AAC – 30 ans après le Web… Big bang dans les institutions de savoirs ?

La revue de recherche de l’Enssib Balisages, située à la croisée des SIC et de l’anthropologie des savoirs, lance un appel à articles pour le dossier du numéro 5 “30 ans après le Web… Big bang dans les institutions de savoirs ?“, coordonné par Ghislaine Chartron (Professeur CNAM Paris), Benoît Epron (Professeur HEG Genève) et Pascal Robert (Professeur Enssib- Elico Lyon).

Prolongation de l’appel : La date de réception des propositions d’article est repoussée au 1er avril.

Argument :

En 1989, lorsque Tim Berners Lee développe le Web pour partager les connaissances entre scientifiques, il ne mesurait peut-être pas la révolution des savoirs qu’il allait en grande partie initier. Le Web s’est progressivement hybridé à d’autres innovations (applications mobiles, réseaux sociaux…), à de nouveaux paradigmes (la participation, les plateformes, le web sémantique, l’open access, la science des données…) bousculant nos facultés de penser, de concevoir, d’agir, et de transmettre.

Un peu plus de trente ans après, que s’est-il passé ? Comment comparer dans une lignée diachronique, la production-circulation des savoirs à l’ère post-web, à l’heure où ce sont également des transformations profondes d’élaboration des savoirs qui se jouent ?

Thématiques :

  • Axe 1. Économie politique du Web : Comment évoluent les relations entre les acteurs technologiques et les acteurs de la production et de la médiation des savoirs ? Quels mouvements stratégiques peut-on identifier depuis 30 ans : reconfigurations, disparitions, partenariats public-privé, place des start-ups, dépendance aux GAFAM ? Quel a été le rôle des politiques publiques nationales et internationales dans l’accompagnement de la transformation des institutions de savoir ? Quelles régulations ont été mises en place ? Et finalement, peut-on affirmer l’émergence de nouveaux régimes d’autorités des savoirs ? Ou, au contraire, une crise comme celle de la Covid19 et ses phénomènes de désinformation associés, n’a-t-elle pas contribué à renforcer la légitimité des institutions traditionnelles du savoir ?
  • Axe 2. Innovation et design de services : Quel bilan peut-on faire des promesses énoncées par les technologies du web (web sémantique, web social, web des données), voire des technologies de données massives dans l’innovation de services pour les institutions de savoirs ? En quoi les mouvements open (open source, open access, open data, open science…) intrinsèquement liés au Web ont-ils installé une nouvelle donne ? Comment apprécier le « devenir media » de certaines institutions qui produisent de plus en plus de contenus ? Comment le renouvellement des compétences accompagne-t-il le développement de ces services ?

Calendrier et détail de l’appel

Dlis

More Posts

Follow Me:
Twitter