La science ouverte dans le domaine de la bioéconomie. Entretien avec Marianne Duquenne

Marianne Duquenne est doctorante contractuelle en Sciences de l’Information et de la Communication depuis 2019, au laboratoire GERiiCO (ULR 4073). Sa thèse porte sur l’application de la science ouverte en bioéconomie. Elle est co-encadrée par Patrice de la Broise et Joachim Schöpfel.

Ses recherches sont financées dans le cadre du projet pilote ReCaBio — Ressources Catalyses et Bioéconomie du Programme Gradué de l’I-Site ULNE « Science pour une planète en mutation » qui est soutenu par le gouvernement français à travers le Programme d’Investissements d’Avenir (I-SITE ULNE / ANR-16-IDEX-0004 ULNE).

Son carnet de recherche retrace le projet initial de la thèse, une esquisse de la problématique et quelques premiers résultats issus de ses recherches.

Chargée de cours au département des Sciences de l’Information et de la Documentation (UFR DECCID) de l’Université de Lille, ses enseignements portent essentiellement sur la science ouverte et plus particulièrement, sur les archives ouvertes.

ORCID ID : https://orcid.org/0000-0003-1493-7905

Twitter : @mariannedqn

LinkedIn

Adresse courriel : marianne.duquenne@univ-lille.fr

 

Qu’est-ce que la bioéconomie plus précisément ? Elle est souvent considérée comme un vecteur de réindustrialisation. Peux-tu apporter quelques précisions à ce sujet ?

La bioéconomie est définie comme une approche qui vise le remplacement des ressources fossiles, c’est-à-dire les ressources non renouvelables comme le charbon ou le pétrole, par des ressources plus respectueuses de l’environnement que l’on appelle plus communément biomasses. C’est un concept souvent associé à la notion d’économie circulaire.

Pour expliquer ce qu’est la bioéconomie, je m’appuie souvent sur la définition proposée par la Commission européenne (2018) qui est très pragmatique, elle permet de concevoir et d’illustrer la bioéconomie dans le faire : « produire du combustible à partir d’algues, recycler les plastiques, transformer des déchets en mobilier ou en vêtements neufs ou élaborer des engrais biologiques à partir de sous-produits industriels ».

Sur le terrain, j’ai pu constater deux choses : d’une part, qu’il existe plusieurs acceptions de la bioéconomie, c’est un concept qui recouvre différentes réalités et pratiques d’après les personnes interrogées, mais aussi, lorsque l’on s’intéresse aux discours d’accompagnement.

D’autre part, ce concept est relativement invisible sur le devant de la scène sociétale. Pourtant, en considérant les pratiques à échelle individuelle, comme le tri des déchets ou encore les démarches dites « zéro déchet », j’aime dire et constater que nous faisions déjà de la bioéconomie au quotidien sans le savoir.

Continuer la lecture de La science ouverte dans le domaine de la bioéconomie. Entretien avec Marianne Duquenne