L’offre numérique éditoriale pour les étudiants : Rapport de l’IGB à l’ESRI – 2018

Rapport de l’Inspection Générale des Bibliothèques adressé à Madame la Ministre de l’ESRI : Enseignement Supérieur, Recherche et Innovation – Octobre 2017.

Par offre numérique éditoriale pour les étudiants est entendue ici l’édition commerciale à destination du niveau licence. L’étude ébauche un état des lieux du marché mais aussi de l’offre qui en résulte en bibliothèques. Les facteurs défavorables à son développement et sa diffusion sont mis en balance avec les atouts et les opportunités qui pourraient permettre d’aller de l’avant dans un domaine qui fait l’objet de nombreuses réflexions et propositions depuis quinze ans sans avancées décisives. Dans la même période s’est du reste constituée une offre nourrie de ressources éducatives libres d’origine académique, phénomène qui ne peut manquer d’interroger sur l’évolution du rôle de l’éditeur privé dans l’écosystème pédagogique contemporain.

Synthèse

L’offre numérique éditoriale pour les étudiants de niveau licence prend généralement la forme de livres numériques qui sont des fac-similés du livre imprimé. Ce type de support est difficilement repérable dans les statistiques éditoriales comme sur les plates-formes d’éditeur ou d’agrégateur. Les ventes de livres numériques aux particuliers restant faibles, les éditeurs se tournent vers les clients professionnels et les bibliothèques, mais ils redoutent le piratagedes fichiers et l’impact du numérique sur les ventes de livres papier. Ils retardent ainsi souvent la diffusion numérique des nouvelles éditions et mettent en œuvre des dispositifs de gestion
des droits numériques (ou DRM) jugés pénalisants par les utilisateurs.
Un certain nombre d’offres faites aux établissements, négociées pour la plupart par le consortium Couperin, comportent des livres numériques pour les étudiants de niveau licence, mais de façon encore trop restreinte, peu lisible et peu visible, compliquée d’accès, dispersée sur des plates-formes hétérogènes et souvent peu ergonomiques. En dépit de ses réticences vis-à-vis des modèles économiques pratiqués dans le cadre du « Prêt numérique en bibliothèque » (PNB), Couperin a incité les bibliothèques de l’enseignement supérieur à expérimenter ce dispositif, mais la réalisation du test nécessite au préalable des développements informatiques.
Achetés (souvent sans possibilité de récupérer les fichiers) ou acquis par abonnement, au titre à titre ou par bouquet, les livres numériques, en l’absence d’un régime de droit de prêt similaire à celui qui régit le prêt de livres imprimés, sont soumis à des modèles
économiques très divers selon les licences d’usage établies par les fournisseurs. L’accès illimité, qui correspondrait aux attentes et aux besoins de l’enseignement supérieur, n’est pas la règle. Le coût des offres freine également la diffusion du livre numérique, le budget des bibliothèques étant déjà fortement contraint par la documentation électronique de niveau recherche et par la nécessité de maintenir une documentation papier pour l’enseignement.

Continuer la lecture de L’offre numérique éditoriale pour les étudiants : Rapport de l’IGB à l’ESRI – 2018

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Économie(s) du document : pratiques et prospectives liées au numérique – 21e colloque international sur le document numérique Djerba, 22-24 novembre 2018

Cette vingt-et-unième édition du Colloque international sur le Document Numérique (CiDE.21) propose d’interroger la numérisation info-documentaire dans ses conséquences sur cette économie – ou ces diverses économies – du document, sur le fonctionnement général de l’environnement documentaire et sur son organisation. Ce questionnement ne se focalise pas exclusivement sur les aspects pécuniaires. En effet, c’est tout le panorama des efforts consentis par les acteurs du document numérique, des mutations induites par la numérisation qui est visé, à travers ses aspects les plus divers, tels que les coûts attentionnels et cognitifs, les changements d’accès tant techniques qu’organisationnels ou structurels, les aspects liés aux infrastructures, à la conservation, à la structuration et à l’archivage, ainsi que tout l’engagement nécessaire aux usages du document : formation, gestion, valorisation et hiérarchisation, évaluation, évolution des métiers, de la transmission et des accès, etc. Les propositions de communication traitant ces thématiques, et notamment des questions suivantes, sont donc les bienvenues :

  • coût, prix et valeur du document et de l’information ;
  • protection du document (droit d’auteur, copyright, fair use…), reproductibilité et réutilisation (notamment pour la fouille de textes dans le cadre de la Loi pour une République numérique) ;
  • création de nouveaux services (notamment dans le cadre des initiatives publiques pour l’open data) ;
  • économie collaborative (notamment dans la production de documents, de données et de métadonnées) ;
  • marchandisation des données publiques et privées ;
    nouvelles connaissances et compétences à acquérir comme prérequis nécessaire à la création, à la manipulation et à l’accès aux documents ;
  • économie cognitive documentaire, notamment au cours de la conception et de la mise à jour du document, et les échanges suscités.

Appel à communications
Depuis plusieurs décennies, le document numérique et l’information digitale ont envahi notre quotidien de citoyens et de chercheurs au point que l’on parle désormais de société post-numérique, comme si toutes les questions soulevées par ce changement de paradigme avaient été posées, comme si toutes les réponses avaient été apportées. Le concept de troisième révolution industrielle popularisé par l’économiste américain Jeremy Rifkin et massivement relayé tant par les médias que par les pouvoirs publics, tend à confirmer cette lecture d’une société dont le basculement informationnel serait maintenant suffisamment abouti pour pouvoir être dépassé.

Pourtant, si la prépondérance du numérique dans le domaine info-documentaire est bien un fait, chaque année apporte son lot de nouveautés, de perfectionnements, d’évolutions et de transformations, particulièrement dans un domaine où les innovations techniques sont rapides et nombreuses, entraînant des changements à la fois structurels, conceptuels et fonctionnels.

Dans de nombreuses disciplines scientifiques, le document numérique continue à évoluer, à faire bouger les cadres, à renouveler les usages, les lectures, les approches visant à l’étudier et à le comprendre, notamment à travers de nouveaux outils et méthodologies d’analyse (humanités numériques) et les potentialités d’exploitation (big data, smart data, données de la recherche, deep learning). Ces évolutions vont de pair avec l’enjeu de l’ouverture citoyenne (open data, ouverture des données publiques, open science), etc. Elles dépassent de loin les domaines traditionnellement réservés aux « professionnels du document ». En s’intégrant chaque jour davantage dans la sphère scientifique, industrielle, sociale, politique…, le document numérique construit toute une économie – au sens originel et général du terme grec οἰκονομία, « administration du foyer » – jusqu’à présent insuffisamment étudiée, et dont la dimension financière n’est qu’une des facettes.

Soumission

En savoir plus sur le site  du colloque.

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook