La classification des connaissances et le web de données : une opportunité pour la recherche

Marie Carlin est élève conservatrice à l’ENSSIB (dcb27). Titulaire d’un master en histoire moderne et du master technologies numériques appliquées à l’histoire de l’École des chartes, elle a travaillé huit ans au Centre de recherche du château de Versailles en tant que chargée de recherche en iconographie.

Nombreux sont les projets qui, depuis une petite décennie, s’approprient le web de données pour exposer leurs données, les ouvrir et les partager. Heureuse initiative, car le décloisonnement des données permet d’entrevoir de nouvelles possibilités de fouilles textuelles, de croisement et d’exploitation de la documentation dans des perspectives de recherche à une échelle jusqu’ici jamais atteinte. Le présent article se propose de présenter un projet qui se situe dans cette perspective d’ouverture et de mise à disposition de données structurées. Par la fusion de deux référentiels issus d’institutions différentes, mais travaillant sur des thématiques communes, le projet Grand Siècle a pour objectif de rendre accessible un référentiel sur l’Ancien Régime de façon pérenne et interopérable. Nous avons pris le parti de ne pas développer l’aspect technique de cette fusion, mais de se concentrer sur l’aspect méthodique et les choix scientifiques qui ont présidé à l’élaboration de ces référentiels. Les aspects plus techniques pourront faire l’objet d’un autre article.

Cette initiative s’inscrit dans un élan plus étendu, puisque plusieurs outils (OpenTheso [1], Ginco[2]) et des vocabulaires dédiés (SKOS[3]) ont été mis à disposition pour permettre la publication de référentiels en utilisant les technologies du web de données. L’émergence de ces objets technologiques montre l’intérêt nouveau suscité par la normalisation, même s’il faut parfois s’accommoder de certaines limites. Car ces outils ne permettent pas – ce n’est pas leur rôle – de répondre aux interrogations que soulève ce type d’exercice classificatoire. Dans une entreprise de classement, il faut toujours se poser la question de ce que l’on veut laisser à voir, comment le laisser voir et pourquoi. Puisque classer consiste à figer une certaine vision du monde, comment organiser l’information pour qu’elle soit le reflet le plus fidèle d’une réalité ? Comment rendre compte de tous les savoirs, de toutes les bifurcations, de toutes les subtilités d’une réalité dans un modèle, certes complexe, mais immobile ? Exercice impossible, tout le monde en conviendra.

Alors, à quels choix doit-on se plier, quels sacrifices doit-on concéder, quels solutions ou rectificatifs peut-on envisager pour modéliser le moins mal possible cette réalité derrière laquelle s’engage la course ?

Cet article ne se propose pas de formuler de réponses à des questions qui n’en appellent pas, mais plutôt d’expliquer une démarche intellectuelle en proposant de revenir sur la définition des objets classificatoire et leur évolution dans un premier temps, puis d’exposer les choix qui ont été engagés pour classifier ces concepts et produire ce référentiel d’Ancien Régime dans un second temps.

Les systèmes classificatoires

De l’absolue nécessité d’ordonner

On pourrait définir un référentiel comme un outil servant à instrumenter les connaissances dans un champ délimité. Il organise la structuration et offre la normalisation d’un domaine de connaissance permettant à tous ceux qui s’y réfèrent de parler la même langue : grâce à des règles d’écriture (normalisation de la forme, syntaxe), de négociations de sens, une organisation hiérarchique ou sémantique entre les termes…

Les systèmes d’organisation des connaissances.
Diapo extraite de l’intervention de Gautier Poupeau sur le web sémantique
(École nationale des chartes, avril 2016).

Continuer la lecture de La classification des connaissances et le web de données : une opportunité pour la recherche

Marie Carlin

Marie Carlin est élève conservatrice à l'ENSSIB (dcb27). Titulaire d'un master en histoire moderne et du master technologies numériques appliquées à l'histoire de l'École des chartes, elle a travaillé huit ans au Centre de recherche du château de Versailles en tant que chargée de recherche en iconographie.

More Posts