Participez à une cartographie scientifique des disciplines rares ! Enquête soutenue par CollEX – Persée

Les disciplines rares et émergentes trouvent difficilement leur place dans le paysage institutionnel. Pour répondre à cette difficulté, le MESRI a mis en place, en mars dernier, un comité de pilotage et un groupe de travail constitués de huit institutions sensibles au potentiel des ces champs disciplinaires pour la vitalité des sciences et leurs dynamiques : CPU, CP-CNU, CNRS, ANR, Alliance Athéna, AllEnvi, INALCO et UFA-DFH.

L’objectif est de construire une cartographie des disciplines rares avec les enseignants chercheurs de ces disciplines, mais aussi les chercheurs et ingénieurs de recherche, les vice-présidents Formation et Recherche et les directeurs adjoints scientifiques du CNRS, en les invitant à participer à une enquête ouverte jusqu’au 31 mai 2021.  A l’agenda du groupe de travail, la coordination des travaux d’identification et de quantification des disciplines rares par le comité conduites en partenariat avec l’Arbeitsstelle Kleine Fächer de la Johannes Gutenberg Universität de Mayence. Et à terme, la création d’une base de données d’experts afin de faciliter les travaux en réseau et l’interdisciplinarité.

Pour voir la cartographie des disciplines rares (kleine Fächer) dans les universités allemandes :
https://www.kleinefaecher.de/kartierung/kleine-faecher-von-a-z.html

Ne tardez plus pour répondre à cette enquête soutenue par CollEx-Persée  !
https://disciplines-rares.renater.fr/limesurvey/index.php/468153?lang=fr

Pour en savoir plus sur ce projet de cartographie des disciplines rares, sur le site de CollEx-Persée.

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Lire en numérique

Le dernier numéro de la revue Biens symboliques/Symbolic Goods porte sur la question de la lecture numérique. On y trouvera notamment un entretien avec Roger Chartier.
Lien vers la revue : https://journals.openedition.org/bssg/472

Résumé
Les écrits sur le numérique et ses effets sur la culture sont nombreux, mais insuffisants pour qui veut tenter de comprendre ce que le numérique fait à la lecture littéraire ordinaire. De nombreux discours, optimistes ou inquiets, pointent les possibles ouverts par les nouveaux supports ou les menaces qu’ils font apparaître. Les neurosciences semblent pouvoir conforter les deux positions, selon l’interprétation qu’elles font de leurs données ; elles n’offrent souvent qu’une compréhension limitée en n’intégrant guère les variations sociales des usages et en replaçant peu les usages dans une pratique et dans un contexte. Les sciences de l’information et de la communication se concentrent plus largement sur les dispositifs, les usages et usager·ère·s qu’ils supposent ou favorisent, que sur leurs appropriations réelles. Les statistiques publiques mesurent des usages sans pouvoir en rendre compte.
Ce dossier entend réinscrire la lecture dans les perspectives offertes à la fois par l’histoire du livre et par les sciences sociales. Pour sortir de débats largement idéologiques qui opposent les anciens et les modernes, il se propose de réunir des enquêtes empiriques qui à la fois distinguent les supports et sont attentives aux variations sociales entre les usages.
Si « métamorphose du lecteur » il y a, selon l’expression de Pierre Assouline, où se situe-t-elle ? Sans prétendre en préciser toutes les facettes, ce dossier vise à montrer l’intérêt de l’enquête empirique sur une question qui a fait couler beaucoup d’encre mais reste largement ouverte.