De la page au flux : la conception du livre numérique

Après des études de philosophie, et une expérience professionnelle dans l’édition, Bianca Tangaro s’est spécialisée en 2017 dans l’édition numérique en suivant le Master PUN de l’Enssib. Elle rédige actuellement un mémoire sur le livre numérique comme défi technique, commercial et culturel pour les éditeurs indépendants.

Á quoi pense-t-on quand on nous dit le mot « livre » ? De manière générale, nous pensons à un objet, qui occupe un certain espace, et qui a une certaine forme. Cet objet se présente comme un recueil de pages imprimées (au moins 49 selon la définition de l’Unesco [1]) dont la fonction est celle de support à l’écriture et aux images. En tant que support matériel le livre a donc une certaine forme physique : c’est précisément cette forme que nous voudrions analyser. En effet, dans le passage du livre papier au livre numérique, le livre abandonne la forme de codex pour acquérir celle de « flux » numérique. Il s’agit alors ici d’analyser le changement de conception qu’entraine ce passage d’une forme à l’autre. Nous voudrions ici rendre compte du fait que la réalisation d’un livre numérique implique une certaine conception du livre différente de celle historiquement focalisée sur la page destinée à la seule impression sur papier. Il faut ici entendre le terme « conception » au sens d’un engendrement et de la disposition dans laquelle il faut se placer pour réaliser un livre numérique, puisque opter pour la publication numérique nécessite une certaine « conversion » à une nouvelle méthode. Il va falloir ainsi comprendre les tenants de cette méthode.

Dans notre recherche documentaire, nous avons remarqué que de nombreuses études ont été consacrées de manière large au livre numérique, à son univers professionnel, son univers économique, et d’autres textes sont plutôt des manuels, guides pratiques à la création de documents EPUB. Nous avons également fait une recherche en ciblant la notion de « page », et nous avons trouvé peu de littérature concernant cette notion. Nous allons préciser cela dans la section dédiée à l’état de l’art de la littérature sur notre sujet. Ainsi, nous avons pu constater qu’il y a peu de textes ou études permettant de comprendre le changement fondamental qui s’opère lors de la conception d’un livre numérique par rapport à la conception d’un livre destiné à être imprimé. C’est pourquoi nous voudrions analyser précisément les différences entre les deux modèles de conception qui sont celui de la page physique et celui du flux numérique, les mettre en parallèle afin de questionner la place de la notion de « page » dans l’univers de la création de livres numériques. Ce questionnement naît d’un problème qui émerge lorsque des professionnels de l’édition traditionnelle commencent à dialoguer avec des professionnels de l’édition numérique. Il apparaît que le vocabulaire n’est pas le même entre les deux corps professionnels et les attentes des uns semblent diverger de celles des autres.

On se demande alors si cette différence de vocabulaire entre l’emploi des mots « page » et « flux » numérique cache en réalité en elle une différence de fond, plus importante, qui touche à un changement dans la manière d’être éditeur et de concevoir le livre à l’heure du numérique.

Pendant notre recherche, nous avons réalisé qu’en voulant analyser ce qui change dans le processus de conception de livres numériques nous nous situons au croisement entre plusieurs approches disciplinaires, telles que l’histoire du livre, les sciences de l’information et de la communication, le développement web et la littérature qui le concerne, ainsi que la psychologie cognitive, et plus précisément les études de cette discipline sur la résolution de problèmes de création et de conception.

De la sorte, il est important de prévenir le lecteur que cette étude n’inclut pas de données statistiques puisque le sujet ne se prête pas à une analyse par données, mais plutôt à une analyse par ressources bibliographiques et témoignages de professionnels.

État de l’art

Pourquoi étudier la conception du livre numérique ? Afin de répondre à cette question, et comprendre la nécessité de cette étude, il est utile de rappeler les acquis d’une partie des recherches qui ont été menées sur ce sujet et sur celles qui lui sont voisines. Nous avons sélectionné une bibliographie de textes qui ont analysé le concept de page, le parallélisme entre le papier et le numérique, mais aussi la conception de documents numériques ainsi que des manuels pratiques sur la création de livres au format EPUB. Cette bibliographie se focalise sur les ouvrages parus entre les années 2010 et 2017 sur les thèmes qui viennent d’être cités.

