The roles of libraries in digital humanities

Kirsty Lingstadt is Head of Digital Library at the University of Edinburgh. She plays a key role in delivering digital services within the library, with a key focus on Discovery of Collections online.

This article was published online by Liber, The Association of European Research Libraries, on March 8, 2018.

A Digital Humanities Reading List: Part 4 – The role of libraries

LIBER’s Digital Humanities & Digital Cultural Heritage Working Group is gathering literature for libraries with an interest in digital humanities.

Four teams, each with a specific focus, have assembled a list of must-read papers, articles and reports. The recommendations in this article (the fourth and last in the series) have been assembled by the team looking at the roles of libraries in digital humanities and awareness raising in academic libraries. The team is led by Kirsty Lingstadt of the University of Edinburgh and, for these recommendations, Sarah Ames of the University of Edinburgh has lent additional support.

The Fourth Theme: The Role of Libraries

This theme examines a challenging question: what is the role of libraries in digital humanities? Is it to provide advice and guidance, to provide services that support these activities or to be a fully-fledged partner in digital humanities activities?

The answer is as varied as the different types of research libraries, and the literature highlights some of these tensions. It is clear, however, that libraries have a key place within digital humanities because of the collections which they hold. These collections often form the starting point of digital humanities projects and — when it comes to the outputs — libraries have a role in publishing, preserving and making these accessible.

In particular, libraries hold detailed knowledge about audiences and their different needs. As articulated in Melissa Terras’ forthcoming article[1], usability and reuse are often not considered by digital humanities projects. These factors are, however, critical if the outputs are to have value for wider audiences. The librarian can offer unique insight and partnership to ensure that DH projects have a life beyond the project and add value to the collections held by the library.

Underpinning this is a need to raise awareness of digital humanities at all levels of the library. The role of librarian as advocate is a critical one, and to do this we need to work with the academic communities and researchers: building and developing skills and, above all, deciding what the role of digital humanities will be in our libraries. We then need to showcase our findings, so that others see and understand where this will take us. As Captain Kirk would say ‘To boldly go…..’

We hope that this list, in combination with the previous lists, will help provide some thoughts on the path which we should boldly follow.

