Parution juin 2016 : « Introduction aux humanités numériques : méthodes et pratiques »

Introduction aux humanités numérqiues- DeBoeckIntroduction aux humanités numériques : méthodes et pratiques
Nouvelle parution en juin d’un ouvrage collectif publié aux éditions deboeck, dans la collection Méthodes en Sciences humaines, préfacé par Michael Sinatra et écrit par Seth Van HoolandMax De WildeSimon Hengchen et Florence Gillet.

Démystifiez les humanités numériques au travers d’une introduction conceptuelle et technique. Pour maîtriser les méthodes et outils permettant de publier et de valoriser ses travaux de recherche en ligne.

    • Trouver l’information en ligne afin de répondre à une question de recherche traduite en langage documentaire
    • Modéliser les données afin de mieux structurer l’information en ayant recours à différents modèles conceptuels
    • Numériser les sources et convertir au format numérique des contenus hétérogènes en leur associant des métadonnées
    • Analyser le contenu grâce à des techniques de traitement des langues et explorer un corpus de manière automatisée
    • Valoriser les résultats obtenus en les incorporant dans un travail écrit ou en publiant ceux-ci sur le Web

Résumé 

Ces dernières années, le développement du numérique a permis l’essor de nouvelles méthodes qui ont largement bénéficié aux archives, aux bibliothèques et aux musées, mais également aux publications de recherche ou aux expositions virtuelles.

Consacré à cette discipline émergente, nommée « humanités numériques » dans les universités où elle est enseignée, ce manuel explique ces nouvelles technologies de l’information afin d’en tirer le meilleur parti pour la rédaction et la valorisation de travaux scientifiques.

Cinq chapitres progressifs, avec concepts clés, exemples concrets et exercices :

  • Préparer sa recherche
  • Trouver de l’information
  • Organiser et partager ses sources
  • Analyser son corpus
  • Valoriser ses résultats

Un accompagnement en ligne du manuel propose des mises à jour des exercices, outils et données, permettant de créer un lien entre les auteurs du livre et ses utilisateurs.

Pour les étudiants en lettres, en communication et en sciences humaines.

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Lancement de la Revue COSSI – Communication, Organisation, Société du Savoir et Information

Site officiel de la revue : http://www.revue-cossi.info/

L’éditorial de la revue précise (je cite) :

COSSI (Communication, Organisation, Société du Savoir et Information) est une revue scientifique internationale francophone interdisciplinaire en Sciences Sociales lancée à l’initiative du GRICODD (Groupe de Recherche international en Information, COmmunication et Documentation Durables).

Fondée en 2015, la revue COSSI est l’aboutissement de 7 années de recherches initiées par la collaboration entre le Campus de Shippagan de l’Université de Moncton (Nouveau-Brunswick, Canada) et le Pôle Information-Communication de l’Institut d’Administration des Entreprises de l’Université de Poitiers (France), lesquelles ont donné lieu aux éditions du COlloque Spécialisé en Sciences de l’Information (COSSI). Au fil des années (et des COSSI), de nouvelles collaborations sont nées avec l’Ecole de Bibliothéconomie et Sciences de l’Information de Montréalde Montréal (Canada), l’Ecole Supérieure du Professorat et de l’Education d’Aquitaine – Université de Bordeaux (France), le Département de communication de l’Université d’Ottawa (Canada) et le Cercle de Recherche et d’Etude en Information et Communication de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 (France).

Continuer la lecture de Lancement de la Revue COSSI – Communication, Organisation, Société du Savoir et Information

Archiver la recherche : responsabilités partagées – 23 juin à Montpellier : journée d’étude

URL pour s’inscrire : https://www.weezevent.com/journee-aurore-23-juin-2016

Lieu  :
Faculté d’Education
2 place Marcel Godechot, amphi D
34092 Montpellier cedex 5

Programme

08h30 – Accueil

09h30 – Ouverture
Philippe AUGÉ – Président de l’Université de Montpellier

09h45 – Introduction
Hélène CHAMBEFORT – Présidente de la sec­tion AURORE

09h55 – 1ère ses­sion : Les acteurs et leurs rôles ?
Présidente : Muriel GUEDJ, vice-pré­si­dente de l’Université de Montpellier, délé­guée à la dif­fu­sion de la culture scien­ti­fi­que et à la valo­ri­sa­tion des patri­moi­nes his­to­ri­ques

10h05 – Archives (des) scien­ces humai­nes : trois mots clefs pour enga­ger les res­pon­sa­bi­li­tés.
Laure CARBONNEL – doc­teure en anthro­po­lo­gie de l’uni­ver­sité Paris Ouest, et ingé­nieure de recher­che contrac­tuelle dans le labex « Les passés dans le pré­sent ».

