Séminaires de recherche autour des Humanités numériques : sélection agenda 2018

Coordination : Marcello Vitali Rosati, Nicolas Sauret, Carole Dely, Michael Sinatra, Fabrice Marcoux

23 janvier 2018 : Les circuits de la confiance dans l’environnement numérique.  Avec Chloé Girard & Jérôme Valluy.

Enjeux  : 

Les précédents cycles du séminaire se sont attachés à articuler la notion d’éditorialisation avec différentes pratiques de l’édition numérique, en questionnant tant la production et la diffusion des savoirs (archive, bibliothèque, édition savante) que le journalisme ou les grandes plateformes du web.
En éclairant de manière récurrente les liens entre espace, environnement et éditorialisation, ces séances sont venues interroger les travaux récents de définition et de conceptualisation de l’éditorialisation. Pour Marcello Vitali-Rosati, « l’éditorialisation désigne l’ensemble des dynamiques qui produisent et structurent l’espace numérique. Ces dynamiques sont les interactions des actions individuelles et collectives avec un environnement numérique particulier. » Lire la suite sur le site du séminaire.

La séance sera consacrée au texte de Louise Merzeau « Les fake news, miroir grossissant de luttes d’influences » (Ina Global, mai 2017), et à la question suivante : comment s’élabore la confiance dans l’environnement numérique ?

***

23 janvier :  Classiques à l’heure du numérique : de la conception aux usages. Avec Claire Jeantet (BNF/Audiolib).

La séance est ouverte à tous. Elle sera enregistrée et disponible ultérieurement sur la page du séminaire.

Enjeux  : 

Ce séminaire est consacré aux Études Littéraires Assistées par Ordinateur. Il est ouvert à tous les étudiants inscrits en master ou en doctorat, qui pourront y trouver une aide à la réalisation de leurs projets de recherche faisant appel à l’informatique et un lieu de réflexion sur les usages numériques dans le domaine littéraire. Le programme des conférences sera élaboré en fonction des demandes et de l’actualité et sera affiché au fur et à mesure.

Le séminaire s’interrogera sur les mutations de notre approche du phénomène littéraire au moment où s’effectue une migration historique des supports du texte. Qu’il s’agisse de lire et de transmettre le canon ancien ou de découvrir de nouvelles formes d’écriture, de nouvelles méthodes se mettent en place, de nouvelles lectures s’imposent, que les spécialistes de littérature ne sauraient ignorer.

***

  • Séminaire de la Chaire « Dialogue des Cultures » de Paris 1 Panthéon-Sorbonne : Analyse du web

Coordination : Léda Mansour

23 janvier : Usages en suivant les TIC : une notion en perpétuelle évolution. Avec Françoise Paquienséguy.

Enjeux  : 

Le séminaire continue sa réflexion méthodologique, il invite chercheuses et chercheurs à exposer leur « parcours numérique » : les choix de travailler sur le web, les méthodes adoptées, celles qui sont rejetées, les outils variés ou non, les concepts et notions prolongés, ou construits à partir de leurs études, les objets de recherche web et/ou les corpus tirés du web.

Pour comprendre à quel point la réalité technique, l’action publique et la sociologie ont construit la notion d’usage, il faut avant tout se souvenir du sens initial du mot usager dans les année 1980 : un individu bénéficiant d’un bien ou d’un service public, usager d’un banc public dans un square municipal par exemple. Cette définition est la racine profonde de la sociologie de usages qui se déploiera et s’étoffera jusqu’aux années 2000 ; elle donnera lieu bien entendu aux notions d’usages, d’usages sociaux qui nous sont plus familières. Cependant, le contexte économique a fortement changé, la donne technique a été revisitée par le numérique jusqu’à nous obliger à reconsidérer la définition de l’usage et de l’usager, promu et décrété actif, producteur, produser sous le règne d’un web dit social, participatif, collaboratif etc.

L’intervention de Françoise Paquienséguy, qui étudie ces évolutions et glissements depuis leurs prémisses, aura pour ambition de suivre l’évolution des notions d’usages et d’usager au fil de l’offre technologique et des changements qu’elle a entraîné sur les quatre dernières décennies (1980-2010) jusqu’à faire l’hypothèse d’une actuelle vacuité de la notion d’usage suite à son instrumentalisation généralisée par les politiques publiques, les discours industriels, et les stratégies marketing.

***

La structure intervenant-discutant est maintenue, ainsi qu’un temps de dialogue avec la salle mais les discutants auront désormais une autre responsabilité: poser une série de questions « fil-rouge », identiques à chaque séance, pour permettre d’une part une continuité de réflexion d’une séance à l’autre et d’autre part de proposer une conclusion aux travaux qui seront menés.

26 janvier : De l’historique des humanités numériques francophones (2007-2017) aux prémices d’une définition pluraliste des humanités numériques. Avec Jérôme Valluy. Discutant : Alexandre Gefen, CNRS/ Université Paris 3.

La séance débutera avec un cadrage socio-historique des HN entre 2007 et 2017 pour introduire les débuts de la critique (depuis 2016) des HN, marquée par une évolution entre la critique de rejet à la critique de réorientation.

***

29 janvier : présentation du logiciel de bases de données BASE par Solenn Huitric.

Enjeux  : 

Le but du séminaire est d’aborder dans un langage accessible à tous des outils numériques susceptibles d’aider des historiens dans leurs recherches ou d’ouvrir de nouvelles perspectives.
Chaque séance est partagée entre un temps de présentation d’un outil numérique pour que chacun comprenne comment l’utiliser et un temps de présentation d’une recherche historique menée à l’aide de l’outil en question par un spécialiste.

***

12 février : Quels fondements épistémologiques pour le machine learning ? Avec Gabriel Ganascia. 

Enjeux  : 

Notre séminaire EHESS Etudier les cultures du numérique se poursuit par une intervention qui s’annonce tout à fait passionnante de Jean-Gabriel Ganascia (Université Pierre et Marie Curie). Son exposé portera sur les fondements épistémologiques—et les limitations—du machine learning. Spécialiste en intelligence artificielle et en modélisation cognitive, il est l’auteur de plusieurs ouvrages, parmi lesquels : Le Mythe de la Singularité. Faut-il craindre l’intelligence artificielle ? (Seuil, 2017), Voir et pouvoir : qui nous surveille ? (Le Pommier, 2009), Idées reçues sur l’intelligence artificielle (Editions Cavalier bleu, 2007).

Titre : Epistémologie de l’apprentissage machine

L’écho grandissant que reçoivent les big data et l’apprentissage profond (Deep Learning) depuis quelques années masque mal leurs limitations. Si ces techniques apportent et apporteront beaucoup dans un grand nombre de secteur, par exemple dans le domaine médical, pour aider à diagnostiquer des maladies, ou dans le champs social, pour faire de la prédiction et rationaliser certains choix, elles reposent sur l’induction, c’est-à-dire sur le raisonnement qui va du particulier au général. En conséquence, elles sont soumises aux limitations logiques de toute induction, que nous tâcherons de rappeler ici. De plus, comme nous le montrerons, ces techniques permettent de détecter des corrélations qui ne correspondent pas toutes à des relations de causalités, et qui s’avèrent parfois trompeuses. Enfin, nous verrons que l’emploi abusif de procédures de décision fondées sur l’apprentissage machine peut avoir des effets prédateurs sur la société, car loin d’être objectifs, les choix reposent sur des implicites qui peuvent éventuellement avoir des effets discriminatoires.

Le séminaire aura lieu le lundi 12 février 2018, de 17 h à 20 h (EHESS, salle M. & D. Lombard, 96 bd Raspail 75006 Paris).

***

Enjeux : 

Humanités numériques : quelle(s) critique(s) ?

Dans le prolongement des séances de l’année passée, le séminaire abordera les humanités numériques sous l’angle de la critique (voir cette présentation). Si la question n’est pas nouvelle, elle semble posée de plus en plus fréquemment au cours des dernières années, notamment dans le champ francophone, avec la publication d’un nombre croissant de textes (articles et numéros de revues, en particulier) sur lesquels il est utile de revenir. À travers la lecture et la discussion de ces textes, il s’agira d’explorer non seulement les critiques venues de l’extérieur du champ, mais aussi les approches qui visent à développer, de l’intérieur, la dimension critique que peuvent contenir ces pratiques et méthodes de recherche. Dans quelle mesure ces discours se fondent-ils sur des faits, une histoire, une culture communes ? Quels en sont les enjeux ? Nous les confronterons également aux différentes traditions critiques des sciences humaines et des sciences sociales. Nous proposons ainsi aux participants du séminaire de contribuer à une tâche qui nous paraît maintenant cruciale : expliciter les positions intellectuelles et institutionnelles qui orientent les discours sur les humanités numériques. Lire la suite sur le site du séminaire.

***

18 janvier :  l’archivage des données numériques de la recherche.
15 février : Identité numérique du chercheur

Enjeux  : 

Ce séminaire est conçu comme un lieu de réflexion et de confrontation des pratiques et des analyses afin d’établir, en liaison avec les grands programmes internationaux, un espace de questionnement sur les pratiques numériques.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *