Appel a articles – « Médiations et usages sociaux des savoirs et de l’information. Regards croisés France-Brésil »

Calendrier

  • 12 juillet 2020 : soumission des résumés pour évaluation
  • 24 août 2020 : notification de l’acceptation ou du refus
  • 24 novembre 2020 : remise de la version complète des articles
  • 15 mars 2021 : réception des versions définitives des articles
  • Décembre 2021 : publication du dossier dans le numéro 57 d’Études de Communication

Dossier coordonné par Viviane Couzinet (Université Toulouse III-Paul Sabatier, France) et Regina Marteleto (Ibict-Université Fédérale de Rio de Janeiro, Brésil).

Ce numéro d’Études de communication offre l’opportunité aux chercheurs et doctorants en France et au Brésil de croiser leurs regards sur la question des médiations et des usages sociaux des savoirs et de l’information. Tout en poursuivant le travail engagé par le réseau franco-brésilien MUSSI (Médiations et usages sociaux des savoirs et de l’information), l’appel à articles s’adresse, plus largement, à l’ensemble de la communauté scientifique.

Le réseau a été initié dans la lignée des fondateurs francophones du champ de l’information-documentation, Otlet, Meyriat, Estivals, Escarpit et d’autres qui les ont suivis, de la consolidation du champ de la recherche en S.I. dans les deux pays à partir des années 1990, et de la vision commune des chercheurs français et brésiliens de l’objet informationnel dans des problématiques culturelles, sociales et politiques.

Depuis 2008, et à la suite de la maturation des débats, des idées développées au cours des rencontres, d’études conjointes, de publications en commun, ce collectif propose un dialogue élargi autour de son champ théorique et méthodologique. Ce champ s’articule autour d´axes thématiques qui couvrent les dimensions épistémologiques, culturelles et pratiques du champ informationnel.

Le concept de médiation est omniprésent dans plusieurs disciplines des sciences anthroposociales et montre son utilité pour comprendre les processus de circulation des objets culturels et leurs dimensions symbolique et technique à l’époque actuelle (Jeanneret, 2009). En sciences de l’information, on peut souligner sa mission de clarification de tels phénomènes, à travers les médiations documentaires (Couzinet 2009) c’est-à-dire celles qui reconnaissent et certifient les réseaux d’acteurs présents dans les modes de production, de circulation et d’appropriation des savoirs dans le domaine de la science, de la technique ou de la culture, désormais également numérique (Davallon, 2012).

Dans ce contexte, il est nécessaire de reconnaître le poids de la technologie dans l’interrogation de la culture contemporaine. Le concept de « culture » est accepté comme ensemble des formes historiques qui président à la production, circulation et appropriation sociale d’idées, d’objets, de sens et des symboles propres aux savoirs et aux pratiques de chaque groupe social pour lesquels elles constituent un patrimoine (Marteleto, 2016).

Dans ce sens, pour comprendre les médiations selon la trajectoire proposée ici, il est important d’insérer la problématique de l’information-communication-documentation en même temps dans une « épistémologie compréhensive » et dans une « direction politique », à la recherche d’un sens émancipateur face à l’hégémonie du marché des médias transnationaux (Sodré, 2006).

Pour ce faire, il est question d’observer le lien qui peut s’établir entre la création de dispositifs techniques et matériels, d’une part, et d’autre part les pratiques de la culture et de la mémoire individuelle et collective, savantes et du sens commun (Jeanneret, 2011). La notion de dispositif est entendue ici comme un agencement d’éléments inscrits dans un projet dont il est possible de mettre au jour les effets, les enjeux et les contraintes dans une situation sociale donnée.

Si le dispositif fait intervenir des techniques il fait aussi intervenir des humains (Couzinet, 2009). Qu’ils soient dispositifs primaires ou dispositifs secondaires en tant qu’objets concrets ils assurent la médiation entre d’autres objets concrets produits par des émetteurs producteurs d’information et des récepteurs usagers d’information. Par ailleurs production et usages soulèvent des problèmes éthiques, juridiques et politiques.

Les phénomènes sociaux et techniques de la médiation et les usages sociaux des savoirs et de l’information sont ainsi au cœur de ce dossier thématique. L’interrogation qui s’est développée en sciences de l’information autour des objets info-communicationnels a conduit à inclure des disciplines visant à souligner ses contours afin d’en affirmer sa légitimité académique.

Il en est ainsi de la bibliologie (Estivals, 1993 ; Saldanha, 2015). Afin de contribuer à la progression de la réflexion et parallèlement à l’analyse de processus culturels et symboliques impliquant des informations et des savoirs, selon des perspectives croisées ou comparatives, ce dossier inclut également des analyses des processus d’institutionnalisation des Sciences de l’information.

À partir des médiations et des expériences socio-subjectives de circulation et d’appropriation de l’information et du savoir, un ensemble de concepts et de questions deviennent fondamentaux dans les études d’information et de communication. Ces concepts et questions constituent également la centralité thématique de ce dossier.

Parmi ceux-ci, on peut identifier dispositifs d’information, relations entre connaissance, savoirs et information, culture numérique, écriture numérique, dispositifs info-communicationnels, vie sociale des objets culturels, pratiques métalinguistiques de représentation des savoirs, patrimoine et patrimonialisation, mémoire et institutions d’information, telles que les musées, les archives, les bibliothèques, les centres de documentation ou d’interprétation.

Le dossier propose de développer trois axes thématiques :

  1. Épistémologie et interdisciplinarité de la construction des concepts de connaissance, savoir et information dans le champ d’étude de l’information, institutionnalisation des sciences de l’information et la place de la recherche sur les médiations et les usages sociaux de l’information.

  2. Information et processus culturels et symboliques : technologies de communication et d’information et modes de réception, langages et écritures dans différents espaces institutionnels et numériques. Lecture, textualité et mémoire : théories, pratiques, actions et politiques.

  3. Défis pour l’organisation des savoirs multi-inter-trans-disciplinaires face aux transformations de la science et de la société : aspects éthiques et politiques de la production, de l’organisation et de la représentation des connaissances.

Sélection des propositions

La sélection des propositions de contribution se fait en deux temps :

  • sur la base d’un résumé de 1 500 à 2 000 mots qui présentera les objectifs, l’argumentation et l’originalité de la proposition ainsi que quelques orientations bibliographiques,

  • pour les résumés retenus, une seconde évaluation sera réalisée sur la base des articles définitifs.

Les instructions aux auteurs, à respecter scrupuleusement, sont disponibles sur le site de la revue : https://journals.openedition.org/edc/668.

L’évaluation sera assurée de manière anonyme par au moins deux lecteurs du comité.

L’envoi des résumés au format Word (.docx) ou OpenDocument (.odt) se fait au plus tard le 12 juillet 2020 aux deux adresses suivantes :

Les propositions d’articles et les articles définitifs d’une longueur de 35 000 à 40 000 signes (espaces, notes de bas de page et bibliographie compris) peuvent être soumis en français, en portugais ou en anglais.

Les articles définitifs sont publiés en français pour la version papier du numéro de la revue, et en portugais et anglais, et français pour la version électronique. Aucun engagement de publication ne peut être pris avant la lecture du texte complet.

URL de l’appel : https://journals.openedition.org/edc/9904


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.