Euchronie : un projet collaboratif francophone inscrit dans les humanités numériques

Présentation du projet

Euchronie est un projet collaboratif francophone s’inscrivant dans le domaine des humanités numériques. Partant du constat qu’une abondante production de contenu sur le passé est autopubliée sur le web, le projet vise à agréger, indexer et hiérarchiser une partie de cette multiplicité de contenus. Le projet fait ainsi émerger un nouvel objet de recherche que nous proposons de nommer des connaissances humanistes sur le passé autopubliées en ligne.

Vous trouverez sur le site le contenu produit par 113 sources sur le passé issues de différents médias (texte, images fixes & photographies, audiovisuel & vidéos, ressources sonores et médias interactifs) et classées par catégories (type de média, époques, thématiques et aires géographiques). Cette mise en ligne est l’aboutissement d’un travail de deux ans mené par une équipe de 19 chercheurs à cheval entre la France, le Canada et la Suisse.

Euchronie a été pensé comme un site accessible au plus grand nombre, quel que soit l’âge ou la facilité à naviguer sur Internet. Nous l’avons voulu attractif, attrayant et ergonomique. Toute la navigation se fait à partir d’un seul menu, accessible sur l’intégralité du site, quel que soit l’endroit où la navigation vous a mené.
Le site a vocation à s’enrichir : de nouvelles sources seront progressivement intégrées au corpus, notamment en provenance des réseaux sociaux ; l’ergonomie du site sera questionnée d’ici un an afin d’intégrer les retours des usagers ; l’objectif du projet est de répondre aux attentes de la communauté en écoutant et en enrichissant les contenus. Retrouver l’équipe par mail, sur Facebook ou Twitter et aussi sur le carnet de recherche d’ Hypothèses.

Continuer la lecture de Euchronie : un projet collaboratif francophone inscrit dans les humanités numériques

Croissance et extension des données, ce que les données font aux Bibliothèques ! Journée d’étude du 8 décembre co-organisée par Médiadix (CRFCB) et l’URFIST de Paris

Médiadix (CRFCB) et l’URFIST de Paris organisent une journée d’étude dans les locaux de Médiadix le vendredi 8 décembre :  Croissance et extension des données, ce que les données font aux Bibliothèques ! 

Les bibliothèques sont détentrices de données numériques appartenant à des registres variés tant par le fond que par la forme, en fonction de leur nature et de leur rôle (données administrative et de gestion, documentaire et bibliographique), ou encore de leurs caractéristiques techniques (données textuelles, iconographiques, audiovisuelles). Ces ensembles disparates d’informations ont vocation à être produits et exploités tant dans le cadre des offres et services existants que dans des contextes d’usages nouveaux ou renouvelés. Ainsi le traitement des données en vue de répondre à certains besoins, tels que l’enrichissement des catalogues, la connaissance des publics, ouvre des perspectives de développement et de renouvellement. Avec les données numériques s’ouvrent une infinité de champs d’expérience susceptibles de modifier le positionnement des bibliothèques. L’extension du domaine des données est en train de façonner un paysage neuf de bibliothèques, apparaissant comme des organismes aux fonctions élargies et aux activités diversifiées.

Programme

Téléchargement au format pdf

Continuer la lecture de Croissance et extension des données, ce que les données font aux Bibliothèques ! Journée d’étude du 8 décembre co-organisée par Médiadix (CRFCB) et l’URFIST de Paris

L’offre de services de la DGESIP à destination des établissements d’enseignement supérieur

La DGESIP lance une nouvelle plateforme de services à destination des établissements de l’enseignement supérieur

La direction générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle (DGESIP) lance une nouvelle plateforme qui répertorie une panoplie de services adaptés à la diversité des besoins des établissements de l’enseignement supérieur dans une démarche d’aide à l’élaboration de leur stratégie et d’amélioration de leur pilotage. Il peut s’agir d’outils d’analyse et de diagnostic, de tableaux de bord, de guides thématiques ou juridiques, ou encore de méthodologies adaptées à l’environnement de l’enseignement supérieur.

Continuer la lecture de L’offre de services de la DGESIP à destination des établissements d’enseignement supérieur

What is the 21st Century Academic Library? Qu’est-ce qu’une bibliothèque de recherche au 21è siècle ?

Karen Dias is the Interim Dean of Libraries at West Virginia University and has been a librarian for 30 years.

A phrase being used with more frequency in higher education is the “21st century research library.” In fact, you often hear library leaders discussing how their goal is to help their organization become one.  What you often don’t get is a definition of what that means exactly. One reason for this is that the definition is still being discovered.  But even though we don’t have a complete definition, we certainly have the clear outlines of one. Here are elements of a 21st century research library that resonate with me:

Focus on the needs of the campus and changes in higher education

In the 20th century there was much effort on modernizing the systems of the library, but much of that work tended to be internally focused.  This work provided good results that are continuing to make access to our resources easier, thus bringing us to the place where we can now begin to look more outside of ourselves. We now need to be looking at what the challenges of our campuses are and leveraging our resources to support those new challenges. At WVU the big challenges set forth by our president include action on Education, Prosperity, and Health. In the libraries we are looking at new and innovative ways we are uniquely poised to support these.
Continuer la lecture de What is the 21st Century Academic Library? Qu’est-ce qu’une bibliothèque de recherche au 21è siècle ?

Créer, gérer et animer un dispositif de Fab Lab au sein d’une bibliothèque publique, entretien avec Julien Amghar, créateur de l’espace Kenere le Lab’

Julien Amghar est animateur multimédia et Lab’ à la médiathèque de Pontivy  et créateur de l’espace Kenere le Lab’ (le fab lab de la médiathèque de Pontivy). Il est Docteur en Histoire Contemporaine, spécialiste en patrimoine bâti. Au niveau du numérique, il est aussi spécialiste des inventaires numériques du patrimoine et de la cartographie numérique. Son adresse courriel : julien.amghar@ville-pontivy.fr

Vous êtes le créateur d’un Fab Lab au sein de la médiathèque de Pontivy, l’espace Kenere le Lab’ : Pouvez-vous revenir sur les origines de ce projet?

Le point de départ de notre Fab Lab en médiathèque fut un constat : l’activité d’animation multimédia est à un tournant. Les changements majeurs apportés par le numérique dans les savoirs et les savoir-faire font que les médiathèques doivent être des relais et ne peuvent se contenter d’être simples spectatrices de ces mutations.

C’est surtout en tant que membre de l’association RHIZOMES (promotion du logiciel libre) que j’ai pu amorcer un virage professionnellement. Suite à une discussion avec le trésorier de l’association, il y a un peu plus de 3 ans, sur le succès inespéré de leur stand lors du forum des associations de Saint-Philibert, avec la présentation du prototype d’une imprimante 3D « low cost » réalisée par une microentreprise lorientaise, le CreaFab.

En effet, à peine la machine avait-elle commencé à imprimer, que toute la foule présente s’est massée autour d’elle, laissant les autres stands déserts ! Et d’ajouter : « il faut que tu fasses cela dans ta médiathèque ! ».

De retour à Pontivy, j’en ai parlé à mon directeur qui n’en voyait pas l’intérêt. Mais un an plus tard, à l’occasion d’un changement de direction, j’ai présenté le dossier au nouveau responsable. Ce dernier résidant à Saint-Brieuc, il s’est renseigné sur ce qui se faisait au niveau du numérique dans la médiathèque de cette ville.

La réponse fut alors rapide et positive : les briochins avaient déjà pris le pas du numérique et un projet de Fab Lab était en train d’émerger….

Continuer la lecture de Créer, gérer et animer un dispositif de Fab Lab au sein d’une bibliothèque publique, entretien avec Julien Amghar, créateur de l’espace Kenere le Lab’

LE NUMÉRIQUE ET LE LECTEUR, RETOUR DU NOMADE : INTERVIEW DE MABEL VERDI

À l’occasion de la publication aux Presses de l’enssib, dans la collection La Numériqued’une enquête menée en 2015 par la sociologue Mabel Verdi[1]  Le numérique et le lecteur, retour du nomade – Une enquête dans les médiathèqes en Auvergne-Rhône-Alpesla chercheuse revient en paroles sur son cheminement pour comprendre comment les bibliothèques participent à la construction des pratiques de lecture numérique des usagers.

Durée de l’interview : 7 mn 30

—————-

 Notes

[1] Mabel Verdi a soutenu sa thèse de sociologie en 2014 sur : « Les multiples mobilités de la migration : le cas des migrants chiliens en France ».

Revue « Humanités numériques » : premier appel à contribution

Humanistica, l’association francophone des humanités numériques
/digitales, lance le premier appel à contribution de la nouvelle revue francophone Humanités numériquesconsacrée aux usages savants du numérique.

Cette revue veut offrir un lieu de réflexion, de débat scientifique et d’expression aux chercheurs et enseignants dont les travaux s’inscrivent dans le champ des humanités numériques. Elle s’adresse donc aux spécialistes des sciences humaines, des sciences sociales et des disciplines liées aux technologies de l’information, ainsi qu’à tous ceux qui se sentent concernés par les transformations numériques des savoirs.

Humanités numériques est une revue numérique ouverte, à la fois par sa volonté de représenter la diversité des points de vue et par son choix d’une publication en open access. Émanation de l’association francophone Humanistica, elle est conçue comme une réponse collective à la revendication liminaire du Manifeste des Digital Humanities de 2010, première manifestation francophone de ce mouvement : pour constituer, faire connaître et faire reconnaître « une communauté de pratique solidaire, ouverte, accueillante et libre d’accès », nous avons besoin d’une culture commune, élaborée en français mais en constante relation avec les productions des autres aires linguistiques, fondée sur des références et des discussions d’un autre ordre que celles des séminaires, des colloques, des listes de diffusion, des blogs ou des réseaux sociaux.

La rencontre des sciences de l’homme et de la société avec le calcul, avec l’informatique et avec la culture numérique se rattache à plus d’un demi-siècle de recherches et, au delà, aux métamorphoses millénaires des technologies de l’information. Penser cette histoire, ou plutôt ces histoires nationales et locales, est d’ailleurs l’une des orientations récentes des humanités numériques, qui – nous en prenons acte – incluent aussi bien les réflexions sur les infrastructures, les standards et les outils que la discussion de projets collaboratifs, aussi bien les propositions théoriques que l’inscription dans l’histoire des techniques, aussi bien l’étude des modalités d’accès et de diffusion que l’élaboration de méthodes d’analyse, aussi bien la description des pratiques informatiques devenues ordinaires que la possibilité de nouvelles cultures épistémiques, aussi bien, enfin, les enjeux de l’institutionnalisation que la critique des modes ou des idéologies. Cet inventaire est délibérément ouvert, car la recherche et l’enseignement vivent une époque de transition, dans laquelle les humanités numériques constituent avant tout, à nos yeux, une zone d’échange entre disciplines, entre métiers, entre cultures. Par ses articles et ses dossiers thématiques, et dans un second temps par l’introduction d’autres rubriques, la revue entend stimuler cette réinvention.

Expérimentation, réflexivité, hybridation, dialogue : tels sont donc les maîtres mots de l’aventure scientifique que nous voulons accompagner, sans illusion technophile, sans irénisme technocratique, mais avec l’enthousiasme et le goût de la découverte qui colorent le plus souvent ces travaux. En vous proposant de contribuer aux premiers numéros de la revue, nous faisons le pari qu’il existe un vivier d’auteurs et d’acteurs prêts à objectiver, chroniquer et critiquer, au sens le plus riche du terme, l’évolution de leurs pratiques et de leur pensée.

Continuer la lecture de Revue « Humanités numériques » : premier appel à contribution

Production des données, « Production de la société ». Les Big Data et algorithmes au regard des Sciences de l’information et de la communication

Appel à articles pour la revue Les Enjeux de l’information et de la communication. Ce dossier thématique est coordonné par :

  • Vincent Bullich (Gresec, Université Grenoble Alpes)
  • Viviane Clavier (Gresec, Université Grenoble Alpes)

Informations pratiques

Les propositions (4000 signes espaces non compris) indiquant problématique et méthodologie sont à adresser à Vincent Bullich et Viviane Clavier pour le 18 septembre 2017.

Adresses : vincent.bullich@univ-grenoble-alpes.fr et viviane.clavier@univ-grenoble-alpes.fr

Après sélection par le comité de lecture (réponse le 16 octobre 2017), les premières versions complètes des textes (de 25 000 signes espaces non compris et rédigés selon les normes éditoriales des articles de la revue disponibles à cette adresse : https://lesenjeux.univ-grenoble-alpes.fr/pageshtml/soumettre.html) sont à remettre pour le 01 mars 2018, elles seront soumises alors à une évaluation en double aveugle.

A la suite de cette phase, la version définitive du texte (prenant en compte les éventuelles remarques et retours des évaluateurs), incluant les corrections mineures ou majeures demandées, sera soumise au comité éditorial de la revue qui est souverain pour l’accord définitif de publication en juin 2018.

Continuer la lecture de Production des données, « Production de la société ». Les Big Data et algorithmes au regard des Sciences de l’information et de la communication

Publication d’un Guide du droit d’auteur – 3ème édition – 2017

Guide du droit d’auteur – 3ème édition – 2017

Ce guide du droit d’auteur mis à disposition librement sur Le portail du numérique dans l’enseignement supérieur est à jour des textes en vigueur en cette année 2017 : il traite des questions juridiques soulevées en droit de la propriété intellectuelle et constitue l’outil indispensable à tous ceux qui sont amenés à utiliser ou à créer des ressources, quelles que soient leurs natures. Il sera ainsi très apprécié de la communauté professionnelle de l’enseignement, autant pour les utilisateurs que les créateurs d’œuvres.

Auteurs : 

La publication est placée sous la direction scientifique de :
A. Lucas, Professeur émérite, Université de Nantes

Avec :
E. Bouchet-Le Mappian, Docteur en droit, Université de Nantes
S. Chatry, Maître de conférences, Université de Perpignan Via Domitia
S Le Cam, Maître de conférences, Université de Rennes 2

Mise à jour par S. Le Cam, Maître de conférences, Université de Rennes 2 et S. Chatry, Maître de conférences, Université de Perpignan Via Domitia

Télécharger le guide

Sur le même sujet :

Droit d’auteur : le principe immuable de l’accord de l’auteur

Publié le 20 juin par Didier Frochot,  rédacteur et fondateur des Infostratèges

Comprendre le droit d’auteur : les cas de pluralités d’auteurs

Publié le 20 juin par Didier Frochot,  rédacteur et fondateur des Infostratèges sur Archimag.

http://media.sup-numerique.gouv.fr/file/Licences_et_droit_d_auteur/82/5/Guide_du_droit_dauteur_3e_ed_777825.pdf

Journées doctorales de la Sfsic du 14 au 16 juin 2017 – Enssib (Lyon/Villeurbanne)

Les journées doctorales de la Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication se tiendront les 14, 15 et 16 juin 2017 à Lyon en partenariat avec ELICO, à suivre sur Twitter avec le hashtag  .

Au programme de ces XIIèmes doctorales :
8 ateliers, moments d’échange et de partage, permettant de découvrir les objets de recherche abordés par les thèses en cours : questionner l’urbain, questionner la mobilité, analyse de discours, questions de méthodes, pratiques en ligne, questions d’images, etc.
1 table-ronde introductive autour des sciences de l’information et du document : filiations théoriques et nouveaux champs professionnels
1 table-ronde conclusive autour de la professionnalisation du doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication
1 séance plénière : « Se former à l’information scientifique : les services URFIST à destination des doctorants »
– De nombreux rendez-vous pour échanger autour du café poster, de la table des revues, lors de la photo de groupe et durant les pauses déjeuner, le repas de gala etc.
– Et 2 nouveautés cette année : une rencontre avec l’ensemble des membres du bureau du CNU 71ème section et une session de présentation de sa thèse en 3 minutes.

Programme

L’ensemble des communications sera retransmis ultérieurement sur la chaîne You Tube de la SFSIC.

Informations pratiques

Cette rencontre se déroule à l’ Enssib

17-21 bd du 11 novembre 1918

Villeurbanne

Les frais d’inscription donnent accès à l’ensemble des conférences et ateliers, aux pauses café, aux déjeuners des 14/06 et 15/06, au dîner du 15/06 et, pour les non-adhérents, à l’adhésion.

– Doctorants et étudiants adhérents à la Sfsic 50€
– Doctorants et étudiants non adhérents à la Sfsic (adhésion incluse) : 76€
– Enseignants chercheurs adhérents à la Sfsic : 72€
– Enseignants chercheurs non adhérents à la Sfsic (adhésion incluse) : 125€

Les modalités de paiement acceptées sont :
– un bon de commande, mandat administratif ou chèque, à l’ordre de SFSIC, à envoyer à Trésorerie de la Sfsic à l’attention de Claire Scopsi – 75 bd Barbès – 75018 PARIS
– un virement bancaire : IBAN crédit agricole: FR76 1820 6002 8965 0050 5594 020 – BIC AGRIFRPP882
Pour toute question concernant l’inscription ou le paiement : claire.scopsi@cnam.fr

Ecole d’été cartographie-visualisation: 3-5 juillet, Enssib (Lyon/Villeurbanne)

Les inscriptions à l’école d’été de cartographie et de visualisation sont ouvertes : http://www.enssib.fr/inscription-ecole-dete-cartographie

Cette école d’été se tiendra à l’Enssib du lundi 3 juillet au mercredi 5 juillet inclus.

Elle permettra un riche débat entre géographes, physiciens, informaticiens, et aussi historiens, épistémologues, mathématiciens, sociologues, artistes sur les points suivants: apports heuristiques de la cartographie et des outils de visualisation, usage de la preuve graphique dans un raisonnement, risques de réification d’un phénomène complexe à partir d’une représentation. L’histoire de ces débats (récurrents en sciences dites sociales comme dites exactes) et leur incidence sur le développement des disciplines seront aussi abordées. Enfin, une juste place sera accordée aux non-universitaires qui usent aujourd’hui habilement des outils de visualisation/représentation et de leurs bibliothèques pour donner à voir le monde.

Les conférences et présentations originales seront complétées de tables rondes et d’ateliers spécifiques dédiés à la production de cartes et graphiques, à leur sémiologie, à leurs esthétiques.

Le programme détaillé est en cours de finalisation. Si vous en avez la possibilité, vous êtes grandement invités à participer aux 3 journées.

Vous avez accès à la présentation de cette école d’été et à la liste des intervenants en consultant la page http://barthes.enssib.fr/ECV-2017/

Cette journée est financée par l’IXXI, avec le vif soutien de l’Enssib, et croise les thèmes de recherche de l’équipe Réseaux, Savoirs & Territoires de l’Ens et du RAIL.

L’inscription est gratuite, mais nécessaire, afin de faciliter le travail du comité d’organisation:
http://www.enssib.fr/inscription-ecole-dete-cartographie

De la page au flux : la conception du livre numérique

Après des études de philosophie, et une expérience professionnelle dans l’édition, Bianca Tangaro s’est spécialisée en 2017 dans l’édition numérique en suivant le Master PUN de l’Enssib. Elle rédige actuellement un mémoire sur le livre numérique comme défi technique, commercial et culturel pour les éditeurs indépendants.

À quoi pense-t-on quand on nous dit le mot « livre » ? De manière générale, nous pensons à un objet, qui occupe un certain espace, et qui a une certaine forme. Cet objet se présente comme un recueil de pages imprimées (au moins 49 selon la définition de l’Unesco [1]) dont la fonction est celle de support à l’écriture et aux images. En tant que support matériel le livre a donc une certaine forme physique : c’est précisément cette forme que nous voudrions analyser. En effet, dans le passage du livre papier au livre numérique, le livre abandonne la forme de codex pour acquérir celle de « flux » numérique. Il s’agit alors ici d’analyser le changement de conception qu’entraine ce passage d’une forme à l’autre. Nous voudrions ici rendre compte du fait que la réalisation d’un livre numérique implique une certaine conception du livre différente de celle historiquement focalisée sur la page destinée à la seule impression sur papier. Il faut ici entendre le terme « conception » au sens d’un engendrement et de la disposition dans laquelle il faut se placer pour réaliser un livre numérique, puisque opter pour la publication numérique nécessite une certaine « conversion » à une nouvelle méthode. Il va falloir ainsi comprendre les tenants de cette méthode.

Dans notre recherche documentaire, nous avons remarqué que de nombreuses études ont été consacrées de manière large au livre numérique, à son univers professionnel, son univers économique, et d’autres textes sont plutôt des manuels, guides pratiques à la création de documents EPUB. Nous avons également fait une recherche en ciblant la notion de « page », et nous avons trouvé peu de littérature concernant cette notion. Nous allons préciser cela dans la section dédiée à l’état de l’art de la littérature sur notre sujet. Ainsi, nous avons pu constater qu’il y a peu de textes ou études permettant de comprendre le changement fondamental qui s’opère lors de la conception d’un livre numérique par rapport à la conception d’un livre destiné à être imprimé. C’est pourquoi nous voudrions analyser précisément les différences entre les deux modèles de conception qui sont celui de la page physique et celui du flux numérique, les mettre en parallèle afin de questionner la place de la notion de « page » dans l’univers de la création de livres numériques. Ce questionnement naît d’un problème qui émerge lorsque des professionnels de l’édition traditionnelle commencent à dialoguer avec des professionnels de l’édition numérique. Il apparaît que le vocabulaire n’est pas le même entre les deux corps professionnels et les attentes des uns semblent diverger de celles des autres.

Continuer la lecture de De la page au flux : la conception du livre numérique

Hackathon ESOBD du 7 et 8 juillet – Écriture Scientifique Orientée Base de Données

Appel à participation au Hackathon ESOBD

Le Hackathon ESOBD (l’Écriture Scientifique Orientée Base de Données) vous propose de travailler à partir d’un corpus de données issu d’un projet de recherche afin de développer des prototypes de scénarios, interfaces, visualisations ou jeux innovants. Il s’inscrit dans une perspective de réflexion plus large autour des questions du recours à l’open data et aux visualisations de données dans le contexte universitaire.

Le hackathon gravite autour de 3 projets liés à l’univers de la recherche dont les thématiques sont clairement distinctes (la bibliothèque, la comédie musicale, l’université). Ces projets ont été conçus selon une même méthodologie et présentent une architecture technique similaire (un cœur applicatif Symfony3, une BD MySQL, des visualisations réalisées avec D3.js, et une API constituée de webservices fournissant du JSON).

 Les 3 projets issus du monde de la recherche

Le projet Prévu interroge le prêt en bibliothèque par la visualisation, au sein de différents scénarios, des données d’usage de SCD universitaire et de bibliothèques municipales. [http://prevu.fr/]

Le projet MC2  permet de replacer le film Musical hollywoodien en Contexte Médiatique et Culturel par la visualisation et l’interrogation de données produites par des chercheurs en cinéma.[http://mc2.interlivre.fr/]    

Le projet Cartographie de la COMUE Hesam propose de visualiser les compétences des membres de communauté d’universités des Hautes Écoles Sorbonne Arts et Métiers université (Hesam).  [http://carto-hesam.eu]

Continuer la lecture de Hackathon ESOBD du 7 et 8 juillet – Écriture Scientifique Orientée Base de Données

« Des usages des dispositifs socionumériques à la reconfiguration des identités professionnelles » – Soutenance HDR de Jean-Claude Domenget en SIC

Soutenance HDR  – Jean-Claude Domenget

Le mémoire d’habilitation à diriger des recherches en 71ème section du conseil national des universités soumis par Jean-Claude Domenget, sous l’intitulé « Des usages des dispositifs socionumériques à la reconfiguration des identités professionnelles : une approche des temporalités en SIC », repose en partie sur un travail de synthèse des recherches passées et présente des pistes novatrices, articulant l’analyse des usages de dispositifs socionumériques et la reconfiguration des formes identitaires professionnelles, sous l’angle des temporalités en Information – Communication. Ce mémoire s’inscrit ainsi dans les nouvelles perspectives sur les usages en proposant notamment un cadre conceptuel élargi autour de la plasticité, de l’instabilité et de la fragilité, afin de construire une troisième topique de la sociologie des usages. Il avance ensuite, au croisement des SIC et de la sociologie des groupes professionnels, une problématisation de la construction d’une identité professionnelle numérique, elle-même rapportée à la professionnalisation dans les métiers de la communication. Un angle d’analyse est privilégié : l’approche temporaliste des phénomènes info-communicationnels. Enfin, ces trois thématiques sont ancrées dans un renouvellement des domaines de la recherche, transformés par le numérique. Les changements analysés sont donc transversaux à quatre axes de recherche autour desquels le programme s’articule : les usages professionnels des médias socionumériques, la reconfiguration des formes identitaires professionnelles, les temporalités en Information – Communication et le « tournant » du numérique.

Informations pratiques

La soutenance publique aura lieu le vendredi 2 Juin 2017 à 15h
à l’Université Charles de Gaulle – Lille 3 – Sciences Humaines et Sociales, au 
Domaine Universitaire du Pont-de-Bois, bâtiment B – salle B2. 273.

Le jury est composé de :

M. Patrice DE LA BROISE, Professeur à l’Université de Lille 3. Garant

Mme Florence MILLERAND, Professeure à l’Université du Québec à Montréal. Canada

M. François LAMBOTTE, Professeur à l’Université Catholique de Louvain. Belgique

M. Jacques WALTER, Professeur à l’Université de Lorraine

M. Alain LAMBOUX-DURAND, Professeur à l’Université Bourgogne Franche-Comté

M. Nicolas PELISSIER, Professeur à l’Université de Nice Sophia-Antipolis

Les bibliothécaires, acteurs de la recherche – Journée d’étude du 18 octobre au Congrès de l’ADBU

Les bibliothécaires, acteurs de la recherche : tel est le thème qui sera abordé le 18 octobre au cours de la journée d’étude du 47ème congrès de l’ADBU.  Les services d’appui à la recherche font partie intégrante des missions dévolues aux bibliothèques universitaires. Ils connaissent un essor important ces dernières années, du fait de l’apparition, avec le numérique, de nouveaux objets de production et diffusion scientifiques (blogs, réseaux sociaux de la recherche, carnets de recherche numérique, etc.), ou de la massification et de la facilité de manipulation accrue d’objets plus traditionnels, comme les données de la recherche.

Contrairement aux supports analogiques, la bonne gestion de l’information digitale impose de penser dès leur production le cycle de vie des objets produits, au risque, très rapidement, de ne plus être à même de les manipuler, de les conserver, d’en maîtriser la diffusion et les réutilisations potentielles. Le numérique change donc qualitativement et profondément la donne, le bibliothécaire ne peut plus être à la fin de la chaîne de la production du savoir.

Les professionnels de la documentation se retrouvent ainsi désormais de plus en plus au cœur des projets de recherche des établissements, là où la science est produite. Acteur reconnu dans le cadre de constitutions de corpus ou de réponses aux appels à projets, le bibliothécaire, s’il n’est pas un chercheur et reste bien un bibliothécaire, n’en est pas moins de plus en plus étroitement associé au processus de la production scientifique, au sein-même des équipes de chercheurs, ou de son évaluation  et du pilotage scientifique, à travers son expertise scientométrique.

Continuer la lecture de Les bibliothécaires, acteurs de la recherche – Journée d’étude du 18 octobre au Congrès de l’ADBU

Digital Libraries & Information Sciences