Qu’est-ce qu’un document numérique au 21è siècle ? Exercice de repérages

En entrant dans l’ère du numérique, le document a connu un grand nombre de mutations qui se sont traduites au cours de ces trente dernières années par une transformation de son rapport à la technique, l’apparition d’enjeux de société inédits et l’explosion de nouveaux métiers sur le marché de l’emploi.

En passant d’une logique de stock à une logique de flux, Les technologies de gestion documentaire traitent le document dans un ensemble où il est en relation avec d’autres documents : l’information dont il est porteur en termes de métadonnées sur lui-même devient centrale et indispensable à la navigation sur le Web, au-delà ou indépendamment de l’intérêt de son contenu.

La dimension sociale du document est devenue prépondérante à l’heure de la sociabilité connectée et de la recommandation sociale. Les conditions de production et de circulation du document dans la société et la culture sont marquées par une complète recomposition de l’écosystème documentaire en termes d’édition, d’usages de lecture et d’écriture, d’acteurs, de modèles économiques et de cadre politique et législatif.

Pour finir, toutes ces mutations ont eu des répercussions considérables sur le marché des métiers documentaires. L’émergence de nouvelles compétences nécessaires à la maîtrise de la culture numérique s’est traduite par l’apparition de nouveaux métiers dans la documentation numérique.

Exercice de repérages en trois boucles.

1- Le document numérique au cœur de l’information scientifique et technique

Toutefois, ainsi que le dit avec beaucoup de bon sens Olivier Le Deuff dans La documentation dans le numérique[1]le document numérique n’est pas né d’hier et la documentation –  telle qu’elle s’est constituée comme discipline scientifique à la la fin du XIXè et dont Paul Otlet fut un des ardents militants – ne disparaît pas avec le numérique et encore moins avec le Web. Le numérique ne constitue pas une rupture totale avec des pratiques anciennes. À l’inverse, le document numérique s’inscrit dans un cycle et une longue tradition documentaire, dont l’héritage renouvelé au sein des environnements numériques donne lieu à de nouvelles pratiques documentaires et à de nouveaux défis pour la documentation.

Pour autant, cette continuité à l’œuvre depuis le « documentum » latin jusqu’au document numérique et au Web de données, pour citer deux références majeures sur le document numérique, Le document à la lumière du numérique du collectif R.Pédauque[2], et Vu, Lu, Su de Jean-Michel Salaün[3], ne doit pas minimiser les nombreuses modélisations et mutations que connaît le document traditionnel à l’ère numérique avec les nouveaux formats de mise à disposition de l’information sur les réseaux. Depuis l’invention de l’hypertexte qui va révolutionner le document, jusqu’à l’invention du Web par Tim Berners-Lee en 1989, qui préfigure quelques années plus tard le Web de données, on assiste à de profondes transformations dans l’économie documentaire. Sans les citer toutes, entre autres bouleversements majeurs, la séparation de la mise en forme et du contenu qui caractérise le document numérique et qui va de pair avec la disparition du concept d’auto-portage dès lors que le document en lui-même est séparé du support de lecture[4]. Mais la transformation majeure qui va révolutionner l’histoire documentaire à l’heure du Web sémantique vient de la métamorphose du document en pure donnée informationnelle, ressource localisée, elle-même renseignée par des métadonnées et définie par un système d’adressage, les URI[5], qui la relie à un gigantesque réseau informationnel. Le document numérique se constitue ainsi comme un ensemble de signaux dans un vaste flux : il n’est plus seulement « un objet, mais un nœud ou tête de réseau » qui permet de basculer d’un document à l’autre, voire de l’hypertexte à l’hyper-objet, à l’ère de l’internet des objets. À la manière d’un matériau conducteur, il se charge d’une nouvelle fonction de transmission et de circulation de l’information à travers le réseau que constitue la Toile. D’un matériel destiné à un lecteur humain, il devient un enjeu pour l’usage des « robots lecteurs » qui vont « extraire la connaissance ».»[6]

À travers ces changements de normes et de standards, de supports, de modalités de publication, de mécanismes de visibilité, d’accessibilité à l’information et de circulation des contenus, c’est l’ensemble de notre rapport au savoir qui se trouve remis en question.


Qu’est-ce qu’un document numérique ?

Depuis maintenant 30 ans, le document numérique est un objet fédérateur de recherche en sciences de l’information : au cœur de l’informatique et des dites « Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication » apparues dans les années 90, il est une des problématiques récurrentes de l’IST[7]traitée par les professionnels de l’information sous différentes facettes : construction, description, pérennisation[8], indexation, évaluation[9], recherche. La transformation du paysage informationnel à l’ère du Web de données réactualise aujourd’hui encore l’interrogation sur la nature même du document numérique : Qu’est-ce qu’un document numérique ? Quelles en sont les frontières constitutives ? Ce qui le structurait dans ses aspects techniques et sémantiques ne l’apparente-t-il pas moins aujourd’hui au document qu’à une pièce de ce gigantesque ensemble de données ?[10]

Ainsi que l’analysent Jean-Michel Salaün[11] ou encore Alexandre Monin[12], le XXIe siècle consacre la transformation du document en pure donnée informationnelle, ressource définie par une adresse fixe, l’URI ou « uniform resource identifier « , cet identifiant qui inverse la logique classique de « documentarisation« [13]. Le savoir ne se construit plus en référence aux documents qui le constituent, mais se réinterprète sans cesse à la volée dans le système computationnel en fonction des ressources disponibles, décodées par le langage des machines, ainsi que des données qui lui sont liées. Comme l’observe Hervé le Crosnier, « d’un matériel destiné à un lecteur humain, le document numérique devient un enjeu pour l’usage des « robots lecteurs » qui vont « extraire la connaissance ».»[14]

Bibliothèques numériques

Outils de structuration, de signalement et d’accès au document numérique, les bibliothèques numériques occupent une place privilégiée au cœur du système documentaire et des technologies de gestion de l’information[15]. Les politiques en matière d’information scientifique et technique leur accordent depuis les années 2000 un rôle stratégique, notamment dans la diffusion et le libre accès au patrimoine culturel et scientifique. Par leur capacité à agréger et fédérer l’accès au document numérique, la bibliothèque numérique garantit l’accès à l’information scientifique, contribue à l’ouverture des données de la recherche et participe à l’édition scientifique : qu’elle fédère la production de corpus numérique scientifique ou patrimonial, l’archivage de publications de recherche ou encore l’accès unifié aux ressources électroniques de la bibliothèque. La construction des bibliothèques numériques va de pair avec la mise en œuvre de politiques documentaires adaptées, orchestrées au niveau national par des dispositifs de soutien pour accompagner la mutation numérique et l’offre documentaire des bibliothèques : la Bibliothèque Scientifique Numérique (BSN), qui aujourd’hui « structure le paysage de l’IST en France », pour les bibliothèques de l’Enseignement supérieur et les Bibliothèques Numériques de Référence (BNR) pour les bibliothèques publiques.

Politique documentaire du document numérique

À la fois chef d’orchestre et clef de voûte de l’organisation des collections numériques, les politiques documentaires des bibliothèques à l’heure d’internet[16] assurent au corpus numérique son intelligibilité documentaire. Intelligibilité d’autant plus cruciale pour les bibliothèques que l’intégration des ressources numériques à la politique documentaire ne va pas de soi[17] : à la difficulté sémantique de définir le périmètre dématérialisé – tour à tour qualifié de ressources numériques, documentation électronique, bibliothèque numérique ou encore services en ligne – s’ajoute la pluralité des procédures économiques, juridiques et de formation professionnelle en jeu, des modalités d’acquisition, de signalement, de conservation et d’évaluation, jusqu’à la formation des bibliothécaires à la médiation numérique et la formation des usagers. Une définition extensive, utilisée particulièrement dans les universités, considère la politique documentaire comme l’ensemble des objectifs et processus pilotant la gestion de l’information, incluant non seulement les activités des bibliothèques, mais aussi la formation des étudiants à la maîtrise de l’information[18] et aux pratiques documentaires numériques à l’université ainsi que les flux eux-mêmes des ressources documentaires qui irriguent les composantes universitaires, sous la qualification initiale de « documentation électronique« .


2- Document numérique et société

Ainsi que l’a bien montré le cycle de conférences Document numérique et Société[19] initié en 2006 par Ghislaine Chartron et Évelyne Boudroux, ces changements ne se traduisent pas seulement en termes technologiques. Ils engendrent des ruptures dans les pratiques documentaires et des évolutions tout autant sémantiques que politiques et sociales. L’entrée du document numérique dans l’ère de la sociabilité connectée a des répercussions de taille sur l’économie du document numérique. Comme l’explique Hervé Le Crosnier, « en passant par l’appareillage technique de la numérisation, le document change de fonctionsD’outil d’inscription des connaissances et des informations, enfermé dans son support matériel, il devient un outil pour communiquer, constituer des groupes et des réseauxLes documents numériques en réseau deviennent des « informations en concurrence » sur une gigantesque « économie de l’attention ».»[20] Avec les capacités de calcul du Web sémantique qui ouvrent la voie à la réinterprétation des données et à des applications inédites[21], le document est reconstruit à la demande et se transforme en un ensemble de pièces éparses ré-agencées à la volée. En définitive, c’est la « territorialité » du document, et avec elle la notion même de « propriété intellectuelle », qui est totalement revisitée : blogs, vidéos courtes, storify, tweets, mélanges de contenus audio ou vidéo (« mashups »), on assiste pour tout ou partie à une déconstruction – reconstruction ou co-construction –  du contenu documentaire lui-même, au bénéfice du « néo-document »[22] et la constitution d’un nouveau contrat de lecture avec l’internaute. « Aujourd’hui, on feuillette, on navigue, on consulte, on recherche, on copie/colle sur le Web plutôt qu’on ne concentre son attention sur un texte long »[23]. Mais cette « redocumentarisation« [24] en chaîne véhiculée par la nouvelle économie du Web et relayée par les leaders d’opinion sur les réseaux sociaux, n’est pas sans paradoxe : la reproductibilité, devenue la nouvelle donne du document numérique avec la citabilité et la maniabilité de la donnée, joue autant en faveur de l’accès et la transmission au document qu’à sa remise en cause. Les modèles juridiques traditionnels ne sont plus adaptés à ces nouvelles situations. Comment concilier dans le même temps les droits patrimoniaux, la rémunération des auteurs et la diffusion des documents numériques ? La solution tient-elle dans l’assouplissement de la législation sur le droit d’auteur et l’adoption de licences sous Creatives commons qui autorisent la diffusion du document sous certaines conditions ? Ou au contraire dans le renforcement du cadre législatif et du contrôle politique du Web ? Ce sont bien là tous les enjeux politiques du document numérique : comment résoudre les tensions nées de l’émérgence de nouvelles pratiques culturelles, de la recherche de modèles économiques viables et de la rénovation pressante du cadre juridique ?


Recherche, pratiques et usages du document numérique

Les pratiques culturelles du document et les usages de lecture qui en sont faits dans l’environnement numérique ont considérablement évolué depuis 20 ans à l’heure de la sociabilité connectée, de la recommandation sociale et des interfaces de navigation mobiles. Replacer l’essor du document numérique dans le contexte sociétal permet d’analyser les transformations qui ont touché l’ensemble des dimensions culturelles, économiques, politiques et juridiques du document, en particulier le cycle de production éditoriale du document numérique, et les modalités de recherche de l’information et du document avec une situation de monopole du moteur de recherche Google. De la chaîne de production, de diffusion à la réception du document, de l’offre éditoriale aux usages du document numérique, c’est toute la dynamique d’édition et de circulation du document dans la société qui est bouleversée[25]. Le numérique remodèle l’ensemble du processus de production du savoir, de validation des contenus et de diffusion des connaissances. Au point que le concept « d’éditorialisation » remplace celui d’édition pour désigner ce nouveau processus qui fait interagir des contenus, un environnement technique, des formats et des pratiques collaboratives.

Cette dimension sociale du document numérique permet de rendre compte à la fois des pratiques culturelles et des nouveaux usages de lecture du document numérique. On assiste en effet depuis les deux dernières décennies à l’apparition de nouveaux modes de consommation, moins passifs et plus interactifs, des biens culturels numériques. De nouvelles pratiques éditoriales dites « sociales » contribuent à changer la donne du document en tant que vecteur de contenu et objet de médiation. De nouvelles modalités de production et de traitement de contenus numériques viennent renforcer le rôle éditorial dans la recherche d’information, la communication des ressources, la construction et la présentation des collections jusqu’à la mise à disposition des archives numériques. Les genres éditoriaux en sont renouvelés et le paysage documentaire et informationnel entièrement recomposé. L’internaute connecté, cybernautes, « tablonautes » ou autres « mobinautes », est devenu tout autant lecteur, éditeur, médiateur, voire même producteur de contenu. Écriture collaborative, wikis, indexation sociale, auto-édition, auto-publication, blog, web-journalisme, partage sur les réseaux sociaux, les usagers sont devenus un acteur central dans le cycle de vie du document numérique en entrant de plain-pied dans l’âge du web social 2.0, gigantesque plateforme participative qui autorise la pratique du Read/write Book[26], pour citer la formule de Marin Dacos, autrement dit la double possibilité de publier et de converser entre internautes pour « redocumentariser »[27] les contenus à l’infini.

Quels enjeux politiques et juridiques pour le document numérique ?

Le document numérique soulève des enjeux de société majeurs en bouleversant la régulation des mécanismes financiers, juridiques et politiques de la nouvelle économie numérique. Les impacts de ces nouveaux rapports de force sont décisifs sur les stratégies des nombreux acteurs de l’écosystème : producteurs de contenus industriels et institutionnels, auteurs, éditeurs, libraires, chercheurs, bibliothécaires sans oublier les lecteurs et leur droit d’accéder au document numérique « sans entrave ». Dans un contexte où apparaissent des opportunités inédites de production et de diffusion de l’information et où les investissements associés au Web de données et aux bibliothèques numériques sont de plus en plus lourds, les autorités et les équilibres établis sont en effet sérieusement remis en cause. Les documents numériques en réseau deviennent des « informations en concurrence » sur une gigantesque « économie de l’attention ». Les médias d’un côté, et les systèmes de recherche de l’autre deviennent les éléments majeurs de cette nouvelle architecture. L’autorité de l’auteur s’en trouve profondément modifiée, notamment parce qu’il peut « s’autoriser de lui-même » en publiant directement sur le web. La lecture devient « active » et sociale, mélange d’intégration personnelle des connaissances et des informations du document et de travail de reprise, remixage, et rediffusion. Dans cette nouvelle partition des rôles, les enjeux politiques du document numérique[28] sont doubles : ils engagent aussi bien une reconfiguration des politiques et des autorités sur les contenus, illustrée entre autres par la position des chercheurs en faveur de l’open access, le libre accès aux résultats de la recherche, que l’intervention des acteurs politiques dans la sphère des données et des informations numériques, par exemple sur la question de l’open data pour l’ouverture des données de la recherche.

Économie du document numérique

D’une part les circuits traditionnels de production-diffusion des industries culturelles sont bouleversés par les nouveaux modes sociaux – parfois concurrentiels  – d’échanges de produits documentaires et de création de services à forte valeur ajoutée où les usagers s’impliquent dans la constitution d’espaces collectifs, dont l’encyclopédie Wikipedia constitue la figure emblématique. Mais la distinction floue entre amateur et professionnel dans la production de contenu n’est pas le seul facteur de bouleversement des industries culturelles. La baisse du coût de production ajoutée à l’abondance des contenus numériques ont des répercussions de taille sur la viabilité du ou des modèles économiques à inventer : Comment créer une économie autour de l’immatériel ? Comment rémunérer les créateurs et autres participants de cette restitution numérique des connaissances ? Est-il possible de créer une économie sur cette abondance ? Ainsi que le souligne entre autres la sociologue Danah Boyd, « Le pouvoir n’est plus entre les mains de ceux qui contrôlent les canaux de distribution, mais de ceux qui contrôlent les ressources limitées de l’attention» L’attention, ressource rare, devient la base d’une nouvelle économie.

Dans un contexte de numérisation des pratiques sociales et professionnelles, il s’agit en effet tout autant de savoir ce que l’on vend et en quels termes juridiques – droit de disposer d’un fichier ou simple accès –  que de savoir à quel coût, rien ne justifiant qu’un objet virtuel – le document numérique – soit vendu plus cher qu’un objet autrefois matériel. À l’instar des analyses de Ghislaine Chartron[29], on observe que « les tensions entre économie marchande, économie publique et économie du don entre internautes sont plus que jamais sensibles, en prise avec des débats de fond sur le rôle de l’information, sur son accès et sa circulation dans les sociétés contemporaines. » Dans ce nouveau paysage, se dessinent au moins trois régimes documentaires, aux conceptions divergentes, à la fois sur le plan économique, politique et juridique, tant ces trois enjeux sont inextricablement liés. D’une part les partisans d’une économie de la rareté qui s’appuient sur de nouveaux dispositifs de contrôle tels que les DRM pour assurer la rétribution des créateurs et des intermédiaires selon les logiques antérieures, avec l’objectif de défendre et maintenir les législations sur le droit d’auteur pour encadrer les nouvelles pratiques culturelles susceptibles d’y contrevenir. Une autre logique, soutenue par des collectifs comme Savoirscom1[30], plaide à l’inverse pour une rénovation du cadre législatif et une redistribution des rôles et des recettes générées par la diffusion des contenus numériques et l’expérimentation de nouveaux modèles économiques. Cette conception s’appuie sur les innovations et opportunités technologiques couplées à la créativité sociale pour soutenir l’ouverture des biens communs de la connaissance au partage et à la libre réutilisation. Enfin, acteurs de poids dans la nouvelle économie informationnelle, les géants du web – quatuor américain autrement surnommé « GAFA » (Google, Apple, Facebook, Amazon) – construisent un web social financé par les régies publicitaires qui repose sur la double économie de la notoriété et de l’attention. Sans oublier un acteur plus « jeune », le réseau social Twitter, autre pilier de ce qu’Olivier Ertzscheid[31] qualifie « d’écologie cognitive et informationnelle du web actuel », et qui, bien qu’encore en recherche d’un modèle économique rentable, n’en détient pas moins le monopole dans l’économie de la publication « sociale » depuis ces dernières années. Avec le contrôle, la concentration des accès et le verrouillage technique des usages, ces industries de l’attention s’assurent un monopole économique sur la circulation du document numérique et des biens culturels qui n’est pas sans susciter de légitimes inquiétudes. Sur l’indépendance du processus de recherche – quand le moteur de recherche Google détient le monopole du service de recherches en ligne, sur l’interopérabilité des plateformes d’accès – quand le lecteur de contenu numérique est prisonnier d’un système propriétaire, sur les données personnelles des internautes enfin, quand l’utilisateur est lui-même le produit de la transaction, ainsi que le dit le slogan « si c’est gratuit, c’est que vous êtes le produit. »


3- Document numérique et métiers

Autre enjeu majeur des mutations engendrées par le document numérique, la recomposition et le renouvellement des métiers de la documentation et des bibliothèques. Ansi que le remarquait en 2010 Benoît Epron dans le dossier de la revue DocSI de l’ADBS, Le livre numérique : de nouveaux enjeux professionnels, la place prise par les ressources numériques dans l’organisation des centres de documentation et des bibliothèques pose de façon prégnante la question de l’adéquation des compétences des professionnels par rapport à l’arrivée de ces nouveaux objets. De fait, il ne s’agit pas tant de questionner la place de ces ressources que « de réexaminer la place qu’occupent les professionnels de la documentation dans ce nouvel environnement numérique », et partant, d’aborder la question d’une nouvelle culture professionnelle à acquérir sur la base d’une « culture numérique » commune. Toutefois, à l’instar d’un autre praticien aguerri des nouveaux écosystèmes numériques, l’écrivain et éditeur web, François Bon, on pourrait avancer que la transformation du document par le numérique ne signe pas, loin s’en faut, l’arrêt de mort d’une profession mais suscite au contraire une démultiplication du métier de bibliothécaire avec la production, la gestion des données et surtout la médiation numérique[32] des ressources, qui suscite renouvellement et diversification des pratiques, et engendre un florilège de nouveaux métiers dans la documentation numérique tout droit « hérités » de la culture documentaire anglo-saxonne : data librariandocument controllerknowledge managerrecords managercuratorcommunity manager, etc.

Aussi la recherche en sciences de l’information et des bibliothèques est-elle particulièrement impactée par ces recompositions du paysage documentaire et par les mutations engendrées sur ses domaines de recherche. Les chercheurs en sciences de l’information, qui se sont emparés depuis au moins deux décennies du débat sur le document numérique, entrent aujourd’hui de plain-pied dans Le temps des humanités digitales pour reprendre le titre du livre d’Olivier Le Deuff paru en 2014. Autrement dit, la recherche sur le document numérique connaît un remaniement méthodologique sans précédent marqué par l’acquisition de nouveaux outils d’analyse. Si les termes du débat ont changé, son intérêt ne se dément pas et n’a en rien perdu de son actualité dans le monde de la recherche qui se revendique des Humanités numériques, ou Digital Humanities[33]. Mais si, pour certains chercheurs, il s’agit d’abord d’appliquer les méthodes des sciences humaines à l’analyse du numérique, pour d’autres, comme Milad Doueihi ou Marcello Vitali Rosati[34], la mutation numérique va bien plus loin et engage une vision du monde. C’est une philosophie à part entière, dont les implications théoriques ne sont pas circonscrites au seul domaine des technologies de l’information. Pour eux, la rencontre entre le numérique et les humanités prônée par les Digital Humanities n’est pas une convergence, mais plutôt un assujettissement du numérique aux catégories des humanités. Or, le numérique ne peut se réduire à un outil ou à un objet d’étude, car il a transformé, voire totalement renouvelé, les structures fondamentales de la culture en produisant une nouvelle façon de voir le monde, une nouvelle civilisation. Ces chercheurs s’inscrivent dans ce que Milad Doueihi nomme « l’humanisme numérique » : « résultat d’une convergence entre notre héritage culturel complexe et une technique devenue un lieu de sociabilité sans précédent ».


Document numérique et compétences

La formation aux métiers de l’information et de la documentation assurée par les départements des universités en sciences de l’information, les associations de professionnels de l’information et de la documentation comme l’ADBS ou encore l’école nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques a considérablement évolué ces 20 dernières années pour répondre aussi bien aux nouveaux besoins des métiers traditionnels de la documentation, des bibliothèques et des archives qu’à ceux des nouveaux métiers du web comme la gestion de l’information en entreprise, la veille et l’intelligence stratégique. Traditionnels ou nouveaux, tous ces métiers sont bouleversés par la généralisation du numérique et de la pratique d’Internet comme moyens d’accès privilégié à l’information. « Ce ne sont pas tant les « nouvelles technologies » en général, mais le réseau en lui-même qui a bouleversé notre rapport à la connaissance »[35] . Des bibliothèques numériques aux medias sociaux, l’univers numérique se superpose à celui des espaces documentaires matériels. Pour ménager la transition des structures informationnelles classiques vers les nouveaux modèles de gestion, d’organisation et de valorisation de l’information, l’évolution des métiers de l’information prend le tournant des Humanités numériques et développe une formation polyvalente ancrée dans les sciences humaines et les technologies de l’information. Au point qu’aux USA, et bientôt en Europe, les bibliothèques universitaires prennent le nom de « digital center« , dont l’objectif est de renforcer la logique de laboratoire et de collaboration avec les chercheurs ainsi que les activités de Recherche et Développement. L’acquisition de nouvelles compétences adossées à la maîtrise d’une solide culture de l’environnement et de la documentation dans le numérique[36] devient plus que jamais prioritaire pour s’adapter aux mutations et proposer des services web innovants, entre autres en bibliothèque.

Toutes les composantes de la fonction « information » connaissent des évolutions majeures, mais certaines en particulier engendrent l’apparition de nouveaux métiers de l’info-doc aux désignations anglo-saxonnes qui n’ont pas toujours d’équivalent en français : le « document controller«  pour le spécialiste en architecture de l’information, le « knowledge manager » pour le gestionnaire de l’information, le « records manager » pour le spécialiste de l’archivage et le gestionnaire du document, le « data librarian » pour le bibliothécaire de données en charge du SID, ou encore le célèbre « community manager » chargé de l’e-réputation et de la notoriété de l’organisation, dont la fonction relève de l’intelligence stratégique de l’information. En définitive, le métier de bibliothécaire à l’heure numérique s’apparente de plus en plus au profil du « bibliothécaire intégré », le « librarian embedded« , selon la définition qu’en donne Barbara Dewey[37] en 2004, figure centrale et point nodale de l’écosystème d’information, que le besoin soit celui de la formation des étudiants aux diversités des pratiques documentaires numériques à l’université[38], des projets de recherche, ou de l’acculturation des citoyens à la culture numérique[39].

Édition et écritures numériques

L’ensemble des métiers de l’information, des bibliothèques et des archives à l’ère de la différenciation numérique et des services sont touchés par les nouvelles technologies du web : numérisation, gestion du cycle de vie des documents, pérennité des documents numériques, métadonnées, indexation sociale, wikis, diffusion sélective de l’information, réseaux sociaux, blogs, etc. La fonction éditoriale en particulier a été complètement bouleversée par l’économie numérique qui transforme en profondeur le socle de base de l’édition traditionnelle et remodèle l’ensemble du processus de production du savoir, dans le choix des contenus, leur validation, légitimation et diffusion[40]. Ce sont toutes les pratiques de l’édition numérique de production et de diffusion du savoir qui sont alors remises en question et qui renouvellent les métiers de l’édition numérique. L’édition web et l’éditorialisation qui l’accompagne sont au cœur de ces nouveaux métiers avec l’appartition de nouvelles écritures numériques et le renouvellement des genres éditoriaux. Au point que le concept d’éditorialisation remplace celui d’édition pour désigner ce nouveau processus qui fait interagir des contenus, un environnement technique, des formats et des pratiques collaboratives.

Stratégies de veille, médiation et partage du document numérique

S’il est vrai que l’essor de ces nouveaux métiers dans le monde des bibliothèques et de l’information s’observe partout dans les secteurs génériques du traitement de l’information, ce sont dans les secteurs plus récents nés avec le numérique, que sont la communication web, l’intelligence et la veille stratégique ou encore les stratégies de présence en ligne[41], qu’il est le plus marqué.

La nomenclature de ces nouveaux métiers de la documentation numérique régulièrement mise à jour dans les catalogues de formation professionnelle[42] illustre à elle seule le besoin de suivre des formations spécialisées pour s’adapter aux nouvelles fonctions professionnelles comme la veille, la production et la diffusion de contenus web[43] : curation, médiation[44], rédaction web, publication, partage sur les réseaux sociaux et renforcement de l’identité numérique[45]. Derniers maillons du circuit de production et de gestion des documents numériques, ces nouveaux savoir-faire sont vitaux dans le monde de l’information et des bibliothèques, en particulier dans un contexte de surabondance de contenus, car ils assurent, pourrait-on dire en front-office, circulation, lisibilité et visibilité au document numérique. C’est pourquoi nous leur accordons une place privilégiée dans le cadre de ce focus sur les nouveaux métiers du document numérique.


Notes bibliographiques

[1]LE DEUFF, Olivier, 2014. La documentation dans le numérique: état de l’art. Villeurbanne, France : Presses de l’enssib.

[2] ROGER T. PEDAUQUE, 2006. Le document à la lumière du numérique, C&F éditions.

[3] SALAÜN, Jean-Michel, 2012. Vu, lu, su: les architectes de l’information face à l’oligopole du Web. Paris, France : la Découverte.

[4] Pour aller plus loin sur les caractéristiques du document numérique sur le Web et les technologies qui assurent l’accès à l’information numérique, on recommandera l’excellent support de formation de Gautier Poupeau réalisé en 2011 et disponible sur son blog Les petites cases Information numérique : défintions et enjeux.

[5] Les URI ou Uniform Resource Identifier : on assiste dans le cadre du web sémantique à la mise au point d’un nouveau protocole d’adressage (URI) appelé à remplacer les URL existants, qui permet d’attribuer à chaque ressource, à chaque texte produit, un lieu unique et déterminé une fois pour toutes.

[6] L’information scientifique et technique (IST) désigne l’ensemble des données et publications sur lesquelles se nourrit, s’appuie et se prolonge un travail de recherche universitaire et par extension l’ensemble des informations nécessaires aux professionnels de la recherche, de la documentation, de l’enseignement, de l’industrie et de l’économie, quelle que soit la discipline concernée. Ce concept est apparu dans les années 1960, en raison de l’évolution des technologies de l’information et de la communication, et a été utilisé dans un grand nombre de sigles (BNIST en 1973, MIDIST en 1979, INIST en 1988, URFIST et DBMIST en 1982, CADIST, SUNIST en 1984… et FORMIST en 1999).

[7] INRIA, Séminaire IST et informatique, 2006. Pérenniser le document numérique. Paris, France : ADBS.

[8] BOUKACEM-ZEGHMOURI Chérifa (dir.), 2010. L’information scientifique et technique dans l’univers numérique: mesures et usages. Paris, France : ADBS.

[9] L’ensemble de ces interrogations ont été soulevées lors du séminaire Inria qui se tenait en octobre 2012 sur « Le document numérique à l’heure du web de données ».

[10] Voir l’intervention de Jean-Michel Salaün au séminaire Inria de 2006, « Obsolescence ou persistance du document : du document à la donnée »

[11] Les travaux de recherche d’Alexandre Monin, docteur en philosophie, qui a consacré sa thèse en 2013 à la philosophie du Web, s’intéressent aux résonnances de l’architecture du Web sémantique avec les problématiques classiques de la métaphysique et de la philosophie du langage autour des ontologies. Des trois composantes clefs de l’architecture du Web, que sont le protocole de communication HTTP et le langage de représentation HTML/RDF, c’est l’URI, dont la fonction est de savoir identifier et nommer n’importe quelle « ressource » web, qui consacre le passage du Web de documents au Web de données.

[12] Une analyse de fond sur la notion de « documentarisation » et de « redocumentarisation » née avec le numérique a été conduite en 2007 par Jean-Michel Salaün dans « La redocumentarisation, un défi pour les sciences de l’information », Études de communication [En ligne]. Les sciences de l’information, construites sur la base d’un processus de documentarisation démarré à la fin du XIXe siècle, sont confrontées avec le numérique à la nécessité de se renouveler. Le mouvement actuel s’apparente à une redocumentarisation et fait appel à de multiples disciplines pour se développer.

[13] Citation extraite du cycle de cours d’Hervé le Crosnier, enseignant-chercheur à l’Université de Caen, consacré à la culture numérique, disponible sur CanalU au format vidéo :  Qu’est-ce qu’un document ?

[14] ANDRO, Mathieu, ASSELIN, Emmanuelle, MAISONNEUVE, Marc et TOSCA CONSULTANTS, 2012. Bibliothèques numériques: logiciels et plateformes. Paris, France : ADBS.

[15] CALENGE, Bertrand, 2008. Bibliothèques et politiques documentaires à l’heure d’Internet. Paris, France : Éditions du Cercle de la librairie.

[16]] BARRON, Géraldine et LE GOFF-JANTON, Pauline (éd.), 2014. Intégrer des ressources numériques dans les collections. Villeurbanne, France : Presses de l’Enssib.

[17] RENCONTRES FORMIST, 2011. La formation des doctorants à l’information scientifique et technique. Villeurbanne (Rhône), France : Presses de l’Enssib.

[18] Citation extraite du cycle de cours d’Hervé le Crosnier, enseignant-chercheur à l’Université de Caen, consacré à la culture numérique, disponible sur CanalU au format vidéo :  Qu’est-ce qu’un document ?

[19] Document numérique et société : actes de la conférence organisée dans le cadre de la semaine du document numérique à Fribourg, Suisse, les 20 et 21 septembre 2006. Paris, ADBS, sous la direction de Ghislaine Chartron et d’Évelyne Broudoux. Traitements et pratiques documentaires: vers un changement de paradigme ? Actes de la deuxième conférence Document numérique et société, à Paris, les 17 et 18 novembre 2008. Paris, ADBS, sous la direction de Ghislaine Chartron et d’Évelyne Broudoux. Enjeux politiques du document numérique: actes de la troisième conférence Document numérique et société, « Documents, contenus numériques : politique en question », Aix-en-Provence, 15-16 novembre 2010. Paris, ADBS, sous la direction de Ghislaine Chartron et d’Évelyne Broudoux.

[20]Citation extraite du cycle de cours d’Hervé le Crosnier, enseignant-chercheur à l’Université de Caen, consacré à la culture numérique, disponible sur CanalU au format vidéo :  Qu’est-ce qu’un document ?

[21] Les moteurs de recherche, l’automatisation de la traduction ou encore la statistique en sont des illustrations majeures.

[22] Voir les cours d’Hervé le Crosnier, enseignant-chercheur à l’Université de Caen, sur la culture numérique, disponibles sur CanalU au format vidéo, notamment Néodocument : le document à la lumière du numérique-1et 2. Le support du cours au format pdf est également disponible en ligne.

[23] SALAÜN, Jean-Michel. pourquoi le document importe / E-dossier de l’audiovisuel : sciences humaines et sociales et patrimoine numérique / Publications / INA Expert – [en ligne].

[24] Les impacts du passage au numérique sur la nature du document et le concept de « redocumentarisation » du monde sont particulièrement bien explicités dans les cours de Hervé Le Crosnier sur la culture numérique, disponible sur CanalU, notamment dans Qu’est-ce qu’un document ? : « En devenant « calculable », utilisable par des « robots », le document, tout comme les traces des lectures, donc les identités, bouleverse les concepts mêmes de la démocratie. C’est l’ensemble de ces phénomènes que le collectif de recherche dit « Roger T. Pédauque » appelle « la redocumentarisation du monde ». Dans ce processus, tout document doit de surcroît être intégré dans un système documentaire qui permet de le retrouver, l’exploiter, le classer, et in fine servir de support à l’extraction de connaissances.»

[25] Les analyses de ces mutations sont larquement inspirées ici de l’ouvrage collectif Document numérique et société : actes de la conférence organisée dans le cadre de la semaine du document numérique à Fribourg, Suisse, les 20 et 21 septembre 2006. Paris, France : ADBS, sous la direction de Ghislaine Chartron et d’Évelyne Broudoux.

[26] L’expression est une référence à l’ouvrage collectif Read/write book, publié en 2010 par OpenEdition Press sous la direction de Marin Dacos, qui analyse les transformations du livre numérique à l’ère de l’informatique en réseau et de son entrée dans le système d’information. Il met l’accent sur le processus d’enrichissement documentaire et la participation des professionnels du livre comme des lecteurs dans l’ajout des multiples couches d’information.

[27] Les impacts du passage au numérique sur la nature du document et le concept de « redocumentarisation » du monde sont particulièrement bien explicités dans les cours de Hervé Le Crosnier sur la culture numérique, disponible sur CanalU, notamment dans Qu’est-ce qu’un document ? : « En devenant « calculable », utilisable par des « robots », le document, tout comme les traces des lectures, donc les identités, bouleverse les concepts mêmes de la démocratie. C’est l’ensemble de ces phénomènes que le collectif de recherche dit « Roger T. Pédauque » appelle « la redocumentarisation du monde ». Dans ce processus, tout document doit de surcroît être intégré dans un système documentaire qui permet de le retrouver, l’exploiter, le classer, et in fine servir de support à l’extraction de connaissances.»

[28] Enjeux politiques du document numérique : actes de la troisième conférence Document numérique et société « Documents, contenus numériques : politique en question« , Aix-en-Provence15-16 novembre 2010. Paris, France : ADBS, sous la direction de Ghislaine Chartron et d’Évelyne Broudoux.

[29] Document numérique et société : actes de la conférence organisée dans le cadre de la semaine du document numérique à Fribourg, Suisse, les 20 et 21 septembre 2006. Paris, France : ADBS, sous la direction de Ghislaine Chartron et d’Évelyne Broudoux.

[30] Savoirscom1 est un collectif français formé par deux bibliothécaires, Silvère Mercier et Lionel Maurel, attentifs aux  « changements organisationnels, cognitifs, juridiques ou techniques amenés par le numérique ». Le collectif se donne pour objectif de promouvoir l’approche des biens communs dans les politiques publiques de l’accès à l’information, le terme de « Biens Communs » recoupant à leurs yeux à la fois un ensemble de ressources à partager et les formes de gouvernance qui leur sont associées.

[31] L’encyclopédie et le moteur : Wikipédia entre résistance et résilience, blog affordance.info, 2 avril 2015, [en ligne].

[32]Document numérique et société, 2014. La médiation numérique: renouvellement et diversification des pratiques : actes du colloque « Document numérique et société », Zagreb, 2013 / sous la direction de Joumana Boustany, Evelyne Broudoux, Ghislaine Chartron. Bruxelles, Belgique, France : De Boeck.

[33] Cf le Manifeste des DH qui réunit les communautés de recherche et tous ceux qui participent à la création, à l’édition, à la valorisation ou à la conservation des savoirs autour de pratiques et de valeurs communes.

[34] VITALI ROSATI, Marcello, 2011. Une philosophie du numérique. Sens-Public [en ligne].

[35]La citation est extraite de l’ouvrage collectif Pratiques de l’édition numérique paru en 2014 aux Presses universitaires de Montréal (PUM) sous la direction de Marcello Vitali-Rosati et Michaël Eberle-Sinatra.

[36]LE DEUFF, Olivier, 2014. La documentation dans le numérique: état de l’art. Villeurbanne, France : Presses de l’enssib.

[37]DEWEY, Barbara. « The embedded librarian : Stratégic campus collaborations » in Resource Sharing & Information Networks, vol.17, 2004.

[38]ENSSIB, INTD et URFIST, 2012. Pratiques documentaires numériques à l’université: colloque « Diversité des pratiques documentaires numériques dans les champs scientifiques » organisé à l’Enssib en 2009. Villeurbanne, France : Presses de l’Enssib.

[39]TUR, Alexandre, 2015. Accompagner les citoyens dans l’acquisition d’une culture numérique : le rôle des bibliothèques de lecture publique dans la formation au numérique. [en ligne]. Mémoire de fin d’étude du diplôme de conservateur.

[40]EBERLE-SINATRA, Michael et VITALI ROSATI, Marcello (éd.), 2014. Pratiques de l’édition numérique. Montréal, Canada : Presses de l’Université de Montréal.

[41]MERZEAU, Louise et ARNAUD, Michel (éd.), 2010. Présence numérique: de la gestion d’une identité à l’exercice d’une liberté. In : Documentaliste (Paris). Paris, France : ADBS. pp. 28‑69.

[42]L’ensemble des ces nouveaux métiers est présenté et cartographié chaque année dans les catalogues de formation de l’ADBS : en 2014 la cartographie professionnelle est particulièrement représentative de ces nouvelles nomenclatures métiers liés au document numérique .

[43]DI PIETRO, Christelle (éd.), 2014. Produire des contenus documentaires en ligne: quelles stratégies pour les bibliothèques ? Villeurbanne, France : Presses de l’Enssib.

[44]GALAUP, Xavier (éd.), 2012. Développer la médiation documentaire numérique. Villeurbanne, France : Presses de l’Enssib.

[45]ERTZSCHEID, Olivier, 2013. Qu’est-ce que l’identité numérique ?  Enjeux, outils, méthodologies. Marseille, France : OpenEdition Press.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *