La production de contenus éditorialisés par les bibliothèques de lecture publique au prisme de la réception

Caroline Lamotte, agrégée de philosophie, a enseigné la philosophie et la culture générale avant de travailler en bibliothèque comme conservatrice des bibliothèques. Cet article s’appuie sur le mémoire d’étude qu’elle a réalisé de 2019 à 2020 dans le cadre de du Diplôme de Conservateur de Bibliothèques de l’Enssib, La réception des contenus éditoriaux et éditorialisés produits par les bibliothèques de lecture publique, dirigé par Nathalie Nosny, prochainement accessible en ligne sur le site de l’Enssib.

Les bibliothèques de lecture publique éditent depuis longtemps et maintenant éditorialisent[1] des contenus d’information et de médiation que Christelle di Pietro classe en deux grandes familles de produits documentaires : produits de signalement (listes de nouveautés, agenda, bibliographies…) et produits de synthèse (bases de signets, sélections thématiques, dossiers documentaires, articles de blog ou webzines).

Mais l’on remarque deux évolutions de cette production de contenus. La première est que les bibliothèques se sont adaptées aux formes du web en éditorialisant des blogs, des webzines et des vidéos sur des chaînes YouTube, et aux formats des réseaux sociaux en publiant posts et tweets.

La deuxième est qu’à côté de ces produits habituels de signalement et de synthèse, elles éditorialisent maintenant des contenus en lien avec l’actualité et les grandes questions de société, tels les webzines Balises de la BPI ou L’Influx de la Bibliothèque municipale de Lyon.

Or, ce type de productions d’actualité semble renouveler le rôle des bibliothèques autant que les soumettre à rude concurrence. Dans un paysage éditorial et informationnel déjà surabondant, dominé sur le Web par les YNiA (YouTube, Netfix, iTunes et Amazon), l’existence et le positionnement de cette activité de production de contenus posent question, au sein même de la profession.

Quelle légitimité, d’une part, ont les bibliothèques à investir ce champ plutôt dévolu, aux yeux des publics, aux médias d’information journalistiques et culturels, voire aux réseaux sociaux, et quelle valeur ajoutée face à la concurrence forte qui existe déjà ? Comment, d’autre part, garantir à ces productions une réception satisfaisante auprès des publics ?
Continuer la lecture de La production de contenus éditorialisés par les bibliothèques de lecture publique au prisme de la réception