Appel à contribution: Transition numérique, une approche info-communicationnelle ? – Revue ATIC

Coordonné par les Professeurs.es Manuel Zacklad, Sylvie Alemanno, Madjid Ihadjadène

Présentation

La « transition numérique » des organisations est une tendance lourde depuis plusieurs années. Elle ne se confond pas avec le long procès d’informatisation de la production industrielle et tertiaire qui se poursuit en parallèle. Elle correspond à une triple transformation des filières, du management et du travail :

  • Au niveau des filières de production, l’irruption des nouveaux acteurs du numérique dont les fameux GAFAM, impose un repositionnement stratégique à de très nombreuses entreprises privées, publiques, sociales et solidaires. Celle-ci doivent transformer leurs modèles d’affaire et repenser leurs relations au sein de nouvelles dynamiques servicielles exploitant les réseaux numériques.
  • Au niveau du management – entendu ici comme relatif à l’organisation des entreprises et aux modalités de coordination, de contrôle, de régulation et d’incitation des salariés et des partenaires – la généralisation des dispositifs info-communicationnels numériques et les transformations culturelles associées ont changé la donne comme en témoignent les nombreuses publications professionnelles sur les « nouvelles générations » et l’agilité. Le management doit aujourd’hui s’appuyer sur des agencements collectifs explicitement revendiqués, réseaux, communautés d’intérêt, de pratique ou d’action (Galibert 2016), groupes de travail en mode agile, qui utilisent ces dispositifs pour renouveler les formes d’influence et de coopération (Alemanno 2015, Zacklad 2015, 2019).
  • Enfin, au niveau du travail et de l’activité, médiatisés sur les plans cognitif et affectif par des dispositifs info-communicationnels mêlant des aspects liés à la tâche et les aspects sociaux, de nombreuses évolutions apparaissent. Elles mettent l’accent sur les dimensions créatives et relationnelles des performances professionnelles via des médiations sensibles ancrées dans des dispositifs transmédia de plus en plus sophistiqués (espaces collaboratifs, laboratoires d’innovation, etc.) qui articulent outils numériques et ancrage dans les espaces des milieux d’activité (Zacklad 2018). C’est aussi à ce niveau que se lisent les enjeux d’acceptabilité située (Bobiller-Chaumon & Clot 2016) et que l’on peut évaluer ce que les dispositifs numériques apportent à l’activité mais aussi ce qu’ils empêchent et défont.

Continuer la lecture de Appel à contribution: Transition numérique, une approche info-communicationnelle ? – Revue ATIC

Projet de recherche Hyperotlet – Lundis numériques de l’INHA du 8 avril 2019

Projet de recherche HyperOtlet/ Project ID: ANR-17-CE38-0011

Préambule

Merci de nous accueillir aujourd’hui avec Henri Sergent aux Lundis numériques de l’INHA  pour vous présenter ce projet de recherche.

N’étant pas chercheur, je vais me situer mais depuis le point de vue  du bibliothécaire, dans un rôle que le mouvement des humanités numériques a très bien défini, de pivot, d’architecte de l’information et d’interface dans un projet de recherche avec ses autres acteurs que sont le chercheur, le designer, et l’informaticien. Henri interviendra pour vous présenter la partie technique du projet.

Pour ma part, j’ai choisi de vous parler du projet HyperOtlet sous l’angle de l’histoire culturelle, dans une perspective historique, en resituant le concept émergent de documentation dans le contexte industriel de la fin du 19è siècle qui l’a vu naître. J’ai choisi cette approche pour deux raisons :

  • la 1ère, est d’expliciter la démarche, pour ne pas dire la méthode de Paul Otlet, pour mettre en place l’édifice ou l’écosystème de “l’hyperdocumentation“,  on y revient très vite.

Pour ceux qui connaissent Paul Otlet et son oeuvre, on a beaucoup dit de ce juriste et documentaliste belge, passionné de bibliographie, né dans la seconde partie du XIXè siècle, que c’était un visionnaire et un utopiste… C’est oublié, il me semble, qu’il a d’abord été un grand bâtisseur doublé d’un travailleur acharné, à qui l’on doit la fondation de la documentation et de l’information comme disciplines scientifiques, telles que nous les connaissons aujourd’hui.

  • la seconde est de replacer cette entreprise avant-gardiste majeure de l’histoire de la documentation sur une échelle macro, dans l’histoire longue de l’organisation des connaissances, de manière à pouvoir interroger les problématiques actuelles des SIC à l’aune de notre héritage, pour mieux saisir les enjeux contemporains au prisme de l’histoire qui les a précédés et construits, et appréhender les continuités, les ruptures épistémologiques.

Continuer la lecture de Projet de recherche Hyperotlet – Lundis numériques de l’INHA du 8 avril 2019