Déjà en 2010, Milad Doueihi dans [DOUEIHI2010] écrit un article dans lequel le sujet du livre numérique est abordé sous plusieurs angles. Il met en avant une certaine « fixité » du modèle du livre papier, modèle dans lequel le texte serait enveloppé. Dans ce modèle se trouvent modifiées aussi « une culture et une sociologie  ; sans oublier des acquis juridiques et des pratiques commerciales ». Il est utile de remarquer que Doueihi pointe la nécessité d’une conversion du regard que les éditeurs doivent apporter à leurs pratiques. Toutefois, la conversion du regard apportée par le livre numérique « a un prix : l’abandon de certains acquis de l’ère du livre imprimé et l’adoption de nouveaux droits, avec leur valeurs économiques et morales, nés des pratiques courantes sur le réseau ». Doueihi invite donc, dès 2010, à déconstruire certaines habitudes qui ont bâti l’histoire du livre imprimé, les pratiques anciennes, mais aussi celles récentes liées à la Publication Assistée par Ordinateur (PAO) qui reste tout de même ancrée dans la tradition du livre organisé et conçu par « pages ». Par sa nature même le livre numérique vient fragiliser et déstabiliser des pratiques et des institutions : c’est pourquoi il est urgent de se montrer attentifs à ce nouveau média. Dans cet article, nous avons prêté une attention particulière aux passages qui soulignaient la spécificité du modèle imprimé axé sur la page. Á ce propos Doueihi souligne le fait que, dans la création d’un livre numérique, l’éditeur ne peut plus imposer sa mise en forme, mais « [i]l faut trouver un nouvel équilibre entre les éléments que l’éditeur considère comme devant absolument être mis en forme à sa manière, et ceux où il faut laisser un degré de liberté pour le lecteur ». Que signifie précisément pour un éditeur de livres numériques ne plus imposer sa « mise en page » ? Il nous semble que ce point touche à la conception même des livres, et mérite d’être approfondi.

La conversion de la méthodologie des éditeurs a comme premier obstacle la disparition de la notion de page. Gino Roncaglia détaille cette problématique dans [RONCAGLIA2010] un ouvrage qui est à la fois une histoire de la naissance du livre numérique et de son évolution jusqu’à 2010 abordant les problèmes crées par la naissance de ce nouveau média dans l’univers du livre papier. L’auteur met en avant le fait que la mise en page devient « organisation sur l’écran du texte électronique qui est par lui-même un objet fluide et intangible »[2]. La réflexion sur la conception implique ainsi la question de la « représentation du texte et des phénomènes textuels » et du rapport du lecteur à ces mêmes phénomènes.

Le phénomène textuel numérique peut faire penser au fait que le lecteur ait un rapport nouveau au texte. Pourtant, le transfert du patrimoine écrit d’une matérialité à une autre a été déjà connu pendant les premiers siècles de l’ère chrétienne, comme en témoigne Roger Chartier [CHARTIER2012] dans son article. L’auteur ici se focalise sur la lecture, en remarquant qu’au moment où la culture du codex commence à se diffuser et à rivaliser avec celle du volumen toute une série de « gestes inédits » apparaissent. Si avec le volumen tout le corps était mobilisé en tenant le volume avec les deux mains et en obligeant une lecture linéaire du début à la fin, le codex introduit le geste du « feuilletage », le saut d’un chapitre à un autre, selon le gré du lecteur, la possibilité de tenir en main un stylo et prendre des notes en marge du texte. Finalement, le codex introduit dans l’histoire une lecture discontinue. Contrairement à une certaine vulgata qui ferait du livre numérique le média qui introduit la lecture non-linéaire, c’est plutôt avec la maniabilité du codex que le lecteur gagne une certaine maîtrise du texte, quant à sa réception du moins. Roger Chartier remarque alors que ce qu’on perd avec le livre numérique c’est plutôt la possibilité de repérer les genres de textes par leur format, étant donné qu’avec le livre numérique on n’a pas d’approche matérielle du texte.

Le passage de l’usage du volumen à celui du codex est une mutation culturelle qui a eu lieu au début  de l’ère chrétienne. Anthony Grafton [GRAFTON2015] a consacré une étude au concept de page et analysé cette notion selon plusieurs facettes. Le point de vue adopté est celui d’un historien du livre. L’introduction du codex consacre une révolution intellectuelle à proprement parler. L’approche au texte change tout comme son appréhension : avec le codex il y a la possibilité d’accéder à la structure du texte d’emblée grâce à la segmentation par chapitres et par pages. Les études universitaires du XIIIe siècle profitent de ce nouvel accès au savoir, plus détaillé, plus précis. Le parcours historique proposé par Grafton, pourtant, ne semble pas aller jusqu’à la conception de la page numérique. Ce qu’il est important de retenir pour notre analyse c’est le fait que le passage du volumen au codex signe un tournant historique précis, qui a nécessité environ trois siècles pour se mettre en place. Cela nous mène à poser la question suivante : doit-on penser que le livre numérique aura besoin de plusieurs siècles pour intégrer complètement les pratiques culturelles des lecteurs ? Nous ne tenterons pas dans cette étude de répondre à cette question, mais il nous semble qu’elle mérite d’être soulignée et posée.

Cela pourrait paraître étonnant, mais le lien entre le livre numérique et le volumen c’est précisément l’absence de page, ou plus précisément de l’espace-page. En 2013, le livre écrit et réalisé par deux ebook-designers Jiminy Panoz et Roxane Lecomte [PANOZ2013] vient poser l’attention sur la notion de « page », puisque elle fait partie de la série de mots-clés que les auteurs ont jugé essentiels à connaître quand on aborde le sujet du livre numérique. D’après le témoignage de ces deux professionnels, « la page est un concept inadapté au livre numérique ». Concept inadapté surtout vis-à-vis des créateurs et concepteurs de livres numériques. Dans ce texte, à l’entrée « page » on lit en effet qu’elle « n’est qu’un artefact du livre papier avec lequel nous nous obligeons à composer ». Autrement dit, au moment de la conception d’un livre numérique, le vocabulaire du livre papier persiste et s’impose encore venant véhiculer et influencer les pratiques. Un écran en effet est encore considéré comme un espace identique à celui de la page. Écran et page ont été identifiés. Étonnamment, même les magazines et la presse ont reproduit en numérique des versions homothétiques de leurs supports papier fait de pages, tout comme on parle de « page web » en ligne. Dans ce texte, ces professionnels encouragent à prendre en compte le fait que le réel metteur en page c’est le logiciel de lecture. Le travail d’édition d’un livre numérique consiste alors plus à « contrôler le débit et la répartition du contenu » dans le flux qu’à organiser les éléments sur l’écran, puisque l’écran, lui, n’a pas de forme fixe, mais peut avoir de multiples formes. Le but alors n’est pas de les maîtriser toutes, mais de concevoir un flux assez bien composé pour qu’il s’adapte de manière uniforme à tous les logiciels de lecture.

Nous avons mené notre enquête du côté du concepteur, et nous avons trouvé pertinent sur ce sujet l’ouvrage de Aline Chevalier [CHEVALIER2013]. Même si l’ouvrage se focalise sur les concepteurs et développeurs-web, on voit comment les problématiques de conception de ces derniers et celles des concepteurs de livres numériques se rejoignent. Le concept de « fixation », en particulier, permet d’expliquer une certaine « rigidité de l’esprit » lors de la conception de solutions alternatives à des problèmes nouveaux. « Face à un nouveau problème à résoudre, les concepteurs ont tendance à reproduire des solutions qu’ils ont développées antérieurement et ne considéreraient pas (ou très rarement) des solutions alternatives, qui pourtant pourraient se révéler plus appropriées pour le problème courant » affirme Chevalier. Cette réflexion nous encourage à penser que lors de la conception de livres numériques, le créateur conçoit des solutions qui restent calquées sur le modèle des livres destinées à l’impression. Notre hypothèse est que le concepteur reste fixé sur le modèle de l’ « espace-page » et tente de reproduire sur écran ce qu’il a déjà produit pendant longtemps sur l’espace figé de la page.

La fixation des pratiques trouve confirmation dans la tendance au « skeuomorphisme » dans les pratiques d’édition numérique, comme signalé par [SINCLAIR2014] dans l’ouvrage Pratiques de l’édition numérique [VITALI-ROSATI2014]. Le « skeuomorphisme » désigne une tendance à utiliser des ornements et décorations attribués à un objet pour rappeler les ornements et décorations d’un autre objet. Dans le cas du livre numérique cela se traduit par la tendance à attribuer les caractéristiques de design et le graphisme propres au livre papier. Parmi ces attributs et caractéristiques on retrouve bien entendu la « page ». En se situant du côté du lecteur, et en s’interrogeant sur l’expérience de l’utilisateur, les auteurs de cet article tentent de définir quelles peuvent être les bonnes pratiques de « production de contenus numériques » et donc de création de livres numériques.

Dans le cadre d’une recherche sur le livre numérique enrichi, la notion de « page » a été également étudiée dans les études de Nolwenn Tréhondart et Alexandra Saemmer [TREHONDARTSAEMMER2014]. En particulier, afin d’étudier le livre numérique enrichi l’article mène une analyse en s’appuyant sur la notion de « forme-modèle de la page-écran » entre autres modèles (disposition hypertextuelle, élocution hypertextuelle). Le point de vue adopté est encore une fois celui de la lecture et de la réception du texte. Selon cette étude, la forme-modèle de la page appliquée à l’écran est liée à une certaine représentation de la lecture que les lecteurs, mais aussi les auteurs et les éditeurs, ont déjà élaboré avant d’appréhender un livre numérique, soit-il enrichi ou non. Toutefois, il nous semble, encore une fois, que le point de vue des concepteurs de livres numériques n’est pas pris en compte autant que celui des lecteurs ou des éditeurs.

 Méthodologie d’analyse et constitution du corpus

 Comment analyser ce corpus hétérogène ? Nous avons cherché des ouvrages axés surtout sur la conception de livres numérique, sur l’éditorialisation et sur l’évolution historique du modèle du codex. Pendant notre recherche, nous avons constaté qu’étudier le point de vue du concepteur n’est pas une pratique diffusée parmi les chercheurs en éditorialisation ou édition en général. Il nous apparaît que le point de vue du lecteur est l’angle d’étude privilégié. Il est certain que le numérique apporte essentiellement des changements dans l’accès au texte et sa lecture. De nombreuses études ont donc été menées, parmi celles citées, pour comprendre ce qui change pour le lecteur, et pour voir quels bouleversements traversent la lecture quand elle passe du papier à l’écran. Le point de vue des éditeurs en tant qu’entrepreneurs est également souvent étudié, en analysant le modèle économique à intégrer pour avoir une offre numérique, mais peu souvent en tant que concepteurs. Dans l’hétérogénéité de ces études, nous avons regroupé les différents textes selon les catégories suivantes :

  • histoire du livre et de la page ;
  • lecture: du papier à l’écran ;
  • édition numérique.

Nous voudrions alors introduire les résultats de notre analyse et les perspectives qui s’ouvrent par rapport à cette dernière dans la catégorie édition numérique.

 Résultats et perspectives

Nous avons décidé de présenter les résultats et les perspectives de notre analyse en faisant une comparaison entre le modèle de conception qui a guidé l’édition dès le codex, et le modèle de conception qui apparaît avec le livre numérique, donc avec le langage HTML et CSS, et le langage XML.

Ainsi nous avons repéré d’une part le « paradigme graphique » dans le modèle de conception calqué sur le codex, et d’autre part nous avons identifié le deuxième modèle comme « paradigme sémantique ». Afin de comprendre l’articulation entre ces deux modèles, nous sommes partis des réflexions qui suivent.

La conception d’un texte connaît une métamorphose radicale avec le format EPUB. De fait, c’est la création même du livre qui est en cause : on est passé de la conception du texte mis en page, dont la forme est celle du codex, au texte « mis en flux » dont la forme est précisément celle d’un flux numérique auquel on peut attribuer un style. Face à cela, nous nous sommes demandés :

  • Quelles sont les différences principales qui séparent le codex et le flux ?
  • Quelles conséquences cela a sur la manière de concevoir un livre ?
  • Quels enjeux sont à prendre en compte lors de l’adaptation d’un livre conçu pour l’impression à un livre conçu pour une publication numérique ?

Le modèle du codex comme paradigme graphique. Le texte comme représentation

Très facilement reconnaissable, le livre en forme de codex se présente comme un ensemble de pages imprimées et reliées. Le livre présente des caractéristiques qui nous sont aujourd’hui assez familières. Dans cet objet, le texte en tant que production intellectuelle et le support physique, qui permet l’impression de caractères, ne font qu’un. Tout est là, dans une seule chose. Le livre est conçu en tant que chose, immuable et fixée dans le temps, depuis la révolution de l’impression par Gutenberg. Dans cette conception le texte est pensé pour la page, et pour être lu page après page. Il s’agit une conception linéaire du texte car il doit en permettre une lecture linéaire et continue prévoyant un début, un développement et une fin.

Penser le texte pour qu’il soit intégré dans une page signifie concevoir une composition du texte spécifique : la mise en page. La conception de mise en page est profondément ancrée dans la culture de l’éditeur. Étymologiquement, le terme page dérive du latin, et du verbe pangere qui signifie littéralement planter. C’est pourquoi plus tard le terme pagina est venu indiquer la colonne d’écriture dans laquelle le texte est inséré, ou autrement dit, « planté ». [GRAFTON2015]rappelle que pagina désignait en latin les rangées de pieds de vigne, et le mot serait venu métaphoriquement indiquer par la suite les colonnes dans lesquelles le flux désorganisé de paroles venait se ranger. Ces colonnes étaient celles du volumen, et au fur et à mesure que le codex est rentré dans les mœurs et habitudes de lecture le même mot pagina a été gardé, mais en est venu à signifier ce que nous entendons aujourd’hui par page : « le côté d’une feuille, et l’espace sur lequel on peut écrire » [GRAFTON2015]. Entre le IIe et le Ve siècle après J.-C. « les auteurs de codex se lancent dans des expériences nouvelles » : ils commencent à disposer le texte sur la page non pas en colonnes mais en « blocs de texte ». Á cette époque la figure de l’auteur a des fonctions qui par la suite ont été reconnue comme uniquement éditoriales. Á ce moment de l’histoire l’auteur est maître de la page d’un point de vue graphique et donc esthétique. Ce sont les auteurs qui commencent à décorer leurs textes, à y insérer des images, en commençant par leurs propres portraits. Le texte, manuscrit, est intégré à la page et adapté à elle : à sa taille, ses dimensions, sa forme. Lorsque l’impression s’installe en Europe à partir du XVe siècle ce procédé ne se perd pas, au contraire il se fortifie.

L’approche architecturale de l’éditeur

Le fait que les premiers typographes tout comme la grande majorité des éditeurs actuels, hormis les pure players, aient conçu le texte pour la page nous permet de pointer le fait qu’il y a un déterminisme pragmatique dans la pratique des éditeurs. Dans les volumen des premiers textes en grec ancien l’espacement entre les mots et les lettres, les majuscules et la séparation entre paragraphes n’existaient pas, c’est seulement à partir du XIV e siècle que les règles typographiques que nous retrouvons dans nos livres aujourd’hui sont apparues. En effet, le souci d’adaptation du texte à la page en fonction de la lecture arrive seulement à cette époque. En ce sens, l’espace-page dédié au texte détermine la manière dont le texte va prendre place dans cet espace et être édité. On peut dire ainsi que l’approche de l’éditeur lorsqu’il met en page un texte est une approche architecturale dans la mesure où sa conception de la page est un véritable aménagement de l’espace-page avec le but de rendre un texte compréhensible et agréable à la lecture. L’éditeur est ainsi similaire à l’architecte car il fait une étude de l’espace disponible en fonction du contenu qui doit être rendu lisible sur la page.

Une culture esthétique

Si l’on fait référence à l’étymologie du mot esthétique qui vient du grec aisthesis, à savoir sensation, on comprend comment la conception esthétique du livre passe par une dimension sensorielle qui n’est pas étrangère à l’éditeur. Ce qu’on l’on perçoit du livre est ce que l’éditeur a voulu faire apparaître, autrement dit ce qu’il a voulu faire ressentir au lecteur d’un point de vue perceptif. Il est évident alors que concevoir la mise en page d’un livre signifie trouver la forme esthétique la plus adaptée au type de texte qu’on s’apprête à publier, une forme qui va être comme une sorte de moule idéalement conçu pour un certain type de contenu. Ainsi la conception du livre en forme de codex est un processus qui relève à la fois du technique (connaissance des normes typographiques, des techniques d’impressions, proportions géométriques) et de l’artistique.

Cet aspect du travail de l’éditeur par la suite a été prise en charge par une figure professionnelle plus spécialisée : celle de l’infographiste. « [S]uivant les caractéristiques graphiques et matérielles propres à une collection donnée, l’infographiste doit déterminer la taille et le type de caractères retenus, superviser la reproduction et l’insertion des illustrations s’il y a lieu (en couverture, notamment), établir et calibrer la maquette du livre, en estimer le nombre de pages, etc. » [POIRIER2014].

La pagination et le texte deviennent alors une seule chose, le texte prend un sens graphique, et c’est par ce premier sens qu’il est dévoilé au lecteur. Le concepteur est là pour charger un sens graphique, sur un texte qui, de fait, en a déjà un : celui sémantique. C’est ainsi qu’interviennent les sauts de ligne, les sauts de pages, les titres en majuscule, les textes en retrait, la gestion des marges, les couleurs. Ces critères permettent également à la marque d’édition de se construire et de se faire reconnaitre. Ainsi les paramètres graphiques définissent l’identité d’une maison d’édition, et par là son identité sur le marché.

Contraintes et renégociations

Intervenir sur ces paramètres, auxquels historiquement les éditeurs sont attachés, signifie alors également intervenir sur l’identité économique de la structure éditoriale. Afin de garder le plus possible l’homothétie avec le livre papier, l’éditeur peut faire le choix de faire un EPUB en « fixed-layout ». Il s’agit d’un EPUB composé en HTML5 mais avec des paramètres permettant un rendu plus proche du PDF, avec une mise en page fixe. Ce modèle est très loin de celui d’un texte recomposable (notion de «reflowable text»). Le fixed-layout est l’option qui permet le plus souvent de s’ancrer à une maquette graphique préétablie (souvent conçue sur Adobe InDesign) mais qui comporte les problématiques suivantes : difficultés dans les réglages de l’utilisateur, obligation de zoomer pour agrandir les caractères.

Ajouter à ce type de contraintes et renégociations le fait que l’on doive penser le texte non pas pour un espace figé mais pour un flux numérique continu fait que les éditeurs sont face à des obstacles plus épistémologiques que techniques. Qu’entendons-nous pas « obstacles épistémologiques » ? Il faut entendre par là le fait qu’il y a dans le métier d’éditeur un socle de connaissances (épistéme) solide qui d’une part fait le gage de sérieux de ce métier, mais d’autre part peut être un rempart rassurant que l’on veut protéger et ne pas remettre en cause. Le livre numérique remet en cause les repères historiques de ce métier : la page en est l’un des plus marquant.

Le modèle du flux comme paradigme sémantique. Le texte comme signification

Introduction du langage sémantique

Ce qui change avec le livre numérique c’est que la notion de page disparaît au profit de la notion de flux. Cependant la terminologie liée à la page reste tout de même présente, ne serait-ce que dans les applications de lecture et les services de lecture numérique. Pensons par exemple à la Presse et aux magazines en version numérique : le modèle de la page est reproduit tel quel en ligne. Il ne s’agit pas là d’une déclinaison numérique, mais bien une représentation de pages que l’on peut « feuilleter » en ligne. Le témoignage des développeurs de livres numérique est alors important pour comprendre le caractère obsolète de cette notion. Notamment selon [PANOZ2013] la page « n’est qu’un artefact du livre papier ». L’espace de la page a été récupéré sur l’écran ; cela fait que vulgairement l’écran est devenu le substitut numérique de la page, mais ça ne l’est pas. Il s’agit d’une notion qui a façonné pendant des siècles la conception des livres qu’il semble difficile aujourd’hui de s’en débarrasser. Pourtant, pour concevoir des livres numériques un détachement de cette notion s’impose. Car en effet, les éléments d’un texte ne prennent pas une signification dans la manière dont ils sont représentés dans l’ « espace-page », mais bien dans leur valeur sémantique. Un titre est un titre auquel on attribue un niveau, et ce niveau est signalé par une balise sémantique (« h1 » pour les titres de niveau 1, « h2 », « h3 » etc…) et seulement accessoirement par sa couleur et sa taille.

L’idée du balisage sémantique est emprunté au monde du web. Cette idée consiste selon Bruno Bachimont, à « pouvoir déléguer à la machine une partie de l’interprétation des ressources du web»[BACHIMONT2012] ». Dans l’édition numérique, le concepteur d’un livre utilise le langage sémantique pour que le support de lecture, une machine donc, puisse interpréter les données, ou mieux les « méta-données » : des données décrivant d’autres données.

Nouvelles exigences pour le livre

Le significatif prend le dessus sur le représentatif dans la composition de livres numériques. Pour cette raison, les développeurs de livres numériques n’organisent plus le texte en fonction d’un espace disponible, mais en fonction de nouveaux critères : lisibilité, accessibilité, interopérabilité. Le texte doit en effet pouvoir être lu sur sans restrictions d’accès sur plusieurs types de dispositifs de lecture aux dimensions changeantes, doivent pouvoir être modifiables par les utilisateurs (taille des caractères, polices, lecture en « mode-nuit »), et il faut qu’il soit accessible au public malvoyant et/ou déficient visuel avec la synthèse vocale. Pour que cet ensemble de conditions soit satisfait, il est nécessaire de faire un balisage sémantique avec le langage HTML5 ou bien avec le langage XML. Chaque élément du texte est en effet identifié par sa fonction et sa signification dans le texte. Un simple paragraphe par exemple sera identifié par la balise <p>, qui peut être spécifiée avec un attribut et une valeur spécifique. Cette logique est déjà présente pour le format EPUB2 mais elle se trouve renforcée depuis 2011 pour le format EPUB3. En effet, ce format présente des exigences de plus en plus précises concernant le balisage sémantique, cela principalement pour améliorer l’accessibilité des contenus. Par exemple on trouve dans le format EPUB3 un marqueur sémantique tel que « <EPUB :type= »bodymatter » »> ». Les valeurs de cet attribut sont multiples, et viennent s’adapter à une vaste gamme de situations sémantiques différentes[3].

La distinction entre le fond et la forme

 On remarque donc qu’il apparaît quelque chose d’inconnu au monde du livre et de l’édition : la distinction entre le fond et la forme. Dans le paradigme sémantique introduit par le livre numérique, l’étape de travail sur la structure de fond du texte (y compris lorsque des images, des fichiers audio et vidéo sont intégrés à celui-ci) est très importante et c’est celle qui vient par la suite créer le « flux ». On pourrait naïvement penser que ce qui est fluide est « flou », au sens de fumeux, confus, ou imprécis, mais l’on constate que ce flux paraissant si malléable et élastique sur la toile numérique, l’est parce qu’une structure solide régit son fond, indépendamment de son apparence qui, elle, est gérée par une feuille de style séparément. Grace à la conception du texte par balisage sémantique le texte s’adapte à l’écran. On parle en ce sens de « reflowable text » : « le contenu d’une page « n’est pas rentré au chausse-pied dans l’écran » [PANOZ2013], mais il se répartit dynamiquement selon le pourcentage d’écran qu’il a à sa disposition. C’est une illusion en effet de penser que sur tous les appareils ou logiciels de lecture la présentation du livre sera la même. Dans cette optique, celui qui est en charge de la conception d’un livre numérique n’impose pas un moule dans lequel le texte viendrait s’adapter et prendre forme. Sa fonction est plus celle de contrôle et de réglage, que de maîtrise totale et fixation. Un grande partie du travail de développeur consiste ainsi à laisser une marge de liberté aux « réglages de l’utilisateur ». Quel éditeur pouvait penser avant l’apparition du livre numérique de laisser le lecteur transformer son texte à sa guise, selon l’heure de la journée ou la fatigue de ses yeux ?

Concevoir de manière « hybride »

La conception de livres numériques exige donc une conversion du regard par rapport à l’objet livre. Pendant des siècles la pensée a raisonné sur les textes et les a conçues de manière « page-centrée » : autrement dit l’espace de la page était au centre de la conception de l’imprimeur et de l’éditeur. Le concepteur s’adaptait à son espace-page. En développant un livre numérique au contraire, il n’y a plus de centre à partir duquel l’on peut penser et concevoir les textes : les textes ne sont plus « page-centrés » mais « fluides » et recomposables.

«  [E]lectronic publishing introduces a paradigm shift away from the page-centered culture of book printing » [INC2015].

La culture du livre imprimé tient la page comme référence de composition. Mais, ce centre, avec la publication numérique, est déplacé vers la structure sémantique, donc sur le fond et pas sur la forme. Dans ce contexte de changement de paradigme, lInstitut of Network Cultures d’Amsterdam invite à penser de manière « hybride » le futur de l’édition. Autrement dit, on nous suggère de concevoir des documents qui, nativement, dès le début du workflow soient facilement exploitables à la fois pour l’imprimé (export possible en pdf, jpeg, .indd) et pour le numérique (HTML, XML, EPUB). Parmi les solutions suggérées (le texte [INC2015] se présente en effet comme une « trousse à outils ») il y a celle qui conseille de travailler sur un fichier pivot en langage « markdown » dont l’export vers le numérique et l’imprimé est simplifié. Encourageant un modèle d’édition hybride, il nous semble que cette perspective oblige directement les acteurs de l’édition à re-penser la publication traditionnelle, leur flux de production.

Conclusion : les obstacles épistémologiques

« [L]a page nous domine et nous conduit. Et l’écran la reproduit » [SERRES2012]. Cette phrase de Michel Serres nous semble bien décrire à l’heure actuelle l’état de la conception éditoriale. L’on conçoit des livres numériques dominés par le modèle de la page, et même lorsque nous nous détachons d’elle, ce sont ses critères qui conduisent nos pratiques de conception éditoriale.

Qu’est-ce qui empêche de se détacher de ce modèle, non pas pour l’oublier, mais pour l’émuler et inventer des nouvelles pratiques ? Quelques obstacles épistémologiques semblent persister.

  • La ressemblance: l’inscription fixe du texte sur la page et le principe de mise en page sont les éléments d’une métaphore rassurante non seulement pour le lecteur, mais aussi pour le concepteur de livres numériques.
  • La familiarité : la page est un repère familier pour tous les acteurs de la chaîne du livre de l’éditeur au lecteur, en passant par le libraire et le bibliothécaire.
  • L’habitude : il y a une certaine difficulté à se détacher du contrôle complet de l’affichage du texte à l’écran. Penser l’écran comme espace représentatif et homothétique de la page peut être un obstacle aux bonnes pratiques d’édition numérique.
  • La comparaison permanente: le livre papier et le livre numérique partagent le même nom, et se trouvent de la sorte continuellement mis en parallèle.

Nous constatons ainsi une tension sous-jacente à l’étape de « conception » d’un livre numérique : d’une part, la conception se fait encore souvent guider par la présence d’une « unité spatiale de perception »[SERRES2012], la page, et d’autre part, la puissance des nouvelles technologies investissant la production technique des livres numériques oblige à sortir de cette unité spatiale, la page, dont le numérique ne semble pas encore s’être délivré.

———

Notes

[1] « Un livre est une publication non périodique imprimée comptant au moins 49 pages, pages de couverture non comprises, éditée dans le pays et offerte au public ». Source : http://portal.unesco.org/fr/ev.php-URL_ID=13068&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201.html. Consulté le 10.02.2017.

[2] Les citations du texte de Roncaglia sont traduites de l’italien par nous dans cet article.

[3] L’IPDF a mis en ligne une liste exhaustive des valeurs de l’attribut « EPUB :type » nommés « landmarks » à cette adresse https ://idpf.github.io/EPUB-vocabs/structure/ Consulté le 12/02/2017.

 ——-

Bibliographie

[BACHIMONT2012] Bachimont, Bruno, Fabien Gandon, Gautier Poupeau, Bernard Vatant, Raphaël Troncy, Stéphane Pouyllau, Ruth Martinez, Michèle Battisti, et Manuel Zacklad. « Enjeux et technologies : des données au sens ». Documentaliste-Sciences de l’Information 48, no 4 (31 janvier 2012): 24‑41.

[CHARTIER2012] Chartier, Roger. « Qu’est-ce qu’un livre ? Métaphores anciennes, concepts des lumières et réalités numériques ». Le français aujourd’hui, no 178 (8 octobre 2012): 11‑26.

[CHEVALIER2013] Chevalier, Aline. La conception des documents pour le Web: essai. Papiers. Villeurbanne: Presses de l’enssib, 2013.

Dacos, Marin, éd. Read/Write Book : Le livre inscriptible. Traduit par Virginie Clayssen. Read/Write Book. Marseille: OpenEdition Press, 2010. http://books.openedition.org/oep/128.

[DOUEIHI2010] Doueihi, Milad. « Le livre à l’heure du numérique : objet fétiche, objet de résistance ». In Read/Write Book : Le livre inscriptible, édité par Marin Dacos, 95‑103. Read/Write Book. Marseille: OpenEdition Press, 2010. http://books.openedition.org/oep/155.

[INC2015] From Print to Ebooks: A Hybrid Publishing Toolkit for the Arts. Amsterdam: Institute of Network Cultures, 2015.

[GRAFTON2015]Grafton, Anthony Thomas, Jean-François Allain, et Henri Loyrette. La page de l’Antiquité à l’ère du numérique: histoire, usages, esthétiques. Bibliothèque Hazan. Paris: Hazan Louvre éd, 2015.

Jahjah, Marc. « Protée ou les mutations du livre ». Critique, no 819‑820 (3 septembre 2015): 693‑703.

[POIRIER2014] Poirier, Patrick, et Pascal Genêt. « Chapitre 1. La fonction éditoriale et ses défis ». In Pratiques de l’édition numérique, édité par Marcello Vitali-Rosati et Michael E. Sinatra, 15‑29. Parcours numériques. Montréal: Presses de l’Université de Montréal, 2014. http://books.openedition.org/pum/312.

Rankin, Jennifer. « A New Challenge to Books – Stories That Follow You into the Real World ». The Guardian, 14 octobre 2013, sect. Books. https://www.theguardian.com/books/2013/oct/14/books-immersive-stories-app-the-craftsman.

[RONCAGLIA2010] Roncaglia, Gino. La quarta rivoluzione: sei lezioni sul futuro del libro. I Robinson. Roma: Laterza, 2010.

[TREHONDARTSAEMMER2014]Saemmer, Alexandra, et Nolwenn Tréhondart. « ‪Les figures du livre numérique « augmenté » au prisme d’une rhétorique de la réception‪ ». Études de communication, no 43 (15 décembre 2014): 107‑28.

[SERRES2012]Serres, Michel. Petite poucette. Manifestes. Paris: Éd. le Pommier, 2012.

[SINCLAIR2014]Sinclair, Stéfan, et Geoffrey Rockwell. « Chapitre 12. Les potentialités du texte numérique ». In Pratiques de l’édition numérique, édité par Marcello Vitali-Rosati et Michael E. Sinatra, 191‑204. Parcours numérique. Montréal: Presses de l’Université de Montréal, 2014. http://books.openedition.org/pum/337.

Vassiliou, Magda ; Rowley, Jennifer. « Progressing the Definition of E-Book » 26, no 3 (2008): 355‑368.

[VITALI-ROSATI2014]. Vitali Rosati, Marcello, et Michael Eberle-Sinatra. Pratiques de l’édition numérique [Texte imprimé]. Parcours numériques. Montréal : Presses de l’Université de Montréal. impr. 2014, cop. 2014., 2014.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *