Un carnet partagé pour la Fabrique du numérique

Un tout nouveau portail sur l’édition numérique, l’innovation éditoriale et l’actualité du livre vient d’être lancé. Le carnet de la Fabrique du numérique est produit par Littérature québécoise mobile – pôle Québec, une équipe basée à l’Université Laval. 

Le carnet prolonge les réflexions de la Fabrique du numérique 2020, un événement de réflexion et de partage sur l’édition numérique. Au terme des échanges, plusieurs constats étaient ressortis, dont l’importance de développer la formation et la littératie numérique de toute la chaîne éditoriale. Le comité organisateur concluait : « La formation est le nerf de la guerre pour conduire les éditeurs à investir le secteur numérique avec clairvoyance et dans un objectif de rentabilité des projets. »

Cette idée de formation n’est pas seulement académique ou appliquée. Le cerveau des équipes éditoriales doit devenir imaginatif d’un point de vue technologique. Le numérique permet des fonctionnalités, des esthétiques, des poétiques jusque-là impossibles à réaliser.

Ainsi, pour contribuer à la circulation des savoirs et des œuvres, l’équipe de Littérature québécoise mobile – pôle Québec a mis en place Le carnet de la Fabrique du numérique. Le portail qui s’apparente à un magazine regroupe des articles sur l’innovation éditoriale en contexte numérique, trace le portrait de maisons d’édition audacieuses, offre des lectures d’œuvres littéraires numériques ou hybrides autant que de lectures critiques et met en lumière des outils de création.

Le choix du terme « carnet » n’est pas anodin, comme il s’agit de documenter le travail en cours, l’évolution d’un milieu et d’une industrie au jour le jour, avec des amorces de réflexion, des tentatives de création – bref, une représentation de la part du work-in-progress que contient toujours l’innovation. 

Continuer la lecture de Un carnet partagé pour la Fabrique du numérique

Citation et transparence des données de recherche dans les revues SIC par Joachim Schöpfel – Entretien

Joachim Schöpfel est enseignant-chercheur (MCF-HC) en Sciences de l’information et de la communication à l’Université de Lille et membre du laboratoire GERiiCO. Après avoir dirigé l’UFR IDIST de 2009 à 2012 et l’Atelier National de Reproduction des Thèses de 2012 à 2017, il travaille aujourd’hui comme consultant indépendant dans le domaine de l’information scientifique. Adresse courriel : joachim.schopfel@univ-lille.fr

Ses intérêts scientifiques : le libre accès à l’information, les données de la recherche, les thèses et mémoires, la science ouverte.

Introduction

Dans le contexte du plan national pour la science ouverte, Joachim a mené une étude avec des étudiants de Master 2 Gestion de l’Information et du Document en Entreprise (GIDE) de l’université de Lille et avec des collègues de GERiiCO pour mieux comprendre les politiques éditoriales des revues SIC dans le domaine des données de la recherche.

Cette étude permet d’évaluer dans quelle mesure les injonctions ministérielles en matière de science ouverte impactent ou non les politiques et les pratiques des revues de la discipline. Il s’agit de questionnements sensibles dans la mesure où elles touchent à l’évaluation même de la recherche.

Joachim a présenté ce travail dans le cadre d’un séminaire de l’axe Information, Sciences, Savoirs, Pratiques (I2SP) du LERASS. L’entretien ci-dessous vise à revenir et présenter les  objectifs, les périmètres et les principaux résultats de cette étude dont le manuscrit a été récemment soumis au comité de rédaction de la revue Balisages.

Le support de présentation communiqué lors du séminaire est accessible ici.

Entretien avec Joachim

L’objectif de ton étude était d’analyser la situation des SIC par rapport au développement de la science ouverte. Peux-tu nous en dire un peu plus ? Dans quelle mesure c’est un enjeu particulièrement important ?

Depuis quelques années, la science ouverte est devenue l’une des priorités de la politique scientifique de l’État français. Le plan national pour la science ouverte de 2018 a défini les grands axes et annoncé les mesures à mettre en place, dont la généralisation de l’accès ouvert aux publications et l’ouverture des données de recherche. Il s’agit d’un nouveau paradigme, l’affaire (selon les mots de Frédérique Vidal) de l’ensemble du monde de la recherche.

Continuer la lecture de Citation et transparence des données de recherche dans les revues SIC par Joachim Schöpfel – Entretien