  1. Digital Humanities In the Library/Of the Library. Caitlin Christian-Lamb, Sarah Potvin and Thomas Padilla.
    This special issue of dh+lib contains a number of case studies of libraries working in digital humanities areas, often leading to a reassessment of the role of the library, the services it provides and the skills of the librarian.
  2. The Role of Research Libraries in the creation, archiving, curation, and preservation of tools for the Digital Humanities. Christina Kamposiori.
    The recent RLUK report examines the role of research libraries in digital scholarship, through survey responses from RLUK member libraries. The report demonstrates the ways in which libraries engage in digital humanities projects and how and what support they provide, as well as examining the changing role of librarians and the skillsets needed to actively contribute to this area. RLUK advocate knowledge exchange between institutions on how best to engage and work with researchers, despite the issue that there is no single solution for all.
  3. Developing Digital Scholarship: Emerging practices in academic libraries. Alison Mackenzie and Lindsey Martin.
    This publication contains a number of different approaches and case studies of how librarians are working with digital humanities. The text looks not just at what new technologies support research and development in this area but also at the partnerships that libraries can develop.
  4. Supporting Digital Scholarship. SPEC Kit 350. Rikk Mulligan.
    The SPEC Kits 350 surveys a number of American institutions about their digital scholarship provisions, and looks to specific examples of services provided by libraries, as well as projects they support.
  5. Digital humanities in the library isn’t a service. Trevor Muñoz. 
    This article is a reponse from Muñoz to a blog post from Miriam Posner, in which she writes about the challenges of ‘doing digital humanities’ in libraries. In his reply, Muñoz argues the case that research lead by librarians should be the central focus of digital humanities work in libraries. By focusing on service provision, rather encouraging librarians to lead their own experimental projects, we miss engagement opportunities and detract from the intellectual labour of library work in this area: ‘Framing digital humanities in libraries as a service to be provided and consequently centering the focus of the discussion on faculty members or others outside the library seem likely to stall rather than foster libraries engagement with digital humanities.’ Muñoz explains that this does not mean that library projects, tools or research may not grow into or improve services – but that these should stem from ideas, activities and partnerships formed within the library.
  6. No Half Measures: Overcoming Common Challenges to Doing Digital Humanities in the Library. Miriam Posner.
    Posner details the barriers to digital humanities work in the library, from lack of support and time, to the need for new skills and new relationships with academics, as well as proposing solutions. To successfully engage users with digital humanities in the library, libraries must ‘do a great deal more than add “digital scholarship” to an individual librarian’s long string of subject specialties’ (51), and instead look to space, culture (are librarians allowed to experiment? Do they have the support to do this?), technology and training for their staff.
  7. Evolving in Common: Creating Mutually Supportive Relationships Between Libraries and the Digital Humanities. Micah Vandegrift and Stewart Varner.
    This article suggests ways in which libraries can engage with digital humanities research, from practical advice for establishing partnerships and engaging with the research community, to keeping up-to-date with new developments in the field. Vandegrift and Varner propose that the role of the librarian should be adapted and reframed – from ‘servitude’ to collaborator – to ‘support the journey of research as a means in itself’ (73) and embed digital humanities successfully in the library.
  8. Laying the Foundation: Digital Humanities in Academic Libraries. John White and Heather Gilbert.
    White’s Preface states that this text is intended to be a ‘conversation starter among rank-and-file librarians about how and why librarians, archivists, and museum professionals should engage with digital humanists as full partners in both research and teaching’ (xii). The chapters that follow emphasise the scale of the role that libraries can and should play in digital scholarship research, and the ways in which skills and roles need to adapt to accommodate this.

To find out more about LIBER’s work in this area, see the Digital Humanities & Digital Cultural Heritage Working Group page.

Notes

[1] Greta Franzini, Melissa Terras et Simon Mahony. Forthcoming 2018. Expectations of Digital Editions of Text: Surveying User Requirements in the Digital Humanities. ACM J. Comput. Cult. Herit. (Accepted 2018, In Press).

kirstylingstadt

Head of Digital Library and Deputy Director of Library and University Collections, University of Edinburgh. Kirsty is passionate about Collections of all types - library, archive or museums - and engaging users with them. She believes that discoverability is key for online collections. She leads on discovery, digitisation, digital preservation and tools to support Digital Scholarship work within the University of Edinburgh.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

AAC Conférence sur les bibliothèques et les archives à l’ère des humanités numériques – Paris 3, 4 et 05 octobre 2018 Conference Digital Tools and uses

Appel à communications : Conférence sur les bibliothèques et les archives à l’ère des humanités numériques. Paris 3, 4 et 05 octobre 2018 Conference Digital Tools and uses. Propositions des communications avant le 15 avril 2018.

About Digital Tools & Uses Congress

The first international Digital Tools & Uses Congress is a multidisciplinary conference devoted to study the uses and development of digital tools. It aims at assembling five interrelated symposia: 1) Web Studies, 2) Challenges of IoT, 3) Recommender systems, 4) Archives and social networks, and 5) Digital Frontiers. The intention of this consortium is to approach a common object of study from different perspectives in order to enrich the discussion and collaboration between participants.

Each one of the congresses afore mentioned has already taken place separately. The endeavor is now to consolidate relationships that bring together theory and practice, technics and humanities, human and artificial agents, sciences and arts. Scholars and practitioners will gather in one place and learn from each other within an inviting environment, blurring boundaries between disciplines and schools.

For this reason, each one of the five independent symposia is presented below as a track of the Digital Tools & Uses Congress and will take place simultaneously during the three days of the congress.

