Journée d’étude Tracés « Ce que la revue fait aux sciences humaines et sociales » (Paris, 30 mars 2018)

Lieu: Paris, Centre Pouchet (59-61 rue Pouchet, 75017), grand amphithéâtre

Date: vendredi 30 mars 2018, 9h-18h

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Argumentaire: Outil ancien de la publication de la recherche, la revue occupe aujourd’hui une place de choix dans les carrières de recherche, en temps de travail (évaluations,  participation aux comités de rédaction), en matière d’évaluation de la recherche (sélection d’article, promotion). Certaines disciplines vont jusqu’à ne considérer que la publication périodique pour la promotion de leurs chercheurs. On aurait pourtant tort de considérer que « faire revue » soit sans effet sur la science telle qu’elle se fait. Les tables-rondes ont ainsi vocation à discuter ce que le format, la chaîne de production et la temporalité « revue » font aux sciences humaines et sociales.

Une première table-ronde est consacrée à la revue comme lieu de pouvoir. Instance de légitimation – notamment au niveau disciplinaire – la revue est également un lieu d’exclusion et de discrimination genrée, sociale ou encore géographique, comme de lutte contre ces mêmes discriminations. Plus avant, la revue – par le biais de son comité de rédaction – établit des normes scientifiques , en refusant certains textes, en incitant ou en procédant à la réécriture des articles – par exemple, en exigeant ou en refusant la féminisation. En s’intéressant aux coulisses du comité de rédaction,  la table-ronde entend ainsi discuter l’impact de la revue sur son champ disciplinaire et sur, très concrètement, le  façonnage des textes scientifiques.

Une seconde table-ronde sera consacrée à la production matérielle, à l’économie et à la chaîne de production des revues, qui inclut les secrétariats d’édition et de coordination, les traducteurs et traductrices, les graphistes, mais aussi les maisons d’édition et de diffusion. Comment évaluer le travail des revues, les financements dont elles bénéficient directement ou indirectement ? Comment le travail au sein d’une revue se transforme-t-il ? Comment évoluent les coûts – coût papier, droits de traduction, droits image – à l’heure de la grande transformation éditoriale ? Quelles stratégies les travailleurs mettent-ils en œuvre pour animer leur  revue ? Quelle est la place du travail graphique voire typographique au sein de ces stratégies?

Une troisième table-ronde sera consacrée à la question de la réception. Et notamment de mesurer comment l’anticipation de la réception du format de la revue peut influencer l’écriture scientifique. Par exemple, un chercheur écrit-il de la même manière dans une revue que dans un livre ? Et développe-t-il les mêmes stratégies d’écriture selon qu’il publie dans une revue ou plutôt dans une autre ? Est-ce que le format collectif de la revue inciterait à la co-signature des travaux scientifiques ? Comment une réflexion sur la diffusion, à travers notamment le travail graphique, influence-t-elle le projet scientifique de la revue ?

Comment les revues sont-elles diffusées ? Comment évoluent l’abonnement papier et la diffusion en librairie ou en salon ? Comment sont-elles utilisées dans l’enseignement ? Comment certaines re-créations récentes – plus graphiques, sans publication internet, sans signature, par ex. – procèdent-elles d’une réflexion renouvelée sur l’importance de la réception ? Dans quelle mesure certaines revues non-académiques participent-elles pour autant pleinement de la vie intellectuelle ? Et pourquoi certains membres de l’académie en sont-ils venus à refuser de publier dans des revues et en font un geste militant ?

Cette structuration thématique ne saura empêcher des réflexions transversales à l’ensemble des questions abordées.

Programme de la journée

9h Accueil

9h30 Introduction à la journée

par Amina Damerdji, Samuel Hayat, Natalia Lavalle, Anthony Pecqueux et Christelle Rabier

9h45 Table-ronde 1 « La revue comme lieu de pouvoir »

avec Alice Béja (Esprit), Virginie Dutoya (Genre, sexualités et sociétés), Wolf Feuerhahn et Olivier Orain (Revue d’histoire des sciences humaines), Stéphanie Fonvielle (linguistique, Aix-Marseille Université), Éric Monnet (Vie des Idées, CS Open Edition);

12h Déjeuner

13h30 Table ronde 2 « Économie et production matérielle de la revue »

avec Manuel Charpy (Modes pratiques); Odile Contat (CNRS), Sophie Cras (histoire de l’art, Université de Paris-1), Thomas Franck, Caroline Glorie & Alain Loute (Groupe de recherches matérialistes); Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin (Zilsel), Marie-Luce Rauzy(Techniques et culture) et François Théron (Temporalités).

16h Pause café

16h30 Table-ronde 3 “Formats, diffusion, réception”

avec Pierre Déléage (CNRS), Dominique Goy-Blanquet (En attendant Nadeau),   Clémentine Vidal-Naquet & Chloé Pathé (Sensibilités), Paul Guilibert et Sophie Wahnich(Vacarme)

Fin  – 18h.

Les résumés de la journée sont accessibles sur https://traces.hypotheses.org/2038

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *