Le temps long de l’archive : Le temps transforme-t-il l’archive ?

Céline Guyon est archiviste et maître de conférence associée à l’Enssib où elle co-dirige le master Archives numériques. Elle est depuis 2019 présidente de l’Association des archivistes français. Elle a publié  une série d’articles sur le concept d’archives et son renouvellement en contexte numérique dont “Le concept d’archives : d’une définition à l’autre” en 2016, “Archives, données et transformation numérique” en 2018 et “La fabrique de l’archive : le rituel de la collecte des archives” (Gazette des archives, n°253, 9-17) en 2019.

Cet article a fait l’objet d’une communication donnée lors de la 1ère séance du séminaire de recherche “Les données à mille temps“, organisé à l’Enssib  par Agnieszka Tona en juillet dernier,

Anne Both, anthropologue qui s’est immergée dans le quotidien d’un service d’archives décrit l’univers des archives comme :

« un univers à la fois prosaïque et vertigineux, dans lequel l’éternité programmée de la mission de conservation et la masse toujours exponentielle des documents se conjuguent pour peser de tout leur poids sur cette mise en ordre du temps [1]» (Both, 2017).

L’archiviste entretient en effet un rapport singulier au temps. Il est tout d’abord dans une forme d’aller-retour constant entre le présent et le passé : il a le pouvoir de faire surgir le passé dans le présent de la salle de lecture[2]. Mais également entre le passé et le futur. Car, c’est au présent que l’archiviste évalue l’intérêt des archives pour demain : on sélectionne au présent quels documents conserver pour témoigner, demain, de la société et de l’administration d’aujourd’hui. La pratique archivistique repose en effet sur l’évaluation des documents qui est définie comme :

« une fonction archivistique fondamentale visant à déterminer l’utilité administrative, l’intérêt historique et le traitement final des documents » (dictionnaire de terminologie archivistique, 2002).

L’évaluation a deux fonctions : fixer la durée (i.e. le temps) pendant lequel un producteur doit conserver ses archives et sélectionner les archives qui, à l’issue de cette durée, seront conservées à titre historique, c’est-à-dire sans limitation de temps, pour l’éternité. Il s’agit de prendre en compte, au-delà des besoins immédiats des organismes qui gèrent les archives, les besoins passés et futurs des utilisateurs.

Continuer la lecture de Le temps long de l’archive : Le temps transforme-t-il l’archive ?