Questionner les Humanités Numériques

Un ouvrage publié sous la direction de Françoise PAQUIENSÉGUY et Nicolas PÉLISSIER (Paris : SFSIC / CP-DirSIC, 2021) disponible en accès ouvert.

Quatrième de couverture
Au-delà des discours prophétiques à visée performative, que recouvre le projet des Humanités Numériques ? Un domaine académique émergent, croisant l’informatique et autres sciences de l’ingénierie avec les recherches en arts, lettres, langues et sciences humaines et sociales ? Des formations et diplômes aux contenus et contours attrayants pour les étudiant·es mais aux débouchés encore incertains ? Des programmes ambitieux de recherche, à vocation interdisciplinaire, permettant un décloisonnement des savoirs et pratiques scientifiques ? Ce projet protéiforme est riche en promesses, mais l’observation attentive de sa dynamique révèle aussi certains problèmes.

Cet ouvrage questionne les Humanités Numériques à la lumière d’un processus réflexif, critique et délibératif développé au sein de la communauté des chercheurs et chercheuses en SIC. Fruit d’une coopération entre la Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication (SFSIC) et la Conférence Permanente des Directeur·trices d’unités de recherche en Sciences de l’Information et de la Communication (CPdirsic), il s’appuie sur une réflexion collective menée depuis 2016 via des manifestations organisées par ces deux associations.

À la lumière de leur expérience et acquis disciplinaires, 30 auteur.trices répondent à quatre interrogations : l’écosystème numérique suscite-t-il une réelle rupture théorique et épistémologique ? Comment mieux évaluer les enjeux politiques et éthiques engendrés par la transformation numérique de nos sociétés ? Quelles sont les incidences de cette numérisation sur le travail et les méthodes des formateur·trices, tout comme des chercheurs et chercheuses ? Comment mettre en place un socle commun d’apprentissage en vue de développer de nouvelles littératies numériques ?

Continuer la lecture de Questionner les Humanités Numériques

Ethnographier les pratiques en régime numérique

Journée d’étude « Ethnographier les pratiques en régime numérique : enjeux et méthodes » (date limite : 10/07/2021)

L’EHESS, le Centre Georg Simmel (EHESS), et l’ANR AFRINUM co-organisent une journée d’étude qui se déroulera à Paris (ENS Ulm), le vendredi 1er octobre 2021.

L’appel à communications lié est ouvert.

Argumentaire partiel : cette journée d’étude s’inscrit dans la continuité de l’atelier « Ethnographie des pratiques culturelles en régime numérique » animé durant l’année 2020-2021 à l’EHESS. Elle vise à organiser et à mettre en cohérence les questionnements soulevés lors de l’atelier, afin de constituer un jalon dans une réflexion qui nécessite d’être encore menée sur les méthodes et les enjeux de l’ethnographie du numérique. Il s’agira également d’élaborer une réflexion originale sur l’articulation entre culture et technologie numérique, qui place la connaissance empirique au cœur de l’analyse.

Les communications devront présenter les résultats d’analyse de matériaux originaux issus d’enquêtes empiriques ou une discussion théorique originale mettant en dialogue des travaux menés au sujet de l’ethnographie du numérique. Il est prévu que cette journée d’étude donne lieu à une publication collective consacrée aux avancées les plus récentes de l’ethnographie du numérique.

La journée s’articulera autour de trois thématiques :

  1. les différentes formes de transformation, d’adaptation, et de détournement d’outils et de contenus numériques par les producteurs comme par les usagers dans le domaine culturel ;
  2. les dispositifs d’enquête ethnographique qui peuvent être mobilisés par le chercheur pour appréhender des pratiques souvent difficiles d’accès ;
  3. le rapport à l’objet sous l’angle de l’apprentissage, de la maîtrise et de l’expertise.

Date limite d’envoi des propositions de communication : 10 juillet 2021, à l’adresse : JE.ethno-num@protonmail.com

Contact : JE.ethno-num@protonmail.com
En savoir plus : appel complet disponible à l’adresse suivante

Transcrire en bibliothèques ?Légitimité, enjeux et méthodes pour services aux chercheurs

Après un doctorat en géographie et une expérience de cartothécaire, Quentin Mercurol est devenu conservateur des bibliothèques. Son stage professionnel au Grand Équipement Documentaire du Campus Condorcet lors sa formation à l’Enssib avait pour objet une mission de réflexion sur la mise en œuvre d’un service de transcription des textes manuscrits à destination des publics chercheurs. Le texte présenté ici est le fruit de ce travail mené au GED, où Quentin Mercurol est  responsable du département des Outils numériques.

Introduction

Transcrire un texte manuscrit, c’est opérer une extraction d’informations et une nouvelle mise en forme d’un texte pour en produire un autre, sur un autre support, qui lui reste fidèle. Dans la plupart des cas, il s’agit aujourd’hui de faire passer un texte de son format manuscrit initial à une chaine de caractères numériques sur ordinateur. Il s’agit d’une méthode tout à fait banale et routinière dans les SHS et dans le monde de l’édition, d’une activité souvent solitaire qui s’opère avant tout dans la pénombre des salles de consultations d’archives et de fonds patrimoniaux. La numérisation des documents manuscrits et la circulation des facsimilés numériques, produits par le chercheur ou par une institution culturelle, ont fait sortir l’activité de transcription des seules salles de consultation des institutions de conservation. Les lieux, les moments et les publics de ce face à face particulier avec le texte ont été en conséquence démultipliés. Aujourd’hui, les conditions de rencontre des individus avec les textes à transcrire sont totalement reconfigurées.

Deux évolutions majeures sont à noter. D’une part, le développement de l’infrastructure socio-technique du web 2.0 – dit web participatif –  a fait potentiellement éclater la nature solitaire du travail de transcription. Le développement de plateformes web dédiées ont fait de ces tâches un moment où une variété d’individus, chercheurs ou non – mais qui y trouvent un intérêt bien senti – peuvent se réunir, collaborer et se coordonner ouvrant ainsi un nouveau cadre collectif de rencontre avec un patrimoine manuscrit. D’autre part, la multiplication des domaines d’application de l’apprentissage par intelligence artificielle font qu’il est possible que la tâche de transcription soit automatisable, par la création d’un modèle de reconnaissance d’écriture manuscrite (ou HTR, pour Handwritten Text Recognition). La production des données textuelles est alors majoritairement assurée par la machine : l’utilisateur produit lui-même, ou importe quand elles préexistent, des transcriptions manuelles qui seront employées comme données d’entrainements. Ces deux méthodes empruntent des voies différentes pour la réalisation d’une même promesse : celle de la production amplifiée, voire massifiée, de données textuelles numériques.

Les bibliothèques et institutions archivistiques étrangères, et parmi elles les plus prestigieuses, se sont pour beaucoup outillées pour développer et mettre à disposition des transcriptions de textes manuscrits. Face à la quasi absence de ce type de services dans le monde documentaire français, et dans une volonté de construire une politique de service en soutien au développement des humanités numériques, le Grand Equipement Documentaire (GED) du Campus Condorcet a souhaité initié une réflexion concernant la mise en œuvre d’outils de transcription, notamment pour la valorisation de très riches archives de la recherche que conserve et communique la (future) bibliothèque. Le propos qui sera développé dans cet article est le fruit d’un travail de stage qu’a permis d’accomplir le GED. Nous définirons dans un premier temps ce qui fonde la légitimité des bibliothèques à intervenir dans la transcription des textes manuscrits, pour ensuite préciser les enjeux et manières de faire propres à chaque méthode, collaborative ou automatique.

Transcrire en bibliothèques

Reconfiguration profonde de l’accessibilité des textes manuscrits

Transformer un texte manuscrit en chaines de caractères numériques permet de faciliter l’accès à ces documents manuscrits. C’est une assertion simple mais dont il ne faudrait pas amoindrir la portée. Car le moment historique qui s’est engagé avec la généralisation des textualités numériques – soit justement l’ubiquité dans notre quotidienneté de la présence et de l’utilisation des caractères numériques –  a profondément reconfiguré notre rapport avec l’écriture cursive. Cette reconfiguration pourrait constituer une limite pour nos capacités d’accéder aux informations contenues dans les documents manuscrits. Les conséquences de la transition textuelle numérique sont complexes à appréhender, mais il est certain que nos relations dans les actes les plus routiniers et quotidiens avec l’écriture cursive – celle qui nous est propre et celle des autres – tendent à diminuer. Constat banal, mais ce que l’on pourrait appeler la « littératie cursive » – soit nos capacités à comprendre et à réutiliser les informations contenues dans les documents manuscrits écrits en cursif – s’en trouve atteinte. Et cette tendance n’est pas près de s’inverser : s’il est déjà difficile pour des scripteurs/lecteurs né au XXe de comprendre les écritures antérieures au XXe, on peut imaginer que ces difficultés ne feront que grandir dans le futur. Opérer la transcription des écritures cursives (contemporaines et plus anciennes) en des caractères numériques, c’est alors ouvrir la potentialité de leur accessibilité au plus grand nombre, et non simplement au cercle sans aucun doute restreint des paléographes de demain. C’est garantir la pérennité de l’accès aux documents conservés dans les fonds d’archives et de bibliothèques et permettre l’exploitation de la mine informationnelle qu’ils contiennent, sa réutilisation, son interrogation dans des processus de recherche d’informations.

Continuer la lecture de Transcrire en bibliothèques ?Légitimité, enjeux et méthodes pour services aux chercheurs

Nouvel appel à projets collaboratifs CollEx-Persée #AAPCollExPersée21_22

Pour ce troisième appel, le GIS souhaite poursuivre son action visant à rapprocher les communautés, encourager l’innovation, favoriser l’exploitation scientifique de corpus hybrides et la montée en compétences dans leur traitement.

Calendrier

15 juin 2021 : ouverture de l’appel à projets

10 décembre 2021 : clôture des dépôts de projets

Mai 2022 : résultats

Corpus

L’appel à projets vise à soutenir des démarches collaboratives de numérisation, d’enrichissement de métadonnées et/ou de développement d’autres types de services sur des corpus au sens large.

Un projet pourra porter sur des corpus de différentes natures : fonds à numériser ou déjà numérisés mais nécessitant un enrichissement de métadonnées et/ou de référentiels ; corpus nativement numériques ; métadonnées ou référentiels spécialisés ; données de la recherche sur supports numériques exploitables par l’ordinateur ; autres productions de laboratoires, codes sources, ainsi que les métadonnées associées.

Ces corpus pourront couvrir toutes les disciplines et tous les types de données conservées, collectées, acquises.

Les projets concerneront tout ou partie des opérations de traitement et de valorisation dans le cycle de production et d’exploitation du corpus : constitution du corpus, numérisation, structuration, moissonnage, production de métadonnées, développement de fonctionnalités et d’outils de recherche ou de visualisation, mais aussi actions de formation, communication et accompagnement en appui du projet, tant à destination des professionnels de l’information scientifique et technique que des chercheurs.

Attendus des projets

  • Développement de projets numériques à valeur ajoutée.
  • Mise en place d’un large réseau d’acteurs complémentaires.
  • Equilibre entre qualité scientifique et procédés innovants.
  • Qualité de l’ingénierie de projet, de la gouvernance mise en place et de la réflexion relative à la pérennisation des livrables.
  • Instruction claire et complète des questions juridiques et des ayants droit.
  • Présence d’un volet de formation et/ou de valorisation.
  • Inscription dans les principes de la science ouverte.
  • Ouverture à l’international.

Dépenses éligibles

Les dépenses éligibles sont les dépenses suivantes, qui sont directement imputables au projet. Elles doivent être réelles, justifiées, en lien avec le projet et limitées à sa durée : recrutement de personnel contractuel dédié (conduite de projet, création de métadonnées, dématérialisation, enrichissement, encodage, inventaire d’un fonds d’archive et sa structuration en lien avec la diffusion du corpus concerné, préparation des données en vue de leur archivage pérenne) ; prestations externes (prestation de numérisation, création de métadonnées, développement sur un outil existant, traitement de données, conception d’interfaces, étude, réalisation d’un prototype) ; licences logicielles ; formations, événements, communications liés au projet ; déplacements et frais de mission liés au projet ; frais de gestion, à hauteur de 8% maximum du total des dépenses éligibles.

Cadre de réponses, coordination et partenaires du projet

Pour tout savoir sur cet AAP et télécharger les documents utiles et cadre de réponse :

> https://www.collexpersee.eu/appel-a-projets-2021_2022

 

Dlis

More Posts

Follow Me:
Twitter

Biennale du Numérique de l’Enssib : Être « Open » en 2021 ? 22 et 23 novembre

Quels métiers ? Quels services ? Quels modèles économiques ? Quelles gouvernances ?

Prenant acte de la prolifération existante, la Biennale propose de marquer un temps d’arrêt pour porter un regard réflexif sur les pratiques de l’open.
Dans les années 2000, l’Open data se présentait comme la « source de potentialités infinies pour la sphère publique comme pour la sphère privée » (T. Berners-Lee). 20 ans après cette déclaration, la question s’est complexifiée et élargie (open culture, open Access, open source, open content, open science, linked open data…), tout en soulevant de nombreux enjeux économiques, politiques, juridiques, culturels et sociaux, mais aussi professionnels : impact sur les modèles de gouvernance, les manières de travailler, les alliances, les concurrences, les modèles économiques, les droits, les nouveaux acteurs, etc.… A quoi renvoient aujourd’hui chacune de ces « ouvertures » ? Quelles sont les potentialités réelles et réalistes de l’open ? Quelles sont aujourd’hui les grandes stratégies déployées autour de l’open ? Quelles en sont les contraintes et les potentialités?

La Biennale du numérique se propose de reprendre ces questions et de les examiner pour l’ensemble de la filière du livre. Aussi, abordera-t-elle tout à la fois les questions de découvrabilité, d’accessibilité, de transparence, d’interopérabilité, d’évaluation, de visibilité et de valeur, que les questions juridiques, relatives aux droits d’auteur, à la qualité des métadonnées ou encore aux stratégies des GAFAM vis-à-vis de l’open…

Pour s’inscrire

Les inscriptions ouvriront à partir de juillet 2021

JOUR 1 | lundi 22 novembre > Géopolitique, économie et attention

Matinée jour 1

Accueil café                                                                                           (9h00 – 9h30)

Préambule introductif                                                                   (9h30 – 10h00)
Avec :

  • Nathalie Marcerou-Ramel (Directrice, Enssib)
  • Pascal Robert (Directeur de la recherche, Enssib)

Conférence inaugurale                                                              (10h00 – 11h00)
Objectif : mise en perspective historique et identification des points clés de l’open.
Accueil : Thomas Parisot (Co Managing Director, Cairn.info)
Avec :

  • Jean-Yves Mérindol (ancien Président de l’Université Louis Pasteur de Strasbourg et de l’ENS Cachan, fondateur de Couperin)

Table ronde 1. Géopolitique et économie de l’open       (11h00 – 12h30)
Objectif : revenir sur les engagements respectifs des principaux blocs culturels et économiques, les enjeux de pouvoir, les dynamiques de coordination internationales.
Animation : Ghislaine Chartron (Professeur, Cnam)
Avec :

  • Marie Pellen (Directrice, OpenEdition)
  • Irini Paltani-Sargologos (Chargée d’études, Direction des données ouvertes de la recherche, CNRS)
  • Marie-Noëlle Doutreix (Maître de conférences, Lyon 2)
  • Nikos Smyrnaios (Maître de conférences, Univ. Toulouse 3)

Déjeuner sur place                                                                                (12h30-14h00)

Après-midi jour 1

Tables rondes 2 & 3. Construction de l’attention en régime open : l’offre et la demande                                                                                        (14h00-16h30)
Objectif : revenir sur les stratégies imposées par l’« open » pour (re)construire de la valeur ajoutée.

Table Ronde 2 | Du point de vue des professionnels       (14h00 – 15h15)
Animation : Benoit Epron (Professeur, HEG Suisse)
Avec :

  • David Aymonin (Directeur, Abes)
  • Jean-Baptiste de Vathaire ((Co Managing Director, info)
  • Cécile Davrieux-de Becdelièvre (Responsable de Numelyo, Bibliothèque municipale de Lyon)

Table Ronde 3 | Du point de vue de la réception               (15h15 – 16h30)
Animation : François Gèze (Editeur, La Découverte)
Avec :

  • Annaïg Mahé (Maître de conférences, Urfist Paris)
  • Boris Beaude (Professeur assistant, Lausanne)
  • Sophie Forcadell (Chargée de mission Science ouverte, Sciences Po Paris)

JOUR 2 | mardi 23 novembre > Enjeux professionnels

Matinée Jour 2

Accueil café                                                                                              (9h00 – 9h30)

Conférence d’ouverture                                                                  (9h30-10h00)
Avec :

  • Frédéric Fenter (Chief Executive Editor, Frontiers, Lausanne)

Tables rondes 4 & 5. Open et nouvelles mutations des bibliothèques : accompagner et/ou produire ?                                                       (10h00-12h30)
Objectif : Caractériser les principales stratégies professionnelles engagées face aux possibilités et risques de l’open.

Table Ronde 4 | Un (nouveau) rôle d’accompagnement des publics                                                                                                                          (10h00 – 11h15)
Animation : Romain Féret (Directeur de Média Normandie, Normandie Univ.)
Avec :

  • Sophie Fotiadi (Chargée de ressources documentaires, Sciences Po Lyon) & Bernard Teissier (responsable du centre de ressources documentaires et numériques, École nationale des travaux publics de l’État)
  • Paul Thirion (Bibliothécaire en chef, ULiège library)
  • Thomas Jouneau (Direction de la Documentation, Université de Lorraine)

Table Ronde 5 | Un rôle d’éditeur de contenus                  (11h15 – 12h30)
Animation : Catherine Muller (Responsable du pôle Publication, Enssib)
Avec :

  • Nathalie Fargier (Directrice, CCSD)
  • Dorothée Pain (Responsable de la bibliothèque numérique, Administratrice HAL, Univ. Univ. Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines)
  • Gabrielle Richard (Directrice, UMS Persée)

Déjeuner sur place                                                                               (12h30-14h00)

Après-midi jour 2

Tables rondes 6 & 7. Quelles métriques en régime open ?                                                                                                                       (14h00-16h30)
Objectif : identifier les différentes métriques et le rôle qu’elles jouent en régime open.

Table Ronde 6 | Inventaire des métriques : mesures d’audience ou évaluation ?                                                                                          (14h00 – 15h15)
Animation : Thomas Parisot (Co Managing Director, Cairn.info)
Avec :

  • Yann Mahé (Myscience Work)
  • Marie-Madeleine Géroudet (Responsable du Département Services à la recherche et aux chercheurs, SCD Univ. Lille)
  • Dominique Lechaudel (Ingénieur d’étude, INIST-CNRS)

Table Ronde 7 | Quelle réutilisation des données ?          (15h15 – 16h30)
Animation : Agnieszka Tona (Maître de conférences, Enssib)
Avec :

  • Sébastien Oliveau (Directeur, Progedo)
  • Valentyna Dymytrova (Maître de conférences, Univ. Lyon 3)
  • Violaine Rebouillat (ATER SIC, Univ. Lyon 1)
  • Frédéric Cantat (Groupe Open Data, GFII)

Clôture des journées                                                                   (16h30 – 17h00)
Avec : Antoine Petel (Consultant, GFII)

Journée d’études du Centre des Humanités Numériques

Le Centre des Humanités Numériques de l’Université du Paris a le plaisir de vous convier à sa première Journée d’études qui se tiendra le mardi 15 juin 2021 sur site et en visio-conférence.

Cette journée se déroulera de la façon suivante :

  • Accueil du public et café (9h15-9h45) pour ceux présents sur site
  • Ouverture de la journée (9h45-10h) avec présentation du Centre des Humanités Numériques
  • Table ronde n°1 (10h – 12h) : « Qui fait quoi ? L’organisation du travail en humanités numériques »Avec la participation de : Anne Grondeux (HTL), Violaine Jurie (Géotéca), Isabelle Marchand (Géotéca), Chiara Mainardi (DiRVED), Luc Massip (CERILAC), Sophie Vasset (LARCA)
  • Pause déjeuner (12h-14h) avec panier repas
  • Table ronde n°2 (14h – 16h) « Science ouverte et ouverture de l’accès aux données publiques pour la recherche en Sciences humaines et sociales »
    Avec la participation de : Isabelle Blanc (MESRI), Guillaume Mordant (INSEE), Sébastien Oliveau (PROGEDO), représentant·e de la CNIL (sous réserve).
  • Conclusion de la journée (16h-16h15)
  • Clôture (16h15)

Vous trouverez en pièce jointe le programme détaillé de cette journée. L’inscription est obligatoire via le formulaire suivant :  Formulaire d’inscription

La journée se tiendra à Paris sur le campus des Grands-Moulins (Amphithéâtre Turing, bâtiment Sophie Germain). Un dispositif hybride est prévu via Zoom (lien transmis après inscription).

Pour toute question sur l’événement, vous pouvez nous contacter à l’adresse suivante : recherche.dbm@listes.u-paris.fr