Lieux de diffusion de savoirs pensés par le genre : dynamiques et questionnements – Journée d’étude le 22 avril à l’université Paul Valéry Montpellier

Présentation

Cette journée d’étude du 22 avril, co-portée par deux axes du LERASS, l’axe “Information, Sciences, Savoirs, Pratiques” et l’axe “Genre et Médias”, vise à examiner les lieux de diffusion de savoir au travers des questions du genre.

Les notions de savoirs et de lieux de diffusion s’inscrivent dans un cadre large et pluridisciplinaire avec l’objectif de faire émerger des problématiques transverses sur les objets d’étude analysés.

Les questions de genre sont abordées selon les 3 dimensions suivantes : (1) « Ignorance de normes genrées et espace(s) de riposte », (2) « Savoirs militants et lieux de diffusion en chantier », et (3) « Épistémologie des savoirs en reconstruction ».

Informations pratiques

Site officiel de la journée détude : https://savoirsgenre.sciencesconf.org/

La journée d’étude se déroule sur le site de St. Charles 2 de l’université  Paul-Valéry – Montpellier dans l’auditorium.

Vous pouvez également assister à la journée par visio :

https://univ-montp3-fr.zoom.us/j/95361716855?pwd=MmRYYjZpSm1UT0tJdlVnSzZqRzVzUT09

ID de réunion : 953 6171 6855

Code secret : 672274

Programme de la journée

8h30 : Accueil des participant.e.s

9h00-9h15 : Présentation de la journée

9h15-10h00 : Conférence invitée de Joëlle Le Marec (Pr.), Museum d’Histoire Naturelle de Paris

Ce que fait la pensée féministe aux lieux de savoirs

Continuer la lecture de Lieux de diffusion de savoirs pensés par le genre : dynamiques et questionnements – Journée d’étude le 22 avril à l’université Paul Valéry Montpellier

Nouvelle parution : Temporalités numériques – Tome 1 / La dynamique des technologies de l’information et de la communication (XIX-XXs)

Parution en open acces de Temporalités numériques – Tome 1 : la dynamique des technologies de l’information et de la communication, sous la direction de Pascal Robert, aux Editions des archives contemporaines (EAC), Coll. «Etudes des sciences et Histoire des techniques» dirigée par Joëlle Le Marec.

TEMPORALITÉS NUMÉRIQUES

TOME 1 : LA DYNAMIQUE DES TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION (XIX-XXe)

Ce livre en deux tomes voudrait, sur le mode des sciences sociales et non de la philosophie, réinvestir, contre le présentisme dominant (dénoncé par F. Hartog), la question des temporalités numériques.

Ce premier tome propose ainsi une histoire problématisée des TIC, comme archéologie du numérique, qui lie histoire et concepts au lieu de les séparer. Parce qu’il faut historiciser les concepts pour mieux en tester la pertinence et voir s’ils tiennent dans le temps. Parce qu’il faut équiper de concepts cette histoire qui ne peut pas être restituée sans que les enjeux politiques des TIC et du numérique ne soient clairement discernés. D’où cette dynamique des TIC qui présente une véritable grille de lecture pédagogique de l’histoire des TIC et du numérique depuis la fin du XVIIIe. Elle en dégage les grandes lignes de force (la tension entre l’état et le marché, la montée en puissance du grand nombre, la multiplication de l’espace, la densification et l’accélération temporelle, l’omniprésence de la logistique informationnelle) et les trois grandes phases (de lubrification, d’installation et de domination).

Histoire mondiale. Histoire politique. Histoire économico-gestionnaire aussi. Histoire, en définitive, du processus qui pourrait être qualifié de  « gestionnarisation » de la société.

Le livre est disponible en open acces.

ROBERT, Pascal, Temporalités numériques – Tome 1 : La dynamique des technologies de l’information et de la communication (XIX-XXs). Essai sur les enjeux politiques de la spirale de la régulation informationnelle, Editions des archives contemporaines, Coll. «Etudes des sciences et Histoire des techniques», France, 2021, ISBN : 9782813004246, 188p., doi : https://doi.org/10.17184/eac.9782813004246

AAC – 30 ans après le Web… Big bang dans les institutions de savoirs ?

