Le système de publication et de reconnaissance scientifique est hacké

Ceci est la traduction de l’entretien mené par Ulrich Herb auprès du journaliste scientifique Leonid Schneider à propos des paper mills, ces entreprises (« usines ») où l’on peut commander des articles falsifiés pour une publication dans des revues scientifiques.

Cet interview a été précédemment publiée en allemand dans le magazine en ligne Telepolis : https://www.heise.de/tp/features/Das-wissenschaftliche-Publikations-und-Reputationssystem-ist-gehackt-4701388.html

[Ulrich Herb] M. Schneider, vous avez étudié les dysfonctionnements du système scientifique, en particulier dans le domaine de l’édition, pendant de nombreuses années sur votre blog forbetterscience. Le phénomène des paper mills représente une nouvelle curiosité. Pourriez-vous nous expliquer brièvement en quoi consistent ces « usines d’articles » ?

[Leonid Schneider] Une paper mill est un prestataire de services, tout comme les sociétés de rédaction qui vendent des mémoires et thèses falsifiés aux étudiants (essay mills). Mais les clients des paper mills sont des universitaires et des médecins. En tant que client, ils y commandent un article scientifique qui correspond à un thème de leur domaine de recherche. L’article, écrit par des ghost writers, propose des résultats scientifiques complètement inventés et des données totalement erronées.

À première vue, les paper mills offrent un service complet : l’article n’est pas seulement écrit, mais il est aussi soumis à la revue, évalué par des pairs (peer review) avec, si nécessaire, l’envoi d’autres données fictives. On ne sait pas très bien si ces rédacteurs de revues corrompus sont à la solde des paper mills, mais c’est fort probable, car certaines revues semblent particulièrement touchées.

Ces « usines d’articles » prennent l’identité de l’auteur, c’est-à-dire du client, y compris avec des adresses électroniques fantômes. Le client n’a rien d’autre à faire que de payer et se retrouve avec une étude scientifique publiée dans une revue internationale sans avoir fait de recherches pour cela.

Toutefois, il ne faut pas confondre cela avec les prestataires de services qui se contentent de proposer de rédiger le document selon les spécifications du client à partir de ses données de recherche réelles. Dans ce cas, le client soumet lui-même le manuscrit à la revue. Bien qu’il soit possible que certains prestataires proposent une offre de services plus large…

[Ulrich Herb] Avez-vous une idée de la volumétrie ?

[Leonid Schneider] Nous n’en sommes qu’au début. Mais ce serait beaucoup, beaucoup. Surtout en Chine, où les médecins sont censés publier des articles s’ils veulent être promus. Tous les médecins, non seulement ceux des hôpitaux universitaires, mais aussi ceux des hôpitaux provinciaux.

Les quatre collègues – les avatars Smut Clyde [3], Morty [4] et Tiger BB8 [5] et Elisabeth Bik [6] – qui ont découvert des centaines de faux articles (dont près de 450 pourraient être attribués à une seule paper mill), ont fait un travail incroyable. Un travail si incroyable que même la revue Science refuse de croire qu’ils l’ont fait seuls.

Ainsi, le travail de Smut Clyde, Morty et Tiger BB8 a été refusé par les rédacteurs de Science et attribué à deux personnes totalement non impliquées mais « plus respectables » : un professeur australien et un membre du personnel de la revue FEBS Letters. Notre article original n’a pas été mentionné et n’a pas été lié. Ce que je veux dire, c’est qu’au lieu d’un soutien productif, mes collègues et moi sommes plus susceptibles de connaître une certaine hostilité. Mais j’espère qu’ils sont toujours intéressés à continuer.

Les responsables des paper mills et les rédacteurs de ces revues doivent être de mèche

[Ulrich Herb] Quelles revues publient les articles de paper mills de manière particulièrement fréquente ?

[Leonid Schneider] Mes collègues ont identifié les revues suivantes comme étant particulièrement problématiques : Journal of Cellular Biochemistry (Wiley) avec 52 articles, Biomedicine & Pharmacotherapy (Elsevier) avec 46 articles et Artificial Cells Nanomedicine and Biotechnology (Taylor & Francis) avec 76 articles.

Mais beaucoup d’autres sont également concernées ; intéressant est par exemple le cas de la European Review for Medical and Pharmacological Sciences (Verduci Editore). Ils ont accepté un nombre important d’articles issus des paper mills. Il paraît évident que les exploitants de ces « usines d’articles » et les rédacteurs en chef doivent être de mèche avec ces revues. Vous pouvez d’ailleurs consulter une liste disponible en ligne.

En général, il s’agit de revues plutôt discrètes dont le facteur d’impact n’est pas trop élevé, mais suffisamment élevé pour que les clients reçoivent une promotion ou une prime de salaire. Les choix sont nombreux et les paper mills trouvent toujours un partenaire consentant. Surtout s’il s’agit d’une revue en libre accès, où l’argent passe directement de « l’auteur » à l’éditeur.

[Ulrich Herb] Il ne s’agit donc généralement pas de revues qu’on appelle « prédatrices » (predatory journals) ou de fausses revues (fake journals) ?

[Leonid Schneider] Non, pas du tout. Aussi, nous devons repenser notre définition d’une revue prédatrice. Car il s’est avéré entre-temps que ces revues opèrent également une sorte d’évaluation par les pairs, avec de vrais scientifiques comme évaluateurs.

Comme mes collègues l’ont découvert, certaines revues apparemment réputées de Wiley, Elsevier et Taylor & Francis peuvent, en fait, être des revues prédatrices, où le contrôle éditorial et l’évaluation par les pairs ne sont que des façades.

[Ulrich Herb] Comment réussir à détecter les publications des paper mills ?

[Leonid Schneider] Les collègues ont un talent extraordinaire pour trouver des doublons. Ils voient par exemple que des western blots (transferts de protéines) ou des FACS plots (cytométrie de flux) – en gros, des analyses de l’expression/modification des protéines basées sur les anticorps – sont des sujets suspects et similaires et apparaissant encore et encore dans différents articles.

Cela signifie que tous ces articles proviennent de la même « usine ». Ils recherchent alors d’autres articles dans les mêmes revues ou utilisent d’autres critères de recherche, afin de trouver d’autres publications suspectes.

Comment savoir qu’il y a eu une évaluation par les pairs ?

[Ulrich Herb] Pourquoi tant d’articles issus de paper mills réussissent à passer l’évaluation par les pairs ?

[Leonid Schneider] Comment savoir qu’un article a été réellement évalué par des pairs ? Comment savoir que le peer review n’a pas été falsifié par les auteurs eux-mêmes ou l’usine d’articles en utilisant de fausses adresses électroniques (Fake Peer Review) ?

Si vous avez un rédacteur en chef corrompu dans une revue open access “for profit”, cela peut fonctionner comme dans une chaîne de production. Dans certaines revues, cependant, il y a eu de vrais peer reviews ; ce sont celles dans lesquelles on a trouvé très peu de ces articles.

Dans ces cas, l’usine d’articles a apparemment réagi aux commentaires des évaluateurs et a fourni certaines données. Mes collègues ont également trouvé de tels cas.

[Ulrich Herb] Comment les revues ou leurs rédacteurs réagissent-ils lorsqu’ils sont confrontés à des résultats fabriqués de toutes pièces ?

Certains sont choqués et veulent agir immédiatement, avec des rétractations et même une interdiction de tous les auteurs chinois, ce qui n’est pas juste à mon avis.

D’autres sont impliqués ou veulent faire oublier rapidement cette affaire préjudiciable aux entreprises. Elsevier ne m’a jamais répondu, d’ailleurs.

[Ulrich Herb] À votre avis, quelles conséquences les auteurs dont les articles sont produits par des paper mills doivent-ils craindre si l’ensemble de l’escroquerie est dévoilé ?

[Leonid Schneider] Il peut y avoir de graves conséquences en Chine, mais seulement si vous êtes pris en flagrant délit et dénoncé publiquement. Mais ce n’est pas le cas pour tous ceux qui sont pris.

Les gens de haut rang s’en sortent bien, on trouve toujours le « vrai » coupable, qui avoue aussi. À cet égard, nous attendons avec impatience de voir comment se déroulera l’affaire Xuetao Cao.

Elisabeth Bik et mes autres collègues ont découvert que l’une des plus grandes stars de la recherche immunologique en Chine était elle-même responsable d’une soixantaine de publications dont les données sont en partie ouvertement falsifiées. L’ironie : Xuetao Cao, qui est également membre de Leopoldina (l’Académie Nationale des Sciences allemande), a été nommé par le parti communiste comme le plus haut responsable de l’intégrité de la recherche.

« Notre système scientifique et l’industrie de l’édition sont corrompus et pourris »

[Ulrich Herb] Les causes du recours à ces « usines d’articles » se trouvent-elles également dans le système d’évaluation et de reconnaissance de la science ?

[Leonid Schneider] Bien sûr, notre système scientifique et notre industrie de l’édition sont tellement corrompus et pourris, que les Chinois les ont simplement piratés. Tant pis pour nous. Personne ne lit les revues, surtout pas de façon critique.

La falsification de données est souvent un état de fait normal, tant que vous atteignez votre objectif et que vous faites passer l’article frauduleux dans une revue de haut niveau. Les scientifiques donnent des citations et même des titres d’auteurs à des collègues importants, pour “fayoter” ou parce que ces collègues les obligent à le faire.

Et puis, vous vous félicitez du nombre d’articles, de l’indice de citation et du facteur d’impact. Consultez les profils Wikipédia de nos universitaires. Comment savons-nous que les médecins allemands et américains n’achètent pas de produits dans ces « usines d’articles » ?

[Ulrich Herb] La Chine, où l’utilisation de ces entreprises semble être très répandue, s’éloigne maintenant de la pratique consistant à verser aux chercheurs des primes pour leurs publications lorsqu’elles paraissent dans des revues de haut niveau. Quels effets en attendez-vous ?

[Leonid Schneider] Cela semble bien, mais le gouvernement chinois sait toujours quoi dire pour impressionner l’Occident. Dans le même temps, la médecine traditionnelle chinoise, la MTC, est mise en avant parce que le chef du parti Xi Jinping en est un grand fan.

Même maintenant, avec l’épidémie de coronavirus : la Chine a des universités entières qui ne s’occupent que de MTC. Si le parti ordonne d’en haut de prouver scientifiquement que la MTC est une méthode de guérison efficace, comment est-ce possible ? Seulement en trichant.

Soit vous le fabriquez vous-même, soit vous achetez un article à une « usine d’article ». Elisabeth Bik a rapporté le cas d’une petite étude sur le traitement MTC du coronavirus : cet article plagie un autre article MTC aussi peu plausible, tout en modifiant le protocole MTC, pour qu’il soit en conformité avec ce que les dirigeants chinois ont officiellement prescrit comme thérapie contre les coronavirus. Ce « chef-d’œuvre » prétendument « évalué par les pairs » a été publié  par Elsevier. Il faut donc faire attention aux annonces du parti.

[Ulrich Herb] De la Chine à l’Allemagne : comment percevez-vous la situation ici ?

[Leonid Schneider] Je l’ai déjà évoquée précédemment. Les médecins des hôpitaux universitaires allemands ont également besoin de publier quelque chose, quelque part et beaucoup pour leur carrière. Il s’agit souvent de plagiats ou de contrefaçons. Peut-être aussi de produits de ces « usines d’articles » ?

[Ulrich Herb] À votre avis, quelles mesures seraient nécessaires pour accroître à nouveau la crédibilité des publications scientifiques, et pas seulement dans le contexte des paper mills ?

[Leonid Schneider] Je suis en faveur d’un mandat absolu de preprints. Cela présente de nombreux avantages, j’en ai également discuté en ligne. À partir de là, la situation ne peut que s’améliorer. Mais au lieu de cela, avec le plan S, nous risquons de promouvoir des revues frauduleuses en libre accès.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.