Entretien avec Elie Allouche – Humanités numériques, éducation et formation : convergences et perspectives

Professeur agrégé d’Histoire-Géographie, Elie Allouche est actuellement Chef de projet à la Direction du numérique pour l’éducation – Ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse. Il a occupé précédemment les postes de directeur de l’Atelier Canopé du Val-de-Marne, de chargé de cours à l’Université Paris Descartes (technologies éducatives), de directeur du Centre départemental de documentation pédagogique des Hauts-de-Seine, et de professeur agrégé dans l’enseignement secondaire. Twitter : @elieallouche – Linkedin : https://www.linkedin.com/in/elieallouche

 Entretien réalisé par Hans Dillaerts, en juin 2020.

  1. A votre avis, quelles sont les caractéristiques principales des humanités numériques ?

Au-delà de la diversité des définitions proposées, les humanités numériques me paraissent avoir au moins trois caractéristiques principales : être à la fois un espace de « dialogue interdisciplinaire[1] », une communauté de praticiens – animée par certaines valeurs et certains engagements professionnels (notamment l’accès ouvert aux savoirs ou les pratiques collaboratives) – et un ensemble d’outils et de méthodes à partir du socle des pratiques numériques en lettres et SHS.

  1. L’espace de dialogue interdisciplinaire que vous évoquez est-il réellement possible ? N’est-ce pas un peu illusoire en matière de recherche scientifique et ce même si les politiques publiques valorisent avant tout le financement de projets de recherche interdisciplinaires ?

Vous avez raison de préciser à la fin de votre question que les politiques publiques encouragent et appuient les projets interdisciplinaires, puisque c’est exactement mon domaine d’activité au sein de la Direction du numérique pour l’éducation.

Pour en revenir à la « possibilité » de ce dialogue, effectivement c’est loin d’être une évidence, mais sa meilleure incarnation à mes yeux reste très concrètement les moments de rencontre entre praticiens des humanités numériques (outre les THATCamp fondateurs comme celui de 2010 ou le colloque Humanistica qui était prévu cette année à Bordeaux), sachant que ces moments se démultiplient et s’étendent dans le cadre des réseaux sociaux, des publications ouvertes et des listes de diffusion.

Par ailleurs, il est intéressant d’observer les profils et les parcours professionnels, qui illustrent aussi en eux-mêmes des dialogues ou des passerelles entre plusieurs sphères de compétences, à partir d’un socle disciplinaire initial.

  1. Selon vous, quelle(s) différence(s) fondamentale(s) existe-t-il entre les humanités numériques et les digital studies ?

Il s’agit de deux approches différentes, mais je les vois surtout comme complémentaires et toutes deux intéressantes à suivre pour les acteurs de l’éducation.

Concernant les humanités numériques, j’ai déjà abordé en réponse à votre première question l’une de leurs caractéristiques en tant qu’espace de dialogue interdisciplinaire. L’intérêt d’un tel espace de dialogue pour l’éducation est qu’il invite à envisager une approche transversale et réflexive du numérique au service de la construction et de la diffusion des savoirs, ce qui a aussi tout sens par exemple à l’échelle d’un établissement scolaire, voire d’une académie, où le numérique ne concerne pas exclusivement les techniciens ni les seules disciplines « scientifiques » au sens strict.

Le réseau des digital studies, dominé par la figure et les travaux de Bernard Stiegler et de l’IRI (Institut de recherche et d’innovation), aborde quant à lui le numérique comme une rupture anthropologique qui concerne l’organisation et l’instrumentation des savoirs, toutes disciplines confondues. Ce champ d’études travaille en particulier sur un nouveau cadre théorique pour étudier la façon dont les technologies numériques transforment l’épistémologie des disciplines.

  1. Dans vos communications, vous mettez en exergue des points de convergence entre les humanités numériques et l’éducation, pouvez-vous les expliciter ?

Oui, on peut partir notamment de l’article 1 du manifeste des Digital humanities de 2010 : « Le tournant numérique pris par la société modifie et interroge les conditions de production et de diffusion des savoirs. ». Et ce « tournant » désigne bien dans l’éducation une réalité palpable qui est celle des potentialités inédites, pour les enseignants et leurs élèves, en matière d’accès aux savoirs et d’ouverture aux biens culturels. Ceci étant dit, j’insiste toujours sur la distinction à faire entre données-informations et savoirs en tant que tels, car ces derniers relèvent d’un travail exigeant de médiation, d’appropriation, d’esprit critique et de responsabilisation, qui est au cœur des missions de l’Ecole républicaine. L’article 8 fait également écho très concrètement à ces missions en appelant « à l’intégration de la culture numérique dans la définition de la culture générale du XXIe siècle ».

Même si on peut – à tort selon moi – se focaliser sur les aspects techniques du numérique (infrastructures, outils et services), les humanités numériques, du point de vue de l’éducation, permettent de déplacer le curseur :

  • des enjeux purement techniques vers des enjeux plus largement culturels ;
  • de la consommation individuelle des produits technologiques vers des actions collectives structurées et pérennes (notamment via le travail sur les communs de la connaissance).

Par ailleurs, un autre point de convergence majeur porte sur la transformation numérique des processus de lecture et d’écriture, et de la textualité en général.

De ce point de vue il me paraît utile d’évoquer les publications de mon collègue Jean-Michel Le Baut, professeur de Lettres au lycée de l’Iroise à Brest et qui incarne à mes yeux ce que peuvent être les humanités numériques dans l’éducation, au moins dans deux dimensions majeures :

  • un apprentissage par le « faire », par la pratique : les pratiques pédagogiques qu’il développe avec ses élèves, notamment sur le blog i-voix (http://i-voix.net/), « espace de lecture et d’écriture, de création et d’échange » consiste à leur faire faire de la littérature ;
  • un accès ouvert et un esprit de partage : ses ressources et ses publications sont ouvertes, largement relayées sur les réseaux sociaux (et pas exclusivement par des professeurs de Lettres bien sûr…) et dans le cadre des formations qu’il anime aux niveaux académique et national.

Il y a d’autres points de convergence, notamment ceux qui concernent les enjeux de formation et de continuité de formation au numérique, de façon transversale, de l’Ecole à l’Université ; ou le travail sur les données numériques comme matériau scientifique et pédagogique, même si dans ma contribution au colloque Humanistica 2020 je consacre une partie aux spécificités de l’enseignement scolaire, car le numérique est déjà présent de multiples façons dans les programmes et les textes officiels.

Ces points de convergence peuvent se traduire par des actions ou des projets partenariaux, entre recherche et éducation, par exemple sur la publication des corpus (thème du colloque DH Nord en 2019) ou sur la co-création de communs de la connaissance par les enseignants, élèves, documentalistes et chercheurs.

  1. Dans quelle mesure ces points de convergence sont-ils également valables pour le monde des bibliothèques ?

C’est certainement le cas, et je parlerais plutôt du monde de la documentation au sens large, pour inclure pleinement les missions éminentes des professeurs documentalistes de l’enseignement scolaire, souvent en première ligne dans le développement des pratiques pédagogiques numériques dans les collèges et lycées (éducation aux médias et à l’information, partage des ressources, développement de l’esprit critique, éducation à la citoyenneté numérique, etc.).

L’enjeu est bien celui d’un dialogue « inter-catégoriel » ou « interprofessionnel » et non strictement interdisciplinaire. En effet, au sein d’un laboratoire, d’une bibliothèque ou d’un établissement scolaire l’objectif est de créer les conditions d’un dialogue entre professionnels d’horizons différents : enseignants, chercheurs, ingénieurs, documentalistes, encadrants, administratifs, etc. sur leurs pratiques numériques et sur l’environnement numérique qui est désormais leur espace de travail commun.

  1. Quels enjeux identifiez-vous pour le système de communication scientifique actuel ?

Le premier est bien sûr celui de l’accès ouvert et de la science ouverte au sens large, qui est l’objet du plan du même nom lancé par le Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation il y a maintenant deux ans.

Derrière cette exigence il y a un enjeu plus large qui est celui de l’identité professionnelle des chercheurs, et plus globalement des professionnels du savoir, en intégrant pleinement dans leur formation initiale, continue et dans leur parcours les activités de partage, de communication et de médiation, car c’est tout le lien entre science et société qui est en train d’être repensé. Par ailleurs je m’efforce d’encourager cette démarche pour les travaux de recherche portant sur le numérique dans l’éducation, pour que ces publications aient la plus large diffusion possible et bénéficient à l’ensemble des enseignants et des formateurs.

  1. Quelle place la littératie numérique devrait-elle occuper dans la formation des acteurs de l’enseignement supérieur et de recherche, et plus précisément les (enseignants) chercheurs et les professionnels de l’information-documentation ?

Une place à la fois centrale et transversale. Centrale, car il s’agit bien de former à une nouvelle culture professionnelle. Transversale car celle-ci ne se résume pas aux seules formations techniques : il ne s’agit pas seulement de former les professionnels du savoir, de la documentation et de la culture à certains outils, qui de toute façon sont appelés à évoluer, mais de développer des pratiques collectives et d’intégrer ces pratiques dans les tâches quotidiennes du « cœur de métier ».


Notes

[1] « Forum interdisciplinaire, interprofessionnel réunissant des individus autour de l’usage des technologies numériques en une communauté de pratique et de réflexion. » (Berra, 2014) ; « dialogue interdisciplinaire sur la dimension numérique des recherches en sciences humaines et sociales » (Dacos & Mounier, 2014).

Bibliographie indicative

Allouche, E. (2017, juin 30). Lettre Édu_Num Thématique N°04—Juin 2017: Humanités et études numériques [Lettre]. Eduscol, le site des professionnels de l’éducation. http://eduscol.education.fr/numerique/edunum-thematique/edunum-thematique_04

Allouche, E. (2019, octobre). Humanités numériques et formation : Quels enjeux communs de l’École à l’Université ? Colloque DHNord 2019 ”Corpus et archives numériques” MESHS Lille Nord de France – 16-18 octobre 2019. https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02321700

Berra, A. (2014, mai 26). Connaître aujourd’hui. L’épistémologie problématique des humanités numériques. WebTV Université Lille 3. https://live3.univ-lille3.fr/video-recherche/connaitre-aujourdhui-lepistemologie-problematique-des-humanites-numeriques.html

Dacos, M. (2010). Manifeste des Digital humanities [Billet]. THATCamp Paris. http://tcp.hypotheses.org/318

Dacos, M., & Mounier, P. (2014). Humanités numériques : État des lieux et positionnement de la recherche française dans le contexte international (Centre; Institut français). http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/65357-humanites-numeriques-etat-des-lieux-et-positionnement-de-la-recherche-francaise-dans-le-contexte-international.pdf

de Amorim, M. (2019, janvier 30). A quoi mènent les masters en « humanités numériques » ? Le Monde.fr. https://www.lemonde.fr/campus/article/2019/01/30/a-quoi-menent-les-masters-en-humanites-numeriques_5416520_4401467.html

Digital Humanities Course Registry. (2014, 2019). Dariah Clarin Digital Humanities Course Registry. https://registries.clarin-dariah.eu/courses/

Le Deuff, O. (Éd.). (2014). Le temps des humanités digitales: La mutation des sciences humaines et sociales. Fyp éditions, impr. 2014.

Merzeau, L., & Mulot, H. (2017). Les communs : Levier pour l’enseignement (du) numérique à l’école. Hermès, La Revue, 78, 193‑200. http://www.cairn.info/revue-hermes-la-revue-2017-2-p-193.htm

Ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse. (2019, août). Les nouveaux programmes du lycée général et technologique. Ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse. https://www.education.gouv.fr/cid140434/les-nouveaux-programmes-du-lycee-general-et-technologique-a-la-rentree-2019.html

Morandi, F. (2017). À l’école des humanités numériques. Hermès, La Revue, 78, 96‑103. Morandi, F. (2017). « À l’école des humanités numériques »,. Hermès, La Revue, 78(78), 96‑103. https://www.cairn.info/revue-hermes-la-revue-2017-2-page-96.htm

Mulot, H. (2018, janvier 27). Les communs et les savoirs en partage: Que faut-il enseigner? L’odyssée d’Ln : je tisse m@ toile. http://odysseedln.overblog.com/communs-savoirs-en-partage.html

La production de contenus éditorialisés par les bibliothèques de lecture publique au prisme de la réception

Caroline Lamotte, agrégée de philosophie, a enseigné la philosophie et la culture générale avant de travailler en bibliothèque comme conservatrice des bibliothèques. Cet article s’appuie sur le mémoire d’étude qu’elle a réalisé de 2019 à 2020 dans le cadre de du Diplôme de Conservateur de Bibliothèques de l’Enssib, La réception des contenus éditoriaux et éditorialisés produits par les bibliothèques de lecture publique, dirigé par Nathalie Nosny, prochainement accessible en ligne sur le site de l’Enssib.

Les bibliothèques de lecture publique éditent depuis longtemps et maintenant éditorialisent[1] des contenus d’information et de médiation que Christelle di Pietro classe en deux grandes familles de produits documentaires : produits de signalement (listes de nouveautés, agenda, bibliographies…) et produits de synthèse (bases de signets, sélections thématiques, dossiers documentaires, articles de blog ou webzines).

Mais l’on remarque deux évolutions de cette production de contenus. La première est que les bibliothèques se sont adaptées aux formes du web en éditorialisant des blogs, des webzines et des vidéos sur des chaînes YouTube, et aux formats des réseaux sociaux en publiant posts et tweets.

La deuxième est qu’à côté de ces produits habituels de signalement et de synthèse, elles éditorialisent maintenant des contenus en lien avec l’actualité et les grandes questions de société, tels les webzines Balises de la BPI ou L’Influx de la Bibliothèque municipale de Lyon.

Or, ce type de productions d’actualité semble renouveler le rôle des bibliothèques autant que les soumettre à rude concurrence. Dans un paysage éditorial et informationnel déjà surabondant, dominé sur le Web par les YNiA (YouTube, Netfix, iTunes et Amazon), l’existence et le positionnement de cette activité de production de contenus posent question, au sein même de la profession.

Quelle légitimité, d’une part, ont les bibliothèques à investir ce champ plutôt dévolu, aux yeux des publics, aux médias d’information journalistiques et culturels, voire aux réseaux sociaux, et quelle valeur ajoutée face à la concurrence forte qui existe déjà ? Comment, d’autre part, garantir à ces productions une réception satisfaisante auprès des publics ?
Continuer la lecture de La production de contenus éditorialisés par les bibliothèques de lecture publique au prisme de la réception

Rencontre avec Éric Guichard, philosophe de l’Internet et du numérique

Nous republions avec l’aimable autorisation de la rédaction de Lettres Numériques, cette interview conduite par Victoire Dunker avec Eric Guichard publiée en novembre 2019 sur le site de Lettres numériques.

Philosophe et anthropologue de l’internet, Éric Guichard est maître de conférences HDR à l’ENSSIB (École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques).
Il est membre du laboratoire Triangle, de l’IXXI et responsable de l’équipe Réseaux, Savoirs & Territoires de l’ENS-Ulm. Il fut par ailleurs directeur de programme au Collège international de philosophie (2010-2016).

À l’occasion de sa contribution lors du festival APREM, trois journées d’échanges et de réflexion autour de la domination des algorithmes dans nos sociétés actuelles, Lettres Numériques est allé à la rencontre d’Éric Guichard, philosophe spécialiste en la matière.

Les 14, 15 et 16 novembre derniers avait lieu le festival APREM ; des rencontres, échanges et réflexions sur le développement numérique autour d’un thème de société. Cette année, le sujet soulevé était la domination des algorithmes et la manière dont ces derniers façonnent les réalités individuelles et confortent la domination de certaines catégories d’individus. Un des intervenants contribuant à la réflexion était Éric Guichard, dont le travail a suscité l’intérêt de Lettres Numériques.

Lettres Numériques : Pouvez-vous vous présenter brièvement ?

Éric Guichard : Plongé depuis 1992 dans l’Internet, que j’ai fait découvrir au département de sciences sociales de l’Ens (École normale supérieure), j’analyse le numérique avec une perspective anthropologique et philosophique. Car ce numérique, qui renvoie principalement aux ordinateurs en réseau et désormais à d’autres objets comme les téléphones et les liseuses, s’interprète aisément comme une nouvelle forme d’écriture, entendue comme technique. C’est ici l’apport de l’anthropologie, avec Goody, qui nous appris à voir l’écriture comme une « technologie de l’intellect » : un ensemble de savoir-faire, de recettes, qui se socialise lentement, qui se sédimente et qui nous invite à nous interroger sur ses articulations avec la pensée. Or des philosophes matérialistes et proches des mathématiciens, comme Dagognet, Granger et Parrochia, montrent que l’acte de penser est lié au calcul : un ensemble de recettes et de techniques. Dans mes enseignements, je détaille ces approches et les rends concrètes, en invitant mes étudiants à utiliser Linux, à écrire avec LATEX, à rédiger des scripts qui les rendent à l’aise avec l’écriture contemporaine et leur font découvrir des méthodes robustes pour les sciences humaines et sociales. Je poursuis mes recherches au sein du laboratoire Triangle et de l’institut des systèmes complexes de la région lyonnaise (IXXI), en précisant ce qu’est une culture de l’écrit numérique et en analysant les rapports de pouvoir associés.

Quelle a été votre contribution lors du festival APREM en novembre dernier ?

J’ai montré que les Gafam sont les nouveaux maîtres de l’écriture numérique et qu’ils en abusent grandement, en rendant difficile l’édification d’une culture de l’écrit autonome, en accumulant énormément de données à notre sujet (des flux de textes que nous laissons filer) et en profitant de leur compétence scribale pour mieux nous vendre. Ensuite, je proposais des solutions pour éviter de tels monopoles et ces captations de nos identités. Ces solutions sont juridiques (poursuivre le travail entamé avec le RGPD) et concrètes (boycott des Gafam, utilisation de logiciels libres, etc.). Enfin, je montrais que leurs surprenantes capacités s’appuient sur des méthodes classiques, typiques des meilleures universités d’hier et d’aujourd’hui : l’érudition, l’interdisciplinarité, la culture de l’écrit. J’ai insisté sur le fait que le « numérique », si tant est que nous puissions le définir, n’est coupable en rien, mais que la critique de ses accapareurs n’empêche pas une estimation raisonnée de leurs forces et compétences. Ni des nôtres : nous pouvons aisément nous réapproprier l’écriture numérique, que nous soyons chercheurs ou non, et nous aussi pouvons écrire le monde avec nos propres valeurs morales si nous nous impliquons dans cette nouvelle culture de l’écrit.

Pourquoi avoir octroyé une telle place au numérique dans vos recherches ?

Quand j’étais enseignant-chercheur à l’Ens de la rue d’Ulm, j’avais quelques succès en combinant problématiques des sciences sociales et méthodes informatiques. Certains étaient jaloux de mes réussites et me traitaient de technicien. En même temps, je voyais comment les méthodes nourrissaient des approches théoriques : la cartographie alimente celle de territoire, l’histoire quantitative de l’immigration invite à penser l’articulation entre outillage d’une discipline et son épistémologie. J’ai donc exploré les liens entre pratique et concept, entre technique et pensée. Par ailleurs, j’ai fait le choix de théoriser très tôt l’Internet, en compagnie des amis avec qui j’ai fondé l’équipe Réseaux, Savoirs & Territoires. Du coup, cette combinaison d’informatique, de réseaux, de technique et de savoirs est devenue un questionnement que nous abordions de façon pratique et appuyée sur l’érudition. Les anthropologues et philosophes précités m’ont alors permis d’approfondir ce que la nouvelle écriture (nouvelle, car élaborée depuis à peine un siècle, et toujours en devenir) faisait à la pensée, et réciproquement ; et de repérer des invariants historiques qui dépassent l’idée de révolution pour interroger la dimension technique de notre pensée. C’est facile, car nous vivons aujourd’hui deux régimes de littératie (celui du numérique et celui de l’imprimé), que nous pouvons comparer.

Quelles sont, selon vous, les valeurs qui structurent le numérique aujourd’hui ? À vos yeux, la technique est-elle neutre ?

Ces questions sont complexes, car elles obligent à préciser le contexte social et politique de toute technique et, dans une certaine mesure, ce qu’une technique n’est pas. La technique est notre habit, elle est bien plus proche de la culture que nous le croyons. Elle n’est pas neutre, car nous y investissons énormément de valeurs morales. Ces points sont attestés anthropologiquement comme philosophiquement. La technique est aussi un levier politique important, et en même temps déborde son statut d’outil pour arriver à une fin. Nous le voyons avec l’écriture : plus qu’un moyen pour penser mieux, c’est un cadre pour notre pensée. Le maçon, la truelle et le ciment sont aussi les architectes des palais intellectuels que nous fabriquons, et ils en dessinent les horizons. Dans une société où les lettrés sont peu nombreux, comme au XVIIe siècle ou aujourd’hui, ceux-ci sculptent nombre de valeurs (esthétiques, morales, politiques, etc.) : ils écrivent le monde. Aujourd’hui, les valeurs enchâssées dans le numérique sont celles de leurs propriétaires : essentiellement capitalistes, anti-étatiques, orientées glorification de la propriété privée et en même temps du communautarisme. Nous le voyons avec le mythe de la start-up nation. Mais cela peut changer assez vite, si la maîtrise de l’écrit numérique se diffuse. Déjà, les formes contemporaines du féminisme et de l’écologie nous viennent de Californie, où vivent tant de lettrés du numérique.

Qu’est-ce que le déterminisme de l’innovation ?

C’est une croyance, qui affirme que les nouvelles techniques vont transformer la société. Rien ne justifie rationnellement sa diffusion, qui nous interroge sur nos désirs d’articuler ce que nous croyons relever de la rationalité (nous disons souvent que la technique est une application de la science) avec des irrationalités profondes. Au mieux, le déterminisme de l’innovation signale notre profonde incapacité à penser la technique. Ce fait, universel, est finalement assez jubilatoire.

« Ce que le numérique fait aux livres » : conférence de Bertrand Legendre le 24 octobre 2019 – Montpellier

Karine Moreau Bevilacqua détient une maîtrise d’histoire (1992) et un DESS informatique double compétence appliqué aux sciences sociales (1993 de l’Université de Grenoble. Après avoir passé le concours de professeur des écoles (1994), elle a enseigné pendant 20 ans en école primaire. Depuis 2016, Karine Moreau Bevilacqua est intégrée dans le corps des professeurs certifiés par liste d’aptitude en tant que professeure documentaliste. Elle est actuellement (2019-2020) inscrite dans le Master 2 Analyse des enjeux et des pratiques en information documentation à l’université Paul-Valéry Montpellier 3.

La conférence de Bertrand Legendre a eu lieu le 24 octobre 2019, dans le cadre d’un séminaire NumeRev, et à l’occasion de la sortie de son dernier livre : « Ce que le numérique fait aux livres » publié aux éditions PUG.

NumeRev est un programme scientifique, dirigé par Lise Verlaet, visant à développer et promouvoir les pratiques informationnelles et communicationnelles, soutenir l’édition scientifique dans ce domaine, et réfléchir sur les possibilités offertes par le numérique.

La conférence s’adresse aux étudiants et aux professionnels du livre, et propose une réflexion sur le développement du numérique et ses implications, notamment dans le domaine éditorial.

Bertrand Legendre est professeur en sciences de l’information et de la communication à l’université Paris 13. Responsable du Master Politiques éditoriales, il dirige le LabSIC et le laboratoire d’excellence ICCA (industries culturelles et création artistique).

Vous pouvez revisionner la conférence ici :

L’auteur a fait le choix de traiter le sujet autour de deux lignes de force : l’hybridation des rôles dans un premier temps ; en abordant d’une part l’hybridation des fonctions éditoriales et auctoriales, puis celle des fonctions critiques et promotionnelles d’autre part.

Dans une seconde partie de l’exposé, il propose d’observer la redistribution des cartes et le renouvellement du paysage éditorial engendrés par le développement du numérique.

Continuer la lecture de « Ce que le numérique fait aux livres » : conférence de Bertrand Legendre le 24 octobre 2019 – Montpellier

Conférence LIBER juin 2020 ouverte à tous et en ligne : Building Trust With Research Libraries

Exceptionnellement, l’édition 2020 de la conférence LIBER se tiendra en ligne du 22 au 26 juin : elle est ouverte à tous sur simple inscription.

Les inscriptions se font en ligne depuis le programme, session par session: https://liberconference.eu/programme/

Les institutions membres de LIBER ont des sièges prioritaires en cas d’affluence sur certaines sessions (il faut alors fournir à l’inscription votre numéro d’adhérent), mais il est parfaitement possible de s’inscrire librement.

Pour trouver votre numéro d’adhérent :
https://libereurope.eu/user-list/ ou envoyez un courriel à liber@kb.nl.

Programme

Monday, 22nd June
– Opening Address- Reflections on the impact of Covid-19 on Open Science;
Session #1 – Cultural Change; Panel Session – From Frenemies to Trusted Partners (collaboration between libraries and publishers, and new OA business models)

Tuesday, 23rd June
– Workshops! Topics include SSHOC train-the-trainer bootcamp, citizen science, transformative agreements, FAIR Data, Linked Open Data, Hot RDM Topics, and Libraries for Teaching and Learning.

Wednesday, 24th June
Session #2 – Opening Up Knowledge; Keynote from Dr. Christine Koontz; Panel Session – Building Trust in Research Libraries Through Open Science;
Session #3 – Securing and Building Trust; Session #4 – Crowd Powered Collaborations.

Thursday, 25th June
Session #5 – Open Access Insights;
Session #6 – Libraries as Open Innovators & Leaders; Meeting of Participants.

Friday, 26th June
Session #7 – Super-Charging Your RDM Impact;
Session #8 – Tools for Transparency & Open Access;
Session #9 – Data Visualisation & Metrics.

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook