numérique réactive un phénomène de concentration, en suscitant des rapprochements avec d’autres filières culturelles (comme par exemple le jeu) ou même non culturelles, comme celui de la communication.

L’auteur se demande dans quelle mesure la pépinière du livre est renouvelée par de nouveaux entrants.

Enfin, il pose la  question des modèles de répartition de la valeur qui se met en place avec le développement du numérique.

La redistribution des cartes

Le premier point évoqué est celui de la concentration au sein de la filière du livre.

Ce phénomène s’illustre essentiellement par le développement du secteur du jeu vidéo au sein de la filière, et est profondément marqué par la mondialisation.

Ce mouvement de rapprochement des éditeurs avec les jeux vidéo intervient alors que le marché du livre numérique est plutôt en baisse. Il apparaît que le jeu vidéo constitue ainsi une partie de l’avenir du monde du livre.

Le second point est celui du renouvellement du paysage éditorial et aborde la question des pépinières et des grands groupes d’édition.

Le numérique permet-il de renouveler le paysage éditorial ? Une étude montre que le numérique a eu une influence sensible sur la création de maisons d’édition.

Le numérique est intégré dans les pratiques des maisons d’édition, dans les techniques de production, mais aussi surtout utilisé comme outil promotionnel.

Ainsi, les mutations essentielles se situent surtout sur le versant commercial de l’activité. On assiste donc, malgré le numérique, au maintien du schéma de l’oligopole et de la fourmilière.

Enfin, l’auteur évoque le cas des pays émergents. On aurait pu penser que le numérique favorise la production éditoriale dans les pays émergents, mais l’hypothèse n’est qu’en partie vérifiée : le numérique a surtout favorisé le développement de productions à faible diffusion (la littérature hors best-seller, la poésie, les sciences humaines…) ainsi celles liées aux les technologies éducatives.

La production éditoriale est surtout permise par le développement de la téléphonie mobile. Ces pays souffrent en effet de problèmes d’équipement et d’accès au réseau.

Les mutation de la chaîne du livre

Dans la dernière partie de son intervention, Bertrand Legendre présente six  modèles de répartition de la valeur qui remettent en question toute la chaîne du livre numérique.

Organisation de la chaîne du livre numérique - Bertrand Legendre
Organisation de la chaîne du livre numérique – Bertrand Legendre

 

On voit donc que la redistribution des cartes est bien à l’œuvre à travers la mondialisation qui pousse à mettre en place des formes de concentration.

Les phénomènes d’hybridation au sein de la filière du livre bouleversent les fonctions des différents acteurs. L’évolution des modèles économiques nous interroge sur la légitimité du système de publication mondial.

Tous ces éléments engendrent une sorte de disqualification des industries culturelles traditionnelles qui se voient souvent obligées de se placer sous domination technologique et financière des autres industries.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.