(Non) Usages des services de gestion et de partage des données de recherche par les chercheurs : une étude de cas

Violaine Rebouillat est doctorante en Sciences de l’information et de la communication sous la direction de Ghislaine Chartron et rattachée au laboratoire de recherche DICEN-IDF. Son projet de thèse s’intitule : “Ouverture des données de la recherche : de la vision politique aux pratiques des chercheurs”.

Dans le cadre du 12ème colloque international d’ISKO-France “Données et mégadonnées ouvertes et SHS : de nouveaux enjeux pour l’état et l’organisation”, Violaine Rebouillat a présenté une communication qu’elle avait co-écrite avec Ghislaine Chartron et qui s’intitule : « Services de gestion et de partage des données de recherche : ce qu’en pensent les chercheurs ».

Cette communication présente les résultats d’une enquête réalisée auprès de 46 chercheurs, toutes disciplines confondues, de l’université de Strasbourg.

L’objectif de cette étude était de mieux comprendre les usages et les pratiques professionnelles des chercheurs en lien avec les services de données développés par les professionnels de l’IST et plus particulièrement ceux référencés sur le catalogue Cat OPIDoR.

Ce billet vous offre la possibilité de réécouter la présentation de Violaine. Je vous invite également à consulter son support de présentation sous format PDF. La présentation dure 24 minutes.

La communication a été publiée dans les actes du colloque d’ISKO-France 2019 et est accessible sur : https://halshs.archives-ouvertes.fr/ISKOFRANCE2019/hal-02307085

Biennale du numérique 2019 | Le web : vers une convergence des normes, formats, données ?

L’Enssib, École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques, organise les 18 et 19 novembre 2019 la 5ème édition de la Biennale du numérique. Comme vous le savez peut-être, la Biennale du numérique est une rencontre interprofessionnelle et scientifique qui questionne les problématiques émergentes sur l’impact du numérique pour les professionnels du livre, mais aussi les usages de la lecture, le devenir de l’édition numérique, les innovations en matière de production et de diffusion de contenus, ou encore les évolutions de l’accès à l’information.

La thématique 2019 est celle de la convergence (des normes, formats et données) induite par l’usage généralisé du web. L’objectif sera d’établir un panorama des enjeux, conditions et objectifs de cette convergence vers le web par filières, des nouvelles relations que cela induit entre filières professionnelles du livre et de la lecture mais aussi de montrer concrètement que cette convergence se traduit en termes de services.

Continuer la lecture de Biennale du numérique 2019 | Le web : vers une convergence des normes, formats, données ?

Le temps long de l’archive : Le temps transforme-t-il l’archive ?

Céline Guyon est archiviste et maître de conférence associée à l’Enssib où elle co-dirige le master Archives numériques. Elle est depuis 2019 présidente de l’Association des archivistes français. Elle a publié  une série d’articles sur le concept d’archives et son renouvellement en contexte numérique dont “Le concept d’archives : d’une définition à l’autre” en 2016, “Archives, données et transformation numérique” en 2018 et “La fabrique de l’archive : le rituel de la collecte des archives” (Gazette des archives, n°253, 9-17) en 2019.

Cet article a fait l’objet d’une communication donnée lors de la 1ère séance du séminaire de recherche “Les données à mille temps“, organisé à l’Enssib  par Agnieszka Tona en juillet dernier,

Anne Both, anthropologue qui s’est immergée dans le quotidien d’un service d’archives décrit l’univers des archives comme :

« un univers à la fois prosaïque et vertigineux, dans lequel l’éternité programmée de la mission de conservation et la masse toujours exponentielle des documents se conjuguent pour peser de tout leur poids sur cette mise en ordre du temps [1]» (Both, 2017).

L’archiviste entretient en effet un rapport singulier au temps. Il est tout d’abord dans une forme d’aller-retour constant entre le présent et le passé : il a le pouvoir de faire surgir le passé dans le présent de la salle de lecture[2]. Mais également entre le passé et le futur. Car, c’est au présent que l’archiviste évalue l’intérêt des archives pour demain : on sélectionne au présent quels documents conserver pour témoigner, demain, de la société et de l’administration d’aujourd’hui. La pratique archivistique repose en effet sur l’évaluation des documents qui est définie comme :

« une fonction archivistique fondamentale visant à déterminer l’utilité administrative, l’intérêt historique et le traitement final des documents » (dictionnaire de terminologie archivistique, 2002).

L’évaluation a deux fonctions : fixer la durée (i.e. le temps) pendant lequel un producteur doit conserver ses archives et sélectionner les archives qui, à l’issue de cette durée, seront conservées à titre historique, c’est-à-dire sans limitation de temps, pour l’éternité. Il s’agit de prendre en compte, au-delà des besoins immédiats des organismes qui gèrent les archives, les besoins passés et futurs des utilisateurs.

Continuer la lecture de Le temps long de l’archive : Le temps transforme-t-il l’archive ?

Colloque DHNord 2019 : “Corpus et archives numériques”, du 16 au 18 octobre à Lille

Forte de la volonté de valoriser les humanités numériques dans les Hauts-de-France, la 5e édition de DHNord sera placée sous la thématique Corpus et archives numériques.

Nativement numériques ou numérisés, ces derniers sont de plus en plus présents, et ce, quelle que soit la discipline (arts, lettres, histoire, sciences sociales, etc.). Ces traces numériques abondent à l’heure des réseaux sociaux, du web et du big data. Néanmoins, des questions se posent quant à leur constitution, leur fiabilité, leur traitement, leur accessibilité ou encore leur préservation. DHNord 2019 souhaite interroger, de façon transversale, la manière dont le numérique impacte les corpus et archives en Sciences Humaines et Sociales. Le colloque est précédé d’une demi-journée de réflexion sur la formation au numérique en SHS.

Cet événement, ouvert à la communauté scientifique, aux institutions culturelles ainsi qu’aux décideurs, requiert une inscription préalable.

Programme

Disponible sur le site de la MESHS LILLE Nord de France

Continuer la lecture de Colloque DHNord 2019 : “Corpus et archives numériques”, du 16 au 18 octobre à Lille

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

la science ouverte : une révolution nécessaire – Journée Science Ouverte CNRS 8 octobre

La Direction de l’Information Scientifique et Technique (DIST) organise à Paris le mardi 8 octobre 2019 la journée Science Ouverte du CNRS.

Cette journée a vocation à répondre aux questions que vous pouvez vous poser sur la science ouverte : qu’est-ce que la science ouverte ? Pourquoi aller vers la science ouverte ? Comment accélérer le mouvement vers la science ouverte ? Dans quelle archive ouverte déposer mes articles ? Est-ce que je peux envoyer mon article chez un éditeur prestigieux et en même temps le déposer dans une archive ouverte ? Faut-il payer pour publier en accès ouvert ? Est-ce que nos pratiques d’évaluation actuelles reconnaissent bien le travail des chercheurs ? Est-ce que mes données intéressent les autres chercheurs ? Est-ce que je peux rendre mes données disponibles ? Avec quelle protection ? Ai-je conservé les droits d’auteurs de mon article ? Est-ce que je peux le réutiliser dans un autre corpus pour bénéficier des nouveaux outils de l’intelligence artificielle ? Qui peut m’aider ? etc.

Programme

08:30 – 09:00 Accueil
09:00 – 09:10 Introduction Science Ouverte – Antoine PETIT
09:00 – 09:10 › Ouverture de la journée – Antoine Petit

09:10 – 10:00 Session 1 – Cohérence des politiques de la Science Ouverte

09:10 – 09:25 › Le plan national pour la science ouverte. Où en sommes-nous ? – Marin Dacos (MESRI)
09:25 – 09:40 › La politique pour la Science Ouverte au CNRS – Alain Schuhl
09:40 – 10:00 › Les engagements pour la Science Ouverte de l’ANR – Thierry Damerval (ANR)
Continuer la lecture de la science ouverte : une révolution nécessaire – Journée Science Ouverte CNRS 8 octobre

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Penser l’archéologie du futur des bibliothèques avec les projets de mutualisation : le GED du Campus Condorcet et le Learning center de l’Université Paris-Saclay

Élise Lehoux est docteure en histoire de l’EHESS et conservatrice des bibliothèques. Son mémoire professionnel réalisé en 2019 sous la direction d’Évelyne Cohen dans le cadre du Diplôme de Conservateur de Bibliothèques de l’Enssib,  interrogeait les effets d’opportunité et les contraintes des projets de mutualisation de bibliothèques  : Penser les projets de mutualisation en « bibliothèques » à travers le GED du Campus Condorcet et le Learning Center de l’Université Paris-Saclay.

Pourquoi réfléchir aux projets de mutualisation de bibliothèques ?

Dans l’émission de France Culture Dans 18 ans, consacrée à « Un nouveau visage pour la France en 2037 ? », l’historienne Sophie Wahnich évoque l’imaginaire de la mutualisation comme un horizon permettant de concevoir des formes de coopération au sein de la société[1]. Cet intérêt est renforcé par la récente multiplication des études historiques dédiées aux phénomènes de mutualités du XIXe siècle. En bibliothèque, le sujet de la mutualisation est également très courant – voire de plus en plus fréquent. Parfois vécue comme une contrainte et une source vive d’angoisse, elle peut aussi offrir des possibilités de changement dont se saisissent certains établissements. Afin de mieux comprendre la forme et les conséquences de la mutualisation en bibliothèque, je me suis attachée à l’analyser dans le cadre d’un temps particulier, celui du « projet » de bibliothèque. Cette étude a été l’objet d’un mémoire d’études professionnel que doit réaliser un conservateur de bibliothèques au cours de sa formation à l’École Nationale des Sciences de l’Information et des Bibliothèques (Enssib).

L’objectif de ce travail était de comprendre en quoi les projets de mutualisation de bibliothèques constituent des formes de laboratoire pour penser, rendre possible et mettre en œuvre de nouveaux services et/ou favoriser l’avènement de nouveaux métiers en bibliothèque[2]. Le terrain d’étude a été constitué par deux projets de bibliothèques, menés tous deux en Île de France, entamés il y a une dizaine d’années et avec une ouverture prévue courant 2020[3] : le Grand Équipement Documentaire du Campus Condorcet et le Learning Center de l’Université Paris-Saclay. Cet article vise donc à synthétiser les apports de cette étude, qui a cherché à comprendre en quoi la mutualisation représente opportunités et difficultés pour les bibliothèques, révélant les complexités auxquelles ces dernières sont confrontées depuis une dizaine d’années. L’essentiel des sources proviennent de trois corpus composés par la littérature professionnelle, la documentation interne des projets et une trentaine d’entretiens.

Continuer la lecture de Penser l’archéologie du futur des bibliothèques avec les projets de mutualisation : le GED du Campus Condorcet et le Learning center de l’Université Paris-Saclay

Elise Lehoux

Docteure en histoire (EHESS), chercheuse associée à Anhima (UMR 8210), conservatrice de bibliothèques. Ses recherches portent sur l'histoire de l'archéologie en France et en Allemagne (18e-19e siècle) et notamment les savoirs illustrés sur la mythologie classique.

More Posts - Website