Colloque COSSI 2017 – Méthodes et stratégies de gestion de l’information par les organisations : des « big data » aux « thick data »

Co-organisateurs du colloque : Sylvie Grosjean (Université d’Ottawa, Canada), Monica Mallowan (Université de Moncton, Canada), Christian Marcon (IAE-Université de Poitiers, France)

85e congrès de l’ACFAS – Université McGill, Montréal

Dates envisagées : 11 au 12 mai 2017 (en attente de la décision finale de l’ACFAS en décembre 2016)

Dates importantes

  • Soumission des propositions : 13 janvier 2017
  • Retour aux auteurs : février/mars 2017
  • Envoi des articles : mai 2017
  • Dates envisagées du colloque : 11 au 12 mai 2017
  • Publication : décembre 2017

Appel à communications

La problématique de la gestion des données par les organisations n’est pas récente, mais l’accès à des données massives produites par le monde digital (e-commerce, requête internet, capteurs e-santé, objets connectés, etc.) conduit indéniablement les organisation à gérer, traiter, utiliser et réutiliser leurs données différemment voire à exploiter celles d’autres organisations.

Confrontées à la pression concurrentielle, les organisations comptent sur la performance des technologies de l’information pour soutenir leurs processus organisationnels et pour les aider à maîtriser la masse d’information en circulation dans leur environnement interne et externe. Face à l’accumulation de données massives (big data) en milieu organisationnel (Bollier, 2010; Rudder, 2014), l’approche privilégiée pour en tirer un sens est celle de l’analyse quantitative menant à des démarches d’intelligence d’affaires (business intelligence), en vue de s’en servir pour la prise de décision et le passage à l’action (Cohen, 2013; Fernandez, 2013). Ceci conduit à l’idée dangereuse que des données statistiques seraient plus utiles et objectives et contribueraient à rendre les organisations plus efficaces et rentables (Bollier, 2010).

Toutefois, cette accumulation de données chiffrées analysées statistiquement est limitée par l’absence d’un contexte significatif riche (Alles et Vasarhelyi, 2014), qui pour sa part est généré par une accumulation d’éléments non chiffrés, non quantifiables, non structurés et donc difficilement mesurables, de type socio-culturel (thick data), qui doivent être étudiés par une analyse qualitative, et qui mènent à des démarches d’intelligence stratégique (competitive and strategic intelligence).

Continuer la lecture de Colloque COSSI 2017 – Méthodes et stratégies de gestion de l’information par les organisations : des « big data » aux « thick data »

Atelier ASSEMO 2017 – Articles scientifiques : savoir, évaluation et modélisation

Appel à contributions

Les articles scientifiques sont au cœur des débats, qu’il s’agisse des problématiques autour des formes d’évaluation de la recherche, de la détection d’articles générés automatiquement ou des bibliothèques scientifiques pirates. Ils montrent néanmoins les collaborations et réseaux, soulignent la reconnaissance et l’excellence et déterminent les carrières.

De nouveaux modèles et vecteurs de communications se dessinent à travers l’open-accès, et de nombreux débats ont lieu autour de l’édition, des dispositifs techniques, mais aussi des outils de recherches et d’extraction d’information, d’annotation sémantique et de fouilles textuelles.

Les réseaux jouent un rôle prépondérant avec les réseaux de co-citation, mais aussi selon le point de vue de la dynamique des collaborations scientifiques et des relations sociales de l’activité scientifique en contribuant à modifier la structure et les standards de l’article scientifique.

Ils peuvent aider les bibliothèques numériques à visualiser les tendances scientifiques ainsi que les relations et les influences des travaux et des auteurs. L’atelier se propose de faire le point sur les dernières évolutions tant du point de vue fondamental que des applications.

Cela est d’autant plus important que de nombreux ateliers, défis et campagnes d’évaluation traitant des métadonnées et/ou de l’analyse de texte intégral dans articles scientifiques ont émergé ces dernières années sur la scène internationale (ESWC Semantic Publishing Task 2014, Workshop on Scholarly Web Mining, Workshop on Mining Scientific Publications, Joint workshop on Bibliometric-enhanced IR and NLP for Digital Libraries, etc.) et nationale avec des initiatives comme le Defi EGC 2016 (Communauté EGC quelle histoire et quel avenir).

Objectifs

Cet atelier interdisciplinaire souhaite réunir les acteurs dont les publications et la production du savoir se trouvent être le centre d’intérêt de leurs travaux, que ce soit en informatique, en traitement automatique des langues, en science de l’information ainsi qu’en sociologie des sciences. Le but est le partage d’expérience et de savoir sur les problématiques liées à l’exploitation des articles scientifique.

Continuer la lecture de Atelier ASSEMO 2017 – Articles scientifiques : savoir, évaluation et modélisation

Appel à communications colloque Digital Humanities : « Accès/Access  » – Universités McGill et de Montréal 8/11 août 2017

dh2017-skyline
    Le colloque annuel Digital Humanities de l’ADHO  co-organisé par McGill University et l’Université de Montréal se déroulera du 8 au 11 août 2017 à Montréal, sur le campus de l’université McGill, et aura pour thème  » Accès/Access ».

Une version francophone de l’appel à propositions, réalisée par Aurélien Berra pour Humanistica, est disponible.

La date limite pour les soumissions de propositions de posters, de présentations courtes, de présentations longues et de séances multiples est le 1er novembre 2016, à 23:59 GMT. Le délai est fixé au 17 février 2016, à 23:59 GMT, pour les propositions d’ateliers et de séances d’initiation (et le 16 décembre 2016 à 23:59 GMT pour les ateliers soutenus par un SIG).

Intention

Le thème du colloque de 2017 est « Accès/Access » : nous prêterons une attention particulière aux contributions centrées sur la mise en œuvre des savoirs (knowledge mobilization), les recherches tournées vers le public (public-facing scholarship), la collaboration entre chercheurs et communautés, le libre accès aux programmes, aux logiciels, à la recherche et à ses résultats, ainsi que les aspects de la recherche et de la publication en humanités numériques liés aux technologies de l’accessibilité. Le colloque se tiendra officiellement en deux langues, le français et l’anglais, puisque le Canada est un pays bilingue : nous encourageons donc particulièrement les propositions faites dans ces deux langues, mais acceptons aussi les propositions faites dans les autres langues officielles d’ADHO (allemand, italien, espagnol).

En savoir plus sur le site de l’événement

Continuer la lecture de Appel à communications colloque Digital Humanities : « Accès/Access  » – Universités McGill et de Montréal 8/11 août 2017

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Atelier Digit_Hum 2016 les 10 et 11 octobre à l’Ens Ulm – Les bibliothèques se livrent !

atelier_digit_hum-visuel-fa632Cet atelier s’inscrit dans le cadre de journées d’études explorant les projets et les solutions techniques développés en « Digital Humanities » qui mettent en œuvre de nouveaux outils pour l’analyse et la valorisation de corpus. Le CAPHÉS et le labex TransferS ont souhaité mettre en place une journée d’études par an sur ce sujet fortement interdisciplinaire où les chercheurs, enseignants, ingénieurs et techniciens travaillant à l’École normale supérieure de Paris partagent leur expérience avec des responsables de projets innovants en humanités numériques.

Le thème de l’Atelier Digit_Hum 2016 s’est imposé à partir du constat de la prolifération des bibliothèques numériques et des expositions virtuelles, avec en filigrane la question de comment les bibliothèques se livrent ? Nous nous intéresserons plus particulièrement aux projets patrimoniaux visant à offrir une meilleure accessibilité à des documents culturels, que ce soit des bibliothèques généralistes ou des projets de recherches souhaitant mettre en valeur des fonds documentaires de façon innovante. Nous nous interrogerons sur l’articulation entre ces deux types de bibliothèques et donc de public ainsi que sur les spécificités des différents outils d’exploitation : concurrence ou complémentarité ?

Continuer la lecture de Atelier Digit_Hum 2016 les 10 et 11 octobre à l’Ens Ulm – Les bibliothèques se livrent !

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Des services vraiment orientés usager ? Méthode de Design en bibliothèque : ADBU 4-6 octobre Nice

Services vraiment orientés usager ? Méthode de Design en bibliothèque

La journée d’étude du congrès de l’ADBU 2016 du 5 octobre sera consacrée aux  problématiques de l’expérience utilisateur, l’UX.
Les bibliothèques universitaires ont adopté de longue date enquêtes et démarches qualité pour mesurer et améliorer la qualité de leurs services aux usagers. Malgré des résultats généralement fort corrects, vu la longue tradition d’accueil et de service dans les bibliothèques, ces approches restent bien souvent techniques, centrées sur des questions de passation, d’échantillonnage, de normes à appliquer, et la plupart du temps, les chartes marquent davantage les murs que les esprits, ce qui réduit le rôle de catalyseur de changements de ces démarches en matière de stratégie et d’organisation.
Dans un environnement qui évolue rapidement, nombre d’établissements aspirent aujourd’hui à une démarche globale qui leur permette d’améliorer de manière continue et d’adapter les services proposés dans toutes leurs dimensions en associant réellement à une telle démarche toute leur équipe et leurs utilisateurs. Le Design de l’expérience vécue par l’utilisateur – Design UX – est une boîte à outils qui permet de penser et mettre en œuvre une politique d’adaptation. Il associe vision stratégique et méthodes pratiques, et au-delà, propose de faire évoluer les manières de travailler, de mieux poser les problèmes, de produire des idées de manière collective et de les évaluer rapidement à l’aide de prototypes.

Regroupées sous l’appellation de Design Thinking, ces méthodes, encore peu diffusées en France dans les organismes publics, et qu’il faut se garder de cantonner aux questions d’interfaces numériques, peuvent aussi bien servir dans l’univers des formations, de l’aménagement des locaux ou de la conception de services ou d’animations.

Cette journée d’étude propose donc de permettre à chaque participant, à travers des retours d’expériences, des études de cas et des ateliers pratiques, de se faire une idée d’ensemble de l’intérêt des démarches inspirées du Design pour redessiner, au sein d’un projet de service concerté associant tous les membres de la communauté universitaire, les bibliothèques pour leurs utilisateurs.

A noter qu’avec l’implication de nos fournisseurs partenaires, le salon professionnel et les visites du jeudi 6 octobre seront l’occasion de mettre en pratique, en petits ateliers, des séances d’utilisabilité et à chacun de se rendre compte par lui-même du potentiel de la démarche, en se positionnant comme acteur ou spectateur.

L’intégralité du programme du congrès et des informations pratiques sont disponibles sur le site de l’ADBU.

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Colloque international « La prescription culturelle en question » – Université Dijon 5/7 avril 2017

Le colloque international  » La prescription culturelle en question/Investigating Cultural Expertise « , co-organisé par les laboratoires Cimeos (Université de Bourgogne-Franche-Comté), Geriico (Université Lille 3) et le tout nouveau GEP (Groupe d’Études sur la Prescription) se tiendra à  l’université de Dijon du 5 au 7 avril 2017.

The Changing Roles of Programme Makers, Artistic Directors, Curators and Critics

Appel à communications pour le colloque international organisé par le / Call for papers for an international conference organised by the
Groupe d’Études sur la Prescription à la  MSH de Dijon les 5, 6 et 7 avril 2017.

With the support of / Avec le soutien de l’Université de Bourgogne-Franche-Comté (UBC) et des laboratoires CIMEOS et GERIICO (Lille 3).

Chercheur-es invité-es / Keynote speakers : Philip Schlesinger (University of Glasgow), Tia DeNora (University of Exeter, par visioconférence), Ghislaine Chartron (Conservatoire National des Arts et Métiers, Paris).

En savoir plus sur le site du SFSIC.

Un peu d’histoire(s) / A Little HiStory…

L’Europe des 17e et 18e siècles a été le théâtre de ce que l’on désigne usuellement par le terme de Révolution Scientifique, tout à la fois un nouveau régime de connaissance, d’organisation sociale et de rapport au monde. L’une des manifestations les plus significatives de cette cosmogonie s’est traduite par l’essor, la professionnalisation croissante de la sphère scientifique et son corollaire la disqualification des savoirs populaires. En parallèle, les différentes variantes de la philosophie des Lumières, qu’elles soient cartésiennes ou plus expérimentales, ont insisté sur l’importance de l’éducation, l’inéluctabilité du progrès et la fiabilité des savoirs scientifiques. Ce processus de constitution et de légitimation de corps d’experts professionnels s’est approfondi tout au long du 19e siècle et notamment dans ce qu’on appelle communément sphère culturelle ou encore art. Trouvant place dans l’espace public et dans des marchés dédiés, la production, la circulation et la consommation de biens culturels a coïncidé avec l’essor d’une multitude d’organismes (état, musées, bibliothèques, écoles, fondations, galeries, éditions musicales, presse, médias etc.) et de personnes (critiques, historien-n-e-s de l’art, libraires…) chargés de conseiller et de former le public (et les marchés) de l’art.
Une vaste galaxie qui doit être pensée comme un continuum où prennent place tant des prescripteurs que des consommateurs engagés dans des relations donnant lieu à d’incessantes reconfigurations. Tout au long du 20e siècle, tout du moins dans les pays qui avaient accès à ces ressources, l’essor de l’industrie des spectacles et de la musique, de la radio, du cinéma, de la télévision, de l’offre muséale et plus généralement des réseaux de communication a impliqué une forte diversification des modes de prescription culturelle et de leur circulation. Si ce mouvement a soutenu le développement de métiers et de réseaux de prescription, il a également été accompagné de formes profanes d’expertise, de modalités plus ou moins équipées de médiation du savoir et de la culture, d’une économie informelle du conseil entre pairs. De ce fait, les amateurs-consommateurs ont appris à élaborer et organiser leurs univers artistiques et à faire leurs choix en combinant des formes diverses de prescription – critiques professionnels, littérature académique, médias, participation à des formes collectives d’évaluation, fanzines, conseils d’amis etc. Le développement des dispositifs communicationnels propres à l’Internet et leurs usages ont reconfiguré, disséminé et multiplié les médiations et les formes de prescription. Tout ce faisceau de pratiques brouille ainsi les frontières traditionnelles entre pratiques professionnelles et amateures de la prescription.

Continuer la lecture de Colloque international « La prescription culturelle en question » – Université Dijon 5/7 avril 2017

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Journée d’étude Dagognet, la carte et le monde du 3 octobre à l’Enssib

Sommaire

1  Introduction: 9h30-10h15
2  Cartes, matière et résidus: 10h15-12h30
3  Corps, surfaces, villes et numérique: 14h-17h
4  Table ronde: 17h-17h45

L’Enssib organise le lundi 3 octobre 2016 dans son amphithéâtre une journée d’étude en hommage à François Dagognet, philosophe de la technique décédé exactement un an plus tôt.

Entrée libre sur inscription: formulaire en ligne

François Dagognet était un penseur rationaliste qui se définissait parfois comme objectologue. À l’origine d’une école lyonnaise d’épistémologie, il a eu une pensée prolixe et originale qui s’avère fort actuelle à l’heure du numérique.

Argument

Si l’on prend le mot carte au sens large (englobant toute entreprise de représentation ayant le caractère d’un résumé-concentration plus ou moins formel), on remarque que cet objet a été central dans l’oeuvre de François Dagognet. Il a constamment étudié les tableaux (classifications chimiques, botaniques, zoologiques…), les mouvements (Marey), la symptomatologie et les tableaux cliniques de la sémiologie médicale, la construction d’images instantanées ou durables, de photographies ou de photogrammes: du cerveau, de l’intérieur du corps, mais aussi du corps social et des comportements (politiques, religieux…) de ses membres (statistiques, sondages), etc.

Cette journée d’étude privilégiera une telle approche cartographique, qui sera mise en correspondance avec les travaux d’autres spécialistes de la technique et avec les recherches de philosophes juniors comme seniors sur des thèmes connexes (écriture du monde, internet, numérique, technique et culture, industrie, médecine, etc.).

Continuer la lecture de Journée d’étude Dagognet, la carte et le monde du 3 octobre à l’Enssib

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Journée de réflexion du 3 octobre sur « Les Humanités Numériques dans les MSH », Université Paris Nanterre

Sous l’égide du RnMSH, la Maison Archéologie & Ethnologie René-Ginouvès (MAE), la Maison européenne des sciences de l’homme et de la société (MESHS) et la Maison des sciences de l’homme en Bretagne (MSHB), organisent une journée de réflexion,

Les Humanités Numériques dans les Maisons des Sciences de l’Homme :
état des lieux et perspectives

le lundi 3 octobre 2016,

de 9h30 à 19h,

à l’Université Paris Nanterre, dans le bâtiment Max Weber

Programme

9h30 : accueil

10h-13h Structuration des Humanités Numériques

10h : Introduction
Bertrand Jouve (Président du Réseau national des MSH)

10h15 : Cartographie des Humanités Numériques au sein des MSH
Sofia Papastamkou (Responsable Humanités Numériques, MESHS), Sara Tandar (Responsable Humanités Numériques, MAE), Serge Wolikow (Chargé de mission plates-formes technologiques, RnMSH)

10h30 : Présentation des Infrastructures de Recherche d’Humanités Numériques en SHS et IST
•    Huma-Num, Olivier Baude (Directeur) et Stéphane Pouyllau (Directeur technique)
•    CollEx-PERSEE, Nathalie Fargier (Directrice Persée)
•    HAL, Christine Berthaud (Directrice CCSD)
•    NUMEDIF, Dominique Roux (Directeur technique, MRSH)
•    OpenEdition, Marin Dacos (Directeur OpenEdition)

Continuer la lecture de Journée de réflexion du 3 octobre sur « Les Humanités Numériques dans les MSH », Université Paris Nanterre

Partage des données de la recherche : quels impacts ? Journée d’étude URFIST 29/9 (JNE)

Accueil

Partage des données de la recherche : quels impacts ?

Paris, 29 septembre 2016

Modèles scientifiques, évaluation, services, compétences…

Les URFIST (Unités Régionales de Formation à l’Information Scientifique et Technique) organisent régulièrement depuis 2002 une « journée nationale d’étude » (JNE). En 2014 le thème d’étude retenu concernait les différentes formes de publication de la recherche et les modes de légitimation ou d’évaluation associés.

L’objectif de l’édition 2016 s’inscrit dans la continuité de la précédente : les données de la recherche (DR) constituent en effet une modalité relativement nouvelle de la publication des travaux, mais également de publicisation des données qui en sont le fondement. Ces data sous-jacentes sont aussi concernées par le phénomène de l’Open Access dans la mesure où leurs conditions d’accessibilité et de réutilisation, permettent à la connaissance d’avancer, et à l’innovation d’émerger.

Nombreuses sont déjà les contributions qui ont souligné leur masse pléthorique, leur hétérogénéité constitutive, les méthodes d’extraction et de sélection dont elles sont l’objet, ou encore les gains de temps et de moyens que peut procurer leur réutilisation, à des fins de recherche, dans le cadre de nouveaux axes de travail ou de nouveaux projets. Il s’agira ici d’examiner plusieurs catégories de thématiques associées à cette mutation profonde des pratiques informationnelles de recherche. De fait, ce nouveau facteur de production scientifique peut exercer sur les modalités d’investigation et leur impact sociétal une influence dont la portée n’est pas anodine, à la fois en termes de déontologie, d’épistémologie et d’évaluation de la recherche.

Continuer la lecture de Partage des données de la recherche : quels impacts ? Journée d’étude URFIST 29/9 (JNE)

Libre accès aux publications et sciences ouvertes en débat

Numéro thématique (RFSIC) coordonné par Ghislaine Chartron (CNAM) et Joachim Schöpfel (Lille 3).

Calendrier et précisions

  • 1er novembre : réception des résumés détaillés

  • 1er décembre : réponses aux auteurs de l’acceptation sur résumé

  • 30 mars : date limite de réception des textes complets

  • 30 mars-15 juin : évaluation et retour vers les auteurs pour décision finale.

  • 30 août : réception des textes définitifs pour parution.

Contacts : Ghislaine Chartron (ghislaine.chartron@lecnam.net) et Joachim Schöpfel (joachim.schopfel@univ-lille3.fr)

Les résumés en français ou en anglais sont limités à 1 200 mots et doivent préciser la problématique, un bref état de la littérature sur la problématique, la méthodologie et les principaux résultats. Ils seront envoyés en format word ou .rtf aux deux coordinateurs de ce numéro.

Continuer la lecture de Libre accès aux publications et sciences ouvertes en débat

Qu’est-ce qu’une donnée de santé ?

Date limite d’envoi des propositions : 15 octobre 2016

À l’heure où se multiplient et se diversifient les pratiques de santé, à la fois dans et hors les murs des institutions traditionnelles, sur des supports de plus en plus individualisés et connectés, la question de la protection des données se pose de façon urgente. Si elle trouve d’ores et déjà des réponses techniques en matière de cryptage et de sécurité de l’information, cette question en cache une autre, plus fondamentale, plus vaste et toujours non résolue, qui en constitue un préalable nécessaire : comment définir aujourd’hui ce qu’est une donnée de santé et, partant, ce qu’il s’agit de protéger ?

Les données de santé sont le plus souvent appréhendées d’un point de vue global : toutes les données médicales et/ou relatives aux déterminants généraux de santé, et à la santé d’une personne, d’un groupe de personnes (couple, famille, quartier, ville, région, ethnie, pays, etc.) ou de populations. Elles sont utilisées pour le suivi et l’évaluation des systèmes et politiques de santé, pour établir des budgets prévisionnels, faire de la prospective en santé et croiser ces indicateurs avec d’autres.
Continuer la lecture de Qu’est-ce qu’une donnée de santé ?

Dispositif de prêt de livre numérique / Retour d’expérience d’une BDP bretonne

Hélène Bert est chargée des ressources numériques à la Bibliothèque départementale des Côtes d’Armor depuis novembre 2014, après un parcours marqué par la diversité d’expériences professionnelles en lecture publique : Montbéliard, La Flèche, Vitré, Ploufragan, Saint-Brieuc, Guingamp, et en bibliothèque universitaire : IUFM de Bretagne. Diplômée  de l’université Paul-Valéry Montpellier III, Licence professionnelle « Dispositifs de gestion et de diffusion de l’information numérique » (promotion 2015-2016).

Regarder des films en streaming, lire des magazines, écouter de la musique, télécharger des livres depuis chez soi… tout ceci est désormais proposé à l’échelle du département des Côtes-d’Armor depuis septembre 2015, sous réserve d’être inscrit dans une bibliothèque. C’est la bibliothèque départementale qui pilote le service, expérimentant un nouveau mode d’intervention sur le territoire.

Introduire des contenus numériques conduit à composer avec de multiples contradictions : proposer des services liés à une authentification, en opposition avec le modèle ouvert du web, sélectionner presque exclusivement des ressources payantes, en opposition au modèle de libre accès, et à la vocation intégratrice de la bibliothèque, développer des outils censés favoriser l’autonomie des usagers, mais où la dépendance à la médiation, à la formation, aux compétences informatiques de ceux-ci est grande. Paradoxe enfin entre des postures professionnelles oscillant entre confiance et défiance, où la peur du numérique est encore bien présente.

Ce billet s’attache à rendre compte du service de prêt de livres numériques mis en place, parmi d’autres ressources numériques. Était-il pertinent de proposer des livres numériques à l’échelle d’une BDP ? Comment le dispositif choisi fonctionne-t-il ? Quels premiers éléments de réflexion peut-on proposer avec un recul de quelques mois ? Quelles évolutions peut-on d’ores et déjà envisager ?

Continuer la lecture de Dispositif de prêt de livre numérique / Retour d’expérience d’une BDP bretonne

Les Humanités Numériques pour l’éducation : Edcamp Paris du 1er et 2 septembre

edcamp-ICPOrganisé par l’ICP avec le soutien de Humanistica, EdCamp.org, la Fondation Saint-Matthieu et la Faculté d’Éducation de l’ICP, le colloque international | edcamp « Les Humanités Numériques pour l’éducation » se tiendra à Paris du 1er au 2 septembre. Il nous propose d’explorer les différentes formes que pourraient prendre ces liens. Par effet de miroir, il s’agira aussi d’interroger les manières dont les humanités numériques peuvent à leur tour devenir une discipline enseignée.

Les Humanités Numériques se fixent notamment pour objectif de favoriser le développement d’une culture et d’une pratique technologique en Sciences Humaines et Sociales. En tant que champ de recherche émergent, les Humanités Numériques s’intéressent aux technologies du point de vue des usages ou dans une perspective historique. Elles posent également la question de la conception de ces technologies et du rapport critique qu’il convient d’entretenir avec elles.
Continuer la lecture de Les Humanités Numériques pour l’éducation : Edcamp Paris du 1er et 2 septembre

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Professionnels de l’information et humanités numériques : compétences, formations, métiers

I2D_162_L204La journée annuelle de la Fulbi, « Humains numériques sans le savoir ? L’apport des professionnels des bibliothèques, de l’info-doc et du patrimoine aux digital humanities », était organisée le 22 janvier dernier par le CNAM-INTD, sous la houlette avisée et chaleureuse de Claire Scopsi, MCF en SIC. La rencontre concernait chercheurs en sciences de l’information, archivistes, documentalistes, bibliothécaires et responsables de formation, tous mobilisés autour de la question, curieusement encore assez peu formulée par les professionnels eux-mêmes, de leur apport aux digital humanities.

Humains numériques sans le savoir ?

Telle était la question taquine adressée par cette journée aux professionnels de l’information sur leur contribution aux humanités numériques. Le ton est donné. En miroir, la mise au point sur le concept de digital humanities reste d’actualité pour un courant de la recherche en SHS qui porte aujourd’hui nombre de manifestes, déclarations et projets de recherche sous la bannière des humanités numériques.

De quoi parle-t-on ?

La difficulté que les chercheurs eux-mêmes ont à s’entendre sur ce concept relativement nouveau explique peut-être la participation discrète et récente des professionnels de l’information aux nombreux débats soulevés. Les humanités numériques sont-elles une nouvelle discipline ou une transdiscipline[1] ? Quels en sont les frontières, les territoires, les praticiens, les métiers ? Quelles compétences faudrait-il avoir pour s’en réclamer ? Comment et pourquoi faire des humanités numériques ? Plusieurs courants coexistent chez les chercheurs en SHS, nombreux à s’y reconnaître. D’un côté, le terme désigne l’alliance du dispositif numérique et des humanités classiques qui s’accompagne d’un nouveau rapport aux sciences, de nouvelles représentations des objets documentaires, des nouvelles méthodes dans le travail du chercheur et de l’enseignant. Ainsi que le résume le Manifeste des Digital Humanities de 2011, symbole de ce mouvement de renouveau des SHS, le tournant numérique de nos sociétés « modifie et interroge les conditions de production et de diffusion des savoirs » [2] Pour d’autres qui se réclament de « l’humanisme numérique » [3], la mutation numérique va plus loin et engage une vision philosophique du monde, dont les implications ne sont pas circonscrites au seul domaine des technologies de l’information. Le numérique ne peut se réduire à un outil ou à un objet d’étude, il renouvelle les structures de la culture et produit une nouvelle civilisation. L’enjeu est de saisir ce que les humanités pensent de la technique et non l’inverse.

Continuer la lecture de Professionnels de l’information et humanités numériques : compétences, formations, métiers

L’enjeu du web de données pour l’édition scientifique

Précision

Cet article a été publié dans le dossier thématique «Web de données et création de valeurs : le champ des possibles» de la revue I2D.

Pour citer cet article : Verlaet Lise, Dillaerts Hans, « L’enjeu du web de données pour l’édition scientifique », I2D – Information, données & documents 2/2016 (Volume 53) , p. 49-49
URL : www.cairn.info/revue-i2d-information-donnees-et-documents-2016-2-page-49.htm.

Résumé de l’article

Cet article présente le concept d’éditorialisation sémantique et explicite les opportunités de l’enrichissement sémantique des publications scientifiques pour l’ensemble des acteurs de l’IST (auteurs, éditeurs et professionnels de l’information).

Contenu de l’article

Inhérent au projet du web sémantique, le web de données (linked ata) entend favoriser la publication de données structurées sur le Web afin de constituer un réseau global, lequel doit faciliter la navigation des utilisateurs au sein d’un espace d’information.
Appliqué au domaine de l’édition scientifique, l’on préférera au concept de linked data celui de semantic publishing (éditorialisation sémantique), soit l’enrichissement sémantique des publications scientifiques. Celui-ci permet (SHOTTON, 2009; SHOTTON, 2012) :
• d’enrichir le contenu des articles avec des données interactives ;
• de renforcer le sens des articles à travers un système de balisage sémantique ;
• de fournir des liens directs vers des ressources externes ou vers les références citées ;
• de fournir un accès direct aux données de la recherche ;
• d’encourager la découverte et la réutilisation des nouvelles connaissances en publiant l’article et les données de recherche dans des formats lisibles par les machines.

Continuer la lecture de L’enjeu du web de données pour l’édition scientifique

Digital Libraries & Information Science