Lire en numérique

Le dernier numéro de la revue Biens symboliques/Symbolic Goods porte sur la question de la lecture numérique. On y trouvera notamment un entretien avec Roger Chartier.
Lien vers la revue : https://journals.openedition.org/bssg/472

Résumé
Les écrits sur le numérique et ses effets sur la culture sont nombreux, mais insuffisants pour qui veut tenter de comprendre ce que le numérique fait à la lecture littéraire ordinaire. De nombreux discours, optimistes ou inquiets, pointent les possibles ouverts par les nouveaux supports ou les menaces qu’ils font apparaître. Les neurosciences semblent pouvoir conforter les deux positions, selon l’interprétation qu’elles font de leurs données ; elles n’offrent souvent qu’une compréhension limitée en n’intégrant guère les variations sociales des usages et en replaçant peu les usages dans une pratique et dans un contexte. Les sciences de l’information et de la communication se concentrent plus largement sur les dispositifs, les usages et usager·ère·s qu’ils supposent ou favorisent, que sur leurs appropriations réelles. Les statistiques publiques mesurent des usages sans pouvoir en rendre compte.
Ce dossier entend réinscrire la lecture dans les perspectives offertes à la fois par l’histoire du livre et par les sciences sociales. Pour sortir de débats largement idéologiques qui opposent les anciens et les modernes, il se propose de réunir des enquêtes empiriques qui à la fois distinguent les supports et sont attentives aux variations sociales entre les usages.
Si « métamorphose du lecteur » il y a, selon l’expression de Pierre Assouline, où se situe-t-elle ? Sans prétendre en préciser toutes les facettes, ce dossier vise à montrer l’intérêt de l’enquête empirique sur une question qui a fait couler beaucoup d’encre mais reste largement ouverte.

AAC (CIDE 22) – Données Documents Connaissances : Perspectives de recherche et d’enseignement

CIDE 22 : 22éme édition du Colloque International sur le Document Électronique
9-10 décembre 2021 | Cnam -Paris-France

Site officiel du colloque : http://europia.org/cide22/

CIDE 22 propose de questionner le développement des sciences de l’information en tant que discipline (autonome dans les pays anglo-saxons et associée aux sciences de la communication en France) et les professions adossées. Il s’agit aussi d’examiner les évolutions contextuelles et  les stratégies de développement futur.  Nous ne sommes plus face à des bouleversements sociaux, culturels ou politiques induits par la généralisation des TIC mais bien au milieu de ce processus de changement.

La récente pandémie a notamment accru la visibilité de thématiques traditionnelles des sciences de l’information. La culture et l’éthique de l’information, l’accessibilité des contenus et l’expérience utilisateur, la diffusion d’informations ouvertes, la gouvernance des diverses données, la fiabilité des informations, l’importance prise par l’information de santé ou la question des inégalités numériques sont autant de sujets mis en lumière à travers la crise du SARS-CoV-2.

CIDE 22 propose de revenir sur les fondements des sciences de l’information en s’interrogeant sur leur rapport aux sciences de la communication,  aux sciences des données, aux humanités numériques mais aussi à d’autres disciplines (sémiotique, sciences du langage, science informatique, sciences de gestion et du management, histoire, etc.). En France, diverses initiatives ont été lancées en ce sens.

Continuer la lecture de AAC (CIDE 22) – Données Documents Connaissances : Perspectives de recherche et d’enseignement

Notes de lecture : Connaître et valoriser la création littéraire numérique en bibliothèque

Hélène Bert est chargée des ressources numériques à la Bibliothèque départementale des Côtes d’Armor depuis novembre 2014, après un parcours marqué par la diversité d’expériences professionnelles en lecture publique : Montbéliard, La Flèche, Vitré, Ploufragan, Saint-Brieuc, Guingamp, et en bibliothèque universitaire : IUFM de Bretagne. Diplômée de l’université Paul-Valéry Montpellier III, Licence professionnelle « Dispositifs de gestion et de diffusion de l’information numérique » (promotion 2015-2016). Adresse électronique : Helene.BERT@cotesdarmor.fr

Publié en 2019, cet opus de la Boîte à Outils des Presses de l’Enssib coordonné par Franck Queyraud, offre une exploration du paysage actuel de la littérature numérique.

Dépassant le cadre technique du livre numérique, cet ensemble de contributions s’attache plutôt à montrer la diversité des problématiques qui se posent et des champs professionnels impactés par le numérique en choisissant comme angle d’attaque la thématique de la création littéraire.

Une approche qui renouvelle le discours sur le livre numérique, et dont l’originalité réside également dans la diversité des profils des contributeurs : auteurs (Anne Savelli, Pierre Ménard, François Bon), éditeurs (François Bon, Guillaume Vissac), chercheurs (Carole Bisenius-Penin, Benoît Epron, Antoine Fauchié, Alexandra Saemmer, Lorenzo Soccavo, Louis Wiart), bibliothécaires (Virginie Chaigne, Guillaume Hatt, Caroline Heissat, Renata Pannekoucke, Franck Qeyraud, Alexandre Lemaire).

Une première partie est consacrée aux processus de création et de publication. Comment sont-il impactés par le numérique, quelles sont les dynamiques à l’œuvre ?

Deux auteurs, deux chercheurs ainsi qu’un éditeur apportent leur témoignage et leur analyse.


L’auteure Anne Savelli tout d’abord, inventorie les changements opérés par le numérique sur le travail d’écriture.

Sans conclure à un progrès, ni diaboliser le numérique, elle montre combien la « géométrie de l’écriture » est bouleversée par l’informatique : possibilité de corrections à l’infini, liens hypertextes introduisant une logique d’ouverture alors que le livre était jusqu’alors un objet fermé.

Les fonctionnalités de recherche sont une autre évolution puissante du texte numérique, en permettant des parcours de lecture différents, ou la mise en lumière de caractéristiques du texte : répétition, liens entre éléments distants qui resteraient ignorés dans un texte physique.

Continuer la lecture de Notes de lecture : Connaître et valoriser la création littéraire numérique en bibliothèque

Le CDSP recrute un.e ingénieur.e d’études

Le Centre de données socio-politiques, unité mixte de services de Sciences Po et du CNRS, recrute un.e ingénieur.e d’études en traitement et analyse de données en SHS pour travailler sur l’expérimentation d’une plateforme d’auto-dépôt de données d’enquêtes, qu’elles soient de nature quantitative, qualitative ou mixte. Ce travail sera mené en collaboration avec des équipes de recherche volontaires et conduira à une réflexion méthodologique sur les conditions du partage de données en sciences sociales. Le poste est à pourvoir dans le cadre d’un CDD de 9 mois à Paris (75007).

Présentation de l’unité
Le CDSP a pour mission principale la documentation et la mise à disposition d’enquêtes en sciences sociales à destination de la communauté scientifique. La production de données en SHS et le développement de solutions sur l’ensemble du cycle de vie des données de recherche en SHS font partie de ses autres missions. Apportant son expertise en matière de solutions numériques pour l’exposition et la diffusion de données et métadonnées en sciences humaines et sociales, le CDSP est co-responsable avec la DRIS de l’administration de l’entrepôt institutionnel de données de la recherche de Sciences Po DataSciencesPo, basé sur la solution logicielle libre Dataverse.

Le projet de recherche
Le projet UpMET (Changer d’échelle pour améliorer la qualité des métadonnées afin d’augmenter leur réutilisation par les sciences sociales) a été lauréat de l’édition 2019 de l’Appel Flash “Science ouverte : Pratiques de recherche et données ouvertes”, financé par l’ANR. Dans le cadre des projets ANR UpMET, la mission du CDSP est de mettre en place des plateformes et procédures pour permettre la valorisation des données de la recherche. Plus particulièrement, le workpackage 1 se propose d’expérimenter les conditions d’accompagnement à l’auto-dépôt de données d’enquêtes nativement numériques.

Détails sur le poste
Les missions de la personne recrutée consisteront à préparer les outils nécessaires à une expérimentation de l’auto-dépôt (bilan de l’existant, version bêta de documentation) ; à mener une expérimentation de l’auto-dépôt avec des équipes de recherche volontaires (questions documentaires, métadonnées, techniques, juridiques, synthèse et bilan des entretiens) ; à produire des outils de soutien et d’encadrement de l’auto-dépôt (guides et tutoriels, offre d’accompagnement) et à élaborer le bilan de cette expérimentation (rapport, production scientifique). Profil recherché de niveau Bac +5 en SHS (méthodes d’enquêtes, discipline des sciences sociales) avec une connaissance du milieu de la recherche (standards et pratiques de valorisation et d’ouverture des données, enjeux juridiques et éthiques de la Science ouverte) et une aisance rédactionnelle et pédagogique.

En savoir plus 
Consulter la fiche de poste détaillée
Contact pour plus d’infos : alina.danciu@sciencespo.fr
Candidatures via la plateforme sciencespo-career (lien sur la fiche de poste).

Appel à articles -“Traces, données et preuves en contexte numérique : quelles acceptions interdisciplinaires ?”

Calendrier de publication

  • Février – lancement de l’appel
  • 12 avril 2021 – dépôt des propositions de résumé
  • 31 mai 2021 – retour d’évaluation des résumés
  • 6 septembre – dépôt des propositions d’article
  • 18 octobre 2021 – retour d’évaluation des articles
  • 8 novembre 2021 – dernières révisions
  • Décembre 2021 – publication du numéro

Dossier coordonné par Bruno BACHIMONT, Lise VERLAET et Pierre GANÇARSKI

Avec la généralisation de l’instrumentation scientifique numérique, nous avons vécu ces dernières décennies une spectaculaire évolution paradigmatique. En effet, le Web sémantique a en quelque sorte mis fin au paradigme inhérent aux bibliothèques et aux recherches documentaires pour laisser place aux recherches d’information, mais tend lui-même à être supplanté par le paradigme de la donnée.

L’effervescence autour des mégadonnées et la résurgence de l’intelligence artificielle invitent à s’interroger sur le statut de ces données, la nature de leurs traitements, l’interprétation des résultats, et finalement leurs acceptions interdisciplinaires.

Continuer la lecture de Appel à articles -“Traces, données et preuves en contexte numérique : quelles acceptions interdisciplinaires ?”

Médiations et médiatisations 5

« Le numérique pour l’apprentissage collaboratif : nouvelles interfaces, nouvelles interactions »
 

Stéphanie Fleck, Luc Massou (coords)

Les systèmes éducatifs, de l’école à l’université, sont confrontés à un contexte de profonds changements qui transforment les pratiques d’enseignement et l’apprentissage formel. Avec l’ambition de permettre aux apprenants d’apprendre, de faire, d’être et de décider individuellement et collectivement, dans un monde complexe en perpétuel mouvement, les institutions encouragent la mise en œuvre d’approches collaboratives. Au cœur de ces enjeux, les technologies numériques voient également leur diversité s’accroître rapidement. Les interfaces de nouvelle génération, telles que les interfaces tangibles, de réalité mixte ou robotiques, modifient les interactions avec les autres et les connaissances en offrant des paradigmes d’interaction Homme-machine différents de ceux offerts par les interfaces écran-clavier-souris. L’objectif de ce cinquième numéro thématique, délibérément interdisciplinaire, est de s’interroger sur l’impact et la place des technologies numériques – y compris celles de nouvelle génération – pour l’apprentissage collaboratif. Les interactions avec le savoir, avec les autres au sein des communautés d’apprentissage ou d’enseignement, les systèmes numériques eux-mêmes sont tour à tour au centre des problématiques des auteurs de ce numéro. Leurs douze contributions, par des approches complémentaires, enrichissent le corpus de connaissances empiriques et méthodologiques. Ils examinent les approches collaboratives entre enseignants, l’engagement à collaborer entre apprenants en présentiel ou à distance, la construction de l’apprentissage qui en résulte, et l’influence des systèmes sur ces derniers. Cela permet d’identifier plusieurs pistes à approfondir dans les travaux à mener sur cette thématique des nouvelles interfaces et interactions numériques pour l’apprentissage collaboratif.

En ligne sur le site de Médiations et médiatisations

Géopolitique de l’OpenScience

Géopolitique de l’OpenScience : La France, l’Union européenne et l’International

Ghislaine CHARTRON

Résumé : L’objectif de cette conférence sera tout d’abord de situer le mouvement de l’Open sciences dans une dimension diachronique et comparatiste, mettant en débat les idéologies qui le soutiennent et les tensions qui le divisent, laissant au final, peu de place aux communautés épistémiques. Le focus sera ensuite celui des asymétries qui se dessinent dans les nouveaux modèles économiques en construction et en test pour la communication scientifique, laissant augurer des modalités très différentes. La politique publique de la France et sa spécificité seront questionnées au regard des autres repositionnements internationaux.

Ghislaine Chartron a commencé sa carrière comme Ingénieur au sein du département “Recherche et produits nouveaux” du Centre national de documentation scientifique du CNRS.  Puis elle a été 10 ans Maître de conférences à l’URFIST de Paris / Ecole nationale des Chartes en charge de la formation à l’information scientifique dans différents domaines. Nommée professeur des Universités en 2003, elle fonde et dirige la cellule veille scientifique et technologique de l’Institut national de recherche pédagogique (aujourd’hui Ifé) à l’ENS-Lyon. Titulaire de la Chaire d’ingénierie documentaire du Conservatoire national des arts et métiers  depuis 2006, elle dirige l’INTD. Elle a co-fondé le laboratoire DICEN au CNAM en 2009.

Date et lieu : le 21 janvier 2021 à 14h, Webinaire en direct sur la chaîne MSH Sud TV :http://mshsud.tv/spip.php?article1016

Géopolitique de l’Open Science : La France, l’Union européenne et l’International – Seminaire NumeRev le 21 janvier 2021

NumeRev est un projet de portail interdisciplinaire de ressources scientifiques numériques qui se donne notamment pour mission d’être un incubateur scientifique et un vecteur privilégié de science ouverte (open science ou open research). Dans le cadre de ce projet, l’équipe pilote de NumeRev organise régulièrement des séminaires de recherche.

Le séminaire “Géopolitique de l’Open Science : La France, l’Union européenne et l’International” dont il est question ici plus précisément se déroulera le jeudi 21 janvier à 14h avec une conférence assurée par Mme Ghislaine Chartron.

L’objectif de cette conférence sera tout d’abord de situer le mouvement de l’Open science dans une dimension diachronique et comparatiste, mettant en débat les idéologies qui le soutiennent et les tensions qui le divisent, laissant au final, peu de place aux communautés épistémiques.

Le focus sera ensuite celui des asymétries qui se dessinent dans les nouveaux modèles économiques en construction et en test pour la communication scientifique, laissant augurer des modalités très différentes. La politique publique de la France et sa spécificité seront questionnées au regard des autres repositionnements internationaux.

Ghislaine Chartron a commencé sa carrière comme Ingénieur au sein du département “Recherche et produits nouveaux” du Centre national de documentation scientifique du CNRS.  Puis elle a été 10 ans Maître de conférences à l’URFIST de Paris / Ecole nationale des Chartes en charge de la formation à l’information scientifique dans différents domaines. Nommée professeur des Universités en 2003, elle fonde et dirige la cellule veille scientifique et technologique de l’Institut national de recherche pédagogique (aujourd’hui Ifé) à l’ENS-Lyon. Titulaire de la Chaire d’ingénierie documentaire du Conservatoire national des arts et métiers  depuis 2006, elle dirige l’INTD. Elle a co-fondé le laboratoire DICEN au CNAM en 2009.

URL de l’annonce du séminaire : https://projet.numerev.com/a-propos/agenda/43-numerev-geopolitique-de-l-openscience-la-france-l-union-europeenne-et-l-international-ghislaine-chartron?date=2021-01-21-14-00

Le Passeport pour la science ouverte traduit en anglais

Edité par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, ce guide a été réalisé par le Comité pour la science ouverte et l’Université de Lille. Il s’adresse à tous les doctorants en France, dans toutes les disciplines et vise à les sensibiliser à la science ouverte en leur fournissant des conseils et des outils pour la mettre en pratique tout au long de leur démarche de recherche.

Ce guide est à utiliser dans des formations et peut être partagé librement (licence Creative Commons BY-SA). Il est disponible en ligne en version française et anglaise sur le site du CoSo, le Comité pour la science ouverte.

Le Passeport pour la science ouverte est un guide conçu pour accompagner les doctorants à chaque étape de du parcours de recherche, depuis l’élaboration de la démarche scientifique jusqu’à la diffusion de ses résultats. Il propose une série de bonnes pratiques et d’outils directement activables et il s’adresse à l’ensemble des champs disciplinaires.

Table des matières/Index

1. Concevoir sa démarche scientifique de manière ouverte/Planning an open approach to scientific work

– Utiliser des ressources librement accessibles/Using freely accessible resources

– Prévoir la gestion des données/Planning data management

– Travailler de manière reproductible : pour soi, pour les autres/Working in a reproducible way:For yourself, for others

2. Diffuser sa recherche/Disseminating research

– Diffuser ses publications en accès ouvert/Disseminating your publications in open access

– Rendre sa thèse librement accessible/Making your thesis freely accessible

– Ouvrir les données de recherche/Making research data open

3. Préparer l’après-thèse, rejoindre le mouvement/Preparing for after your thesis, join the movement

– Des politiques publiques enracinées/Deeply rooted public policies

– Évaluer la recherche autrement/Evaluating research differently

– Agir dès maintenant/Act now

Aller plus loin/Going further
Glossaire/Glossary
Sources/Sources

Pour toute question sur le guide ou sur sa diffusion, vous pouvez contacter Romane Coutanson.

Quel écosystème pour le prêt de livres numériques ? Réseau CAREL – Compte-rendu de la journée d’échanges organisée le 13 octobre 2020 à la BPI

Hélène Bert est chargée des ressources numériques à la Bibliothèque départementale des Côtes d’Armor depuis novembre 2014, après un parcours marqué par la diversité d’expériences professionnelles en lecture publique : Montbéliard, La Flèche, Vitré, Ploufragan, Saint-Brieuc, Guingamp, et en bibliothèque universitaire : IUFM de Bretagne. Diplômée de l’université Paul-Valéry Montpellier III, Licence professionnelle « Dispositifs de gestion et de diffusion de l’information numérique » (promotion 2015-2016).

Adresse électronique : Helene.BERT@cotesdarmor.fr

Introduction

Alors que la crise sanitaire récente a poussé les ressources numériques des bibliothèques publiques sur le devant de la scène, la place particulière du livre numérique dans cette offre de services distants est continuellement interrogée, passée au crible des statistiques d’usages, critiquée pour sa dépendance aux environnements techniques, et pour la rudesse de l’expérience utilisateur imposée aux usagers.

Actuellement en France, le dispositif PNB est largement dominant en bibliothèques publiques, pourtant d’autres offres continuent à exister, complémentaires ou indépendantes de PNB, c’était l’un des enjeux de cette journée, outre de faire un point d’étape sur PNB, de rendre visibles ces autres offres, dans la logique du travail mené par le réseau Carel.

Le compte rendu qui suit porte essentiellement sur le dispositif PNB, puisque la matinée lui était largement consacrée. Le salon professionnel proposé l’après-midi permettait par contre de rencontrer des éditeurs proposant d’autres alternatives numériques : Youboox, Stroryplay’r, Numérique premium, Médiathèque numérique Arte, Classiques Garnier numérique.

En introduction de la journée Guillaume de la Taille, président du réseau Carel, responsable du service du document et des échanges du réseau des bibliothèques de la Ville de Paris, et organisateur de cette journée pour le réseau Carel, soulignait le chemin parcouru depuis 5 ans, 2015 marquait en effet le début du déploiement de PNB hors expérimentation.

Aujourd’hui, le dispositif a acquis une place centrale dans l’écosystème du prêt de livres numériques français, avec 260 bibliothèques (incluant des réseaux, des bibliothèques départementales, des bibliothèques universitaires…), un passage de 67 493 prêts en 2015 à 851 000 en 2020, et une évolution des acquisitions à la hausse celles-ci passant de 17 500 en 2015 à 70 000 en 2020.

Continuer la lecture de Quel écosystème pour le prêt de livres numériques ? Réseau CAREL – Compte-rendu de la journée d’échanges organisée le 13 octobre 2020 à la BPI

Entretiens Jacques Cartier – Libre accès, économie sociale et solidaire, éditorialisation : les nouveaux visages de l’édition savante

Compte-rendu du webinaire du 4 novembre 2020 dans le cadre de la 33e édition des Entretiens Jacques Cartier. Replay de la rencontre à venir.

Titulaire d’un double master recherche mention Histoire et mention Études sur le Genre, obtenus à l’Université Lumière Lyon 2 et d’un master 1 Sciences de l’Information et des Bibliothèques (PANIST) de l’Enssib, Lucie Delaunay est actuellement étudiante en master 2 Publication numérique à l’Enssib afin d’acquérir une expertise sur l’ensemble des aspects de l’édition numérique.

Sandrine Chenevez est professeure-documentaliste de l’enseignement agricole depuis plusieurs années. Engagée dans la transmission des savoirs, passionnée par l’écrit et la littérature sous toutes ses formes, elle réalise cette année un master 2 Publication numérique à l’Enssib.

Stéphanie Louison est étudiante en master 2 Publication numérique à l’Enssib, après un master 1 en sciences de l’information.

Rediffusion

Initiatives, stratégies et pratiques éditoriales dans l’édition savante

Des acteurs français et québécois de l’édition savante œuvrant dans l’Open Access et dans l’économie sociale et solidaire ont été conviés par Valérie Larroche, maître de conférence à l’Enssib et Antoine Fauchié, doctorant à la Chaire de recherche du Canada sur les écritures numériques pour un webinaire organisé dans le cadre de la 33e édition des Entretiens Jacques Cartier.

Cette rencontre visait à montrer la diversité des acteurs de l’édition savante et à comprendre l’étendue des possibilités proposées par leurs différentes structures. C’est dans cette optique que deux acteurs ont présenté leurs stratégies économico-éditoriales : Sylvie Bigot, des Presses universitaire de Grenoble (PUG) et Émilie Paquin, d’Érudit. Ensuite, des expériences et des pratiques éditoriales liées à des projets autour de l’économie sociale et solidaire ou de l’Open Access ont été mis en avant avec Servanne Monjour et Nicolas Sauret pour Les Ateliers de [sens public] et Sylvia Fredriksson en tant qu’experte des Communs.

Continuer la lecture de Entretiens Jacques Cartier – Libre accès, économie sociale et solidaire, éditorialisation : les nouveaux visages de l’édition savante

Quelles zones d’invisibilité dans le débat sur le numérique au musée ?

Eva Sandri est maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication rattachée au département Information-Documentation de l’université Paul-Valéry Montpellier 3 (équipes de recherche LERASS et GRIPIC). Ses recherches portent sur les enjeux actuels de la médiation culturelle et sur l’imaginaire des dispositifs numériques au musée. Elle a récemment publié l’ouvrage : Les imaginaires numériques au musée, aux éditions MkF, 2020. Elle a également coordonné le Supplément : « Les injonctions dans les institutions culturelles : ajustements et prescriptions » dans la revue : Les Enjeux de l’information et de la communication, en 2019.

Le billet sur ce carnet constitue un extrait de la conclusion de l’ouvrage et a été reproduit ici avec l’aimable autorisation de l’éditeur. L’ouvrage peut être commandé directement sur le site de l’éditeur : https://www.editionsmkf.com/produit/imaginaire-numerique-musee/

Cet ouvrage s’appuie entre autres sur ses travaux de recherche menés  dans le cadre de sa thèse “L’imaginaire des dispositifs numériques pour la médiation au musée d’ethnographie” (thèse soutenue en 2016). Cette thèse est gratuitement accessible sur TEL : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01513541

« Il a été question dans cet ouvrage des thématiques fréquemment abordées lors des débats sur numérique au musée : discours prophétiques, vitalité des communautés professionnelles, approches solutionnistes, etc.

En revanche, j’ai observé peu de discours médiatiques reliant les technologies numériques au musée avec d’autres thématiques sociales actuelles.

En guise d’ouverture, voici une liste de quelques uns de ces points aveugles qui constituent des zones d’invisibilité de la recherche : les enjeux écologiques,  éthiques, sociaux et interculturels.

Certains de ces enjeux sont évidemment apparus dans les entretiens avec les enquêtés et dans les corpus journalistiques, mais ils ont  cependant été peu développés.

Leur place a parfois été estimée comme moins pertinente dans le débat, notamment en raison de leur aspect militant. Complétons alors le débat en se demandant ce que serait « un musée socialement et intellectuellement pertinent ? » (Winkin, 2020) une fois ces points
aveugles mis au jour.

Continuer la lecture de Quelles zones d’invisibilité dans le débat sur le numérique au musée ?

Eva Sandri

Eva Sandri est maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication à l'université Paul Valéry Montpellier 3 (équipes de recherche LERASS et GRIPIC). Ses recherches portent sur les enjeux actuels de la médiation culturelle et sur l’imaginaire des dispositifs numériques au musée. Elle a récemment publié l'ouvrage : "Les imaginaires numériques au musée", aux éditions MkF en 2020. Elle a également coordonné le Supplément : « Les injonctions dans les institutions culturelles : ajustements et prescriptions » dans la revue : Les Enjeux de l’information et de la communication, en 2019.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Études du livre au XXIe siècle : chantiers étudiants en cours

Cet appel à « communications » est quelque peu atypique, comme il prépare un événement en ligne qui se déroulera sur une longue période (de mars à mai 2021). La visée étant notamment de tisser un réseau de jeunes chercheurs/chercheuses sur le livre aujourd’hui, de façon transdisciplinaire, cette plage de temps sera propice à l’appropriation des contenus et aux échanges. Bienvenue aux étudiant.e.s de 2e et de 3e cycles, de même qu’aux stagiaires postdoctoraux ! Propositions à transmettre pour le 1er décembre.


Études du livre au XXIe siècle : chantiers étudiants en cours

Colloque étudiant en ligne organisé par :

René Audet (Université Laval / Littérature québécoise mobile)
Julien Lefort-Favreau (Queen’s University / GRÉLQ)
et Mélodie Simard-Houde (Université du Québec à Trois-Rivières / Littérature québécoise mobile)

avec le soutien du Groupe de recherches et d’études sur le livre au Québec (GRÉLQ, Université de Sherbrooke).

Ce « printemps » des études du livre au XXIe siècle vise à mettre en valeur les chantiers de recherche en cours et à mettre en lien les jeunes chercheur⋅e⋅s d’un domaine scientifique qui se dessine à l’intersection de la littérature contemporaine, de l’histoire du livre et de l’édition, de la culture médiatique et des arts visuels.

Le site de l’événement rendra disponibles, à partir de la semaine du 8 mars 2021 et de façon périodique, les contributions des participant⋅e⋅s au colloque. Une discussion ouverte suivra chacune d’elles, pour conduire à un événement-synthèse qui se tiendra dans la semaine du 17 mai 2021.

Argumentaire

La culture numérique a profondément bouleversé, notamment depuis les années 2000, le monde du livre. Les pratiques actuelles de création, d’édition et de lecture se reconfigurent en partie autour de nouveaux formats et supports du livre et de la littérature : livres « enrichis » ou « augmentés », livres numériques, livres audio, applications interactives pour appareils mobiles, hypertextes navigables sur le web. Dans ce processus de métamorphose, l’idée du « livre » – qu’il soit imprimé, numérique ou hybride, « homothétique [1] » ou nativement numérique – occupe toujours une place essentielle, mais penser ses formes, sa production, sa diffusion, son positionnement au sein de la culture ne peut désormais faire l’économie d’une réflexion sur les conséquences de l’entrée dans l’ère numérique.
Continuer la lecture de Études du livre au XXIe siècle : chantiers étudiants en cours

Symposium on Nathalie Heinich’s Sociology of Values

Cultural Sociology, 14 (3)
“Symposium on Nathalie Heinich’s
Sociology of Values”
Béatrice Fleury & Jacques Walter (eds)
Abstract
The present issue includes all six articles that composed the symposium about Heinich’s book Des Valeurs. Une approche sociologique, which appeared across the 31st to 33rd issues of Questions de Communication. The first paper, by Heinich, is an excerpt from her book organised in the form of 10 extracts. The following article by Béatrice Fleury and Jacques Walter (Crem, University of Lorraine) provides an overview of the editorial exchanges and places them in context. Then come the responses by Laurence Kaufmann and Philippe Gonzalez (University of Lausanne), Louis Quéré (EHESS, CNRS), and Danilo Martuccelli (Millennium Nucleus Centre Authority and Power Asymmetries – Université de Paris – Universidad Diego Portales, Chile). The final paper is Heinich’s rejoinder to the critical commentaries.
——————————–

Les articles originaux en français sont disponibles en accès libre dans la rubrique « Échanges » des livraisons 31 à 33 de la revue Questions de communication :

To the publisher’s website: : https://journals.sagepub.com/toc/cusa/14/3

L’intelligence artificielle dans le monde du livre – Livre blanc

René Audet est professeur titulaire au Département de littérature, théâtre et cinéma de l’Université Laval (Québec). Spécialiste de littérature contemporaine, de culture numérique et des enjeux numériques de l’édition, il dirige le pôle Québec du projet de recherche en partenariat « Littérature québécoise mobile ». Il a récemment coorganisé la Fabrique du numérique, événement en ligne à destination des acteurs et actrices du milieu de l’édition. Il est également intervenu sur la question des « arts littéraires », un secteur émergent des pratiques littéraires performatives, sur lequel un colloque international s’est récemment tenu.

Co-auteur du livre blanc sur l’intelligence artificielle et le monde du livre, Tom Lebrun est doctorant au Département de littérature, théâtre et cinéma de l’Université Laval ; il prépare une thèse sur les textes générés par intelligence artificielle. Il a publié plusieurs articles liés à ses recherches doctorales, dont un article sur les enjeux juridiques de l’apprentissage machine et un sur les types d’œuvres littéraires générées par intelligence artificielle.

couverture livre blanc IATom Lebrun et moi étions profondément agacés par l’état des discours sur l’intelligence artificielle (IA) quand venait le temps d’en envisager ses usages actuels ou possibles dans le large secteur du livre. Entre les cris horrifiés provoqués par un générateur de texte qui pourrait produire des articles quasi lisibles et le caractère jugé inaccessible des données liées à la mise en marché des livres, il nous apparaissait nécessaire d’apporter un éclairage d’ensemble sur le secteur du livre, de même que des précisions ponctuelles sur les possibilités et limites de l’intelligence artificielle.

L’intelligence artificielle dans le monde du livre est en effet une réalité. Elle n’est pas réservée aux plateformes de vente ou aux applications médicales. L’IA peut assister l’écriture, accompagner le travail éditorial ou encore aider le libraire. Elle peut répondre à des besoins criants ; malgré ses limites évidentes, elle permet d’envisager des applications inédites dans la chaîne du livre, qui font ici l’objet de recommandations précises. Nous souhaitons, avec ce livre blanc que nous rendons public, identifier des pistes d’action pour mettre l’IA au service des nombreux maillons du monde du livre.

« Dans ce milieu, où doivent être menées les réflexions utiles à la planification de l’avenir immédiat de ce créneau culturel, l’idée d’une concertation de certains de ses acteurs sur l’utilisation d’IA (voire l’éventuelle mise en commun des données collectées) est une piste à suivre. »

Cette concertation est appelée par nombre d’experts, qui témoignent dans ce Livre blanc des enjeux propres au contexte culturel actuel menacé par les géants du commerce :

« Si l’IA appelle une vigilance constante concernant son utilisation, il paraît important pour les acteurs du monde du livre de rester très attentifs aux avancées technologiques, tant à ce qu’elles pourraient bousculer qu’à ce qu’elles pourraient apporter. » (Virginie Clayssen, Éditis / Commission numérique du Syndicat national de l’édition, France)

Ainsi, « la voie dorée pour l’introduction d’IA, pensée comme intelligence augmentée, dans les différents maillons de la chaîne est sans aucun doute celle d’une exploitation des différentes données déjà disponibles ».

Une version française et une version anglaise sont disponibles pour téléchargement.


Ce livre blanc a été réalisé dans le cadre des activités du projet de recherche « Littérature québécoise mobile ». Financé par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH), ce projet de recherche en partenariat est dirigé par Bertrand Gervais (UQAM), et son pôle à l’Université Laval est placé sous la responsabilité de René Audet. Ce projet vise la mise en relation des divers agents du milieu littéraire en vue d’un approfondissement du savoir-faire et d’une prise en charge des outils numériques. Il répond à l’urgence du milieu québécois de se mobiliser autour des nouvelles plateformes et d’adopter le virage numérique.

Pour plus d’information : Charlotte Biron, coordonnatrice, LQM pôle Québec

Digital Libraries & Information Science

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search