Petit kit conceptuel et critique de survie en société numérique …

Pascal Robert est Professeur d’université à l’Ecole nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (Enssib), et membre du Laboratoire Elico EA 4147, Université de Lyon.

Ce texte actualise une version parue dans Les Cahiers de la SFSIC, n°14, 2017 sous le titre Penser la raison politique du numérique[1].

Penser le numérique est à coup sur l’une des urgences de notre société. Mais la question est vaste et demande la multiplication des perspectives. On peut, par exemple, se concentrer sur la nécessité de penser la raison politique du numérique, ce qui, à nos yeux, exige de penser le numérique à l’aide de catégories qui ne sont ni celles de la technique, ni celles des acteurs dominants. Ce système de catégories repose sur une démarche qui articule approche critique et modélisation conceptuelle. Proposition qui relève des sciences de l’information et de la communication (SIC). Les SIC, en effet, doivent se distinguer de la sociologie, tout en y restant compatible, en revendiquant une logique de modélisation. Mais à la différence d’une ingénierie, elles ne peuvent accepter que cette modélisation devienne une fin en soi. C’est pourquoi elles doivent moduler cette approche par une mise en tension avec une perspective critique qui reste vigilante aux enjeux politiques qui sous-tendent le développement des TIC et du numérique.


Pourquoi un système de catégories ?

On ne peut pas penser la technique à partir de ses propres catégories, mais on peut en faire et elles ne servent qu’à cela, exclusivement. Dès lors, elles permettent de dire la technique, mais seulement sur un mode pratique : système d’étiquettes qui permet de classer les outils, le matériel etc. au magasin, dans quelque catalogue ou site internet. Système d’étiquettes qui permet de se coordonner sur un chantier, professionnel ou amateur. Sinon, il est difficile d’acheter une pince ou une tenaille, ou de les utiliser : les mots sont différents, les objets aussi et leur utilisation également. Le catalogue de chez Manufrance a longtemps fait rêvé parce qu’il était, à domicile, une sorte de musée ou de bibliothèque des objets, une sorte de classeur non scientifique puisque marketing, du foisonnement de ces objets qui ont progressivement envahi notre quotidien. Un penser-classer de fait, qui ne se fondait pas sur une science des objets artificiels, qui aurait pu être l’équivalent d’une science des objets naturels, pas plus qu’il n’en fondait une. La technologie, en ce sens, reste encore à inventer, malgré les efforts de quelques précurseurs au XIX°s. Bien évidemment, mon propre travail ne prétend pas fonder une telle technologie globale, mais il y participe localement, à propos des TIC et du numérique, et dans une perspective singulière, celle de leurs enjeux politiques. La modestie prévaut donc, mais il reste un travail similaire : inventer un système de catégories qui permette de dire ces technologies, non pour les replier sur elles-mêmes, mais pour les penser dans leur dimension socio-politique. La sociologie des techniques est bien évidemment passée par là (celles de B. Latour ou d’A. Gras notamment), mais si elle modélise, elle ne va pas forcément assez loin et elle ne concerne pas les TIC en particulier ni leurs logiques politiques. Mais elle a indubitablement ouvert la voie.

Aborder la question de la raison politique du numérique exige de revenir à ce dont il est le cache-sexe : l’informatique. C’est pourquoi il m’a fallu tout d’abord comprendre quelle représentation socio-politique notre société se faisait de l’informatique et plus globalement des TIC.

L’impensé informatique et numérique

Le discours que les médias proposent sur l’informatique et les TIC en général travaille moins à offrir des cadres d’intelligibilité des TIC (ou à restituer un cadre extérieur préexistant) qu’à occuper la place, afin que le discours critique reste des plus marginaux, voire ne puisse plus s’exprimer. Car on peut lire des centaines d’articles sur les TIC sans en savoir beaucoup plus après qu’avant. En revanche, on se retrouve véritablement emporté par le maelstrom des événements technico-économiques du monde des TIC sans mieux comprendre réellement les véritables enjeux politiques qu’elles soulèvent. L’informatique et plus globalement les TIC ne sont pas ou si peu questionnées en définitive qu’elles en viennent à occuper une place qui est celle de l‘évidence. Car est évident ce qui est mis en position de ne pas être interrogé, et/ou ce dont le questionnement n’est pas/plus légitime, ce qui n’a pas à se justifier (ou, pour le dire autrement ce qui retiré des épreuves de justification politiques (Boltanski et Thévenot 1991). L’informatique est là, présente et doit être acceptée sous peine d’archaïsme. Respectant notre principe de compatibilité à la sociologie, ce travail est ainsi aussi une contribution à une sociologie de l’évidence –comment la société parvient à imposer des « objets », qui pourtant sont des construits sociaux, comme des évidences.

Le processus est mis en œuvre à travers un ensemble de stratégies discursives qui permettent de ne pas ou peu soumettre l’informatique et les TIC à la question de leurs enjeux politiques et sociaux. J’ai ainsi analysé le mode de fonctionnement des revues de micro-informatique, lieu de médiation de et à la technique. Ces revues articulent deux logiques : celle de l’Exposition, qui exhibe (en s’appuyant sur un grand nombre d’images) des machines rutilantes, qui s’imposent dans leur seule présence, des machines qui, au fond, assurent par l’image l’évidence de leur indéniable présence ; logique du test également, logique pratique qui va distinguer quelles sont les machines efficaces de celles qui ne le sont pas en fonction d‘une batterie de critères présentés sur le mode de la science : ainsi s’installe un cadre qui n’est autre que celui de la confiance (qui rassure sans poser de questions) ; le droit et l’économie sont réduits à la portion congrue et pour le premier à une déclinaison purement pratique (un travail de conseil à travers un jeu de questions-réponses) et non de tremplin à un questionnement politique. Bref, ces revues ne produisent en rien un cadre d’intelligibilité (Robert 2011a).

L’ensemble de ce processus, je l’appelle L’Impensé informatique (Robert 2012). Afin de prendre mieux en considération l’extension actuelle du numérique, au-delà du noyau dur de l’informatique elle-même, je viens de diriger un nouveau volume (lui-même divisé en deux tomes) qui s’intitule l’Impensé numérique (Robert (dir) 2016), qui poursuit et étend le travail sur des objets différents, mais tous symptomatiques, comme la carte d’identité ou le passeport, le bogue de l’an 2000, les rapports officiels, les notions de régulation/dérégulation, Google, Facebook ou le Web 2.0. L’existence d’un tel impensé informatique/numérique permet à un mécanisme politique de se développer en une relative impunité : c’est celui du glissement de la prérogative politique.

Le glissement de la prérogative politique

Les TIC favorisent ce que j’appelle le glissement de la prérogative politique (GPP). Par glissement de la prérogative politique j’entends la possibilité pour un acteur aux intérêts privés de remplir de facto une fonction politique sans avoir à payer le coût d’accès au système politique démocratique (à travers un investissement électoral) et en contournant la logique légale-rationnelle de l’Etat (parfois avec sa complicité, voire en le mettant à son service) (Robert 2005).

Les TIC, comme logistique informationnelle, ne sont bien évidemment pas le seul vecteur d’un mouvement qui mobilise également des facteurs d’ordres juridico-économiques, comme la déréglementation, ou idéologiques, comme le libéralisme, mais elles constituent le véhicule technique privilégié de ce mouvement, ce qui est loin d’être négligeable dans une société fortement technicisée comme la notre.

L’un des exemples actuels, confirmé par des travaux spécialisés (Derosières, Rouvroy et Berns), concerne la perte progressive du monopole de l’état dans la production de statistiques. En effet, le développement d’une raison statistique est inhérente à celle des TIC (nous y reviendrons avec l’idée, plus globale de « gestionnarisation »). Or, aujourd’hui, le déploiement des réseaux numériques, quels qu’ils soient, des moteurs de recherche, des sites, blogs etc…permet toujours de produire de l’information statistique et d’en transmettre. Qui plus est, la logique de l’open data, d’ouverture des données publiques, permet à des acteurs qui ne  relèvent plus d’une légitimité légale-rationnelle ou élective de manipuler de l’information publique, de la traiter, de produire une valeur ajoutée et de la vendre ou de la diffuser à tout le moins. Ce qui ne veut pas dire la fin de la production d’information par l’état, mais qu’il ne devient qu’un acteur parmi d’autres du processus.

Ces deux approches, plutôt externes à l’informatique et critiques, exigent une approche complémentaire, susceptible d’aider à mieux comprendre en quoi consistent les logiques internes et cognitives de l’informatique. Logiques dont nous verrons qu’elles possèdent elles aussi leur dimension politique.

Il m’a alors fallu d’abord discerner les caractéristiques propres de l’informatique, puis la replacer parmi les outils du penser-classer, les technologies intellectuelles

De l’informatique comme Motif

L’informatique est un moteur d’inférence et de gestion de formes (MOTIF) (Robert 2000, 2009 et 2010).  A en croire M. Serres ou F. Dagognet, il y a les moteurs qui travaillent, qui transforment de l’énergie et/ou déplacent quelque chose (eau, eux-mêmes etc.), mais il y a aussi des moteurs qui produisent et transforment  de l’information. La produisent parce que celle-ci n’existe pas en soi, mais seulement dans le cadre d’une forme qui l’accueille et la crée en tant que telle. La statistique en est une preuve, en quelque sorte : compter une population dans un recensement au service des impôts c’est à la fois créer la catégorie (qui fait on entrer : tout le monde, les riches, les pauvres, les hommes, les femmes etc… ?) et l’information qu’elle fait advenir : ceux qui paient ou non des impôts, ceux qui paient des impôts dans telle ou telle tranche (et l’idée de « tranche » elle-même) etc. Il en va de même pour un recensement général : on invente ou on conforte des catégories d’espaces (communes, agglomération, département etc.), de métiers, de tranches d’âges etc. Parler de chômeur, ce n’est rien d’autre que créer une catégorie qui, à la fois, pose la case et invente une catégorie sociale ; on crée alors à la fois du chiffre et du social.

Ces opérations ont été dès que possible équipées techniquement, avec la mécanographie, dès la fin du XIX°s ou aujourd’hui avec l’informatique. Le processus d’inférence et de gestion de formes n’a pas attendu l’informatique, mais celle-ci a considérablement accéléré les traitements, augmenté les volumes enregistrés ainsi que le nombre et la vitesse d’opérations possibles… On retrouve non seulement cette dimension du MOTIF au niveau des nations, mais aussi au niveau des organisations, entreprises et administrations. En ce sens, l’informatique est la digne héritière des technologies intellectuelles qui l’ont précédée, ce qui explique pourquoi elle peut toute les simuler.

L’informatique comme technologie intellectuelle

Il est sûr que l’informatique est un nouveau support, qui propose un nouveau mode/régime de matérialité, qui n’a rien donc de dématérialisé, au contraire de ce qu’annonce une vulgate facile (Robert 2004 a et 2010). C’est peut être une nouvelle technologie intellectuelle ou un nouvel ensemble de technologies intellectuelles, mais cela reste une hypothèse (fructueuse) de travail. Quoiqu’il en soit, il est indispensable de la replacer dans ce cadre pour comprendre ce qu’elle apporte et ses limites. On regroupe sous la notion de technologies intellectuelles les outils du penser-classer : les diagrammes, le livre, la bibliothèque, les dessins techniques, les cartes et l’encyclopédie notamment. Elles ont été portées par le support papier pendant des siècles. Elles s’affrontent aujourd’hui à ce que j’appelle la provocation informatique, celle du moteur informatique qui se prolonge désormais dans l’univers du numérique.

Les technologies intellectuelles s’ordonnent à trois raisons : la raison graphique (Goody 1979), la raison classificatrice et la raison simulatrice. Chaque raison s’articule autour d’une dimension privilégiée : la 2D des espaces d’inscription pour la raison graphique, la 3D des volumes (livres et classeurs) pour la raison classificatrice et la 4D des machines (3D des objets + le mouvement) de la raison simulatrice. Quelle que soit la raison, passer d’une dimension inférieure à une dimension supérieure correspond à un principe de traitement (de la parole à la surface de la liste par exemple), changer d’échelle dans une même dimension renvoie à un principe de navigation (de l’espace géographique vu de dessus à celui, réduit, de la carte) et passer d’une dimension supérieure à une dimension inférieure au principe de modélisation (ce que pratique fort bien l’informatique lorsqu’elle modélise) (Robert 2010). Chaque technologie intellectuelle est munie (au cours d’un processus historique) de ses outils de régulation (l’organisation en chapitres et paragraphes dans l’exemple du livre) et fait l’objet de jeux de pouvoir complexes (quel que soit le « scribe », clerc ou informaticien, son travail n’est en rien socio-politiquement neutre)[2].

Il faut donc penser l’informatique dans la lignée des autres technologies intellectuelles et comme celle qui est susceptible de les simuler toutes : cependant, si j’ai écrit mon livre Mnémotechnologies sur les technologies intellectuelles entièrement sur ordinateur, puis transmis par réseau à l’éditeur (qui l’a ensuite envoyer sur le même mode à l’imprimeur), il n’en reste pas moins beaucoup plus facile à lire sur papier. Qui plus est, et c’est beaucoup plus décisif, il est aussi une tentative d’augmenter notre intelligence de l’informatique par le livre, pour paraphraser un D. Engelbart qui, dans les années soixante, visait à augmenter l’intelligence humaine par l’informatique (Robert 2013).

Cette approche des technologies intellectuelles est un exemple sinon accompli du moins poussé de ce que j’ai qualifié de modélisation conceptuelle modulée par une approche critique[3]. Modélisation pour dire autrement que dans leur propre langage technique ces différentes techniques et trouver une grille qui en permette la comparaison, malgré l’hétérogénéité. Mais approche critique pour ne pas oublier les enjeux politiques et éviter de les naturaliser. Car le MOTIF comme technologie intellectuelle renvoie à la logique politique de ce que j’appelle le mouvement de « gestionnarisation ».

La gestionnarisation

Nous l’avons vu, on ne peut comprendre le déploiement des TIC comme support concret du numérique si l’on ne comprend pas qu’il s’accompagne inévitablement d’une production d’une information de gestion qui porte sur le système technique lui-même, ce qu’il exécute comme tâche et donc sur l’information qu’il traite et ceux qui la traite. La gestionnarisation (Robert 2004 b, 2011 a, 2014 a et b, 2016) signifie le basculement d’une logique de gestion, qui applique un outil de gestion à une activité, à cette nouvelle logique qui s’appuie sur un outil informatisé de gestion pour faire entrer toute activité dans son système de catégories, quitte à la reconfigurer parfois violemment et profondément. Autrement dit, la gestionnarisation renvoie à une logique du repli du système de gestion sur lui-même : il n’y a plus d’extériorité. Il devient alors ce que j’appelle un outil de vérité. Il ferme les conditions mêmes de la discutabilité, de la possibilité même de discuter. Où se dessine, dès lors, une opposition, qui risque de devenir structurante, entre la logique de la  gestionnarisation et celle de la démocratie. Il serait faux de croire que l’une est politique et l’autre non. Il s’agit de deux logiques politiques, différentes, en concurrence et au contraire de ce que l’on aime à dire, la deuxième me semble moins inhérente aux TIC et au numérique que la première. Autrement dit, nos TIC, vont moins reconfigurer l’espace de la démocratie que travailler en profondeur sa logique à l’aune de celle de la gestionnarisation. Il y a fort à parier que l’e-démocratie va nourrir le processus de la gestionnarisation plus que son propre développement, ou plutôt tout développement de l’e-démocratie risque d’être instrumentalisé par le déploiement de la gestionnarisation

Conclusion

L’impensé offre une représentation naturalisée et simpliste des TIC à l’ombre de laquelle le glissement de la prérogative politique peut se déployer en toute impunité, puisqu’il n’est ni repéré ni questionné[4]. Le GPP est un phénomène idéologique qui, à son tour, permet au MOTIF comme technologie intellectuelle de développer la logique concrète de la gestionnarisation qui, en retour peut nourrir le GPP et/ou alimenter l’impensé (puisque la gestionnarisation ferme les espaces de discutabilité en présentant ses grilles et résultats sur le mode du « c’est comme ça »). Bouclage. Une position critique sérieuse, qui ne relève pas de l’essai pseudo-philosophique ou qui ne cherche pas à faire peur sur le mode du « tous fichés ; une position critique qui plus est, qui ne renie la nécessité d’un effort de modélisation, devient, dès lors, extrêmement difficile à faire entendre…

Bibliographie

Boltanski, L et Thévenot, L., De la justification, Gallimard, Paris, 1991.

Coutant, A et Stenger, T Ces réseaux numériques dits sociaux, Hermès, n°59, 2010.

Cardon, D, La démocratie internet, Le seuil, 2010.

Craipeau, S et Metzger, JL, « Pour une sociologie critique de la gestion », Recherches sociologiques et anthropologiques 2007/1

Derosières, A, Prouver et Gouverner, La découverte, 2014.

Fayet-Scribe, S, Histoire de la documentation en France, culture, science et technologie de l’information, 1895-1937, Paris, CNRS éditions, 2000.

Goody, J, La raison graphique, la domestication de la pensée sauvage, Paris, Minuit, 1979.

Gras, A, Les macro-systèmes techniques, PUF, Paris, 1997.

Jeanneret, Y et Souchier, E, « Ecriture numérique ou médias informatisés ? », Pour la Science, Dossier Hors-série « Du signe à l’écriture », octobre-janvier 2002.

Latour, B, Aramis ou l’amour des techniques, La découverte, 1992.

Ligonnière, R, Préhistoire et histoire des ordinateurs, Paris, Robert Laffont, 1987.

Merzeau, L, et Arnaud, M, Traçabilité et réseaux, Hermès, n°53, Paris, 2009.

Ramrajsingh, A, « Le Web 2.0 peut-il être considéré comme un MOTIF ? Approche critique du concept à partir d’une relecture du texte de T. O’Reilly », Études de communication, 35 | 2010, 167-184.

Rieder, B, Métatechnologies et délégation, Thèse, Université Paris VIII, 2006.

Robert, P, « Le MOTIF, de l’informatique comme moteur d’inférence et de gestion de formes », Solaris, Hiver 2000-2001, http://www.info.unicaen.fr/bnum/jelec/Solaris

Robert, P, « Critique de la dématérialisation », Communication et langages, n°140, Juin 2004 a, pp. 55 à 68.

Robert, P, « Entre critique et modélisation, pour une nouvelle posture critique face à l’informatisation », XIII° colloque international, « société de l’information, société de contrôle », co-organisé par le CREIS et la revue Terminal, Paris, Juin 2004 b.

Robert, P, La logique politique des technologies de l’information, critique de la logistique du « glissement de la prérogative politique », collection Labyrinthes, Presses Universitaires de Bordeaux, Bordeaux, 2005.

Robert, P, Une théorie sociétale des TIC, Paris, Hermès, 2009.

Robert, P, « Les revues de micro-informatique sont-elles porteuses d’une « culture technique » de l’informatique ? Une approche socio-sémiotique », colloque international de Strasbourg sur « Les cultures des sciences en Europe, Volet 2 : dispositifs, publics acteurs et institutions », Strasbourg, 13-15 octobre 2011.

Robert, P, « Critique de la « gestionnarisation », colloque international EUTIC 2011, Transformation des organisations : évolution des problématiques et mutations fonctionnelles, Bruxelles, 23-25 novembre 2011b.

Robert, P, 2012 L’impensé informatique, critique du mode d’existence idéologique des TIC, volume 1. Les années 1970-1980, Editions des archives contemporaines, Paris, 2012.

Robert, P, « Esquisse d’une archéologie de l’informatique communicante », in Histoire et culture du libre, CH. Masutti et C. Paloque-Berges, Editions Framabook, 2013.

Robert, P, « Critique de la gestionnarisation », Communication et organisations, n°45, PUB, 2014 a.

Robert, P, « Les logiques politiques des TIC », Revue Française des sciences de l’information et de la communication, N°5, 2014 b.

Robert, P, (Dir), L’impensé numérique, tome 1 : des années 80 aux réseaux sociaux, Editions des archives contemporaines, Paris, 2016.

Rouvroy, A et Berns, T, « gouvernementalité algorithmique et perspectives d’émancipation », Réseaux n° 177, Paris, 2013.

Notes

[1] Ce texte actualise une version parue dans Les cahiers de la SFSIC, n°14, 2017 sous le titre Penser la raison politique du numérique ; une première version a été publiée dans : Pignier, Nicole et Mitropoulou, Eleni, Former ou formater ?, les enjeux de l’éducation aux médias, Solilang, Limoges, 2014, pp89-103.

[2] Je ne peux ici que présenter bien succinctement le noyau dur d’une modélisation à la fois plus complexe et modulée par un regard critique ainsi qu’une écriture qui l’assouplie.

[3] J’ai, par ailleurs, utilisé (et déplacé donc) ces outils (technologies intellectuelles, logistique informationnelle, glissement de la prérogative politique) pour interroger la question de l’image dans Polyptyque, pour une anthropologie communicationnelle des images (Hermann, 2015) ; j’emploie également la notion de technologie intellectuelle pour questionner la bande dessinée, que ce soit dans un collectif consacré à Bande dessinée et numérique (Cnrs éditions 2016) ou dans un livre théorique à paraitre aux presses de l’Enssib en 2018 (La bande dessinée : une intelligence subversive).

[4] Soulignons que l’impensé numérique nourrit une logique plus large qui est celle de l’incommunication qu’alimentent volontiers nos médias et que la bande dessinée met en scène et critique depuis longtemps (cf. Robert, Pascal, De l’incommunication au miroir de la bande dessinée, Presses universitaires Blaise Pascal, 2017).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.