AAC « Dossier thématique « Libre accès et données de la recherche. Quelle résonance dans les SIC ? » Revue Études de Communication

Dossier thématique n° 52 Etudes de Communication : langages, information, médiations « Libre accès et données de la recherche. Quelle résonance dans les SIC ? »

Special issue nb 52: “Open Access and Research Data. Contributions from the Information and Communication Sciences”

Coordination : Joachim Schöpfel (Univ. Lille, EA 4073 – GERiiCO, F59000 Lille, France), Renaud Fabre(Univ. Paris 8 Vincennes–Saint-Denis, Laboratoire d’Économie Dionysien, France) et Bernard Jacquemin (Univ. Lille, EA 4073 – GERiiCO, F59000 Lille, France)

Depuis le début des années 2000, un mouvement politique et social visant à la libéralisation de l’accès aux données (open data), principalement scientifiques et institutionnelles, se fait sentir. La déclaration de Budapest (Budapest Open Access Initiative, BOAI, 2002) propose ainsi le libre accès aux publications de recherche, tandis que la déclaration de Berlin (2003) élargit la perspective et propose de garantir le libre accès à la connaissance en ouvrant l’accès à la fois à la littérature scientifique mondiale, aux données de cette recherche et aux outils qui ont permis de collecter ces données. Parallèlement à ces initiatives, la pression s’accentue sur les autorités pour que les données collectées par les pouvoirs publics soient elles aussi mise à disposition, au point que le Parlement européen vote en 2003 la directive Public Sector Information (PSI) visant à l’ouverture des données institutionnelles dans une perspective de réutilisation de celles-ci. Côté français, la création en 2011 d’Étalab permet de concrétiser la politique gouvernementale en terme d’ouverture et de partage des données publiques issues des établissements publics à caractère administratif, industriel et commercial, ainsi que des entreprises publiques, délégataires ou associatives (publication via le portail data.gouv.fr). Faisant le pont entre les données liées aux savoirs universitaires et les données collectées par le domaine institutionnel, la Loi pour une République numérique, votée en France à l’automne 2016, institue la publication systématique des données produites par les pouvoirs publics, tant au niveau administratif qu’au niveau scientifique, y compris les publications issues de financements publics.

Au sein de ce mouvement réclamant l’ouverture informationnelle et scientifique, la demande de mise à disposition des données de la recherche (open research data) est un courant plus récent, et jusqu’à présent à la fois moins médiatisé et moins revendiqué que la mise à disposition des publications scientifiques ou des informations administratives. Pour autant, cette mouvance s’affirme de plus en plus massivement au niveau institutionnel, notamment avec la nécessaire mise en place d’un plan de gestion des données (data management plan) dans les programmes de recherches européens H2020 ou nationaux ANR. La publication des résultats de la recherche ne suffit plus, et il faut désormais pérenniser et dans la mesure du possible partager les données brutes ou prétraitées collectées au cours des projets de recherche. Le monde de l’édition scientifique suit aussi ce courant et demande de plus en plus souvent aux auteurs de garantir la mise à disposition des données décrites dans les publications à fin de preuve. La plupart des universités et grands établissements de recherche mènent également actuellement une réflexion pour assurer une politique de conservation et partage des données de la recherche menée en leur sein et pour amener les chercheurs à faire évoluer leurs pratiques dans ce domaine.

Malgré les positionnements institutionnels en faveur de la libéralisation des données de la recherche, en dépit de la mise en place projetée ou réalisée d’infrastructures permettant d’assurer leur collecte, leur conservation et leur partage, seuls quelques rares travaux de recherche en sciences de l’information et de la communication (SIC) – particulièrement concernées par une problématique de traitement et de gestion de données hétérogènes dans des infrastructures de stockage, de description et de recherche informationnelle, qui impliquent généralement des professionnels de la bibliothèque universitaire et de la documentation scientifique – ont été menés pour comprendre la profondeur et la complexité de ce phénomène, qui pose cependant de nombreuses questions.

Dans leur quotidien professionnel, les chercheurs en SIC sont pourtant particulièrement confrontés à ces évolutions qui sont de nature à influencer tant leurs pratiques que leurs objets de recherche. En effet, depuis la collecte des données – dont la typologie et la nature même, voire les conditions de production, restent souvent incertaines – jusqu’à leur valorisation (publication scientifique initiale, réutilisation dans des perspectives parfois très différentes, traitements divers…) en passant par des phases de description, de structuration, d’analyse, de conservation et de communication, ce sont tous les aspects du métier de chercheur en SIC qui sont questionnés : méthodologie, analyse et traitement, interprétation, diffusion, en plus du volet éthique.

