L’offre numérique éditoriale pour les étudiants : Rapport de l’IGB à l’ESRI – 2018

Rapport de l’Inspection Générale des Bibliothèques adressé à Madame la Ministre de l’ESRI : Enseignement Supérieur, Recherche et Innovation – Octobre 2017.

Par offre numérique éditoriale pour les étudiants est entendue ici l’édition commerciale à destination du niveau licence. L’étude ébauche un état des lieux du marché mais aussi de l’offre qui en résulte en bibliothèques. Les facteurs défavorables à son développement et sa diffusion sont mis en balance avec les atouts et les opportunités qui pourraient permettre d’aller de l’avant dans un domaine qui fait l’objet de nombreuses réflexions et propositions depuis quinze ans sans avancées décisives. Dans la même période s’est du reste constituée une offre nourrie de ressources éducatives libres d’origine académique, phénomène qui ne peut manquer d’interroger sur l’évolution du rôle de l’éditeur privé dans l’écosystème pédagogique contemporain.

Synthèse

L’offre numérique éditoriale pour les étudiants de niveau licence prend généralement la forme de livres numériques qui sont des fac-similés du livre imprimé. Ce type de support est difficilement repérable dans les statistiques éditoriales comme sur les plates-formes d’éditeur ou d’agrégateur. Les ventes de livres numériques aux particuliers restant faibles, les éditeurs se tournent vers les clients professionnels et les bibliothèques, mais ils redoutent le piratagedes fichiers et l’impact du numérique sur les ventes de livres papier. Ils retardent ainsi souvent la diffusion numérique des nouvelles éditions et mettent en œuvre des dispositifs de gestion
des droits numériques (ou DRM) jugés pénalisants par les utilisateurs.
Un certain nombre d’offres faites aux établissements, négociées pour la plupart par le consortium Couperin, comportent des livres numériques pour les étudiants de niveau licence, mais de façon encore trop restreinte, peu lisible et peu visible, compliquée d’accès, dispersée sur des plates-formes hétérogènes et souvent peu ergonomiques. En dépit de ses réticences vis-à-vis des modèles économiques pratiqués dans le cadre du « Prêt numérique en bibliothèque » (PNB), Couperin a incité les bibliothèques de l’enseignement supérieur à expérimenter ce dispositif, mais la réalisation du test nécessite au préalable des développements informatiques.
Achetés (souvent sans possibilité de récupérer les fichiers) ou acquis par abonnement, au titre à titre ou par bouquet, les livres numériques, en l’absence d’un régime de droit de prêt similaire à celui qui régit le prêt de livres imprimés, sont soumis à des modèles
économiques très divers selon les licences d’usage établies par les fournisseurs. L’accès illimité, qui correspondrait aux attentes et aux besoins de l’enseignement supérieur, n’est pas la règle. Le coût des offres freine également la diffusion du livre numérique, le budget des bibliothèques étant déjà fortement contraint par la documentation électronique de niveau recherche et par la nécessité de maintenir une documentation papier pour l’enseignement.

Du reste, les avantages du livre numérique étant contrebalancés par les contraintes liées à son usage, le support papier conserve la préférence des étudiants et des enseignants en matière de ressources pédagogiques. Il est difficile dans ces conditions de rendre le support numérique attractif pour une population habituée par ailleurs à la facilité et la rapidité d’internet, d’autant plus qu’en l’état des offres il se prête mal à une lecture suivie et sera le plus souvent utilisé pour une lecture courte, une consultation fragmentée du document, voire une recherche ponctuelle.
S’il est souvent difficile de mesurer l’usage du livre numérique, il reste à ce jour modeste, notamment en raison d’une prescription enseignante insuffisante. Aux côtés des enseignants, ce sont tous les autres acteurs qui doivent œuvrer ensemble à la diffusion du livre numérique : gouvernance et notamment les vice-présidents en charge de la formation et du numérique, service des Technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement (TICE), service informatique et service commun de documentation (SCD). Les SCD pour leur part s’efforcent de faire mieux connaître cette offre, notamment en multipliant les moyens d’accès et de recherche en ligne. Ils contribuent aussi à la formation des étudiants aux compétences informationnelles et à la recherche de la documentation numérique.

Les instances qui, depuis le début des années 2000, généralement dans le cadre de programmes nationaux et en associant acteurs publics et privés, ont promu l’offre numérique éditoriale pour le premier cycle universitaire, ont pour la plupart conclu à la nécessité
d’intégrer l’accès aux ressources documentaires dans la plate-forme pédagogique de l’établissement, au sein de l’Environnement numérique de travail (ENT), au même titre que les cours en ligne, documents pédagogiques et autres ressources utilisées et produites par les étudiants et leurs enseignants.

Les expérimentations actuelles visant à renouveler les pratiques pédagogiques dans l’enseignement supérieur, et ainsi à faire réussir le plus grand nombre d’étudiants, s’appuient le plus souvent sur les opportunités permises par le numérique et mettent en avant le recours aux différents types de ressources numériques en ligne.

L’offre numérique éditoriale coexiste de fait avec une production pédagogique nourrie d’origine académique, notamment développée, avec le soutien renouvelé de l’Etat, par les huit Universités numériques thématiques (UNT). Chacune des deux offres a ses atouts, le vivier d’auteurs est par ailleurs le même. Des relations partenariales pourraient être mises en œuvre sur un mode innovant, dans l’intérêt bien compris des divers acteurs – et de l’usager final.
La création en 2010 de l’Observatoire numérique de l’enseignement supérieur (ONES), instance de collaboration entre le ministère chargé de l’Enseignement supérieur et le Syndicat national de l’édition, n’a, pas plus que les projets antérieurs, permis de réaliser des avancées décisives, en général faute de moyens financiers. Du reste, l’existence en pointillé de l’ONES paraît faire ressortir l’absence d’une politique publique suivie, tandis que les tentatives de monter dans le cadre des programmes Investissements d’avenir des dossiers de candidature associant public et privé ont échoué – sauf le projet Ayushi, resté toutefois sans lendemain.
Des expérimentations en établissements, potentiellement reproductibles sur d’autres sites, ont cependant été enfin lancées, avec un soutien national, dans le cadre de l’appel à manifestation
d’intérêt initié en 2016 par la Mission de la pédagogie et du numérique pour l’enseignement supérieur (MIPNES). Quatre projets notamment, en cours de déroulement jusqu’en 2018, portent sur la visibilité et la valorisation des livres numériques, la mesure et l’étude de leurs usages, leur utilisation dans la pédagogie, les coopérations mobilisées au sein de l’université et les partenariats avec des fournisseurs, enfin l’enrichissement du livre numérique.
Ces expériences redonnent des perspectives dans un domaine où un certain nombre d’acteurs publics et privés font preuve d’insatisfaction, et même de lassitude et de pessimisme. Pour faire évoluer la situation, il conviendrait de clarifier la politique de l’Etat au regard de l’offre éditoriale de livres numériques, compte tenu de l’offre des UNT ; poursuivre une politique d’expérimentations autour du livre numérique, associant acteurs publics et privés ; encourager
et soutenir les projets innovants visant à faire évoluer le manuel numérique dans sa forme et dans son contenu, en sorte de faciliter son insertion dans la pédagogie au bénéfice de la réussite étudiante ; conforter l’ONES dans ses missions ; adapter au plan législatif le droit de prêt à l’offre de livres numériques en bibliothèque ; faciliter les usages du livre numérique pour l’enseignement et l’étude ; et développer la mesure des usages du livre numérique.

Sommaire du rapport

Synthèse
Introduction

1. Un objet malaisé à cerner

1.1. Une « offre pour les étudiants » ?
1.2. Une « offre numérique » polymorphe et évolutive
1.3. Une catégorie indifférenciée

2. Un essai d’état des lieux 

2.1. Du côté des éditeurs
2.2. Du côté des établissements de l’enseignement supérieur

3. Facteurs défavorables

3.1. Une offre aux bibliothèques insuffisamment étendue
3.1.1. Le positionnement des éditeurs
3.1.2. Une approche public/privé et expérimentale
3.1.3. Et le Prêt numérique en bibliothèque (PNB) ?
3.2. Ce à quoi sont confrontés les établissements
3.3. Une prescription enseignante souvent absente ou faible
3.4. De nombreuses ressources éducatives libres

4. Facteurs favorables 

4.1. Les efforts des établissements pour informer et former
4.2. L’opportunité de l’innovation pédagogique

5. Quinze ans de projets

5.1. Manum (2001-2003)
5.2. Université numérique en région Bretagne, ou UNRB (2005-2006)
5.3. Observatoire numérique de l’enseignement supérieur, ou ONES (depuis 2010)
5.4. Ayushi (2011-2015)
5.5. Université de La Rochelle (2011-2012)
5.6. Appel à manifestation d’intérêt lancé par la Mission de la pédagogie et du numérique pour l’enseignement supérieur, ou MIPNES (2016-2018)
5.6.1. « OntoStats » (COMUE Université Paris Lumière
5.6.2. « Ioké » (université de Lille 1)
5.6.3. « Des ebooks pour la licence » (université de La Réunion)
5.6.4. « Manivelle : le numérique à portée de main » (université de Bretagne occidentale)

L’étude menée par le JISC au Royaume-Uni …………. 50
Conclusion……………………………………………………………………. 51
Préconisations…………………………………………………………….. 53
Annexes ………………………………………………………………………… 55


Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *