Bibliographie commentée du numérique

Philosophe et anthropologue de l’internet, Éric Guichard est maître de conférences HDR à l’ENSSIB (École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques).
Il est membre du laboratoire Triangle, de l’IXXI et responsable de l’équipe Réseaux, Savoirs & Territoires de l’ENS-Ulm. Il fut par ailleurs directeur de programme au Collège international de philosophie (2010-2016).

Présentation

Cette bibliographie a été réalisée pour les membres du laboratoire Triangle intéressés par les questions que soulève le « numérique » (axe transversal « Enjeux politiques et épistémologiques de l’écriture numérique ») et pour les étudiants qui travaillent avec moi.

Elle est disponible au format Zotero ou  au format bibtex (.bib).

Elle est fort lacunaire, et ne tient pas compte des derniers ouvrages ou articles. Elle se veut néanmoins pédagogique, dans la mesure où elle aborde divers champs ou thèmes qui me semblent précieux et rarement mis en correspondance : par exemple, des textes relatifs à l’histoire de l’écriture et de l’érudition, à la philosophie des techniques, aux réalités du « numérique ».

L’idée première étant qu’une personne ayant lu ces textes évitera les erreurs banales mais fréquentes que l’on rencontre lors d’une étude de l’internet et du numérique, qu’elle soit focalisée sur la sociologie, l’histoire, la philosophie ou les media studies.

La seconde étant de l’ordre de l’hypothèse : la technique nous est proche, un peu comme un habit, il est inutile d’en faire le procès, c’est une erreur de penser qu’elle soit objectivable. en revanche, nous pouvons explorer ces proximités et interfaces entre nous et le monde.

Les commentaires qui accompagnent cette liste ne sont pas toujours conventionnels. Ils combinent injonction et invitation à la dégustation culinaire (ne pas faire l’impasse sur Granger, vs humm ! L’histoire de la révolte de Bahia. . .) et sont le fruit d’une expérience intellectuelle qui insiste sur les questions théoriques (qu’est-ce qu’une technique, en quoi une technique intellectuelle relève de l’intime et du collectif, quelle est la part de nos croyances et de nos préjugés quand nous prétendons être rationnels ?), sur l’expérience (l’hypothèse [vécue, et simondonienne] étant qu’il est difficile de penser le numérique sans une pratique approfondie) et sur l’histoire (le regard sur la technique oblitérant fréquemment cette discipline sous couvert de nouveauté révolutionnaire, ou la biaisant fortement, en se focalisant sur quelques héros ou quelques déterminismes).

Enfin, la part des sciences et de leur histoire n’est pas oubliée. Non pas au motif que la technique serait « fille de la science », mais parce qu’il me semble délicat de construire des théories sur la technique, la société et ses modes d’organisation sans vivre avec son temps : en faisant fi des cadres culturels et des formations discursives induits par les choses qui nous environnent (de l’eau chaude au TGV en passant par la pilule contraceptive et la radio), en faisant fi de savoirs qui ont transformé notre rapport au monde (des nombres complexes aux microbes, des classes sociales à l’électron).
Continuer la lecture de Bibliographie commentée du numérique

Les data Papers : quels périmètres, quelles définitions ? Entretien avec Joachim Schöpfel

Joachim Schöpfel est enseignant-chercheur (MCF-HC) en Sciences de l’information et de la communication à l’Université de Lille et membre du laboratoire GERiiCO. Après avoir dirigé l’UFR IDIST de 2009 à 2012 et l’Atelier National de Reproduction des Thèses de 2012 à 2017, il travaille aujourd’hui comme consultant indépendant dans le domaine de l’information scientifique. Adresse courriel : joachim.schopfel@univ-lille.fr

Ses intérêts scientifiques : le libre accès à l’information, les données de la recherche, les thèses et mémoires, la science ouverte.

Dans le cadre du 12ème colloque international d’ISKO-France “Données et mégadonnées ouvertes et SHS : de nouveaux enjeux pour l’état et l’organisation”, Joachim Schöpfel a présenté un article qu’il a co-écrit avec Dominic Farace , Hélène Prost et Antonella Zane.  Cet article s’intitule : « Data papers as a new form of knowledge organization in the field of research data ».

L’article présente un état de l’art de l’environnement des data papers sur le marché de l’édition scientifique : les disciplines concernées, les éditeurs et les modèles économiques, les enjeux liés aux formats et les métadonnées entre autres.

Dans la continuité des entretiens publiés antérieurement sur les données de la recherche (entretien avec Joachim Schöpfel et Alexandre Serres sur les données de la recherche ; entretien avec Francesca Frontini sur les données linguistiques), l’objectif de cet entretien écrit est de revenir sur les principaux résultats présentés dans la communication écrite.  La communication a été publiée dans les actes du colloque d’ISKO-France 2019 et est accessible sur :  https://halshs.archives-ouvertes.fr/ISKOFRANCE2019/halshs-02284548

Les data papers/data journals semblent prendre une importance croissante dans le paysage de l’IST. Ils sont d’ailleurs évoqués explicitement dans le plan national de science ouverte. S’il y a aujourd’hui un intérêt croissant pour ces revues, elles ne sont pas nouvelles pour autant. Quand sont-elles apparues et depuis quand connaissent-elles un développement plus important ?

La plus ancienne revue de données que nous avons trouvée a été lancée en 1956 ; il s’agit du Journal of Chemical and Engineering Data de l’American Chemical Society. Mais la plupart de ces revues sont bien plus récentes. Beaucoup ont été lancés depuis 2008 et 2009.

Combien de data journals existent aujourd’hui ? Quelle part cela représente-t-il sur l’ensemble des revues scientifiques ? Peut-on aujourd’hui estimer le nombre de data papers publiés ? Y a-t-il une forte croissance ces cinq dernières années ?

En croisant des listes, répertoires et bases de données, nous avons trouvé 82 revues qui sont clairement identifiées comme « revues qui publient des articles de données ». Par rapport à l’ensemble des revues scientifiques vivantes, ce n’est presque rien – même pas 0,5%. On peut considérer 28 de ces revues comme étant des revues d’articles de données, au sens strict, dans la mesure où elles publient exclusivement ou presque ce type d’articles.

Quant au nombre total de ces articles, il est difficile de donner une réponse précise, pour la simple raison qu’ils sont encore mal indexés et référencés par les bases de données et moteurs de recherche. Pour les 28 revues, notre estimation prudente est de 11 500 articles ; le nombre réel doit être plus élevé, mais comparé au nombre d’articles dans les bases de données, c’est très, très peu.
La revue la plus importante est Data in Brief d’Elsevier, avec bientôt 4 000 articles. Mais cela reste une exception ; malgré une certaine croissance depuis 2013, le nombre médian d’articles ne dépasse pas 90, et plusieurs revues sont presque vides.

 

Dans quelles disciplines sont-elles le plus développées ?

Les revues de données se sont développées surtout en biologie et génétique, suivies par la médecine, la chimie et la physique.

Continuer la lecture de Les data Papers : quels périmètres, quelles définitions ? Entretien avec Joachim Schöpfel

Rendre perceptible l’imperceptible : les données de mesures du temps – 15 novembre – Séminaire « Les données à mille temps »

Dans le cadre du séminaire de recherche de l’Enssib, « Les données à mille temps », se tiendra le vendredi 15 Novembre 2019, de 10h30 à 16h30 la seconde séance du séminaire autour de la problématique des données dite temporelles.

Nous aurons le plaisir d’entendre au cours de cette séance comment de telles données sont mobilisées dans les différentes pratiques scientifiques et professionnelles, à travers quatre conférences suivantes :

– « Une approche temporaliste du Web. Temporalités des données et temporalités d’un événement professionnel », Jean-Claude Domenget, Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, Elliadd, Université Bourgogne Franche-Comté.

– « Les différentes temporalités des données produites par les historien.ne.s », Pierre Vernus, Maître de conférences en histoire contemporaine, LARHRA, Université Lumière Lyon 2.

– « Dater et indexer le temps, données et métadonnées en bibliothèque », Marion Jonget, Numelyo et Service catalogues et métadonnées, Bibliothèque Municipale de Lyon.

– « Conserver les données de la recherche dans un centre de calcul : tout est question de temps ! », Jean-Yves Nief, Ingénieur de recherche, Centre de calcul de l’IN2P3 Lyon.

Programme détaillé de cette séance.

Offre d’emploi : Chargé-e de développement des projets autour de la physique – Université de Grenoble Alpes

Type de recrutement :

  • Contractuels (CDD 1 an)
  • Date de prise de poste : 06/01/2020

Niveau d’emploi : Niveau A – IGE

Localisation du poste : Service inter-établissements de Document (SID), Direction d’appui à la recherche, Bibliothèque Universitaire Joseph Fourier

Procédure de recrutement

Les personnes intéressées doivent faire parvenir par voie électronique un CV accompagné d’une lettre de motivation, en rappelant la référence AP-1710-SID-PERSEE, au plus tard le 27/11/2019 à l’adresse suivante : Antoine PHILIBERT, Chargé de recrutement. 

Mail : dgdrh-recrutement@univ-grenoble-alpes.fr

Pour les questions relatives à la fonction, vous pouvez contacter : Bélinda MISSIROLI, Responsable de la mission CollEx, Mail :  belinda.missiroli@univ-grenoble-alpes.fr

Lucie ALBARET, Responsable de la Direction appui à la recherche du SID, Mail : Lucie.albaret@univ-grenoble-alpes.fr

Contexte et environnement de travail

Située au coeur des Alpes, dans un environnement scientifique et naturel exceptionnel, l’Université Grenoble Alpes est une université de rang mondial pluridisciplinaire. Membre de la ComUE Université Grenoble Alpes et partenaire du projet Idex, elle est présente dans tous les grands classements internationaux (top 150 des universités mondiales – classement de Shanghai).

Continuer la lecture de Offre d’emploi : Chargé-e de développement des projets autour de la physique – Université de Grenoble Alpes

Premier colloque de l’association francophone des humanités numériques – 13 et 14 mai 2020

Premier colloque de l’association francophone des humanités numériques

13 et 14 mai 2020
IUT Bordeaux Montaigne

https://humanistica2020.sciencesconf.org/

À l’heure où les humanités numériques connaissent un tournant décisif tant sur le plan quantitatif que qualitatif, Humanistica, l’association francophone des humanités numériques créée en 2014, organise son premier colloque. Elle invite ainsi la communauté scientifique à interroger ses résultats et ses méthodes de recherche, ses usages de l’informatique, ses objets traditionnels ou nouveaux, pour mesurer le chemin parcouru et s’engager dans une nouvelle décennie de développement.

En 2010, le Manifeste des Digital Humanities répondait au constat de Milad Doueihi concernant la « conversion numérique en cours » et appelait à la consolidation du domaine. Dix ans plus tard, une transdiscipline a-t-elle émergé ? L’omniprésence de l’expression « humanités numériques » est-elle trompeuse ou témoigne-t-elle d’une prise en compte d’un tournant méthodologique, épistémologique et culturel pris par la recherche en sciences humaines ? Sommes-nous en train d’inventer ou de nous adapter ?

Les propositions devront être soumises sur la plateforme du colloque (https://humanistica2020.sciencesconf.org) le 15 décembre 2019 au plus tard. Les réponses (acceptation ou refus) seront envoyées au terme d’une évaluation en simple aveugle, au plus tard le 15 février 2020.

Plateforme du colloque : https://humanistica2020.sciencesconf.org

Comité d’organisation local

  • Philippe Baudorre (université Bordeaux Montaigne)
  • Julien Baudry (SCD, université Bordeaux Montaigne)
  • Jessica de Bideran (université Bordeaux Montaigne)
  • Olivier Le Deuff (université Bordeaux Montaigne)
  • Fatiha Idmhand (université de Poitiers)
  • Nathalie Prévôt (université Bordeaux Montaigne)
  • Vincent Razanajao (université Bordeaux Montaigne)

Comité scientifique du colloque

  • Fatiha Idmhand (université de Poitiers), co-présidente
  • Vincent Razanajao (université Bordeaux Montaigne), co-président
  • Julien Baudry (université Bordeaux Montaigne)
  • Aurélien Berra (université Paris-Nanterre)
  • Jessica de Bideran (université Bordeaux Montaigne)
  • Claire Clivaz (SIB Institut Suisse de Bioinformatique, Lausanne)
  • Martin Grandjean (université de Lausanne)
  • Olivier Le Deuff (université Bordeaux Montaigne)
  • Nathalie Prévôt (CNRS – université Bordeaux Montaigne)

Journée d’études – Intelligence artificielle et institutions patrimoniales

Intelligence artificielle et institutions patrimoniales : enjeux, défis et opportunités / BNF, le 11 déc. 2019

 

Cette journée d’étude organisée par l’ADEMEC a pour objectif de donner des clés de compréhension pour mieux cerner les enjeux qui entourent l’intelligence artificielle. Elle sera l’occasion d’en comprendre les usages et d’anticiper ses atouts pour les institutions patrimoniales.

Conférences, rencontres et ateliers  permettront de réfléchir  au positionnement des professionnels du patrimoine face à ces évolutions profondes et inédites afin que cette révolution technologique ne se fasse pas malgré eux, mais bien avec eux, et au service des missions essentielles qui sont la conservation et la mise à disposition du patrimoine.

 

INSCRIPTION via : https://www.eventbrite.fr/e/billets-ia-et-institutions-patrimoniales-enj…

Séminaire Les nouveaux paradigmes de l’archive- séance 5 du 19 novembre: Entre amnésie et hypermnésie. Effacements, tris et disparitions

Entre amnésie et hypermnésie. Effacements, tris et disparitions

La conservation est un acte intentionnel programmé par des humains, selon des choix, débattus, validés collectivement, élaboré en tant que politique et délégué aux machines sous forme d’instructions et de métadonnées. Pourtant, le concept administratif et légal de droit à l’oubli numérique, c’est-à-dire à la revendication volontaire de l’effacement, suggère que les machines n’oublient pas et que les traces des flux numériques ne s’effacent pas. Pour certains, l’effacement et l’oubli paraissent des processus naturels si l’on considère le temps de l’histoire et des mémoires collectives. La mémoire n’est pas incluse dans le numérique, c’est une volonté extérieure qui décide si un traitement contre la disparition doit être appliqué et sans cette décision, le destin des données est tôt ou tard la disparition. Il relève des sociétés humaines de décider le quantum de mémoire qu’il convient de préserver. D’autres considèrent au contraire que les mémoires machiniques stockent des masses de données indifférenciées dans le « cloud ».Les professionnels des archives doivent établir leur posture entre ces deux paradigmes et redéfinir les frontières conceptuelles et pratiques entre les archives, entendues comme mémoire à pérenniser pour le bien commun, et les stocks de données, afin, entre autres, de repositionner les pratiques de tri et d’élimination sur lesquelles reposent leur responsabilité actuelle.

Participants

  • Marie Laperdrix, Conservateur du Patrimoine, Cheffe du service des archives des Ministères de l’Economie et des Finances et de l’Action et des Comptes publics.
  • Noé Wagener, Professeur de droit public, Université de Rouen Normandie
  • Françoise Janin, Bureau des missions et de la coordination interministérielle (SIAF)

 

Animation : Claire Scopsi et Françoise Lemaire

Les vidéos des précédentes séances sont en ligne  : https://nparchive.hypotheses.org/captations-des-seances-2019