Paul Otlet, un héritier des Lumières au tournant du XXe siècle, à l’aube de la société de l’information

Catherine Muller est conservatrice des bibliothèques à l’Enssib depuis 2010. Elle est responsable depuis 2017 des publications de la recherche et participe à ce titre à un certain nombre de projets de recherche qui articulent les sciences de l’information et des bibliothèques aux approches techniques et philosophiques des humanités numériques. Ses domaines de recherche portent sur le renouvellement de l’édition Web, l’architecture de l’information et les apports de l’UX, le rôle des bibliothèques dans les humanités numériques et la classification des connaissances à l’aube de la société de l’information (Paul Otlet).

Télécharger le PDF

Cet article est issu d’une intervention donnée avec Henri Sergent aux Lundis numériques de l’INHA, le 8 avril 2019.

Durée de l’intervention : 56 mn

Frise chrono-bibliographique sommaire

Mon objectif est de replacer le projet de recherche HyperOtlet [Project ID: ANR-17-CE38-0011] dans une approche historique des Sciences de I’Information pour mettre en perspective l’émergence d’un nouveau concept de document dans le contexte culturel qui l’a vu naître. Autrement dit de situer le changement de paradigme de la documentation dans son contexte historique. Ce qui m’intéresse dans cette approche, c’est de montrer en réponse à quel contexte épistémologique, culturel, social et économique va se construire un nouveau système d’organisation de la documentation à la fin du XIXe siècle, un système dont l’objectif est d’abord à cette époque, de rattraper un retard – comparé à l’entreprise d’organisation des connaissances engagée au siècle des Lumières pour les sciences et techniques –  pour fonder une nouvelle science :  la documentation. Ce qui nous intéresse, c’est de voir que si cette nouvelle approche de Paul Otlet rompt avec la tradition, la manière dont le document était envisagé jusque-là, il n’en demeure pas moins que ce courant de pensée n’est pas isolé à l’époque, loin de là, puisqu’il s’inscrit dans un mouvement culturel et politique organisé en réseau qui se constitue à ce moment-là.

Continuer la lecture de Paul Otlet, un héritier des Lumières au tournant du XXe siècle, à l’aube de la société de l’information

Revues en open access : les bibliothécaires plus concernés que jamais ?

Après avoir exercé comme journaliste dans les affaires européennes, Marie Herbet est élève-conservatrice à l’Enssib. Elle a accompagné le développement du portail de revues en open access porté par la BU de Lyon 3 à l’occasion d’un stage en 2018. 

« Le pilotage de publications par la communauté académique ne signifie rien si l’on ne reconnaît pas que l’acte de publier est profondément politique. Comme l’est aussi le fait de choisir à qui l’on donne accès à ce qui est publié. »[1]

   Le modèle éditorial dominant issu des majors de l’édition scientifique a paradoxalement conduit les bibliothèques à se soumettre à des schémas contraires à ce que l’on attendrait d’elles : diffusion restreinte des savoirs, acquisition de bouquets imposés de ressources numériques et déséquilibre de la répartition des dépenses au détriment de la bibliodiversité. À la dérive financière engendrée[2], baptisée « serials crisis » aux États-Unis, les différents acteurs ont tenté d’opposer une riposte, l’open access, dont les modalités d’application dépendront en partie du degré d’implication des bibliothèques dans le modèle à inventer.
Continuer la lecture de Revues en open access : les bibliothécaires plus concernés que jamais ?