Bibliographie commentée du numérique

Philosophe et anthropologue de l’internet, Éric Guichard est maître de conférences HDR à l’ENSSIB (École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques).
Il est membre du laboratoire Triangle, de l’IXXI et responsable de l’équipe Réseaux, Savoirs & Territoires de l’ENS-Ulm. Il fut par ailleurs directeur de programme au Collège international de philosophie (2010-2016).

Présentation

Cette bibliographie a été réalisée pour les membres du laboratoire Triangle intéressés par les questions que soulève le « numérique » (axe transversal « Enjeux politiques et épistémologiques de l’écriture numérique ») et pour les étudiants qui travaillent avec moi.

Elle est disponible au format Zotero ou  au format bibtex (.bib).

Elle est fort lacunaire, et ne tient pas compte des derniers ouvrages ou articles. Elle se veut néanmoins pédagogique, dans la mesure où elle aborde divers champs ou thèmes qui me semblent précieux et rarement mis en correspondance : par exemple, des textes relatifs à l’histoire de l’écriture et de l’érudition, à la philosophie des techniques, aux réalités du « numérique ».

L’idée première étant qu’une personne ayant lu ces textes évitera les erreurs banales mais fréquentes que l’on rencontre lors d’une étude de l’internet et du numérique, qu’elle soit focalisée sur la sociologie, l’histoire, la philosophie ou les media studies.

La seconde étant de l’ordre de l’hypothèse : la technique nous est proche, un peu comme un habit, il est inutile d’en faire le procès, c’est une erreur de penser qu’elle soit objectivable. en revanche, nous pouvons explorer ces proximités et interfaces entre nous et le monde.

Les commentaires qui accompagnent cette liste ne sont pas toujours conventionnels. Ils combinent injonction et invitation à la dégustation culinaire (ne pas faire l’impasse sur Granger, vs humm ! L’histoire de la révolte de Bahia. . .) et sont le fruit d’une expérience intellectuelle qui insiste sur les questions théoriques (qu’est-ce qu’une technique, en quoi une technique intellectuelle relève de l’intime et du collectif, quelle est la part de nos croyances et de nos préjugés quand nous prétendons être rationnels ?), sur l’expérience (l’hypothèse [vécue, et simondonienne] étant qu’il est difficile de penser le numérique sans une pratique approfondie) et sur l’histoire (le regard sur la technique oblitérant fréquemment cette discipline sous couvert de nouveauté révolutionnaire, ou la biaisant fortement, en se focalisant sur quelques héros ou quelques déterminismes).

Enfin, la part des sciences et de leur histoire n’est pas oubliée. Non pas au motif que la technique serait « fille de la science », mais parce qu’il me semble délicat de construire des théories sur la technique, la société et ses modes d’organisation sans vivre avec son temps : en faisant fi des cadres culturels et des formations discursives induits par les choses qui nous environnent (de l’eau chaude au TGV en passant par la pilule contraceptive et la radio), en faisant fi de savoirs qui ont transformé notre rapport au monde (des nombres complexes aux microbes, des classes sociales à l’électron).
Continuer la lecture de Bibliographie commentée du numérique