La revue de recherche de l’Enssib Balisages, située à la croisée des SIC et de l’anthropologie des savoirs, lance un appel à articles pour le dossier du numéro 5 “30 ans après le Web… Big bang dans les institutions de savoirs ?“, coordonné par Ghislaine Chartron (Professeur CNAM Paris), Benoît Epron (Professeur HEG Genève) et Pascal Robert (Professeur Enssib- Elico Lyon).

Prolongation de l’appel : La date de réception des propositions d’article est repoussée au 1er avril.

Argument :

En 1989, lorsque Tim Berners Lee développe le Web pour partager les connaissances entre scientifiques, il ne mesurait peut-être pas la révolution des savoirs qu’il allait en grande partie initier. Le Web s’est progressivement hybridé à d’autres innovations (applications mobiles, réseaux sociaux…), à de nouveaux paradigmes (la participation, les plateformes, le web sémantique, l’open access, la science des données…) bousculant nos facultés de penser, de concevoir, d’agir, et de transmettre.

Un peu plus de trente ans après, que s’est-il passé ? Comment comparer dans une lignée diachronique, la production-circulation des savoirs à l’ère post-web, à l’heure où ce sont également des transformations profondes d’élaboration des savoirs qui se jouent ?

Thématiques :

  • Axe 1. Économie politique du Web : Comment évoluent les relations entre les acteurs technologiques et les acteurs de la production et de la médiation des savoirs ? Quels mouvements stratégiques peut-on identifier depuis 30 ans : reconfigurations, disparitions, partenariats public-privé, place des start-ups, dépendance aux GAFAM ? Quel a été le rôle des politiques publiques nationales et internationales dans l’accompagnement de la transformation des institutions de savoir ? Quelles régulations ont été mises en place ? Et finalement, peut-on affirmer l’émergence de nouveaux régimes d’autorités des savoirs ? Ou, au contraire, une crise comme celle de la Covid19 et ses phénomènes de désinformation associés, n’a-t-elle pas contribué à renforcer la légitimité des institutions traditionnelles du savoir ?
  • Axe 2. Innovation et design de services : Quel bilan peut-on faire des promesses énoncées par les technologies du web (web sémantique, web social, web des données), voire des technologies de données massives dans l’innovation de services pour les institutions de savoirs ? En quoi les mouvements open (open source, open access, open data, open science…) intrinsèquement liés au Web ont-ils installé une nouvelle donne ? Comment apprécier le « devenir media » de certaines institutions qui produisent de plus en plus de contenus ? Comment le renouvellement des compétences accompagne-t-il le développement de ces services ?

Calendrier et détail de l’appel

Dlis

More Posts

Follow Me:
Twitter

Qu’est-ce qu’un projet d’édition critique numérique ?

Après des études de lettres et de sciences humaines, Caroline Blanc Feracci a intégré le master 2 Publication numérique à l’Enssib pour parachever sa formation.

Après des études pluridisciplinaires de lettres et de mathématiques, Marthe Vertongen est actuellement étudiante en double master 2 Publication Numérique et Humanités Numériques à l’Enssib.

Petite étude d’objets éditoriaux qui réunissent bibliothèques, philologues, informaticiens et lecteurs autour d’une œuvre littéraire

Les projets d’édition critique numérique d’œuvres littéraires, à l’instar du site l’ENCCRE ou de l’application Candide publiée par la Bibliothèque nationale de France (BnF) et Orange, que l’on pourrait aussi appeler « sites d’édition savante », sont des entreprises éditoriales dont le nombre se compte sur les doigts d’une main en France. Conçues et développées par des acteurs qui évoluent en marge de l’édition privée, elles mettent néanmoins en évidence le changement de régime éditorial en contexte numérique, notamment en ce qui concerne la place du lecteur au sein de la chaîne de production.

Qu’est-ce qu’une édition critique numérique ? Tentative de définition

Tendre vers le général

Les éditions critiques numériques dont il est ici question se caractérisent par la diversité de leurs formes car chacune d’elles constitue un projet éditorial en soi, avec ses propres objectifs selon le texte édité, le public cible et les ressources financières et techniques allouées à l’équipe en charge du projet. Comme le notent les auteurs de l’ouvrage L’édition critique à l’ère du numérique, il est difficile de décrire en termes généraux le processus de conception des éditions critiques numériques dans la mesure où, « sauf celles qui inclinent à reproduire le plus possible les formes du livre, tout se passe comme si chacune se voulait une aventure singulière[1] ». Ils précisent ensuite qu’« à [leur] connaissance, il n’en est aucune qui ait réutilisé une architecture créée pour une autre œuvre ou pour un autre corpus ». Proposer une définition qui voudrait s’appliquer de manière systématique à chacune d’elles reviendrait ainsi à courir le risque de ne pas prendre en compte leurs spécificités respectives, qui font d’elles des objets éditoriaux uniques. La consultation en ligne d’exemples d’éditions critiques permet toutefois de cerner certaines tendances générales ayant trait aux modalités de présentation et de consultation, ainsi qu’aux choix des fonctionnalités et des outils interactifs.

Des e-éditions critiques

L’élément définitoire d’une édition critique est son apparat critique, c’est-à-dire l’ensemble des annotations – philologiques, critiques ou d’identification des sources – ajoutées au texte original qui permettent d’informer le lecteur sur les modalités d’établissement du texte par l’éditeur scientifique. L’objectif des philologues est d’établir un texte fixé faisant autorité et de donner « les clés permettant de mieux [le] lire[2] ». Une édition critique est ensuite qualifiée de numérique quand elle a nécessité une implication importante du numérique à divers stades de sa conception. La particularité de ces projets d’édition critique numérique tient en effet à la place des technologies numériques dans la chaîne du processus. Ces outils numériques spécifiques reposent sur les dernières technologies d’encodage et nécessitent donc l’intervention d’experts en informatique qui sont la plupart du temps étranger au principe de l’édition et plus encore de l’édition savante. Parce que ces éditions sont réalisées sous la forme de bases de données et ne sont en aucun cas des copies numériques d’éditions critiques existantes en format papier, il est plus à propos de les qualifier d’e-éditions et non d’e-books.

Les cinq propositions de Peter Robinson

Pour aller plus loin dans la tentative de définition de ces projets, il est utile de reprendre les cinq propositions de l’universitaire anglais Peter Robinson.

  • L’usage de la technologie informatique pour produire une édition particulière a lieu dans un contexte de recherche particulier.
  • Une édition numérique devrait être basée sur une transcription complète des textes originaux dans une forme numérique et cette transcription devrait se référer à des principes explicites.
  • L’usage de méthodes analytiques assistées par ordinateur peut restaurer la critique historique de larges traditions textuelles comme un but central pour les éditeurs savants.
  • La nouvelle technologie a le pouvoir de changer non seulement la manière dont les éditeurs éditent mais aussi celle avec laquelle les lecteurs lisent.
  • Des projets éditoriaux générant des quantités substantielles de textes transcrits en mode numérique devraient adopter dès le début une politique de transcription ouverte.

Ces propositions montrent qu’une édition critique numérique d’un texte original est toujours produite dans un contexte bien spécifique (« édition particulière ») à partir duquel sera définie la politique éditoriale (« principes explicites ») et suggèrent en même temps que les outils technologiques offrent de nouvelles possibilités analytiques à la critique textuelle traditionnelle (« restaurer la critique historique »). Aussi, elles mettent en avant le renouvellement du rapport au texte édité chez l’éditeur et chez le lecteur, lequel n’est plus un simple lecteur-récepteur en raison de la nature collégiale et non-figée de l’édition (« politique de transcription ouverte »). Il convient cependant de préciser que la « nouvelle technologie » et l’ouverture du processus d’édition n’engendrent pas une diminution du rôle de l’éditeur critique mais supposent au contraire la prise en charge de nouvelles tâches éditoriales, le pilotage d’une équipe significative et souvent internationale, et la capacité à dégager une vue d’ensemble du projet tout au long du processus d’édition.

Comment réaliser une édition critique numérique ? Décomposition d’un projet d’édition critique numérique : étapes et acteurs

Lancement du projet

Une édition critique numérique est le résultat d’un projet d’édition critique numérique. Ce sont, dans la plupart des cas, des experts (chercheurs, enseignants-chercheurs, maîtres de conférence) qui entreprennent ce type de projet. Les premiers acteurs à intervenir sont donc le ou les chercheurs, ou la ou les institutions qui a l’idée d’une édition critique numérique. Ils interviennent comme les maîtres d’ouvrage du projet. Ce sont eux qui initient et lancent le projet en cherchant et regroupant les moyens et personnes nécessaires. En effet, pour mener à bien un projet d’édition critique numérique, comme pour tout projet, il faut rassembler :

  • des moyens financiers et matériels car les coûts peuvent être très importants ;
  • des moyens humains car ce sont la plupart du temps des projets de grande envergure qui demandent du temps et beaucoup de travail ;
  • le document-source à partir duquel réaliser l’édition (des manuscrits, une édition déjà existante ayant établi une version du texte-source et qui va être reprise, retravaillée, enrichie).

Pour parvenir à réunir tout cela, les maîtres d’ouvrage doivent rechercher des partenaires, comme des bailleurs de fonds pour aider au financement du projet, des infrastructures de recherche pour apporter un soutien matériel (serveurs, hébergement du site, etc.) et des bibliothèques ou centres de ressources pour avoir accès aux manuscrits (papiers ou numérisés). Le financement de ces projets d’éditions s’appuie également en grande partie sur le soutien des universités ou laboratoires de recherche auxquels sont rattachés les chercheurs qui lancent le projet.

En plus de la recherche des partenaires et du financement, les maîtres d’ouvrage doivent faire appel à une équipe-projet pour la mise en œuvre de l’édition critique numérique. Le plus souvent, quand les maîtres d’ouvrage sont des chercheurs, ils font eux-mêmes partie de l’équipe-projet et la dirigent en tant que chefs de projet. Leur rôle est alors primordial car ils doivent coordonner l’équipe-projet constituée d’une équipe scientifique et d’une équipe technique. L’équipe scientifique se compose d’experts, d’universitaires, de philologues. Il peut s’agir d’historiens, de linguistes, de spécialistes de la littérature, etc. L’équipe est vraiment pluridisciplinaire. Elle est chargée d’accompagner la reproduction numérique de l’œuvre littéraire d’un appareil éditorial et d’un apparat critique qui en permettra l’utilisation et la compréhension. L’équipe technique, quant à elle, regroupe des informaticiens, des ingénieurs, des développeurs, des concepteurs et des web designers. Ils s’occupent de la réalisation technique de l’édition critique, développent et fournissent les outils logiciels employés dans la chaîne de production de l’édition critique numérique, de la numérisation à l’édition numérique et sa diffusion sur le web. Ils ont également un rôle essentiel dans la réflexion en amont de la production. En échangeant avec l’équipe scientifique et le ou les chefs de projet, ils réfléchissent aux fonctionnalités qui doivent être prévues au moment du codage du texte et des enrichissements numériques qui sont envisagés pour l’édition critique numérique. Les chefs de projet doivent donc faire le lien entre les deux équipes pour faire comprendre les avis et besoins des deux et les faire converger vers une entente et un travail d’équipe qui mènera à la réalisation d’une édition critique numérique. Les chefs de projet sont donc avant tout des médiateurs d’une équipe-projet pluridisciplinaire.

Réalisation de l’édition critique numérique

Une fois le projet lancé, une des premières étapes pour les chefs de projet est, comme pour toute édition, la définition d’une politique éditoriale qui guidera tout le long le projet d’édition critique numérique. Les chefs de projet réfléchissent en concertation avec leur équipe aux fonctionnalités de l’édition, de son contenu, des parcours de lecture proposés, des modes de visualisation, etc.

Pour entamer la réalisation de l’édition critique et numérique, il faut d’abord choisir et préparer le document qui sera la source de l’édition. C’est le travail des philologues qui peuvent coordonner le choix du corpus de textes, le collationnement[3] et la numérisation des manuscrits, pour présenter à la fin un document-source (corpus de textes) à partir duquel se basera l’édition critique et l’édition numérique.

Après la numérisation, vient la transcription, étape indispensable pour les projets qui ne se basent pas sur des transcriptions déjà existantes de l’œuvre littéraire. La transcription permet de convertir les textes numérisés qui sont donc en format image au format numérique. Cela demande un travail considérable. Un important travail de relecture et de vérification des transcriptions est nécessaire. Pour cette étape, il est courant de faire appel à des bénévoles qui viennent aider l’équipe-projet.

Une fois le document-source établi, l’enrichissement critique peut être réalisé. L’équipe scientifique réalise des apparats des variantes et des sources, écrivent des textes d’explication linguistique, historique ou littéraire, annote le texte. L’enrichissement critique peut varier selon les types d’éditions et de critiques souhaitées, comme la critique philologique, la critique génétique, ou la critique littéraire.

Pour enrichir l’édition numériquement et d’un apparat critique, l’encodage est une étape nécessaire dans la réalisation d’une édition critique numérique. L’encodage consiste à baliser un texte avec des balises pour structurer et décrire logiquement son contenu, c’est-à-dire le texte tel qu’il a été conçu et non pas sa présentation. Parce qu’il correspond aux standards du balisage généralisé, assurant ainsi la longévité de sa validité dans l’environnement numérique et son accès et compréhension par tous, le langage XML/TEI (eXtensible Markup Language/Text Encoding Initiative) est majoritairement utilisé pour l’encodage des éditions critiques numériques. L’encodage est un travail long et rigoureux sur lequel peuvent travailler à la fois l’équipe scientifique et l’équipe technique. Grâce à l’encodage, des informations très diverses peuvent être encodées et ainsi leur affichage pourra être différent selon les publics. Différents niveaux d’information critique peuvent ainsi être encodés et être consultables selon les envies du lecteur, qui peut ainsi avoir accès aux informations qu’il veut quand il veut, et si besoin peut effectuer des recherches à la fois dans le texte (transcriptions) et dans les parties critiques. L’encodage nécessite également un important travail de relecture et vérification.

Réalisation de l’interface de consultation et diffusion

Enfin, il faut réaliser le « support » de l’édition critique numérique pour assurer sa diffusion et la rendre accessible aux lecteurs. Étant nativement numérique, ce « support » est une interface de consultation, et est donc nouveau et surtout unique, propre à chaque édition critique numérique, chaque projet développant sa propre interface adaptée aux besoins spécifiques de chaque édition. L’équipe technique développe l’interface et réfléchit à la conception ergonomique. Le site web d’une édition peut être créé entièrement par l’équipe technique ou être réalisé à l’aide d’un CMS (Content Management System). Mais l’utilisation d’un CMS est plutôt rare car la réalisation d’un site de consultation d’une édition critique numérique est exigeante, les besoins et fonctionnalités précis et particuliers. L’édition critique numérique peut également se baser sur une base de données qui permet les requêtes, les recherches dans le texte, l’accès aux images et transcriptions.

Une fois l’interface de consultation achevée, l’édition critique numérique peut être diffusée. Il est courant avec les éditions critiques numériques, que l’interface soit diffusée et rendue accessible même si l’édition n’est pas terminée, notamment parce que l’édition critique et numérique est un processus ouvert qui n’a pas toujours de fin définie, et également pour ainsi diffuser des appels à contribution aux potentiels lecteurs intéressés qui peuvent ainsi devenir collaborateurs.

Exemples d’éditions critiques numériques : à la conquête des lecteurs

Candide[4]

L’édition critique numérique Candide, l’édition enrichie, disponible sur le web et sous forme d’application, est le fruit d’un projet d’édition critique numérique mené par la BnF et Orange. C’est un bon exemple d’édition critique numérique destinée à un grand public.

Le projet a été réalisé par la BnF et Orange, avec la collaboration de la Voltaire Foundation. Cette dernière a permis l’accès et l’utilisation du document-source : l’édition critique de René Pomeau publiée par la Voltaire Foundation. L’équipe-projet est constituée à la fois de membres de la BnF et d’Orange, dont des spécialistes, des professeurs, des conservateurs, des ingénieurs de recherche, des développeurs, des informaticiens. Contrairement à la plupart des projets d’éditions critiques numériques existantes, celui-ci n’a pas été lancé dans un contexte de recherche dans un milieu universitaire. Il se détache donc un peu des autres projets, notamment au niveau des moyens financiers et de l’organisation et de la constitution de l’équipe-projet. Le contexte du projet a aussi influencé le public cible qui, hors d’un contexte de recherche, semble plus facilement englobé le grand public.

Cette édition propose à tous de (re)découvrir l’œuvre Candide de Voltaire, en proposant « une approche à la fois ludique et scientifiquement rigoureuse ». L’édition est enrichie par des fonctionnalités numériques (lecture audio, zoom, recherche…) et des apports critiques (définitions, notes, fiches des personnages et des lieux, explication de concepts d’un point de vue historique et littéraire, variantes de l’édition critique…) qui aident à la compréhension de l’œuvre.

L’édition comporte trois parties : le livre, le monde, le jardin. Chaque partie a sa propre approche du texte. Le livre se concentre sur la lecture du texte. Le lecteur peut parcourir l’œuvre proposée comme un livre qui affiche sur la page de gauche le texte et l’image du manuscrit numérisé sur la page de droite. Il est possible d’écouter la lecture de l’œuvre et les enrichissements critiques visibles permettent une lecture augmentée. Le monde est constitué d’une carte qui retrace le voyage de Candide et permet ainsi au lecteur de suivre le chemin de son périple, tout en ayant accès à des approfondissements et éclairages autour de l’œuvre (interviews, anthologie, contenus iconographiques…). Le jardin est un espace collaboratif de création et de partage dans lequel le lecteur peut, en organisant et commentant les favoris qu’il a créés, partager sa perception personnelle de l’œuvre. Chaque création vient s’ajouter sous forme d’arbres de la connaissance dans le jardin. Le lecteur devient ainsi contributeur. Lui proposer de réaliser une création littéraire peut être considéré comme une façon de lui accorder une part d’auctorialité. Avec ces trois parties, l’édition propose au lecteur trois modes d’entrée et de découverte de l’œuvre qui s’adaptent à tous les besoins et donc à tous les types de public.

Figure 1. Une page de la partie « livre » de Candide publié par la BnF : https://candide.bnf.fr

 

L’ENCCRE[5]

Contrairement à l’édition critique sur papier qui s’adresse à un lecteur spécialiste souvent pourvu d’un doctorat ou en cours d’étude et qui constitue une niche éditoriale, l’édition critique numérique prend en compte une plus grande variété de profils du lecteur, et peut parfois même avoir une vocation grand public. Dans le dossier de presse[6] du projet l’ENCCRE, il est ainsi précisé que le projet d’édition a été « pensé pour en démocratiser l’accès ». Si ce projet se distingue de celui de l’édition enrichie de Candide par la BnF en comportant moins de contenus multimédias et ludiques, les modalités d’entrée dans l’œuvre de Diderot et d’Alembert témoignent d’une volonté de désanctifier cet objet littéraire et de le mettre à la portée de tous, sans appauvrir son contenu. L’édition numérique de l’Encyclopédie comporte en effet une page d’accueil qui incite à cliquer sur la tranche d’un des volumes de textes ou de planches. Une fois que le lecteur a fait son choix, une table des matières du volume correspondant se présente à lui. Ce choix de présentation et de structure permet d’insérer des étapes intermédiaires qui fonctionnent comme des filtres et permettent d’éviter l’effet de masse que peut susciter ce dictionnaire et sa nomenclature colossale. De plus, le site propose au lecteur-usager une visite guidée qui lui présente les quatre portes d’entrée par recherche dans l’œuvre, selon ses besoins : la recherche d’un titre d’article, la recherche d’un contributeur, la recherche d’un domaine (agriculture, médecine, etc.) et la recherche plein-texte dans la transcription des articles.

Figure 2. Page d’accueil du site de l’ENCCRE : http://enccre.academie-sciences.fr/encyclopedie/

 

 

L’édition critique en contexte numérique ouvre ainsi de nouvelles perspectives de réception : le lecteur-usager peut aussi bien être un expert, un étudiant ou un lecteur « grand public », c’est-à-dire un lecteur non spécialiste et simplement curieux de découvrir l’objet éditorial proposé. Même pour un projet comme l’ENCCRE, le lecteur-usager peut adopter divers comportements, plus ou moins actifs selon les modalités de lecture et fonctionnalités que présentent l’édition critique et selon l’expérience de lecture qu’il souhaite privilégier. Par exemple, le lecteur grand public aura plus tendance à se concentrer sur le texte établi tandis que le lecteur expert et, dans une moindre mesure, le lecteur étudiant circuleront plus volontiers dans l’ensemble de l’édition ou consulteront les ajouts de contributions, pour prendre connaissance de tous les éléments critiques et philologiques.

Conclusion

Ces entreprises éditoriales sont d’une envergure a priori sans équivalent dans le domaine de l’édition numérique. Elles nécessitent la coordination d’acteurs aux domaines d’expertise variés ainsi que la réalisation de diverses étapes qui conditionnent la réussite du projet dans son intégralité tant elles sont interdépendantes les unes des autres. De par la nature ouverte de ces projets, les possibilités de collaboration entre l’équipe éditoriale et le lecteur à différents niveaux de la chaîne de production sont nombreuses. Les projets pris en exemple dans cet article illustrent bien le passage « d’un régime de production-consommation passive à un régime de communication et d’interaction[7] », car tous invitent d’une manière ou d’une autre le lecteur-usager à être « producteur ». Souvent destinées à un public plus large que celui de l’édition savante papier, ces éditions critiques numériques présentent une forte dimension expérimentale et participent d’une réflexion sur l’évolution des usages et pratiques de lecture. Les acteurs de l’édition traditionnelle, séduits par la qualité de ces sites savants d’édition, seront sans doute amenés à mettre en œuvre des projets similaires une fois qu’ils auront trouvé un modèle économique viable.

Bibliographie

Apollon, Daniel, Régnier, Philippe et Bélisle, Claire (dir.), 2017. L’édition critique à l’ère du numérique, Paris : L’Harmattan, 2017.

Bourassa, Renée (dir.), 2021. Le livre en contexte numérique : un défi de design. En ligne : http://livre-defi-design.arcanes.ca/

Casenave, Joana, 2016. La Transposition numérique de l’édition critique : éléments pour une édition de l’Isopet 1-Avionnet, thèse de doctorat, Université Paris-est Créteil et Université de Montréal, soutenue le 28 octobre 2016.
https://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/bitstream/handle/1866/18429/Casenave_Joana_2016_these.pdf?sequence=6&amp%3BisAllowed=y

Casenave, Joana, 2019. « Le positionnement éditorial dans l’édition critique numérique », Digital Studies/Le Champ numérique, 2019.
En ligne : https://www.digitalstudies.org/article/id/7343/#n4

Epron Benoit et Muller Catherine, 2021. « De l’Abécédaire à HyperOtlet : L’Abécédaire des mondes lettrés, un outil d’écriture collaborative savante », in Bourassa, Renée (dir.), Le livre en contexte numérique – Un défi de design, 2021.
En ligne : http://livre-defi-design.arcanes.ca/abecedaire-hyperotlet/

Greslou, Elisabeth et Meynard, Cécile, 2021. « Du manuscrit au numérique. Une édition multiformes et multisupports des manuscrits de Stendhal », in Bourassa, Renée (dir.), Le livre en contexte numérique – Un défi de design, 2021.
En ligne : http://livre-defi-design.arcanes.ca/manuscrit-numerique-stendhal/#fn:8

Laborderie, Arnaud, 2021. « Du livre enrichi au livre augmenté: Les enjeux d’une clôture numérique », in in Bourassa, Renée (dir.), Le livre en contexte numérique – Un défi de design, 2021.

Laborderie, Arnaud, 2015. « Le livre numérique enrichi : enjeux et pratiques de remédiatisation », Doctorales de la SFSIC 2015, Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication, 2015.
https://hal-bnf.archives-ouvertes.fr/hal-01185820/document

Robinson, Peter, 2002. « What is a Critical Digital Edition? », Variants. The Journal of the European Society for Textual Scholarship, 1, 2002.

Sahle, Patrick, 2016.
« What is a Scholarly Digital Edition? », in Driscoll, Matthew James et Pierazzo, Elenan, Digital Scholarly Editing: Theories and Practices, Cambridge : 2016.
En ligne : https://www.openbookpublishers.com/product.php/483?483

Sites web

Site web de l’édition numérique de Candide par la BnF :
https://candide.bnf.fr/

Site web de l’édition numérique des manuscrits de Madame Bovary :
https://www.bovary.fr/

Site web de l’Édition Numérique Collaborative et CRitique de l’Encyclopédie :
http://enccre.academie-sciences.fr/encyclopedie/

Site web de l’édition numérique des manuscrits de Stendhal :
http://manuscrits-de-stendhal.org

Site web de l’édition critique numérique du Manuscrit Français 640 de la BnF :
https://edition640.makingandknowing.org/#/

Site web de l’édition critique numérique des lettres de Van Gogh :
http://www.vangoghletters.org/vg/letters.html

Site web de l’édition critique numérique des œuvres de Charles Fontaine :
http://chfontaine.huma-num.fr/projet/presentation

Site web de la Text Encoding Initiative : https://tei-c.org

Site web de la Très Grande Infrastructure de Recherche Huma-Num : https://www.huma-num.fr

Documentation

Dossier de presse de l’ENCCRE du 19 octobre 2017 :
http://enccre.academie-sciences.fr/presse/Dossier_de_presse_ENCCRE_19_octobre_2017.pdf

Manuel de transcription XML du projet d’édition des manuscrits de Stendhal, version 1.4 du 16 mars 2015 :
http://stendhal.demarre-shs.fr/stendhal-wordpress/wp-content/uploads/2015/03/Manuel-de-transcription_V1.4_2015.pdf

Notes

[1] Apollon, Daniel, Régnier, Philippe et Bélisle, Claire (dir.), 2017. L’édition critique à l’ère du numérique, Paris : L’Harmattan, 2017, p. 21, comme ce qui suit.

[2] Régnier, Philippe, 2017. « Vers une nouvelle économie politique de l’édition critique », in L’édition critique à l’ère du numérique, Paris : L’Harmattan, 2017, p. 292.

[3] Comparer entre eux des manuscrits et imprimés pour s’assurer de leur conformité.

[4] https://candide.bnf.fr

[5] http://enccre.academie-sciences.fr/encyclopedie/

[6] http://enccre.academie-sciences.fr/presse/Dossier_de_presse_ENCCRE_19_octobre_2017.pdf

[7] Apollon, Daniel, Régnier, Philippe et Bélisle, Claire (dir.), 2017. Ibid., p. 22.