Compétences connues et mal connues en Humanités numériques

Membre d’Humanistica, l’association francophone des humanités numériques/digitales, ingénieur spécialisé en stratégies d’innovation et en politiques numériques, Johann Holland est le directeur du pôle numérique du Campus Condorcet. Sa mission actuelle au sein de l’EPCS lui permet de mettre à profit et de développer, dans un contexte de gouvernance partagée et de mutualisation de ressources, les compétences qu’il a pu acquérir au préalable en participant à différents projets ou missions de conseil. Son expérience auprès des institutions publiques européennes (Europeana à travers les projets CASPAR et Athena) ou nationales (le CNRS, l’INA, l’IRI du Centre Georges Pompidou), ainsi qu’au service d’entreprises privées (Orange, EDF R&D) l’ont rendu familier des problématiques d’usages et d’accompagnement du changement, d’innovation permanente, d’ingénierie numérique et de transfert de technologies.

Cette publication est issue d’une présentation faite le 16 octobre 2018 à l’ADEMEC, l’Association des Diplômés et des Étudiants de Master de l’École des Chartes.

Préambule

Objectif :

    • Présenter ma compréhension du champ professionnel des  « humanités numériques »
    • Partager des repères pour vous aider à vous situer 

De quelques idées reçues : 😯

    • Les « humanités numériques », ce n’est qu’un slogan
    • Les Humanités numériques, ce n’est pas très organisé
    • Le chercheur, il sait ; le technicien, il fait
    • L’ingénieur « couteau-suisse »
    • L’inévitable évolution des métiers

…. Essayons de tordre le cou ou de nuancer ces idées reçues !

Les « Humanités numériques », ce n’est qu’un slogan !

C’est un slogan, en effet :

  • Pratique comme tout mot-valise tendance
  • A utiliser pour se situer, avec des pincettes
  • Humaniste numérique : pas un métier, mais une disposition

Sauf que quelque chose existe :

  • Réalité des pratiques et des échanges
  • Une communauté qui se nomme et se reconnaît
  • Constat de la « révolution » qui est en cours

Mais c’est fragile, il faut agir :

    • Money-time avec les GAFAM
    • GT d’Humanistica
    • Liste [DH], liste [accesouvert]

… Soyons acteurs plutôt que spectateurs !

Continuer la lecture de Compétences connues et mal connues en Humanités numériques

Mise au point : Internet n’est pas un espace lisse

Ancien élève du département Communication de l’Université Rennes 2 et de l’Institut d’Études Politiques de Rennes, Meven Marchand Guidevay construit actuellement un projet de thèse en Sciences de l’Information et de la Communication. Ses recherches sont tournées vers les recompositions de nos modes de relations induites par le développement des plateformes. Son mémoire de Master 2 en SIC, soutenu en 2018 à l’université Rennes 2 sous la direction de Didier Chauvin, État, plateforme et cybernétique – Fragments philosophiques sur le devenir cybernétique des appareils de gouvernements, est disponible en ligne.”

Mention Cet article a été publié sur Medium le 10 novembre 2018.

Nous devons beaucoup à Pierre Musso pour son travail généalogique de l’utopie techno-scientifique qui a tôt fait d’évacuer la conflictualité politique de l’utopie sociale au travers de la célébration du progrès technique, dès la révolution industrielle. Les prophètes de la religion des réseaux, à l’image de Michel Chevalier en 1832, défendaient effectivement l’idée selon laquelle les réseaux techniques seraient les vecteurs de la démocratie et de l’égalité, par la simple mise en circulation, libre et transparente des flux humains, des savoirs et des capitaux : Améliorer la communication… c’est faire de l’égalité et de la démocratie. Pour autant, nous voyons bien qu’Internet ne se réduit pas à son réseau, à une infrastructure physique de câbles et à des flux d’informations. Ainsi, dans Mille-Plateaux, Gilles Deleuze caractérise deux espaces types différents, les espaces lisses et les espaces striés. Cette grille de lecture nous aide à voir qu’Internet dispose de frontières, étant partout une projection locale et parcellaire d’un espace global. Avec Louise Drulhe, on observe que c’est un espace extrêmement polarisé, où l’hypercentralité est croissante et où un très petit nombre d’acteurs concentrent la majorité des activités, lesquelles ne sont plus d’ailleurs pas davantage décentralisées. Adopté par 90% des internautes en France, Google se place ainsi comme intermédiaire entre les utilisateurs et le reste d’Internet dont il contrôle la géométrie.
Fig 1 : DRULHE, Louise, The Two Webs, 2017

« L’espace électronique d’Internet non plus n’est pas l’espace lisse et neutre dont parlent les idéologues de l’âge de l’information. (…) Virtuels ou réels, les espaces de l’Empire sont structurés en territoires, striés par les cascades de dispositifs qui tracent les frontières puis les effacent lorsqu’elles deviennent inutiles, dans un balayage constant qui est le moteur même des flux de circulation. Et dans un tel espace structuré, territorialisé et déterritorialisé, la ligne de front avec l’ennemi ne peut pas être aussi nette que dans le désert de Lawrence. (TIQQUN, 2009)».

Les mythes ont la vie dure. Nous devons beaucoup à Pierre Musso pour son travail généalogique de l’utopie technoscientifique et de sa manière d’évacuer la conflictualité politique de l’utopie sociale au travers de la célébration du progrès technique, dès la révolution industrielle et la naissance des premiers réseaux, le chemin de fer et le télégraphe de Chappe en France (MUSSO, 2010).
Continuer la lecture de Mise au point : Internet n’est pas un espace lisse

AAC – Les injonctions dans les institutions culturelles : prescriptions et ajustements

Colloque “Les injonctions dans les institutions culturelles : prescriptions et ajustements”, 16 et 17 mai 2019 – MSH Paris Nord

Calendrier

  • Date limite d’envoi des propositions : 10 janvier 2019
  • Communication de la décision du Comité Scientifique : 1er mars 2019
  • Confirmation des participant·e·s de leur participation au colloque : 15 mars 2019
  • Journées de colloque : 16-17 mai 2019

Site officiel du colloque : https://injonctions.sciencesconf.org/

Appel à communication

Dans un contexte marqué par de nombreuses injonctions dans le domaine culturel, ce colloque propose d’interroger la nature et les modes d’existence des injonctions adressées aux institutions, aux professionnel·le·s et aux publicsQu’il s’agisse de directives ministérielles encourageant les théâtres à « passer au numérique », de discours journalistiques vantant la « créativité » d’un dispositif de médiation dans une bibliothèque, nous observons des logiques allant de l’accompagnement vers la prescription.

Ce colloque souhaite réunir des chercheur·e·s, des professionnel·le·s et des artistes autour d’axes de recherche favorisant l’expression d’une diversité d’approches : les imaginaires liés aux injonctions, la mutation des identités professionnelles qui en résultent, la circulation des discours injonctifs dans les arènes médiatiques et la place des publics face à ceux-ci.

Dans les années 1990, les institutions culturelles françaises connaissent un tournant communicationnel qui les amène à adopter un mode de fonctionnement gestionnaire. Par exemple, concernant les musées, Jean Davallon fait état des politiques culturelles qui prescrivent une évolution de leur fonctionnement en décrivant la focalisation de l’institution sur l’activité de présentation et de communication (Davallon, 1992 ; Le Marec, 2007).

Continuer la lecture de AAC – Les injonctions dans les institutions culturelles : prescriptions et ajustements