10h25 – L’archive au Muséum natio­nal d’his­toire natu­relle : un réseau d’acteurs au ser­vice de la recher­che
Joëlle GARCIA – archi­viste paléo­gra­phe, conser­va­trice en chef des biblio­thè­ques, res­pon­sa­ble des col­lec­tions patri­mo­nia­les à la Direction des biblio­thè­ques et de la docu­men­ta­tion du Muséum natio­nal d’his­toire natu­relle (MNHN).
Pauline SAUSSEREAU – archi­viste à la Direction des biblio­thè­ques et de la docu­men­ta­tion du MNHN.
Julie RANDRIAMBAO – archi­viste à la Direction des biblio­thè­ques et de la docu­men­ta­tion du MNHN.

Continuer la lecture de Archiver la recherche : responsabilités partagées – 23 juin à Montpellier : journée d’étude

Humanités numériques, Architecture de l’information : des réponses à un changement de paradigme documentaire

Jean-Philippe Magué est membre du laboratoire ICAR de l’université Lyon 2 et enseignant-chercheur à l’ENS-Lyon où il est chargé de mission pour l’animation des Humanités Numériques. Il est maître de conférences en Sciences du Langage et Humanités Numériques et spécialiste de la sociolinguistique des réseaux numériques.

En 1085, les troupes menées par Alphonse VI de Léon conquièrent Tolède sous domination Maure depuis le VIIIème siècle. Tolède était alors un centre culturel majeur. Après sa prise, l’occident chrétien découvrit dans ses bibliothèques un grand nombre de textes qu’il ne connaissait pas : tant des textes de philosophes arabes que de textes de penseurs grecs qu’il avait perdus. Une grande entreprise de traduction de ces textes de l’arabe vers le latin et les langues vulgaires se mit en place[1], permettant la circulation de ces textes dans toute l’Europe. Cet arrivage soudain et massif de textes a eu au cours des siècles suivants des conséquences profondes sur les rapports qu’entretenaient les sociétés médiévales avec les textes et, plus généralement, sur leur rapport au savoir. L’analyse de ces bouleversements survenus au cours de cette période permet de jeter un éclairage intéressant sur la période que nous vivons qui bien que particulière n’est peut-être pas singulière.

Du livre à la bibliothèque, repenser l’organisation

La conséquence la plus directe de la prise de Tolède est une hausse spectaculaire de la production documentaire en Europe. Il a fallu non seulement traduire les textes (re)trouvés, mais les copier pour en assurer la diffusion. Ces textes ayant été étudiés et commentés, ils ont conduit à l’écriture de nouveaux textes qu’il a fallu à leur tour copier. Bozzolo et Ornato (1980)[2] se sont penchés sur la production de manuscrits au moyen-âge. Leur analyse est sans appel : de la prise de Tolède à la Grande Peste, la production documentaire croît à une vitesse vertigineuse.

 
  Production manuscrits 9eme-15eme_Siécle Figure 1.
Production des manuscrits entre les IXème et XVème siècles d’après Bozzolo et Ornato (1980) (données issues du tableau O, p. 64). L’étude est basée sur un corpus de manuscrits médiévaux en France, grosso modo au nord d’une ligne Lyon / Limoge. La production est exprimée en pourcentage de corpus, après un certain nombre de corrections. Voir l’ouvrage de Bozzolo et Ornato (1980) pour plus de détails sur leur méthodologie.

L’augmentation du nombre de manuscrits pose des problèmes d’organisation nouveaux. La question du repérage d’un manuscrit dans une bibliothèque ne se pose pas de la même manière lorsque le nombre de ceux-ci est décuplé. On voit apparaître dès le XIIème des formes de catalogage dans les bibliothèques. Gasparri (2009)[3] note en effet que « parmi les fonctions de l’armarius [le moine en charge de la bibliothèque] figurent aussi la mise à jour de l’inventaire des livres, leur examen et leur recension deux ou trois fois par an (ce qui est considérable), leur conservation dans des armoires saines, non surchargées : donc une réglementation stricte, ne laissant rien au hasard, laquelle n’a pas pu aller sans la réalisation d’un inventaire ou au moins de registres sommaires. »

Mais quand bien même les bibliothèques s’organisent pour permettre au lecteur de s’y retrouver dans des collections devenues bien plus vastes, ce dernier fait face à un problème majeur : il y a trop de livres pour qu’ils puissent tous être lus. L’érudit se trouve dans une situation de surcharge informationnelle qui va conduire au développement de tout un ensemble de dispositifs et de pratiques permettant d’appréhender cette abondance d’information. C’est explicitement en réponse à cette abondance que Pierre Lombard, au milieu du XIIème siècle, justifie la démarche qui l’a conduit à l’écriture de son Livre des Sentences, recueil d’extraits des pensées des Pères de l’Église. Il explique qu’il souhaite rassembler « en un volume court les avis des Pères […] afin qu’il ne soit pas nécessaire de consulter une abondance de livres pour le chercheur, pour qui la brièveté des extraits rassemblés offre sans effort ce qu’il cherche »[4].

Cette lecture fragmentaire est rendue possible par les florilèges et autres compilations à l’image du Livre des Sentences, mais pas seulement. Le mouvement d’organisation qu’ont connu les bibliothèques pour le repérage des manuscrits s’est décliné au sein même des livres : la structuration du texte en sections (avec des titres) et en paragraphes à fait son apparition (sous l’impulsion des cisterciens notamment), permettant de compléter le texte par tables et index et donc de retrouver rapidement le passage recherché.

Pour aller encore plus loin dans cette approche non linéaire du texte, celui-ci se voit accompagnée d’outils : en 1240, Hugues de Saint Cher, à la tête d’une armée de 500 moines et après près de 10 ans d’un travail acharné, termine la concordance de Saint Jacques : toutes les occurrences de tous les mots de la bible sont relevées, triées et listées. On peut, en un seul coup d’œil, repérer tous les usages d’un mot.[5]

Un nouveau rapport au savoir

C’est en fait l’activité même de lecture, sa pratique et ses objectifs qui sont bouleversés. La ruminatio, la lecture qui se pratiquait au Haut Moyen-âge, laisse place à la lectura (Hamesse, 1995) : alors qu’elle était une activité monacale, tournée vers la sagesse, la lecture devient une activité inscrite dans l’enseignement, tournée vers le savoir. De lente, articulée et méthodique, elle devient silencieuse et fragmentaire. Il ne s’agit plus de lire méditativement un livre de la première à la dernière page (ils sont trop nombreux pour cela), mais de sauter d’un passage à l’autre, d’un livre à l’autre, de comparer et de commenter. C’est un nouveau rapport au savoir, la scolastique[6], qui émerge suite à la réintroduction soudaine et massive de la pensée grecque dans l’Europe médiévale. Pour la concilier avec la pensée chrétienne, on développe une approche critique : on commente, on explique, on débat. Les pratiques d’enseignement sont profondément changées également. Ce nouveau rapport au savoir est institutionnalisé : la connaissance quitte les monastères pour les universités naissantes. Il conduira à la Renaissance, à l’invention de l’imprimerie qui déclenchera également un changement de paradigme documentaire.

Le moine cistercien, un UX designer

Le processus qui s’est déclenché suite à la prise de Tolède n’est pas sans rappeler celui que nous sommes en train de vivre. L’événement clé de notre époque, notre Tolède, c’est la création du Web. La production de documents, qu’ils soient textuels ou audio-visuels, est une activité devenue banale qui rythme le quotidien du plus grand nombre. Soudain, nous faisons face à une quantité de documents sans commune mesure avec ce que nous avions l’habitude de traiter. Les sociétés médiévales ont réagi en opérant un changement de paradigme documentaire : ont été modifiées simultanément l’organisation des systèmes de documents (les bibliothèques) et l’organisation des documents (avec l’introduction des sections, titres et paragraphes) et, par conséquent le rapport entre le lecteur et le document : la structuration du document propose de nouvelles affordances qui transforment l’expérience de lecture et le vécu du lecteur. C’est toute une réorganisation de la société vis-à-vis de ses documents, des rôles qu’elle leur attribue, de leur circulation, qui s’est opérée.

Continuer la lecture de Humanités numériques, Architecture de l’information : des réponses à un changement de paradigme documentaire

Séminaire de formation doctorale du 29 juin à l’université du Havre : « Pratiques du numérique universitaire »

Le Pôle de Recherche en Sciences Humaines et Sociales de l’ université Normandie-Le Havre reçoit Jérôme Valluy ( MCF Science Politique / SIC, Université Panthéon-Sorbonne  & chercheur COSTECH-UTC Compiègne) pour un séminaire de formation doctorale dédiée aux pratiques numériques universitaires animée par le Pr. Marc Bernardot. Inscrit dans l’esprit transdisciplinaire et innovant des Humanités Numériques et de la sociologie des pratiques numériques dans les sciences, cet atelier vise à former et sensibiliser les doctorants aux questionnements générés par l’évolution des objets et des méthodes de recherche.

Résumé
Des « humanités numériques plurielles » ? Les « humanités », au sens moderne et dominant dans les « humanités numériques », englobent l’ensemble des disciplines en arts, lettres, langues, sciences humaines et sociales. Les « humanités numériques plurielles » ouvrent aux recherches sur les évolutions des relations humaines, sociales, économiques et culturelles sous l’effet du développement des usages de technologies numériques issues des avancées conceptuelles et techniques des sciences et ingénieries de l’informatique et des sciences de la matière ainsi que les réflexions sur les méthodes et outils numériques.

Problématique 
Que nous apprennent les humanités sur le numérique (i.e : le tournant numérique de la société ) ? que peut-on faire avec le numérique (i.e : les outils numériques) dans les humanités ?

Bibliographie 

Continuer la lecture de Séminaire de formation doctorale du 29 juin à l’université du Havre : « Pratiques du numérique universitaire »

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

62e congrès de l’ABF à Clermont-Ferrand du 9 au 11 juin 2016

affiche_congres2016Le 62e congrès de l’ABF se déroulera à Clermont-Ferrand, au Polydôme, du 9 au 11 juin 2016, sur le thème :
Innovation en bibliothèque : sociale, territoriale et technologique

Comment innover, alors que les réformes reconfigurent les territoires et les pôles universitaires, que les visions sociétales se confrontent, que les expérimentations se multiplient et que le numérique bouleverse les pratiques culturelles et les apprentissages ? Les bibliothèques doivent y contribuer, en promouvant l’accès pour tous à l’information, à la formation et à la culture. Entre citoyens, décideurs et bibliothécaires, des solutions locales et originales s’échafaudent pour réinventer le modèle et les usages de la bibliothèque. Sur trois jours, les congressistes, acteurs de l’évolution de la profession, discuteront des méthodes et des exemples innovants. Ils partageront ensemble des visions alternatives et des projets inspirants, s’ouvriront aussi à ce qui se fait ailleurs en la matière.

 PROGRAMME      

INSCRIVEZ-VOUS !

En savoir plus sur le site de l’ABF

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Recrutement d’un ingénieur d’études ou de recherche pour le projet ANR Chapitres

Le projet ANR CHAPITRES, rattaché au labo Théories et Histoire des Littératures et des Arts de la Modernité (UMR 7172) de l’université Sorbonne Nouvelle – Paris 3,  recrute, à partir de septembre 2016, un d’ingénieur d’études ou de recherche pour le projet ANR Chapitres.

La date limite de réception des dossiers de candidature est fixée au 20 juin 2016.

Missions
– aide à la conception et construction de la base de données
– veille scientifique
– alimentation du carnet de recherches
– communication et diffusion

Profil requis :
– connaissance du champ de la littérature française et de l’histoire littéraire des 19e et 20e siècles
– formation ou expérience en édition électronique
– maîtrise de la TEI et en particulier des métadonnées
– expérience des bases de données bibliographiques et des archives existantes telles que Gallica ou archive.org
– maîtrise d’un ou plusieurs logiciels de gestion de bases de données
– niveau Master ou doctorat

Consulter le profil de poste

Contact : aude.leblond@gmail.com

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Initiation à l’encodage XML-TEI des textes patrimoniaux

L’équipe « Bibliothèques virtuelles humanistes » du Centre d’études supérieures de la Renaissance de Tours organise du 26 au 28 octobre 2016 avec le SUFCO de l’Université de Tours une nouvelle session du stage d’« initiation à l’encodage XML-TEI des textes patrimoniaux », à destination des professionnels .

La TEI (Text Encoding Initiative) est une initiative universitaire pluridisciplinaire visant à uniformiser autant que possible le codage de documents en vue de leur échange, mais aussi de leur analyse.

Utilisée dans les milieux de la Recherche en Sciences humaines (linguistique, histoire, lettres, etc.), dans l’édition numérique et dans certaines bibliothèques, la TEI propose des solutions d’encodage XML pour les débutants comme pour les experts. Grâce à son système modulaire, elle s’adapte aux besoins spécifiques des projets pour éditer, diffuser, analyser, exploiter et visualiser les textes encodés. Les recommandations du TEI Consortium proposent des solutions de codage spécifique pour les documents patrimoniaux, participant ainsi à leur valorisation.

Le CESR et l’équipe BVH de Tours organisent depuis 2005 cette formation dont le public ne cesse de s’élargir de par l’expansion des possibilités liées au numérique. Initialement dispensée aux étudiants du Master « Patrimoine Écrit et Édition Numérique » du CESR, cette session annuelle est spécifiquement dédiée aux professionnels qu’ils soient chercheurs, ingénieurs, ou issus de l’enseignement ou de bibliothèques patrimoniales.

PUBLIC

Continuer la lecture de Initiation à l’encodage XML-TEI des textes patrimoniaux

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Appel à chapitre pour l’ouvrage « Confiance et légitimité en information et communication de santé »

Calendrier

  • Date de soumission des résumés : 10 octobre 2016
  • Notification aux auteurs : courant décembre 2016
  • Date d’envoi des chapitres complets au format de l’éditeur : 18 avril 2017
  • Date de parution de l’ouvrage : courant octobre 2017

Les propositions sont à envoyer à : celine.paganelli@univ-montp3.fr

Editeur

ISTE Editions, série « S’informer dans le domaine de la santé », coordonnée par Céline Paganelli et Viviane Clavier.

Appel à chapitre

La question de la confiance est cruciale dans le domaine de la santé. D’abord, parce que la santé est révélatrice d’enjeux particulièrement forts que ce soit au niveau sociétal, réglementaire, institutionnel ou à titre individuel ; ensuite, parce que les frontières entre informations spécialisées et validées par des instances légitimes (institutions, professionnels) et informations non validées sont devenues perméables ; enfin, parce qu’elle apparaît comme centrale au sein même des relations entre acteurs du domaine (professionnels, patients, pouvoirs publics, entreprises,…). La question de la confiance est d’ailleurs le plus souvent traitée du point de vue de la relation entre patients et professionnels de santé ou entre les usagers et leur système de santé (Jaunet 2003, Saout 2009).

Continuer la lecture de Appel à chapitre pour l’ouvrage « Confiance et légitimité en information et communication de santé »

8ème Journée sur le livre électronique (Couperin) du 28 juin à la BULAC

logo_6x2News
Innovations et expérimentations autour du livre électronique : auteurs et éditeurs dans l’univers académique

La Cellule ebook Couperin organise le 28 juin à la BULAC la 8ème Journée sur le livre électronique. Cette journée est l’occasion de dresser un panorama le plus exhaustif possible des évolutions en cours et vise à être un temps d’échange, avec des interventions d’éditeurs, de spécialistes de l’industrie et d’enseignants-chercheurs.

Les bibliothèques universitaires et les organismes de recherche ont des habitudes installées, que ce soit en termes de modèles d’acquisition ou d’usages. Mais, en amont, l’arrivée du numérique modifie les équilibres du secteur. L’émergence de nouvelles formes d’écriture – lecture sociale par exemple – modifie la production du livre. Un processus de désintermédiation et de réintermédiation de la chaîne du livre est en cours. L’auto-édition, sous ses formes multiples, en est un bon exemple, illustré par le récent partenariat Amazon et Canopé. D’autres expérimentations ont lieu au sein de la communauté d’enseignement et de recherche…Lire la suite sur le site de l’événement #jle16.

Gratuit et ouvert à tous sur inscription.
Programme et intervenants

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Atelier Internet Lyonnais (AIL) du 25 mai : de l’écrit aux écrans, quelques éléments pour « une théorie réflexive adéquate »

logoAIDe l’écrit aux écrans: quelques éléments pour «une théorie réflexive adéquate»

La prochaine séance du séminaire de  l’Atelier Internet, fondé par  Eric Guichard, responsable de l’équipe Réseaux, Savoirs & Territoires de l’Ens-Ulm et Maître de conférences HDR à l’Enssib, se tiendra à l’Enssib le mercredi 25 mai à 17h.

Par Pierre-Antoine Chardel, professeur de philosophie à l’institut Mines-Télécom, chercheur au Lasco et au centre Edgar Morin de l’Ehess.

Ouvert à tous sur inscription.

Résumé de l’intervention

Pour cette intervention, je partirai de l’idée exprimée par Niklas Luhmann selon laquelle «la crise» renvoie au «manque d’une théorie réflexive adéquate». Cette idée souligne avec vigueur le besoin que nous avons aujourd’hui de réfléchir aux conditions d’une «théorie réflexive adéquate», non pas avec la prétention de la trouver une fois pour toutes, mais avec l’ambition d’effectuer le chemin qui y mène en s’appuyant sur le constat que nous évoluons dans des sociétés des écrans qui nous laissent encore très démunis d’un point de vue herméneutique. Nos existences sont encore largement organisées en fonction de critères qui appartiennent aux registres de l’instantanéité, de l’immédiateté et du consumérisme. Nous nous laissons par ce biais assujettir au temps court des «machines informationnelles» ainsi qu’à l’économie des affects qui les entoure.
Continuer la lecture de Atelier Internet Lyonnais (AIL) du 25 mai : de l’écrit aux écrans, quelques éléments pour « une théorie réflexive adéquate »

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Séminaire « cultures numériques » du 21 mai à la BIS : la symbolique du livre

Le séminaire « cultures numériques » se tiendra le samedi 21 mai de 10h à 12h, dans la Bibliothèque de la Sorbonne, (BIS) – salle de formation.
La séance sera consacrée à la symbolique du livre et la place que cette symbolique occupe dans les mutations numériques, avec les interventions de :
Michel Melot, Lorenzo Soccavo, et Florian Forestier.
Le séminaire est ouvert à tous (sur inscription en raison des consignes de sécurité) et s’adresse à tous les acteurs du monde numérique : chercheurs, étudiants, responsable de fabrication, éditeurs…
Inscription et renseignement : implications.philosophiques@gmail.com
En savoir plus sur le blog Cultures numériques

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Journées DH et données ouvertes 24/25 mai à Lyon

L’université de Lyon, Persée, l’Institut des sciences de l’Homme (ISH) et la Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean Pouilleux (MOM) organisent les 24 et 25 mai 2016 deux journées sur le thème Humanités numériques et données ouvertes à suivre en direct.

Retrouver en ligne l’ensemble des débats de la journée, les vidéos des conférences, les présentations associées ainsi que les posters présentés lors de l’exposition/forum du 25 mai et les échanges des 3 ateliers pratiques.

Présentation :
Quelles places renouvelées occupent les données numériques ouvertes dans les pratiques de recherche en sciences humaines et sociales ? A quel titre l’ouverture des données souhaitée, impulsée mais aussi controversée est-elle une réalité effective pour les données de la recherche, revisitant ainsi les modèles de l’enquête, de l’archive, de la source, et, plus largement, innervant les projets en humanités numériques ? Les journées « Humanités numériques et données ouvertes » visent la réunion de perspectives actualisées sur ces questions particulièrement sensibles dans un contexte de législation sur les données numériques, et qui dépassent le seul champ de la recherche scientifique.

Ces journées seront l’occasion d’un atelier autour des services d’Huma-Num (dont NAKALA, NAKALONA et ISIDORE) de la TGIR Huma-Num co-animé par la MOM (dont les équipes utilisent NAKALA) et l’équipe d’Huma-Num.

Connaître le programme et lire la suite sur le blog d’Huma-Num.

Suivre le fil Twitter des 2 journées : 

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Séminaire «Écritures numériques et éditorialisation» du 12 mai à l’Université de Montréal : Désir de profilage et profilage du désir

Huitième séance du séminaire à revivre en direct : désir de profilage et profilage du désir

Avec Olivier Le Deuff,  maître de conférences à l’Université de Bordeaux Montaigne et responsable du DUT Information Numérique dans les organisations et au laboratoire MICA et David Pucheu, chercheur au MICA, Maître de Conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université Michel de Montaigne et à l’université de Poitiers où il est membre permanent du laboratoire Techné (Technologies numériques pour l’éducation).

Retrouvez l’ensemble du séminaire en direct sur Polemic Tweet et tout le programme du séminaire sur la Revue Sens Public.

Le séminaire est réalisé en collaboration par la revue Sens Public, l’IRI, l’Université de Montréal, Dicen-IDF, l’Université de Bordeaux, et l’Université de Technologie de Compiègne.

L’importance croissante des usagers dans les processus de catégorisation et de classification des données numériques (indexation, recommandation, évaluation) qui fonde en grande partie la valeur ajoutée (et le fonds de commerce) du web dit collaboratif ou social n’atteste pas simplement d’une volonté d’optimiser l’accessibilité à ces mêmes données : elle constitue en effet une porte ouverte sur les désirs et les intentions des individus. La pratique du tagging par les usagers (folksonomie) trace les contours de représentations du monde propres aux individus qui en sont les acteurs : elle permet rétroactivement de catégoriser non plus les données, mais l’usager lui-même, « segmenté en profils qui se rapportent tous à « lui-même », à ses propensions, ses désirs présumés » (Rouvroy, 2013) Ce “désir de profilage” des usagers, cette libido sciendi qui portent sur l’identité des usagers s’inscrit dans une double visée à la fois prédicative et heuristique. Elle voudrait en effet non seulement anticiper, mais également dévoiler, découvrir les désirs inavoués, inconscients des usagers. C’est cette libido sciendi qui alimente rétroactivement le profilage de leurs désirs à des fins mercantiles sous couvert d’une stratégie qui est celle du service rendu. Si bien que la volonté d’en savoir plus sur les individus s’appuie sur une volonté de se voir qui se concrétise par le biais de réseaux sociaux et d’applications qui captent davantage de données personnelles de manière de plus en plus volontaire notamment quand il s’agit d’exposer des données issues de la quantification de soi. Cette pénétration au sein de la sphère de l’intime se poursuit sur les territoires des corps et de la sexualité qui s’exprime par l’utilisation notamment des tags sur les sites de vidéos pornographiques librement consultables. Cette indexation des désirs s’avère également déformante dans la mesure où elle véhicule des représentations au point de populariser certaines expressions comme la MILF (Mother I’d Like to Fuck). Au final, il s’agit non seulement d’un accroissement des stratégies de l’indexation des existences, mais également des mécanismes d’influence des manières de voir et de se représenter le monde par les individus qui méritent d’être interrogés. Quelles sont en effet dès lors les institutions dominantes de ce biopouvoir ?

Plus s’informations sur le site de Sens Public

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

[Séminaire annulé] Séminaire Publier, éditer, éditorialiser : nouveaux enjeux de la production numérique (du 18 au 22 septembre 2016 à Marseille)

Attention, séminaire annulé !

Le site de l’INRIA précise :

Les deux dernières éditions ont tourné autour des données, avec en 2012 le web sémantique et en 2014 les Big Data :

Nous voulions revenir cette année à la publication et plus particulièrement à son modèle qui s’est transformé en profondeur avec le numérique : les frontières entre les contenus (son, texte, image) sont devenues très floues, les contributions extérieures sont monnaie courante, le data-journalisme a le vent en poupe, le scientifique se réapproprie son contenu, et l’auteur dans tout ça ?

Des spécialistes de domaines divers aborderont les questions suscitées par ce nouvel environnement : quel intérêt aux contributions de communautés ? Comment le data-journalisme collecte-analyse-communique-t-il ? Quelles sont les particularités de la publication scientifique, et de façon plus large des systèmes éditoriaux  ? Comment la loi peut-elle s’adapter ? Et le transmédia ?

Date limite d’inscription le 24 juin 2016 : formulaire d’inscription

Programme détaillé du séminaire

Digital Libraries & Information Sciences