What is the 21st Century Academic Library? Qu’est-ce qu’une bibliothèque de recherche au 21è siècle ?

Karen Dias is the Interim Dean of Libraries at West Virginia University and has been a librarian for 30 years.

A phrase being used with more frequency in higher education is the “21st century research library.” In fact, you often hear library leaders discussing how their goal is to help their organization become one.  What you often don’t get is a definition of what that means exactly. One reason for this is that the definition is still being discovered.  But even though we don’t have a complete definition, we certainly have the clear outlines of one. Here are elements of a 21st century research library that resonate with me:

Focus on the needs of the campus and changes in higher education

In the 20th century there was much effort on modernizing the systems of the library, but much of that work tended to be internally focused.  This work provided good results that are continuing to make access to our resources easier, thus bringing us to the place where we can now begin to look more outside of ourselves. We now need to be looking at what the challenges of our campuses are and leveraging our resources to support those new challenges. At WVU the big challenges set forth by our president include action on Education, Prosperity, and Health. In the libraries we are looking at new and innovative ways we are uniquely poised to support these.

Evolving role of liaisons

Libraries of the 20th century created liaison roles with academic colleges and departments to ensure the library collection reflected the needs of the unit’s research and teaching. With increased access to content outside of the library and the emergence of a digital approach to research and teaching, there are opportunities for new areas of engagement. Libraries have made great strides in evolving in support of teaching through more developed pedagogy around information literacy and are developing new strategies to support the research needs through new collaborations and services for scholarly communication, data management, data visualization, data analysis, copyright, GIS, and attending to the complete research cycle. This is a growth area for WVU Libraries that we are working on.

Increased access

WVU Libraries is in a difficult spot with this right now as our funding streams are tightened. But it also highlights the new reality of libraries that access is not simply about what we own.  It is about what content we can make available to you. This means we are engaged in digitization projects for items that are unique to us; we are promoting and developing new ways to support open access to both research and teaching content; we are continually improving our technology and partnerships with other libraries for more seamless resource sharing.  The most challenging area we face today is moving to more sustainable models for continuing and building our own collections. This is especially true in the sciences where the scholarly communication model has become too expensive and too vast for even the best-resourced library. In fact, what the 21st century research library is evolving into is a “Just in time” model (we provide the information just in time for the researcher) from a “Just in case” (we house as much as we can just in case an item is needed) model of collection development. Libraries are now talking about this in terms of the owned vs the facilitated collection.

New methods of content creation and curation

The challenged reality of sustainable collection development has led libraries to take a more active role in the publishing process itself. Most libraries have an institutional repository (IR) that allows a campus to host items such as student electronic theses and dissertations (ETD’s), faculty manuscripts, and other campus information fit for open sharing. WVU had an IR that we are in the process of replacing. We are also hosting the Digital Publishing Institute directed by English professor Dr. Cheryl Ball that will provide scholarship, teaching, and publishing of scholarly and educational content, especially for items that are multimedia based. Libraries face opportunities around hosting and facilitating more student content, such as student research journals.

Staff development

Because libraries are changing, so are the staffs that keep them running and changing. This means we need to invest in continuing growth of our staff through professional development, training, and engagement with the profession at large. It also means that we need to be attending to the culture within our organization to ensure that it supports the new demands of evolution, collaboration, and an outward campus focus. Our efforts to become a 21st century library are only as good as having the staff that can make it so.

Collaboration

Last, but perhaps most importantly, collaboration is key in the 21st century library.  We need to be doing so in every direction possible.  Internally, as the demands for new and widening expertise within the library increase, we need to learn to work with each other to put our various insights and experiences together for the best outcomes in new situations. We need to be not only a service to the campus, but a partner as well so that we learn where our resources and expertise can aid in solving large campus challenges. And finally we need to be partnering with peer institutions, not only for resource sharing but also for the development of new systems and services that benefit the academy and libraries in general. We can no longer develop and problem solve in our own bubbles.  Our challenges have gotten too complex and our pocketbooks too thin for such an approach.

What am I missing?  Are there other hallmarks of the 21st century research library that you think we need to be attending to?

(Originally published at: http://library.osu.edu/about/dean)


Karen Dias est est bibliothécaire depuis 30 ans et la directrice par intérim des bibliothèques de l’Université  de Virginie-Occidentale aux Etats-Unis.

L’expression «bibliothèque de recherche du 21ème siècle» est de plus en plus utilisée dans l’enseignement supérieur. En effet, on entend souvent les responsables de bibliothèque parler des objectifs pour que leur organisation en devienne une. On entend plus rarement à quoi elle devrait ressembler pour bien la définir. Une des raisons tient au fait qu’elle est justement en définition. Même s’il n’y a pas de définition univoque, on en connaît cependant plus ou moins les grandes lignes. Voici d’après moi ce qui fait la bibliothèque de recherche du 21ème siècle :

Privilégier les besoins du campus et favoriser les transformations de l’enseignement supérieur

 Au 20ème siècle, beaucoup d’efforts ont été faits pour moderniser les infrastructures des bibliothèques, mais une grande partie de ce travail a eu tendance à rester centrée sur des actions visibles en interne. Les bons résultats qui en ont découlé continuent de faciliter l’accès aux ressources et permettent à la profession de commencer à regarder au-delà de ces acquis. On doit maintenant examiner quels sont les défis de nos campus et tirer parti de nos ressources pour soutenir ces nouveaux défis. Pour le président de l’université de Virginie-Occidentale (WVU), les grands défis à relever sont ceux de l’éducation, de l’économie et de la santé. Dans les bibliothèques, on réfléchit aux moyens les plus innovants pour être le mieux à même de servir ces objectifs.

Renforcer les liens de coopération avec l’université

Les bibliothèques du 20ème siècle ont créé des liens de travail étroits avec les collèges et les départements universitaires pour s’assurer que les collections de la bibliothèque répondent aux  besoins des unités de recherche et d’enseignement. L’accès accru au contenu des ressources hors bibliothèque et l’émergence d’une approche numérique de la recherche et de l’enseignement ont donné aux bibliothèques de nouvelles opportunités pour accentuer leur rôle dans le développement de l’université. Elles ont largement contribué au progrès de l’enseignement grâce à une pédagogie bien rodée en matière d’éducation à l’information et l’adoption de nouvelles stratégies pour soutenir les besoins de recherche en mettant en place de nouvelles collaborations et des services dédiés à la communication scientifique, la gestion de données, la visualisation de données, l’analyse de données, jusqu’à proposer d’apporter son assistance au cycle de recherche dans son intégralité. C’est justement sur l’extension croissante de ces nouveaux services que les bibliothèques WVU travaillent.

Développer l’accès aux ressources

Les bibliothèques de WVU se retrouvent actuellement en difficulté sur ce terrain dans un contexte où leurs dépenses augmentent. Mais il faut aussi souligner que la réalité des bibliothèques a changé sur ce sujet depuis que l’accès au contenu ne concerne plus seulement les ressources payantes. Il y a aussi d’autres contenus qui peuvent être mis librement à disposition. Par exemple des articles, dont la bibliothèque a l’exclusivité, issus des projets de numérisation dans lesquels elle est engagée; nous encourageons et développons de nouvelles voies pour soutenir l’accès ouvert aux résultats de la recherche et aux contenus pédagogiques; nous améliorons continuellement notre technologie et nos partenariats avec d’autres bibliothèques pour partager les ressources dans une plus grande transparence. La grande difficulté à laquelle les bibliothèques sont aujourd’hui confrontées est de passer à des modèles plus durables pour continuer à acheter et à construire leurs propres collections. Cela est particulièrement vrai dans les sciences où le modèle de publication scientifique est devenu trop coûteux et trop vaste pour une seule bibliothèque, la plus fournie fût-ce-t-elle. En fait, la bibliothèque de recherche du XXIe siècle est la bibliothèque qui passe du modèle traditionnel de développement de collection, fondé sur le principe du «Juste au cas où» (la bibliothèque acquiert autant de ressources que  possible au cas où il y aurait des besoins potentiels), au modèle du «Juste à temps» (la bibliothèque fournit l’information juste à temps pour le chercheur). Les bibliothèques évoquent cette évolution en termes d’opposition entre la collection qui est constituée par les achats en amont et la collection d’appui, constituée au fil de l’eau, à la demande.

Adopter de nouvelles méthodes de création et de curation de contenu

Le défi posé par le développement durable des collections a conduit les bibliothèques à jouer un rôle plus actif dans le processus de publication lui-même. La plupart des bibliothèques ont un dépôt institutionnel qui propose d’héberger et de donner un accès ouvert aux documents scientifiques du campus tels que les thèses et les travaux d’étudiants, les éditions manuscrites des facultés ou tous autres types d’informations. WVU avait un dépôt institutionnel que nous sommes en train de remplacer. Nous hébergeons également l’Institut d’édition numérique dirigé par le professeur anglais Cheryl Ball, qui proposera des bourses d’études, des enseignements et des publications de type scolaire et pédagogique, en particulier quand elles sont présentes dans les bases de données multimédias. Les bibliothèques ont par ailleurs la capacité d’héberger et de valoriser les productions de contenu des étudiants, comme par exemple les revues de recherche qu’ils publient.

Développer la formation du personnel

De même que les bibliothèques se transforment, les personnels qui en ont la charge doivent évoluer à leur tour. Autrement dit, nous devons investir dans la formation continue de notre personnel grâce au développement des compétences métiers, de la formation et de l’engagement envers la profession dans son ensemble. Cela signifie également que nous devons veiller à ce que la culture de notre organisation soit en mesure de répondre aux nouvelles exigences d’évolution, de collaboration ou aux priorités d’un campus extérieur. Nos efforts pour devenir une bibliothèque du 21ème siècle ne peuvent aboutir qu’à condition d’avoir le personnel qui va avec.

Collaborer

Enfin, mais c’est peut-être le plus important, les collaborations sont essentielles dans la bibliothèque du 21ème siècle. Nous devons les multiplier dans toutes les directions possibles. En interne, au fur et à mesure que les nouvelles demandes d’expertise élargie au sein de la bibliothèque augmentent, nous devons apprendre à travailler les uns avec les autres pour mettre en commun nos différentes idées et nos expériences et mieux tirer parti des résultats obtenus avec ces nouvelles méthodes. Nous devons non seulement être un service du campus, mais également un partenaire afin de comprendre où nos ressources et notre expertise sont les plus utiles pour contribuer à résoudre les grands défis du campus. Et enfin, nous devons collaborer avec des institutions homologues, non seulement pour le partage des ressources, mais aussi pour le développement de nouveaux systèmes et services qui profitent à l’institution universitaire et aux bibliothèques en général. Nous ne pouvons plus continuer à développer et résoudre les problèmes chacun dans nos bulles. Nos défis sont devenus trop complexes et nos portefeuilles trop maigres pour conserver cette approche.

Qu’est-ce que j’oublie ? Voyez-vous d’autres attentes que vous pourriez avoir pour construire la bibliothèque de recherche du 21ème siècle  ?

(Traduction proposée par Catherine Muller)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *