Le Passeport pour la science ouverte traduit en anglais

Edité par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, ce guide a été réalisé par le Comité pour la science ouverte et l’Université de Lille. Il s’adresse à tous les doctorants en France, dans toutes les disciplines et vise à les sensibiliser à la science ouverte en leur fournissant des conseils et des outils pour la mettre en pratique tout au long de leur démarche de recherche.

Ce guide est à utiliser dans des formations et peut être partagé librement (licence Creative Commons BY-SA). Il est disponible en ligne en version française et anglaise sur le site du CoSo, le Comité pour la science ouverte.

Le Passeport pour la science ouverte est un guide conçu pour accompagner les doctorants à chaque étape de du parcours de recherche, depuis l’élaboration de la démarche scientifique jusqu’à la diffusion de ses résultats. Il propose une série de bonnes pratiques et d’outils directement activables et il s’adresse à l’ensemble des champs disciplinaires.

Table des matières/Index

1. Concevoir sa démarche scientifique de manière ouverte/Planning an open approach to scientific work

– Utiliser des ressources librement accessibles/Using freely accessible resources

– Prévoir la gestion des données/Planning data management

– Travailler de manière reproductible : pour soi, pour les autres/Working in a reproducible way:For yourself, for others

2. Diffuser sa recherche/Disseminating research

– Diffuser ses publications en accès ouvert/Disseminating your publications in open access

– Rendre sa thèse librement accessible/Making your thesis freely accessible

– Ouvrir les données de recherche/Making research data open

3. Préparer l’après-thèse, rejoindre le mouvement/Preparing for after your thesis, join the movement

– Des politiques publiques enracinées/Deeply rooted public policies

– Évaluer la recherche autrement/Evaluating research differently

– Agir dès maintenant/Act now

Aller plus loin/Going further
Glossaire/Glossary
Sources/Sources

Pour toute question sur le guide ou sur sa diffusion, vous pouvez contacter Romane Coutanson.

Quel écosystème pour le prêt de livres numériques ? Réseau CAREL – Compte-rendu de la journée d’échanges organisée le 13 octobre 2020 à la BPI

Hélène Bert est chargée des ressources numériques à la Bibliothèque départementale des Côtes d’Armor depuis novembre 2014, après un parcours marqué par la diversité d’expériences professionnelles en lecture publique : Montbéliard, La Flèche, Vitré, Ploufragan, Saint-Brieuc, Guingamp, et en bibliothèque universitaire : IUFM de Bretagne. Diplômée de l’université Paul-Valéry Montpellier III, Licence professionnelle « Dispositifs de gestion et de diffusion de l’information numérique » (promotion 2015-2016).

Adresse électronique : Helene.BERT@cotesdarmor.fr

Introduction

Alors que la crise sanitaire récente a poussé les ressources numériques des bibliothèques publiques sur le devant de la scène, la place particulière du livre numérique dans cette offre de services distants est continuellement interrogée, passée au crible des statistiques d’usages, critiquée pour sa dépendance aux environnements techniques, et pour la rudesse de l’expérience utilisateur imposée aux usagers.

Actuellement en France, le dispositif PNB est largement dominant en bibliothèques publiques, pourtant d’autres offres continuent à exister, complémentaires ou indépendantes de PNB, c’était l’un des enjeux de cette journée, outre de faire un point d’étape sur PNB, de rendre visibles ces autres offres, dans la logique du travail mené par le réseau Carel.

Le compte rendu qui suit porte essentiellement sur le dispositif PNB, puisque la matinée lui était largement consacrée. Le salon professionnel proposé l’après-midi permettait par contre de rencontrer des éditeurs proposant d’autres alternatives numériques : Youboox, Stroryplay’r, Numérique premium, Médiathèque numérique Arte, Classiques Garnier numérique.

En introduction de la journée Guillaume de la Taille, président du réseau Carel, responsable du service du document et des échanges du réseau des bibliothèques de la Ville de Paris, et organisateur de cette journée pour le réseau Carel, soulignait le chemin parcouru depuis 5 ans, 2015 marquait en effet le début du déploiement de PNB hors expérimentation.

Aujourd’hui, le dispositif a acquis une place centrale dans l’écosystème du prêt de livres numériques français, avec 260 bibliothèques (incluant des réseaux, des bibliothèques départementales, des bibliothèques universitaires…), un passage de 67 493 prêts en 2015 à 851 000 en 2020, et une évolution des acquisitions à la hausse celles-ci passant de 17 500 en 2015 à 70 000 en 2020.

Continuer la lecture de Quel écosystème pour le prêt de livres numériques ? Réseau CAREL – Compte-rendu de la journée d’échanges organisée le 13 octobre 2020 à la BPI

Entretiens Jacques Cartier – Libre accès, économie sociale et solidaire, éditorialisation : les nouveaux visages de l’édition savante

Compte-rendu du webinaire du 4 novembre 2020 dans le cadre de la 33e édition des Entretiens Jacques Cartier. Replay de la rencontre à venir.

Titulaire d’un double master recherche mention Histoire et mention Études sur le Genre, obtenus à l’Université Lumière Lyon 2 et d’un master 1 Sciences de l’Information et des Bibliothèques (PANIST) de l’Enssib, Lucie Delaunay est actuellement étudiante en master 2 Publication numérique à l’Enssib afin d’acquérir une expertise sur l’ensemble des aspects de l’édition numérique.

Sandrine Chenevez est professeure-documentaliste de l’enseignement agricole depuis plusieurs années. Engagée dans la transmission des savoirs, passionnée par l’écrit et la littérature sous toutes ses formes, elle réalise cette année un master 2 Publication numérique à l’Enssib.

Stéphanie Louison est étudiante en master 2 Publication numérique à l’Enssib, après un master 1 en sciences de l’information.

Rediffusion

Initiatives, stratégies et pratiques éditoriales dans l’édition savante

Des acteurs français et québécois de l’édition savante œuvrant dans l’Open Access et dans l’économie sociale et solidaire ont été conviés par Valérie Larroche, maître de conférence à l’Enssib et Antoine Fauchié, doctorant à la Chaire de recherche du Canada sur les écritures numériques pour un webinaire organisé dans le cadre de la 33e édition des Entretiens Jacques Cartier.

Cette rencontre visait à montrer la diversité des acteurs de l’édition savante et à comprendre l’étendue des possibilités proposées par leurs différentes structures. C’est dans cette optique que deux acteurs ont présenté leurs stratégies économico-éditoriales : Sylvie Bigot, des Presses universitaire de Grenoble (PUG) et Émilie Paquin, d’Érudit. Ensuite, des expériences et des pratiques éditoriales liées à des projets autour de l’économie sociale et solidaire ou de l’Open Access ont été mis en avant avec Servanne Monjour et Nicolas Sauret pour Les Ateliers de [sens public] et Sylvia Fredriksson en tant qu’experte des Communs.

Continuer la lecture de Entretiens Jacques Cartier – Libre accès, économie sociale et solidaire, éditorialisation : les nouveaux visages de l’édition savante

Quelles zones d’invisibilité dans le débat sur le numérique au musée ?

Eva Sandri est maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication rattachée au département Information-Documentation de l’université Paul-Valéry Montpellier 3 (équipes de recherche LERASS et GRIPIC). Ses recherches portent sur les enjeux actuels de la médiation culturelle et sur l’imaginaire des dispositifs numériques au musée. Elle a récemment publié l’ouvrage : Les imaginaires numériques au musée, aux éditions MkF, 2020. Elle a également coordonné le Supplément : « Les injonctions dans les institutions culturelles : ajustements et prescriptions » dans la revue : Les Enjeux de l’information et de la communication, en 2019.

Le billet sur ce carnet constitue un extrait de la conclusion de l’ouvrage et a été reproduit ici avec l’aimable autorisation de l’éditeur. L’ouvrage peut être commandé directement sur le site de l’éditeur : https://www.editionsmkf.com/produit/imaginaire-numerique-musee/

Cet ouvrage s’appuie entre autres sur ses travaux de recherche menés  dans le cadre de sa thèse « L’imaginaire des dispositifs numériques pour la médiation au musée d’ethnographie » (thèse soutenue en 2016). Cette thèse est gratuitement accessible sur TEL : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01513541

« Il a été question dans cet ouvrage des thématiques fréquemment abordées lors des débats sur numérique au musée : discours prophétiques, vitalité des communautés professionnelles, approches solutionnistes, etc.

En revanche, j’ai observé peu de discours médiatiques reliant les technologies numériques au musée avec d’autres thématiques sociales actuelles.

En guise d’ouverture, voici une liste de quelques uns de ces points aveugles qui constituent des zones d’invisibilité de la recherche : les enjeux écologiques,  éthiques, sociaux et interculturels.

Certains de ces enjeux sont évidemment apparus dans les entretiens avec les enquêtés et dans les corpus journalistiques, mais ils ont  cependant été peu développés.

Leur place a parfois été estimée comme moins pertinente dans le débat, notamment en raison de leur aspect militant. Complétons alors le débat en se demandant ce que serait « un musée socialement et intellectuellement pertinent ? » (Winkin, 2020) une fois ces points
aveugles mis au jour.

Continuer la lecture de Quelles zones d’invisibilité dans le débat sur le numérique au musée ?

Eva Sandri

Eva Sandri est maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication à l'université Paul Valéry Montpellier 3 (équipes de recherche LERASS et GRIPIC). Ses recherches portent sur les enjeux actuels de la médiation culturelle et sur l’imaginaire des dispositifs numériques au musée. Elle a récemment publié l'ouvrage : "Les imaginaires numériques au musée", aux éditions MkF en 2020. Elle a également coordonné le Supplément : « Les injonctions dans les institutions culturelles : ajustements et prescriptions » dans la revue : Les Enjeux de l’information et de la communication, en 2019.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter