AAC « Dossier thématique « Libre accès et données de la recherche. Quelle résonance dans les SIC ? » Revue Études de Communication

Dossier thématique n° 52 Etudes de Communication : langages, information, médiations « Libre accès et données de la recherche. Quelle résonance dans les SIC ? »

Special issue nb 52: “Open Access and Research Data. Contributions from the Information and Communication Sciences”

Coordination : Joachim Schöpfel (Univ. Lille, EA 4073 – GERiiCO, F59000 Lille, France), Renaud Fabre(Univ. Paris 8 Vincennes–Saint-Denis, Laboratoire d’Économie Dionysien, France) et Bernard Jacquemin (Univ. Lille, EA 4073 – GERiiCO, F59000 Lille, France)

Depuis le début des années 2000, un mouvement politique et social visant à la libéralisation de l’accès aux données (open data), principalement scientifiques et institutionnelles, se fait sentir. La déclaration de Budapest (Budapest Open Access Initiative, BOAI, 2002) propose ainsi le libre accès aux publications de recherche, tandis que la déclaration de Berlin (2003) élargit la perspective et propose de garantir le libre accès à la connaissance en ouvrant l’accès à la fois à la littérature scientifique mondiale, aux données de cette recherche et aux outils qui ont permis de collecter ces données. Parallèlement à ces initiatives, la pression s’accentue sur les autorités pour que les données collectées par les pouvoirs publics soient elles aussi mise à disposition, au point que le Parlement européen vote en 2003 la directive Public Sector Information (PSI) visant à l’ouverture des données institutionnelles dans une perspective de réutilisation de celles-ci. Côté français, la création en 2011 d’Étalab permet de concrétiser la politique gouvernementale en terme d’ouverture et de partage des données publiques issues des établissements publics à caractère administratif, industriel et commercial, ainsi que des entreprises publiques, délégataires ou associatives (publication via le portail data.gouv.fr). Faisant le pont entre les données liées aux savoirs universitaires et les données collectées par le domaine institutionnel, la Loi pour une République numérique, votée en France à l’automne 2016, institue la publication systématique des données produites par les pouvoirs publics, tant au niveau administratif qu’au niveau scientifique, y compris les publications issues de financements publics.

Au sein de ce mouvement réclamant l’ouverture informationnelle et scientifique, la demande de mise à disposition des données de la recherche (open research data) est un courant plus récent, et jusqu’à présent à la fois moins médiatisé et moins revendiqué que la mise à disposition des publications scientifiques ou des informations administratives. Pour autant, cette mouvance s’affirme de plus en plus massivement au niveau institutionnel, notamment avec la nécessaire mise en place d’un plan de gestion des données (data management plan) dans les programmes de recherches européens H2020 ou nationaux ANR. La publication des résultats de la recherche ne suffit plus, et il faut désormais pérenniser et dans la mesure du possible partager les données brutes ou prétraitées collectées au cours des projets de recherche. Le monde de l’édition scientifique suit aussi ce courant et demande de plus en plus souvent aux auteurs de garantir la mise à disposition des données décrites dans les publications à fin de preuve. La plupart des universités et grands établissements de recherche mènent également actuellement une réflexion pour assurer une politique de conservation et partage des données de la recherche menée en leur sein et pour amener les chercheurs à faire évoluer leurs pratiques dans ce domaine.

Malgré les positionnements institutionnels en faveur de la libéralisation des données de la recherche, en dépit de la mise en place projetée ou réalisée d’infrastructures permettant d’assurer leur collecte, leur conservation et leur partage, seuls quelques rares travaux de recherche en sciences de l’information et de la communication (SIC) – particulièrement concernées par une problématique de traitement et de gestion de données hétérogènes dans des infrastructures de stockage, de description et de recherche informationnelle, qui impliquent généralement des professionnels de la bibliothèque universitaire et de la documentation scientifique – ont été menés pour comprendre la profondeur et la complexité de ce phénomène, qui pose cependant de nombreuses questions.

Dans leur quotidien professionnel, les chercheurs en SIC sont pourtant particulièrement confrontés à ces évolutions qui sont de nature à influencer tant leurs pratiques que leurs objets de recherche. En effet, depuis la collecte des données – dont la typologie et la nature même, voire les conditions de production, restent souvent incertaines – jusqu’à leur valorisation (publication scientifique initiale, réutilisation dans des perspectives parfois très différentes, traitements divers…) en passant par des phases de description, de structuration, d’analyse, de conservation et de communication, ce sont tous les aspects du métier de chercheur en SIC qui sont questionnés : méthodologie, analyse et traitement, interprétation, diffusion, en plus du volet éthique.

Les interrogations que ce dossier vise à soulever portent sur les quatre axes suivants :

  • interrogation opérationnelle : analyse des dispositifs de la gestion des données de la recherche (plateformes, réseaux…), formes de médiation et de communication des données de la recherche ;

  • interrogation portant sur les usages et usagers : études des pratiques et besoins des chercheurs SIC en matière de production et gestion des données de la recherche, évaluation de l’usage de ces dispositifs, études de la culture informationnelle des données de la recherche (« data literacy ») ;

  • interrogation sur la donnée de recherche et son traitement : approche conceptuelle de la donnée, en particulier dans les humanités numériques, épistémologie des données de la recherche (construction de connaissances basées sur la réutilisation des jeux de données dans d’autres contextes, ou sur le croisement de jeux distincts), patrimonialisation et mémorialisation de l’activité de recherche, documentarisation des données de la recherche (bonnes pratiques) ;

  • interrogation de la sphère publique et citoyenne : études des politiques des données de la recherche, aspects éthiques et réglementaires (règles d’exposition, de partage, d’appropriation des données ; règles d’enregistrement des parcours documentaires sur les plateformes ; comparaisons internationales des dispositifs éthiques et réglementaires…).

Sélection des propositions

La sélection des propositions de contribution se fait en deux temps :

  • sur la base d’un résumé d’environ 3 000 signes qui présentera les objectifs, l’argumentation et l’originalité de la proposition ainsi que quelques orientations bibliographiques ;

  • pour les résumés retenus, une seconde évaluation sera réalisée sur la base des articles définitifs (de 30 000 à 40 000 signes espaces compris). Aucun engagement de publication n’est pris avant l’évaluation du texte complet.

Les instructions aux auteurs sont disponibles sur le site de la revue : https://journals.openedition.org/edc/.

L’évaluation sera assurée de manière anonyme par au moins deux lecteurs du comité.

Les propositions d’articles peuvent être soumises en français ou en anglais. Les articles définitifs sont en français.

L’envoi des résumés au format Word (.doc) ou PDF se fait aux trois adresses suivantes :

Calendrier

14 avril 2018 : soumission du résumé de 3 000 signes

15 mai 2018 : notification de l’acceptation ou du refus de la proposition aux auteurs

15 septembre 2018 : réception de la version complète des articles

15 décembre 2018 : réception des versions définitives des articles

juin 2019 : publication du numéro 52 d’Études de communication (versions papier et électronique)

Comité de lecture

Joumana Boustany (Paris)

Guillaume Cabanac (Toulouse)

Ghislaine Chartron (Paris)

Stéphane Chaudiron (Lille)

Viviane Clavier (Grenoble)

Jacques Ducloy (Nancy)

Hans Dillaerts (Montpellier)

Ulrich Herb (Saarbruck)

Maxi Kindling (Berlin)

Annaig Mahé (Paris)

Florence Millerand (Montréal)

Samuel Moore (Londres)

Achim Osswald (Cologne)

Céline Paganelli (Montpellier)

Laurent Romary (Berlin)

Jérôme Valluy (Paris)

Marc Vanholsbeeck (Bruxelles)

Appel à articles pour la rubrique Varias

Études de communication lance un appel à articles permanent pour sa rubrique Varias.

Toutes les propositions dans les différents domaines de la recherche en SIC sont les bienvenues.

Les consignes de rédaction sont disponibles sur le site de la revue : https://journals.openedition.org/edc/.

Bibliographie

Awre, C., Baxter, J., Clifford, B et al., 2015. Research data management as a “wicked problem”. Library Review, 64 (4/5), 356-371.
DOI : 10.1108/LR-04-2015-0043

Borgman, C. L., 2015. Big data, little data, no data: scholarship in the networked world. The MIT Press, Cambridge MA.

Klump, J., 2017. Data as social capital and the gift culture in research. Data Science Journal, 16 (14), 1-8.
DOI : 10.5334/dsj-2017-014

Leonelli, S., 2016. Locating ethics in data science: responsibility and accountability in global and distributed knowledge production systems. Philosophical Transactions of the Royal Society A, 374 (2083), 20160122+. DOI: 10.1098/rsta.2016.0122
DOI : 10.1098/rsta.2016.0122

Müller, B., 2006. À la recherche des archives de la recherche. Problèmes de sens et enjeux scientifiques, Genèses, 63(2), 4‑24. DOI : 10.3917/gen.063.04.
DOI : 10.3917/gen.063.04

Piponnier, A., 2017. Le rapport scientifique, un observable de l’institutionnalisation de la recherche contractualisée en sciences humaines et sociales. Mots. Les langages du politique, 114, 135‑144.

Prost, H., Schöpfel, J., 2015. Les données de la recherche en SHS. Une enquête à l’Université de Lille 3. Rapport final. Université de Lille 3, Villeneuve d’Ascq.

Schöpfel, J., Kergosien, E., Prost, H., 2017. « Pour commencer, pourriez-vous définir ‘données de la recherche’ ? » une tentative de réponse. In : Atelier VADOR : Valorisation et Analyse des Données de la Recherche, INFORSID 2017, 31 mai 2017, Toulouse (France).

Schöpfel, J., Ferrant, C., André, F., Fabre, R., 2018 (forthcoming). Research data management in the French National Research Center (CNRS), Data Technologies and Applications, 52.

Serres, A. et al., 2017. Données de la recherche en SHS. Pratiques, représentations et attentes des chercheurs : une enquête à l’Université Rennes 2Université Rennes 2.

Thanos, C., 2017. Research data reusability: conceptual foundations, impediments and enabling technologies. Publications, 5 (1), 2+.

van Zeeland, H., Ringersma, J., 2017. The development of a research data policy at Wageningen University & Research: best practices as a framework. LIBER Quaterly, 27 (1), 153-170.

Wilkinson, M.D., Dumontier, M., Aalbersberg, IJ.J. et al., 2016. The FAIR guiding principles for scientific data management and stewardship. Scientific Data, 3, 160018. DOI : 10.1038/sdata.2016.18
DOI : 10.1038/sdata.2016.18


Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *