Dispositif de prêt de livre numérique / Retour d’expérience d’une BDP bretonne

Hélène Bert est chargée des ressources numériques à la Bibliothèque départementale des Côtes d’Armor depuis novembre 2014, après un parcours marqué par la diversité d’expériences professionnelles en lecture publique : Montbéliard, La Flèche, Vitré, Ploufragan, Saint-Brieuc, Guingamp, et en bibliothèque universitaire : IUFM de Bretagne. Diplômée  de l’université Paul-Valéry Montpellier III, Licence professionnelle « Dispositifs de gestion et de diffusion de l’information numérique » (promotion 2015-2016).

Regarder des films en streaming, lire des magazines, écouter de la musique, télécharger des livres depuis chez soi… tout ceci est désormais proposé à l’échelle du département des Côtes-d’Armor depuis septembre 2015, sous réserve d’être inscrit dans une bibliothèque. C’est la bibliothèque départementale qui pilote le service, expérimentant un nouveau mode d’intervention sur le territoire.

Introduire des contenus numériques conduit à composer avec de multiples contradictions : proposer des services liés à une authentification, en opposition avec le modèle ouvert du web, sélectionner presque exclusivement des ressources payantes, en opposition au modèle de libre accès, et à la vocation intégratrice de la bibliothèque, développer des outils censés favoriser l’autonomie des usagers, mais où la dépendance à la médiation, à la formation, aux compétences informatiques de ceux-ci est grande. Paradoxe enfin entre des postures professionnelles oscillant entre confiance et défiance, où la peur du numérique est encore bien présente.

Ce billet s’attache à rendre compte du service de prêt de livres numériques mis en place, parmi d’autres ressources numériques. Était-il pertinent de proposer des livres numériques à l’échelle d’une BDP ? Comment le dispositif choisi fonctionne-t-il ? Quels premiers éléments de réflexion peut-on proposer avec un recul de quelques mois ? Quelles évolutions peut-on d’ores et déjà envisager ?

Continuer la lecture de Dispositif de prêt de livre numérique / Retour d’expérience d’une BDP bretonne

Les Humanités Numériques pour l’éducation : Edcamp Paris du 1er et 2 septembre

edcamp-ICPOrganisé par l’ICP avec le soutien de Humanistica, EdCamp.org, la Fondation Saint-Matthieu et la Faculté d’Éducation de l’ICP, le colloque international | edcamp « Les Humanités Numériques pour l’éducation » se tiendra à Paris du 1er au 2 septembre. Il nous propose d’explorer les différentes formes que pourraient prendre ces liens. Par effet de miroir, il s’agira aussi d’interroger les manières dont les humanités numériques peuvent à leur tour devenir une discipline enseignée.

Les Humanités Numériques se fixent notamment pour objectif de favoriser le développement d’une culture et d’une pratique technologique en Sciences Humaines et Sociales. En tant que champ de recherche émergent, les Humanités Numériques s’intéressent aux technologies du point de vue des usages ou dans une perspective historique. Elles posent également la question de la conception de ces technologies et du rapport critique qu’il convient d’entretenir avec elles.
Continuer la lecture de Les Humanités Numériques pour l’éducation : Edcamp Paris du 1er et 2 septembre

Professionnels de l’information et humanités numériques : compétences, formations, métiers

I2D_162_L204La journée annuelle de la Fulbi, « Humains numériques sans le savoir ? L’apport des professionnels des bibliothèques, de l’info-doc et du patrimoine aux digital humanities », était organisée le 22 janvier dernier par le CNAM-INTD, sous la houlette avisée et chaleureuse de Claire Scopsi, MCF en SIC. La rencontre concernait chercheurs en sciences de l’information, archivistes, documentalistes, bibliothécaires et responsables de formation, tous mobilisés autour de la question, curieusement encore assez peu formulée par les professionnels eux-mêmes, de leur apport aux digital humanities.

Humains numériques sans le savoir ?

Telle était la question taquine adressée par cette journée aux professionnels de l’information sur leur contribution aux humanités numériques. Le ton est donné. En miroir, la mise au point sur le concept de digital humanities reste d’actualité pour un courant de la recherche en SHS qui porte aujourd’hui nombre de manifestes, déclarations et projets de recherche sous la bannière des humanités numériques.

De quoi parle-t-on ?

La difficulté que les chercheurs eux-mêmes ont à s’entendre sur ce concept relativement nouveau explique peut-être la participation discrète et récente des professionnels de l’information aux nombreux débats soulevés. Les humanités numériques sont-elles une nouvelle discipline ou une transdiscipline[1] ? Quels en sont les frontières, les territoires, les praticiens, les métiers ? Quelles compétences faudrait-il avoir pour s’en réclamer ? Comment et pourquoi faire des humanités numériques ? Plusieurs courants coexistent chez les chercheurs en SHS, nombreux à s’y reconnaître. D’un côté, le terme désigne l’alliance du dispositif numérique et des humanités classiques qui s’accompagne d’un nouveau rapport aux sciences, de nouvelles représentations des objets documentaires, des nouvelles méthodes dans le travail du chercheur et de l’enseignant. Ainsi que le résume le Manifeste des Digital Humanities de 2011, symbole de ce mouvement de renouveau des SHS, le tournant numérique de nos sociétés « modifie et interroge les conditions de production et de diffusion des savoirs » [2] Pour d’autres qui se réclament de « l’humanisme numérique » [3], la mutation numérique va plus loin et engage une vision philosophique du monde, dont les implications ne sont pas circonscrites au seul domaine des technologies de l’information. Le numérique ne peut se réduire à un outil ou à un objet d’étude, il renouvelle les structures de la culture et produit une nouvelle civilisation. L’enjeu est de saisir ce que les humanités pensent de la technique et non l’inverse.

Continuer la lecture de Professionnels de l’information et humanités numériques : compétences, formations, métiers

L’enjeu du web de données pour l’édition scientifique

Précision

Cet article a été publié dans le dossier thématique «Web de données et création de valeurs : le champ des possibles» de la revue I2D.

Pour citer cet article : Verlaet Lise, Dillaerts Hans, « L’enjeu du web de données pour l’édition scientifique », I2D – Information, données & documents 2/2016 (Volume 53) , p. 49-49
URL : www.cairn.info/revue-i2d-information-donnees-et-documents-2016-2-page-49.htm.

Résumé de l’article

Cet article présente le concept d’éditorialisation sémantique et explicite les opportunités de l’enrichissement sémantique des publications scientifiques pour l’ensemble des acteurs de l’IST (auteurs, éditeurs et professionnels de l’information).

Contenu de l’article

Inhérent au projet du web sémantique, le web de données (linked ata) entend favoriser la publication de données structurées sur le Web afin de constituer un réseau global, lequel doit faciliter la navigation des utilisateurs au sein d’un espace d’information.
Appliqué au domaine de l’édition scientifique, l’on préférera au concept de linked data celui de semantic publishing (éditorialisation sémantique), soit l’enrichissement sémantique des publications scientifiques. Celui-ci permet (SHOTTON, 2009; SHOTTON, 2012) :
• d’enrichir le contenu des articles avec des données interactives ;
• de renforcer le sens des articles à travers un système de balisage sémantique ;
• de fournir des liens directs vers des ressources externes ou vers les références citées ;
• de fournir un accès direct aux données de la recherche ;
• d’encourager la découverte et la réutilisation des nouvelles connaissances en publiant l’article et les données de recherche dans des formats lisibles par les machines.

Continuer la lecture de L’enjeu du web de données pour l’édition scientifique

Putting the users into the digital library: reflections on a MOOC teaching experience

About Anna Maria Tammaro

PhD in Information Science from University of Northumbria.
Professor of the MOOC « Digital Library in Principle and Practice » at the EMMA platform.
Professor « Digital Publishing » (2002-2016) and « Digital Library » (2000- 2013) at the University of Parma.
Chair of the IFLA Section Library Theory and Research.
Board member of the Associazione Informatica Umanistica e Cultura Digitale.

From April to May 2016, I was the teacher of the MOOC « Digital Library in principle and practice« , delivered in the European platform EMMA. The European Multiple MOOC Aggregator, called EMMA for short, is a pilot action supported by the European Union. EMMA provides a system for the delivery of free, open, online courses in multiple languages from different European universities.

MOOCs (Massive Open Online Courses) have two characteristics:

  • The number of participants is greater than the number of Robin Dunbar (<150), however the workload of the staff (teachers and tutors) does not increase in proportion to the increase in participants;
  • The pedagogical models are 1) cMOOCs’ (broadly, a connectivist, social learning approach that focuses on communication among participants online), 2) xMOOCs (courses that focus more on content transmission and knowledge acquisition through repetition and testing.)

MOOCs are therefore to be understood as innovative educational experiences and not to be confused with a technology platform or an aggregator. I have decided to avoid a MOOC broadcast-based (video lecture and automated quiz) but to build a c-MOOC (with a connectivist didactic approach) stimulating an active participation of the participants. It was therefore a priority to build a learning community of the MOOC.

The MOOC learning community was primarily intended for:

  • K-12 teachers at all levels, including elementary, middle, and high school teachers;
  • Continuing education or in-service facilitators supporting teachers and faculty;
  • Educators interested in educational technology and/or online instruction;
  • Cultural heritage professionals wishing to be involved in participatory educational activities;
  • Anyone with an interest in digital libraries.

The MOOC participants have been more than 800, with a clear majority of teachers (46%) and other educators as « digital activists » and professional trainers (15%) in training companies. A small percentage (only 13%) was made up of professionals and students of LIS and cultural heritage. The rest of the participants were simply interested people in digital libraries.

How have I managed to put teachers and students « into » the digital library ? How to create a learning community with participants so heterogeneous ? How I have applied a connectivist teaching approach ? My choice has been to overturn some stereotypes of my previous teaching experience on digital library, addressed to university students and professionals.  I have had first to analyse the context of the digital library for learning and later adapting the prototype to the challenge of a heterogeneous learning community. In this post I share my evaluations and reflections on this experience, highlighting what I learned, what I would do differently.

Digital Library roles for learning

Digital resources are increasingly important in the curriculum of schools of all levels and teachers spend much of their time to retrieve the Internet resources that may be of interest to their course. Yet few teachers and students know and use digital libraries ! The MOOC gave me the opportunity to present to the participants the digital libraries, defined as organisations centred on learning. I have described three possible roles of the digital library for improving learning and continuous development of teachers :

  • for accessing curated digital resources,
  • as virtual spaces ouside of the class (flipped classroom),
  • as internal laboratories into the class (makerplaces).

In developing a digital library, there are two opposite philosophies : the first is collection centered and states : « build the collection (or the digital library) and then user will come »; the second is user centered and says « design the digital library centered on users » or « engage users into the digital library”. I have always adopted the second approach, user centered, introducing the module “User & usage of digital library” to the students of the International Master Digital Library learning DILL. The experience of the MOOC allowed me to realize that the solemn declarations to put users at the center are likely to remain « slogan » if you do not represent a real change of philosophy and practice. Putting users at the center could be confused with a kind of customization, a personalisation of the interface ! Instead the active participation of the users to the digital library in the creation of content and tools should start from the education and training.

Prosumers

We are all victims of stereotypes from which we risk not to go out : one of this for the teacher is to transmit concepts to those who are completely unaware of a topic, such as academic courses for students. Instead in the lifelong learning framework, a community of users has to understand how they could take advantage of tools such as a digital library. The challenge of preparing the MOOC for a heterogeneous mass of participants let me realize this fundamental difference of approach. Learning should not take place in a separate step, and in a separate place such as the classroom or a digital library, but must be integrated into the lives of people, allowing themselves to build solutions to their problems.

The first paradigm shift or « reversal » of the MOOC has been to start from users considered as active co-creators of digital content : the idea is such as the « prosumers » (producer consumer), how they were called the first time by Alvin Toffler (1981) in his book The Third Wave. Toffler defines the prosumer as people who produce some of the products and services they need, rather than simply consume the market offerings such as passive consumers. Jenkins (2006) took over the concept of « prosumer » describing the “participatory culture”, where learning is not limited to acquire « concepts » available to be accumulated in a shopping cart. The direct use of the new knowledge must be obvious to dramatically improve professionals problematic situations, because the time and effort invested in training are immediately useful for the task to be solved – not only for a certain investment that could be useful in the future.

This concept of prosumers has not yet been studied in educational literature, also if it is very close to the pedagogical connectivist approach. The concept of prosumer has been applied instead in the literature on digital library. In the MOOC I have included two Units: one on Digital reading and one on the Enrichment of metadata, where social aspect of reading and crowdsourcing have been applied.

The MOOC pedagogical approach has been inspired by the disciplinar needs of the digital library course and stimulated by the opportunities of the platform EMMA.

To create the MOOC prosumers community, I followed some trajectories from communication and pedagogical approaches.

Structure of the MOOC

From the communication point of view, the MOOC has tried to give the opportunity to each participant to build their own individual paths of learning and at the same time be part of a community. The structure of the MOOC has been built around some problematic situation : What are digital libraries ? How can I take advantage of them ? How can I become a creator ? How can I improve learning ?

First of all, all the possibilities of the EMMA platform have been instrumental in stimulating conversations, especially the blog and the forum at the end of each Unit. From the pedagogical point of view, I have tried to be a visible teacher with frequent input, which included daily blog posts and preparing a weekly newsletters synthesising the course activity and the conversations of the week. Each lesson is divided into UNIT that carry the content and put it into practice, doing the exercises. Many of the main contents have been proposed as a debate between opposite approaches, rather than as the lesson text.

The result has been a hypertextual and interactive content, in which each block of text can be used by participants for customization and annotation (participants can prepare their Coursebook, which remains in their space also when the MOOC has been closed). This characteristic is a change in the traditional way of academic lecture teacher centered which transmits content with video and power point presentations. Each lesson begins with a video (less than 7 minutes) summarizing the main concepts. I have tried to encourage participants to collaboratively build new resources (such as list of digital libraries, Web APP register for learning, etc.) consulted and usable over time.

For example we tried to understand the concept of digital library of the participants, while prospecting the most used definitions as a starting point. This choice proved to be suitable, because it allowed me then to summarize the responses from participants evidencing their knowledge of digital libraries and clarifying misinterpretations.

Social networks have also been used. I thought that the participants could enjoy the conversations with the international digital library community, from which everyone could learn something. In practice, I have tried to bring together the MOOC community with that of the DILLers, the alumni of the International Master Digital Library Learning to stimulate a conversation between digital library experts and experts in education.

The MOOC tutor has launched periodically polls or questions that would invite participants to share their significant experiences. It has been also prepared a Newsletter of the MOOC on a weekly basis. At first we thought of a sort of ‘Orientation message’ to sum up the activities of the past week, and introduce the following week. Then it became much more! Participants provided much of the content of the newsletter, and this encouraged them: it is important for participants to feel involved and receive confirmation of having brought a contribution to the community.

The idea of the Newsletter was connected to the objective of building the learning community involving the outside community of digital librarians. So in each Newsletter issue an external expert was involved, bringing the practical experience relevant to the topic of the week, indicated by the subtitle: Explorers, Researchers, Readers and creators, Digital librarians. We have also summarized each week the most interesting conversations (and more animated) of the week, trying to bring the results to the principles set out in the summary of the lesson.

The idea of the Newsletter was also born from the need to create a communication device, such as a weekly message, that would help the participants not to lose the thread of the course, stimulated them to follow the development of lectures and discussion. Participants instead of being overwhelmed by the volume of content and conversation, could comments on the content being generated and most of them participated in the discussion forums.

Assessment and certification

For the MOOC three alumni of DILL who completed their doctorate and are now teaching in foreign universities were involved as co-authors :

Getaneh Alemu, Southampton Solent University, UK

Liliana Melgar, Universidad Carlos III Madrid

Eric Boamah, Wellington University, New Zealand

In the Unit for the digital library and digital skills has been involved Alessia Zanin Yost Penn State University.

This choice of co-teaching has helped to increase the interest in the MOOC, widening the knowledge base that one teacher can bring and in the case of the MOOC Digital Library in Principle and Practice expanding the international horizon of participants from other continents. This choice has also strengthened ties with existing communities of DILLers.

EMMA platform has facilitated the evaluation of learning both formative (during the course) and summative (the end of the course) and qualitative (based upon the judgment of teachers and peers) and quantitative (through the quiz).

The peer assessment evaluation of learning has been the most innovative part of the MOOC experimentation. The peer review assessment is to consider itself a learning exercise. For the first time I experienced the peer review assessment to correct the mass of the home tasks that were performed at the end of each week. The peer review assessment of EMMA is based on the automatic procedure forming groups with two or three assessors who assess the work.

The teacher establishes the evaluation criteria. This has, however, resulted in the first three weeks in heterogeneity of the evaluation, with opposite judgement by different evaluators. In the final fourth week, to correct this inconsistency, the evaluation criteria were decided together with the participants, through conversation in the Forum. This has encouraged uniformity and standardization in the evaluation.

What participation in a MOOC actually means ? how it should be measured? and consequently, what metrics of success are appropriate for these massive courses ?

The profile of the MOOC participants were categorized into three levels:

Registered : they visited the educational material less than 70%

Observer: they have visited at least 70% the  teaching materials

Contributor : they have interacted with the content and co-created content

The notion that people might sign up for a course not intending to complete the assessments is one that is unfamiliar to fee-charging institutions, but it is extremely common in free courses.  To get the certificate of MOOC they must have completed 70% of the course. Also the certification process is automatic and is based on visits to pages on MOOC, interactive activities and teacher and peer assessment.

What I would like to do differently

In my opinion, the role of teacher and how he can be supported by the platform is of primary importance for the MOOC. The MOOC teacher is often necessary to perform multiple roles : teacher, designer, mentor, institutional marketing, etc. in a highly visible environment and therefore highly risky.

MOOC pedagogy is not something that has just incorporated the online platform but teaching in a MOOC is different from teaching in a classroom.

A role more important could have been given by me to participants in the evaluation criteria of the MOOC. I would like to have been established in a participatory way the evaluation criteria since the first lesson of the MOOC.

 

Offre d’emploi « Data libriarian » – Service Commun de Documentation de l’université de Lille – Sciences et technologies

Contrat d’1 an renouvelable. Poste à pourvoir à partir du 1er septembre 2016.

Dépôt des candidatures jusqu’au 13 juillet.

Contexte

Au sein du Département Collections, le service Bibliothèque numérique a pour mission le signalement et la diffusion des collections numériques produites par ou en lien avec la communauté universitaire de Lille 1.

Actuellement, il assure la gestion et l’évolution de 3 volets de collections : IRIS, bibliothèque numérique en histoire des sciences, la collection de thèses et de HDR et les ressources pédagogiques numériques.

Le 4ème volet de collection, qui associera publications des chercheurs et données de la recherche, est en cours de mise en oeuvre.

Ce 4ème volet implique en particulier le développement d’une offre de service à destination des chercheurs en matière de gestion, de signalement, de conservation et de diffusion des données de la recherche.

Continuer la lecture de Offre d’emploi « Data libriarian » – Service Commun de Documentation de l’université de Lille – Sciences et technologies

Journées thématiques du réseau Médici – 29/30 juin à l’INHA : Medcamp 2016

Le réseau Médici (Métiers de l’édition scientifique publique) organise deux journées thématiques les 29 et 30 juin 2016 à Paris (INHA, galerie Vivienne).

Ce MedCamp 2016, de nature différente des Journées Médici (programmées pour 2017), se destine aux professionnels de l’édition scientifique publique au sens large, et offre, dans l’esprit des ThatCamp sur les Digital humanities, un véritable espace de discussions et d’échanges afin de partager ensemble de manière constructive sur l’évolution de nos métiers, au cœur des enjeux actuels pour une science ouverte et à la lumière des recommandations nationales et européennes.

La première journée (mercredi 29 juin 2016) s’articule autour des questions relatives à l’Édition scientifique publique et accès ouvert : évolution des besoins et des pratiques. Il s’agit d’une journée d’information, d’échanges et de retours d’expérience sur les métiers de l’édition et de leur évolution. Plusieurs thématiques (cf. programme) sont retenues afin d’aborder les notions liées à la gestion et à l’édition des données associées aux publications, à la façon dont les équipes éditoriales s’emparent des différentes formes éditoriales existantes ou en devenir pour optimiser la diffusion des savoirs et enfin, aux « autres » écritures et leur évaluation, l’ensemble sous l’angle de l’accès ouvert.

La seconde journée (jeudi 30 juin 2016) est l’occasion de proposer une action spécifique sur les « Outils de gestion de workflow éditorial« . Sa finalité est de permettre la présentation et le retour d’expériences sur l’utilisation, par les membres de la communauté, des outils liés à la gestion des workflows éditoriaux (OJS, Spip, Lodel, Trello…), de la soumission des articles jusqu’à la mise en ligne et la publication. Cette journée, plus orientée atelier pratique, permettra d’approcher concrètement le fonctionnement de plusieurs de ces outils. Plusieurs plates-formes qui offrent ces services seront également détaillées pour aborder plus globalement la gestion des activités éditoriales et la mise en place de services associés.

Lire la suite sur le site du Medcamp 

Fil twitter des journées : #medcamp16

Programme

corao2016 : Journée correspondants open access – journée d’étude le 4 juillet à Paris

Programme

 

9h30 : Accueil

10h-10h30  : Panorama de l’OA par Christine Ollendorff, Arts et métiers Paristech

PAUSE

11h-12h30  : Retour d’expérience d’un portail HAL et d’une archive institutionnelle par Lucie Albaret, Université Pierre Mendès France de Grenoble, Florence Rivière, École des ponts Paristech et Stéphanie Bouvier (Okina, Université d’Angers) et Delphine Lereculeur (Spire, SciencesPo Paris).

Questions

Buffet offert par Couperin

14h-15h : Comment sensibiliser les chercheurs à l’OA ? : intervenir dans les conseils, directement auprès des chercheurs, par le biais des projets européens, etc. par Philippe Gambette, Université Paris-Est Marne-la-Vallée et Célia Lentretien,  Université de Lorraine

15h-16h : Coûts, modèles de la publication, et gold open access par Adeline Rege, Université de Strasbourg et Marlène Delhaye, Université Aix-Marseille

16h-16h30  : Rôle des correspondants par André Dazy, Couperin, Monique Joly, Couperin, Christine Ollendorff, Arts et métiers Paristech

Information pratiques

 

Plan d’accès : https://coroa2016.sciencesconf.org/resource/acces

S’inscrire : https://coroa2016.sciencesconf.org/registration/index

Handicap et numérique en bibliothèques : cadres, démarches, outils – Journée d’étude à Montpellier le 13 octobre 2016

La journée d’étude se déroulera le 13 octobre 2016 à la médiathèque Emile Zola à Montpellier.

Programme

8h30 : Accueil des participants

9h : Ouverture de la journée par Philippe Saurel, Président de Montpellier Méditerranée Métropole (ou son représentant), Nicolas Georges, Service du Livre et de la Lecture (MCC/Direction générale des médias et des industries culturelles) (ou son représentant), Christine Carrier, Directrice de la Bibliothèque publique d’information (ou son représentant), Marie-Noëlle Andissac, commission Accessibib de l’ABF, Gilles Gudin de Vallerin, directeur du réseau des médiathèques de Montpellier Méditerranée Métropole.

Matin : L’accessibilité numérique, en théorie et en actes.

9h30 : Introduction : Compétences et cultures numériques comme outils d’inclusion sociale, Stéphanie Lucien-Brun, Conseil français des personnes handicapées pour les questions européennes (CFHE).

10h : Quels cadres pour une démarche ?

Le référentiel général d’accessibilité pour les administrations (RGAA) : contextes juridiques, démarches, chaîne de l’accessibilité numérique,
Philippe Bron, Direction interministérielle du numérique et du système d’information et de communication de l’Etat – DINSIC.

Le baromètre de l’accessibilité numérique en bibliothèque : présentation et retours d’expérience, Vanessa van Atten, Service du Livre et de la Lecture (MCC/DGMIC); Intervenant à définir, Bibliothèque publique d’information; Albane Lejeune, Médiathèques de la Baie, Saint-Brieuc.

Continuer la lecture de Handicap et numérique en bibliothèques : cadres, démarches, outils – Journée d’étude à Montpellier le 13 octobre 2016

Parution juin 2016 : « Introduction aux humanités numériques : méthodes et pratiques »

Introduction aux humanités numérqiues- DeBoeckIntroduction aux humanités numériques : méthodes et pratiques
Nouvelle parution en juin d’un ouvrage collectif publié aux éditions deboeck, dans la collection Méthodes en Sciences humaines, préfacé par Michael Sinatra et écrit par Seth Van HoolandMax De WildeSimon Hengchen et Florence Gillet.

Démystifiez les humanités numériques au travers d’une introduction conceptuelle et technique. Pour maîtriser les méthodes et outils permettant de publier et de valoriser ses travaux de recherche en ligne.

    • Trouver l’information en ligne afin de répondre à une question de recherche traduite en langage documentaire
    • Modéliser les données afin de mieux structurer l’information en ayant recours à différents modèles conceptuels
    • Numériser les sources et convertir au format numérique des contenus hétérogènes en leur associant des métadonnées
    • Analyser le contenu grâce à des techniques de traitement des langues et explorer un corpus de manière automatisée
    • Valoriser les résultats obtenus en les incorporant dans un travail écrit ou en publiant ceux-ci sur le Web

Résumé 

Ces dernières années, le développement du numérique a permis l’essor de nouvelles méthodes qui ont largement bénéficié aux archives, aux bibliothèques et aux musées, mais également aux publications de recherche ou aux expositions virtuelles.

Consacré à cette discipline émergente, nommée « humanités numériques » dans les universités où elle est enseignée, ce manuel explique ces nouvelles technologies de l’information afin d’en tirer le meilleur parti pour la rédaction et la valorisation de travaux scientifiques.

Cinq chapitres progressifs, avec concepts clés, exemples concrets et exercices :

  • Préparer sa recherche
  • Trouver de l’information
  • Organiser et partager ses sources
  • Analyser son corpus
  • Valoriser ses résultats

Un accompagnement en ligne du manuel propose des mises à jour des exercices, outils et données, permettant de créer un lien entre les auteurs du livre et ses utilisateurs.

Pour les étudiants en lettres, en communication et en sciences humaines.

Lancement de la Revue COSSI – Communication, Organisation, Société du Savoir et Information

Site officiel de la revue : http://www.revue-cossi.info/

L’éditorial de la revue précise (je cite) :

COSSI (Communication, Organisation, Société du Savoir et Information) est une revue scientifique internationale francophone interdisciplinaire en Sciences Sociales lancée à l’initiative du GRICODD (Groupe de Recherche international en Information, COmmunication et Documentation Durables).

Fondée en 2015, la revue COSSI est l’aboutissement de 7 années de recherches initiées par la collaboration entre le Campus de Shippagan de l’Université de Moncton (Nouveau-Brunswick, Canada) et le Pôle Information-Communication de l’Institut d’Administration des Entreprises de l’Université de Poitiers (France), lesquelles ont donné lieu aux éditions du COlloque Spécialisé en Sciences de l’Information (COSSI). Au fil des années (et des COSSI), de nouvelles collaborations sont nées avec l’Ecole de Bibliothéconomie et Sciences de l’Information de Montréalde Montréal (Canada), l’Ecole Supérieure du Professorat et de l’Education d’Aquitaine – Université de Bordeaux (France), le Département de communication de l’Université d’Ottawa (Canada) et le Cercle de Recherche et d’Etude en Information et Communication de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 (France).

Continuer la lecture de Lancement de la Revue COSSI – Communication, Organisation, Société du Savoir et Information

Archiver la recherche : responsabilités partagées – 23 juin à Montpellier : journée d’étude

URL pour s’inscrire : https://www.weezevent.com/journee-aurore-23-juin-2016

Lieu  :
Faculté d’Education
2 place Marcel Godechot, amphi D
34092 Montpellier cedex 5

Programme

08h30 – Accueil

09h30 – Ouverture
Philippe AUGÉ – Président de l’Université de Montpellier

09h45 – Introduction
Hélène CHAMBEFORT – Présidente de la sec­tion AURORE

09h55 – 1ère ses­sion : Les acteurs et leurs rôles ?
Présidente : Muriel GUEDJ, vice-pré­si­dente de l’Université de Montpellier, délé­guée à la dif­fu­sion de la culture scien­ti­fi­que et à la valo­ri­sa­tion des patri­moi­nes his­to­ri­ques

10h05 – Archives (des) scien­ces humai­nes : trois mots clefs pour enga­ger les res­pon­sa­bi­li­tés.
Laure CARBONNEL – doc­teure en anthro­po­lo­gie de l’uni­ver­sité Paris Ouest, et ingé­nieure de recher­che contrac­tuelle dans le labex « Les passés dans le pré­sent ».

10h25 – L’archive au Muséum natio­nal d’his­toire natu­relle : un réseau d’acteurs au ser­vice de la recher­che
Joëlle GARCIA – archi­viste paléo­gra­phe, conser­va­trice en chef des biblio­thè­ques, res­pon­sa­ble des col­lec­tions patri­mo­nia­les à la Direction des biblio­thè­ques et de la docu­men­ta­tion du Muséum natio­nal d’his­toire natu­relle (MNHN).
Pauline SAUSSEREAU – archi­viste à la Direction des biblio­thè­ques et de la docu­men­ta­tion du MNHN.
Julie RANDRIAMBAO – archi­viste à la Direction des biblio­thè­ques et de la docu­men­ta­tion du MNHN.

Continuer la lecture de Archiver la recherche : responsabilités partagées – 23 juin à Montpellier : journée d’étude

Humanités numériques, Architecture de l’information : des réponses à un changement de paradigme documentaire

Jean-Philippe Magué est membre du laboratoire ICAR de l’université Lyon 2 et enseignant-chercheur à l’ENS-Lyon où il est chargé de mission pour l’animation des Humanités Numériques. Il est maître de conférences en Sciences du Langage et Humanités Numériques et spécialiste de la sociolinguistique des réseaux numériques.

En 1085, les troupes menées par Alphonse VI de Léon conquièrent Tolède sous domination Maure depuis le VIIIème siècle. Tolède était alors un centre culturel majeur. Après sa prise, l’occident chrétien découvrit dans ses bibliothèques un grand nombre de textes qu’il ne connaissait pas : tant des textes de philosophes arabes que de textes de penseurs grecs qu’il avait perdus. Une grande entreprise de traduction de ces textes de l’arabe vers le latin et les langues vulgaires se mit en place[1], permettant la circulation de ces textes dans toute l’Europe. Cet arrivage soudain et massif de textes a eu au cours des siècles suivants des conséquences profondes sur les rapports qu’entretenaient les sociétés médiévales avec les textes et, plus généralement, sur leur rapport au savoir. L’analyse de ces bouleversements survenus au cours de cette période permet de jeter un éclairage intéressant sur la période que nous vivons qui bien que particulière n’est peut-être pas singulière.

Du livre à la bibliothèque, repenser l’organisation

La conséquence la plus directe de la prise de Tolède est une hausse spectaculaire de la production documentaire en Europe. Il a fallu non seulement traduire les textes (re)trouvés, mais les copier pour en assurer la diffusion. Ces textes ayant été étudiés et commentés, ils ont conduit à l’écriture de nouveaux textes qu’il a fallu à leur tour copier. Bozzolo et Ornato (1980)[2] se sont penchés sur la production de manuscrits au moyen-âge. Leur analyse est sans appel : de la prise de Tolède à la Grande Peste, la production documentaire croît à une vitesse vertigineuse.

 
  Production manuscrits 9eme-15eme_Siécle Figure 1.
Production des manuscrits entre les IXème et XVème siècles d’après Bozzolo et Ornato (1980) (données issues du tableau O, p. 64). L’étude est basée sur un corpus de manuscrits médiévaux en France, grosso modo au nord d’une ligne Lyon / Limoge. La production est exprimée en pourcentage de corpus, après un certain nombre de corrections. Voir l’ouvrage de Bozzolo et Ornato (1980) pour plus de détails sur leur méthodologie.

L’augmentation du nombre de manuscrits pose des problèmes d’organisation nouveaux. La question du repérage d’un manuscrit dans une bibliothèque ne se pose pas de la même manière lorsque le nombre de ceux-ci est décuplé. On voit apparaître dès le XIIème des formes de catalogage dans les bibliothèques. Gasparri (2009)[3] note en effet que « parmi les fonctions de l’armarius [le moine en charge de la bibliothèque] figurent aussi la mise à jour de l’inventaire des livres, leur examen et leur recension deux ou trois fois par an (ce qui est considérable), leur conservation dans des armoires saines, non surchargées : donc une réglementation stricte, ne laissant rien au hasard, laquelle n’a pas pu aller sans la réalisation d’un inventaire ou au moins de registres sommaires. »

Mais quand bien même les bibliothèques s’organisent pour permettre au lecteur de s’y retrouver dans des collections devenues bien plus vastes, ce dernier fait face à un problème majeur : il y a trop de livres pour qu’ils puissent tous être lus. L’érudit se trouve dans une situation de surcharge informationnelle qui va conduire au développement de tout un ensemble de dispositifs et de pratiques permettant d’appréhender cette abondance d’information. C’est explicitement en réponse à cette abondance que Pierre Lombard, au milieu du XIIème siècle, justifie la démarche qui l’a conduit à l’écriture de son Livre des Sentences, recueil d’extraits des pensées des Pères de l’Église. Il explique qu’il souhaite rassembler « en un volume court les avis des Pères […] afin qu’il ne soit pas nécessaire de consulter une abondance de livres pour le chercheur, pour qui la brièveté des extraits rassemblés offre sans effort ce qu’il cherche »[4].

Cette lecture fragmentaire est rendue possible par les florilèges et autres compilations à l’image du Livre des Sentences, mais pas seulement. Le mouvement d’organisation qu’ont connu les bibliothèques pour le repérage des manuscrits s’est décliné au sein même des livres : la structuration du texte en sections (avec des titres) et en paragraphes à fait son apparition (sous l’impulsion des cisterciens notamment), permettant de compléter le texte par tables et index et donc de retrouver rapidement le passage recherché.

Pour aller encore plus loin dans cette approche non linéaire du texte, celui-ci se voit accompagnée d’outils : en 1240, Hugues de Saint Cher, à la tête d’une armée de 500 moines et après près de 10 ans d’un travail acharné, termine la concordance de Saint Jacques : toutes les occurrences de tous les mots de la bible sont relevées, triées et listées. On peut, en un seul coup d’œil, repérer tous les usages d’un mot.[5]

Un nouveau rapport au savoir

C’est en fait l’activité même de lecture, sa pratique et ses objectifs qui sont bouleversés. La ruminatio, la lecture qui se pratiquait au Haut Moyen-âge, laisse place à la lectura (Hamesse, 1995) : alors qu’elle était une activité monacale, tournée vers la sagesse, la lecture devient une activité inscrite dans l’enseignement, tournée vers le savoir. De lente, articulée et méthodique, elle devient silencieuse et fragmentaire. Il ne s’agit plus de lire méditativement un livre de la première à la dernière page (ils sont trop nombreux pour cela), mais de sauter d’un passage à l’autre, d’un livre à l’autre, de comparer et de commenter. C’est un nouveau rapport au savoir, la scolastique[6], qui émerge suite à la réintroduction soudaine et massive de la pensée grecque dans l’Europe médiévale. Pour la concilier avec la pensée chrétienne, on développe une approche critique : on commente, on explique, on débat. Les pratiques d’enseignement sont profondément changées également. Ce nouveau rapport au savoir est institutionnalisé : la connaissance quitte les monastères pour les universités naissantes. Il conduira à la Renaissance, à l’invention de l’imprimerie qui déclenchera également un changement de paradigme documentaire.

Le moine cistercien, un UX designer

Le processus qui s’est déclenché suite à la prise de Tolède n’est pas sans rappeler celui que nous sommes en train de vivre. L’événement clé de notre époque, notre Tolède, c’est la création du Web. La production de documents, qu’ils soient textuels ou audio-visuels, est une activité devenue banale qui rythme le quotidien du plus grand nombre. Soudain, nous faisons face à une quantité de documents sans commune mesure avec ce que nous avions l’habitude de traiter. Les sociétés médiévales ont réagi en opérant un changement de paradigme documentaire : ont été modifiées simultanément l’organisation des systèmes de documents (les bibliothèques) et l’organisation des documents (avec l’introduction des sections, titres et paragraphes) et, par conséquent le rapport entre le lecteur et le document : la structuration du document propose de nouvelles affordances qui transforment l’expérience de lecture et le vécu du lecteur. C’est toute une réorganisation de la société vis-à-vis de ses documents, des rôles qu’elle leur attribue, de leur circulation, qui s’est opérée.

Continuer la lecture de Humanités numériques, Architecture de l’information : des réponses à un changement de paradigme documentaire

Séminaire de formation doctorale du 29 juin à l’université du Havre : « Pratiques du numérique universitaire »

Le Pôle de Recherche en Sciences Humaines et Sociales de l’ université Normandie-Le Havre reçoit Jérôme Valluy ( MCF Science Politique / SIC, Université Panthéon-Sorbonne  & chercheur COSTECH-UTC Compiègne) pour un séminaire de formation doctorale dédiée aux pratiques numériques universitaires animée par le Pr. Marc Bernardot. Inscrit dans l’esprit transdisciplinaire et innovant des Humanités Numériques et de la sociologie des pratiques numériques dans les sciences, cet atelier vise à former et sensibiliser les doctorants aux questionnements générés par l’évolution des objets et des méthodes de recherche.

Résumé
Des « humanités numériques plurielles » ? Les « humanités », au sens moderne et dominant dans les « humanités numériques », englobent l’ensemble des disciplines en arts, lettres, langues, sciences humaines et sociales. Les « humanités numériques plurielles » ouvrent aux recherches sur les évolutions des relations humaines, sociales, économiques et culturelles sous l’effet du développement des usages de technologies numériques issues des avancées conceptuelles et techniques des sciences et ingénieries de l’informatique et des sciences de la matière ainsi que les réflexions sur les méthodes et outils numériques.

Problématique 
Que nous apprennent les humanités sur le numérique (i.e : le tournant numérique de la société ) ? que peut-on faire avec le numérique (i.e : les outils numériques) dans les humanités ?

Bibliographie 

Continuer la lecture de Séminaire de formation doctorale du 29 juin à l’université du Havre : « Pratiques du numérique universitaire »

62e congrès de l’ABF à Clermont-Ferrand du 9 au 11 juin 2016

affiche_congres2016Le 62e congrès de l’ABF se déroulera à Clermont-Ferrand, au Polydôme, du 9 au 11 juin 2016, sur le thème :
Innovation en bibliothèque : sociale, territoriale et technologique

Comment innover, alors que les réformes reconfigurent les territoires et les pôles universitaires, que les visions sociétales se confrontent, que les expérimentations se multiplient et que le numérique bouleverse les pratiques culturelles et les apprentissages ? Les bibliothèques doivent y contribuer, en promouvant l’accès pour tous à l’information, à la formation et à la culture. Entre citoyens, décideurs et bibliothécaires, des solutions locales et originales s’échafaudent pour réinventer le modèle et les usages de la bibliothèque. Sur trois jours, les congressistes, acteurs de l’évolution de la profession, discuteront des méthodes et des exemples innovants. Ils partageront ensemble des visions alternatives et des projets inspirants, s’ouvriront aussi à ce qui se fait ailleurs en la matière.

 PROGRAMME      

INSCRIVEZ-VOUS !

En savoir plus sur le site de l’ABF

Digital Libraries & Information Sciences