Continuer la lecture de AAC « Dossier thématique « Libre accès et données de la recherche. Quelle résonance dans les SIC ? » Revue Études de Communication

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Retour d’expérience sur Zotero dans les pratiques documentaires du chercheur

Depuis 2015, Caroline Muller est Professeure agrégée (PRAG) en histoire contemporaine à l’université de Reims Champagne Ardenne (URCA). Elle était auparavant  en contrat doctoral à l’Université Lumière Lyon 2. Sa thèse, soutenue en septembre 2017, a été dirigée par Bruno Dumons au LARHRA (Laboratoire de Recherche Historique Rhône Alpes).
Elle anime le carnet de recherche Acquis de conscience où elle a publié cet article.

Une conversation a eu lieu hier sur Twitter au sujet de Zotero, l’outil de bibliographie désormais bien connu développé par le Roy Rosenzweig Center for History and New Media. Les différents arguments – pour, contre, pour mais-sous-conditions– m’ont donné envie de faire le point sur ma propre pratique du logiciel, les atouts que j’y vois mais aussi les difficultés passées.

La discussion synthétise plusieurs réticences et arguments que les collègues avancent souvent quand on leur parle de Zotero. Beaucoup préfèrent la gestion de la bibliographie via des fichiers élaborés sous Word, pour plusieurs raisons.

  • La première est que le temps de saisie de leur bibliographie serait trop long : pour ceux et celles qui ont déjà vingt ans de carrière, les données accumulées peuvent être massives.
  • La seconde réticence tient à la manipulation du logiciel qui « ne fonctionne pas toujours très bien » ou encore « donne des bibliographies remplies d’erreurs »
  • Enfin, le dernier argument souvent avancé est que le principe de « un clic-une fiche biblio collectée » serait dangereux et conduirait à collecter des références en tout sens sans les lire ou les classer.

Je voudrais revenir sur ces différentes idées en réfléchissant à ma propre pratique. J’ai la chance d’avoir commencé la recherche avec Zotero ; autrement dit, je n’ai pas eu besoin d’intégrer une bibliographie préexistante dans le logiciel. Je pense cependant que les collègues gagneraient à passer un ou deux jours à intégrer leurs fichiers Word car le gain de temps (mais aussi de confort d’exploration, j’y reviendrai) est considérable sur une vie de recherche.

Pour rappel, Zotero fonctionne sur un principe simple : le logiciel est installé sur l’ordinateur, et un petit plug-in est installé dans la barre d’extensions du navigateur. À partir d’un catalogue de bibliothèque ou d’éditeur scientifique (CAIRN, Worldcat, Sudoc…), il suffit de cliquer sur l’icône pour que la fiche bibliographique soit collectée dans le logiciel.

Icône de collecte
Fiche collectée à l’arrivée

 

À partir de la liste collectée, on sélectionne les fiches souhaitées et Zotero construit une bibliographie automatiquement, d’après les consignes et normes qu’on lui a donné – les tutoriels ne manquent pas.

De la nécessité de vérifier les références collectées

C’est ici que l’on croise les objections relevées tout à l’heure : les bibliographies « pleines d’erreur » à l’arrivée, ou encore le problème de fiches incomplètes. Il me semble qu’on n’insiste pas encore assez, en formation, sur la nécessité de vérifier systématiquement la propreté de la fiche collectée : est-ce que tous les renseignements y sont ? Est-ce qu’ils sont dans les bons champs ? Les majuscules et minuscules au bon endroit ? Trop d’étudiants et de collègues « sautent » cette étape de vérification et de « nettoyage » des données collectées, ce qui produit à l’arrivée des bibliographies erronées puisque Zotero ne fait que mettre en forme les informations qu’il possède. Ce temps de vérification – un coup d’œil, la plupart du temps – est absolument nécessaire. Il faut aussi se débrouiller pour collecter les fiches bibliographiques sur les sites pour lesquels les métadonnées sont « propres » – adaptés à la collecte bibliographique. Les sites commerciaux sont très mauvais, par exemple.

Quand toutes ces conditions sont remplies, la bibliographie automatique est impeccable. Autrement dit, et contrairement à ce qu’on peut penser parfois, l’usage du logiciel ne dispense pas d’une rigueur dans la collecte et la vérification des informations. On ne peut pas lui déléguer la méthodologie 😉

Un usage parmi bien d’autres : un centre documentaire

Je vais maintenant vous présenter mon usage du logiciel, bien qu’il y en ait bien d’autres. J’ai passé du temps à trouver une routine mais je crois que c’est stable depuis trois ans. Je m’en sers comme centre documentaire : j’y collecte des références bibliographiques, mais aussi des PDF, des notes, des pages Web, etc. Zotero est la mémoire de ma recherche et son disque dur externe.

Collecter et organiser sa galaxie documentaire

J’ai collecté 2540 documents en cinq ans d’utilisation. Je n’ai pas lu in extenso tous ces documents, bien sûr – mais ils constituent la galaxie documentaire dans laquelle j’évolue quand j’écris, cherche ou enseigne. Au fur et à mesure, j’ai créé des « collections » que je plie aux exigences du moment :

Les collections en mars 2018

À partir de « ma bibliothèque » (= toutes les références), j’ai organisé des sous-collections qui changent selon les moments. Par exemple, j’ai travaillé à une communication sur l’anticléricalisme et le genre la semaine dernière, alors j’ai créé une collection ponctuelle pour m’aider à visualiser l’historiographie existante. De même, « lectures » est une liste de ce que j’aimerais lire d’ici la fin de l’année. Pour le reste, l’organisation est assez classique : par types d’activités, par types de documents, par thématiques. Pour moi, c’est désormais très confortable ; il faut cependant dire que, comme toute gestion de données volumineuses, cela oblige à prendre régulièrement le temps de ranger la bibliothèque, la nettoyer, supprimer quelques livres, et trouver son fonctionnement optimal peut être long.

collection Sources

Garder la mémoire des lectures et des notes

Je confie à Zotero la mémoire de mes lectures. Chaque fois que je consulte un ouvrage ou article, je crée une petite note dans le logiciel et je la joins à la référence, pour avoir un historique de consultation très utile sur les longs temps de recherche.

La référence et les notes attachées
Historique de consultation

J’y inclus ce que j’ai lu, et, de plus en plus, le contenu de mes notes de lecture pour avoir tout au même endroit :

Référence lue
Notes de lecture dans Zotero

Quand mes notes sont à part sous format papier, carnet ou encore Word, je les ajoute sous forme de pièces jointes sous la référence.

Pièce jointe

Quand j’ai consulté la référence, j’ajoute en théorie un petit marqueur « lu » – mais j’ai du mal à me tenir à ce système.

Les marqueurs

J’utilise aussi d’autres fonctionnalités proposées par le logiciel : les bibliothèques partagées avec d’autres collègues ou encore la surveillance des nouvelles sorties sur des carnets qui m’intéressent.

Veille
Bibliothèques partagées

De la galaxie documentaire à l’écriture

Mon intérêt pour Zotero ne s’arrête pas à la gestion des références et des lectures. Je m’en sers pour citer automatiquement dans mes notes de bas de page. Lorsqu’on écrit un article – ou une thèse – on a besoin de mobiliser souvent des références. Lier Zotero au traitement de texte permet de ne pas avoir à recopier systématiquement les références. Un clic sur l’onglet Zotero, puis on précise au logiciel ce qu’on veut citer, quelle page, et il crée seul la note de bas de page. Une fois de plus, si la fiche n’est pas nette au départ, il n’y a aucune chance que Zotero la corrige dans la note de bas de page ! D’où l’importance de vérifier les fiches avant le processus d’écriture, lors de la collecte.

Citer avec Word
Citation
Fenêtre de citation
Citation finale dans la note de bas de page.

La durée totale de l’opération est de quinze secondes sauf en cas de problème technique – qui se produisent de temps à autre quand on change de version. De ce côté là, rien à craindre : Zotero est géré par une équipe très disponible et le forum aide toujours à résoudre les problèmes.

En sus de ce côté pratique, j’ai pris conscience en écrivant ma thèse que Zotero m’aidait à mieux explorer mon corpus : le moteur de recherche fouille à la fois les titres des références mais aussi toutes les notes et PDF intégrés. Cela fait « ressortir » des références auxquelles je ne pensais plus, ou encore crée des associations d’idées inattendues.

Conclusions (provisoires) : apprivoiser le logiciel et le plier à ses usages

J’espère avoir montré dans ce billet les possibles ouverts par le logiciel. Il y en a bien d’autres et je suis loin d’avoir exploré toutes les fonctionnalités. J’ai essayé aussi de présenter des réponses aux réserves légitimes émises par les collègues.

En utilisant Zotero, il est nécessaire de réfléchir à son processus de collecte (vais-je lire cela ? Aurais-je le temps de l’exploiter ? Est-il vraiment utile de le collecter ?) sous peine de noyade dans l’océan bibliographique.

via GIPHY

Cela oblige également à toiletter et ranger régulièrement la bibliothèque comme on le ferait pour une bibliothèque physique. Bref, Zotero ne dispense pas d’une réflexion sur la stratégie documentaire à court et long terme.

Caroline Muller

Professeur agrégée d'histoire Docteure en histoire contemporaine, Université Lyon 2 / LARHRA (UMR5190) PRAG, Université de Reims Champagne Ardenne (URCA)

More Posts