We are thankful to the amazing partners and international colleagues that have accepted to accompany us in this endeavor. We expect this first edition of the Digital Tools & Uses Congress to offer a wide variety of insights and scientific developments at the crossing point of sciences and humanities.

En savoir plus sur le site du congrès

Continuer la lecture de AAC Conférence sur les bibliothèques et les archives à l’ère des humanités numériques – Paris 3, 4 et 05 octobre 2018 Conference Digital Tools and uses

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Les chercheurs en SHS savent-ils écrire ?

Marcello Vitali-Rosati est professeur agrégé de Littérature et culture numérique au Département des littératures de langue française de l’Université de Montréal où il enseigne depuis 2012. Il est titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les écritures numériques. Il vient de publier en accès ouvert aux éditions Institut Network Culture On Editorialization: Structuring Space and Authority in the Digital Age.

File 20180310 30975 6ofodn.jpg?ixlib=rb 1.1Se mettre à écrire. Visualhunt, CC BY-NC-ND

Nous republions la version originale de cet article  publiée sous licence  CC BY-ND le 11 mars sur The Conversation .

Nous nous interrogeons souvent sur les dispositifs de légitimation à l’époque du numérique. Nous avons le sentiment, parfois, de perdre quelque chose : la culture de l’édition papier a des repères précis et nets. La publication est une forme forte de légitimation. Sans doute, le niveau de légitimation dépend de beaucoup de facteurs (quelle maison d’édition publie, par exemple), mais de toute manière, le fait d’avoir son nom imprimé, compte beaucoup.

Dans le monde universitaire, être publié est aussi ce sur quoi se fonde notre carrière et l’évaluation de notre travail.

Une culture de l’imprimé

L’édition papier a un pouvoir de légitimation parce qu’elle garantit un travail que l’auteur doit réaliser avec l’éditeur pour faire en sorte que son texte soit de bonne qualité. L’éditeur demande à l’auteur des compétences pour permettre cette mise en forme : dans le modèle papier, par exemple, le fait de connaître la langue, de savoir structurer ses références bibliographiques avec un style prédéterminé, de savoir organiser dans une page papier ses idées. Ce sont des compétences techniques d’écriture sans lesquelles un auteur n’est pas un auteur et un chercheur n’est pas un chercheur.

Or il se trouve que ces compétences techniques sont liées à une forme particulière de diffusion de la connaissance : celle du papier. Il se trouve aussi que cette forme n’est plus la forme dominante : la plupart des contenus circulent sur le web et la totalité est produite avec des outils informatiques. Il se trouve aussi que cette forme ne répond pas aux exigences scientifiques : notamment l’exigence de structuration. Une bibliographie stylée sur papier n’est pas aussi bien structurée qu’une bibliographie dans une base des données, par exemple : le style sur papier sert juste à simuler une structuration de catalogue, sans en être en réalité une. Ou encore, la structuration sémantique des contenus (titres, fonctions des mots, etc.) ne peut qu’être simulée graphiquement sur papier alors que le numérique permet un véritable balisage sémantique.

Des compétences pour l’écriture numérique

L’écriture en environnement numérique – qu’elle soit destinée à l’impression ou à la diffusion papier – est la seule écriture que nous connaissions aujourd’hui : il n’y a plus personne qui écrive un article à la main et qui le fasse ensuite dactylographier par quelqu’un d’autre.

Il est donc nécessaire que les « auteurs » aient les compétences techniques minimales demandées. Ceux qui ne les ont pas, tout simplement ne savent pas écrire et donc ne doivent pas le faire.

Il est vrai, nous sommes dans une période de transition (depuis au moins 40 ans, mais les transitions peuvent durer longtemps parfois), et on peut peut-être accepter que quelques chercheurs en fin de carrière puissent rester ancrés à des pratiques qui n’ont plus aucun sens aujourd’hui, mais qui en avaient un avant l’introduction de l’ordinateur dans les processus d’écriture. On parle du début des années 1980, donc on parle de chercheurs qui ont écrit, disons, leur thèse avant 1984 (pour prendre une date symbolique : celle du lancement de l’Apple II) et qui sont déjà à la retraite ou sur le point d’y aller.

Sortir des schémas d’écriture anciens

Soyons fous : les sciences humaines et sociales ont souvent été très snob par rapport à leurs outils et donc très réfractaires au changement. Prenons donc les années 2000 comme début d’une informatisation généralisée.

Tous les chercheurs qui ont fini leurs études après 2000 n’ont aucune excuse : ils vivent entourés de technologies numériques depuis leur enfance, ils les utilisent à longueur de journée, ils sont encore (assez) jeunes et devraient avoir la capacité d’adapter leurs pratiques. Ne pas le faire est très grave : cela signifie n’avoir aucune idée de ce qu’on fait dans notre profession. Notre métier consiste fondamentalement à écrire et nous écrivons sans avoir la moindre idée des implications de ce que nous faisons.

Accepterait-on un médecin qui n’a aucune idée de ce qu’est un os ? Ou un mécanicien qui ne connaît pas le principe de fonctionnement d’un moteur à explosion ? Ou un mathématicien qui ne sait pas démontrer le théorème de Pythagore ? Mais alors pourquoi acceptons-nous pléthore d’« auteurs » qui n’ont aucune idée de comment on écrit ? Qui écrivent la totalité de leurs textes sous Word, un logiciel de traitement de texte propriétaire et pas adapté pour nos exigences scientifiques ?

C’est comme si un chirurgien opérait avec une hache à la place du bistouri. Que les chercheurs s’indignent aujourd’hui d’un style bibliographique mal traité sous Word et non du fait que, indépendamment du style, une bibliographie non structurée ne sert à rien me semble une abomination.

Cette situation est inacceptable et honteuse et il faut la dénoncer immédiatement. Il faut que les institutions en prennent conscience et qu’elles intègrent les compétences d’écriture dans les compétences minimales requises pour avoir un poste de chercheur. Et il faut aussi que des formations obligatoires soient mises en place dans toutes les disciplines des SHS.

Je propose ici une sorte de manifeste de l’écriture qui pourrait être adopté par les institutions :

Continuer la lecture de Les chercheurs en SHS savent-ils écrire ?

Journée d’étude Tracés « Ce que la revue fait aux sciences humaines et sociales » (Paris, 30 mars 2018)

Lieu: Paris, Centre Pouchet (59-61 rue Pouchet, 75017), grand amphithéâtre

Date: vendredi 30 mars 2018, 9h-18h

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Argumentaire: Outil ancien de la publication de la recherche, la revue occupe aujourd’hui une place de choix dans les carrières de recherche, en temps de travail (évaluations,  participation aux comités de rédaction), en matière d’évaluation de la recherche (sélection d’article, promotion). Certaines disciplines vont jusqu’à ne considérer que la publication périodique pour la promotion de leurs chercheurs. On aurait pourtant tort de considérer que « faire revue » soit sans effet sur la science telle qu’elle se fait. Les tables-rondes ont ainsi vocation à discuter ce que le format, la chaîne de production et la temporalité « revue » font aux sciences humaines et sociales.

Une première table-ronde est consacrée à la revue comme lieu de pouvoir. Instance de légitimation – notamment au niveau disciplinaire – la revue est également un lieu d’exclusion et de discrimination genrée, sociale ou encore géographique, comme de lutte contre ces mêmes discriminations. Plus avant, la revue – par le biais de son comité de rédaction – établit des normes scientifiques , en refusant certains textes, en incitant ou en procédant à la réécriture des articles – par exemple, en exigeant ou en refusant la féminisation. En s’intéressant aux coulisses du comité de rédaction,  la table-ronde entend ainsi discuter l’impact de la revue sur son champ disciplinaire et sur, très concrètement, le  façonnage des textes scientifiques.

Continuer la lecture de Journée d’étude Tracés « Ce que la revue fait aux sciences humaines et sociales » (Paris, 30 mars 2018)

L’offre numérique éditoriale pour les étudiants : Rapport de l’IGB à l’ESRI – 2018

Rapport de l’Inspection Générale des Bibliothèques adressé à Madame la Ministre de l’ESRI : Enseignement Supérieur, Recherche et Innovation – Octobre 2017.

Par offre numérique éditoriale pour les étudiants est entendue ici l’édition commerciale à destination du niveau licence. L’étude ébauche un état des lieux du marché mais aussi de l’offre qui en résulte en bibliothèques. Les facteurs défavorables à son développement et sa diffusion sont mis en balance avec les atouts et les opportunités qui pourraient permettre d’aller de l’avant dans un domaine qui fait l’objet de nombreuses réflexions et propositions depuis quinze ans sans avancées décisives. Dans la même période s’est du reste constituée une offre nourrie de ressources éducatives libres d’origine académique, phénomène qui ne peut manquer d’interroger sur l’évolution du rôle de l’éditeur privé dans l’écosystème pédagogique contemporain.

Synthèse

L’offre numérique éditoriale pour les étudiants de niveau licence prend généralement la forme de livres numériques qui sont des fac-similés du livre imprimé. Ce type de support est difficilement repérable dans les statistiques éditoriales comme sur les plates-formes d’éditeur ou d’agrégateur. Les ventes de livres numériques aux particuliers restant faibles, les éditeurs se tournent vers les clients professionnels et les bibliothèques, mais ils redoutent le piratagedes fichiers et l’impact du numérique sur les ventes de livres papier. Ils retardent ainsi souvent la diffusion numérique des nouvelles éditions et mettent en œuvre des dispositifs de gestion
des droits numériques (ou DRM) jugés pénalisants par les utilisateurs.
Un certain nombre d’offres faites aux établissements, négociées pour la plupart par le consortium Couperin, comportent des livres numériques pour les étudiants de niveau licence, mais de façon encore trop restreinte, peu lisible et peu visible, compliquée d’accès, dispersée sur des plates-formes hétérogènes et souvent peu ergonomiques. En dépit de ses réticences vis-à-vis des modèles économiques pratiqués dans le cadre du « Prêt numérique en bibliothèque » (PNB), Couperin a incité les bibliothèques de l’enseignement supérieur à expérimenter ce dispositif, mais la réalisation du test nécessite au préalable des développements informatiques.
Achetés (souvent sans possibilité de récupérer les fichiers) ou acquis par abonnement, au titre à titre ou par bouquet, les livres numériques, en l’absence d’un régime de droit de prêt similaire à celui qui régit le prêt de livres imprimés, sont soumis à des modèles
économiques très divers selon les licences d’usage établies par les fournisseurs. L’accès illimité, qui correspondrait aux attentes et aux besoins de l’enseignement supérieur, n’est pas la règle. Le coût des offres freine également la diffusion du livre numérique, le budget des bibliothèques étant déjà fortement contraint par la documentation électronique de niveau recherche et par la nécessité de maintenir une documentation papier pour l’enseignement.

Continuer la lecture de L’offre numérique éditoriale pour les étudiants : Rapport de l’IGB à l’ESRI – 2018

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Économie(s) du document : pratiques et prospectives liées au numérique – 21e colloque international sur le document numérique Djerba, 22-24 novembre 2018

Cette vingt-et-unième édition du Colloque international sur le Document Numérique (CiDE.21) propose d’interroger la numérisation info-documentaire dans ses conséquences sur cette économie – ou ces diverses économies – du document, sur le fonctionnement général de l’environnement documentaire et sur son organisation. Ce questionnement ne se focalise pas exclusivement sur les aspects pécuniaires. En effet, c’est tout le panorama des efforts consentis par les acteurs du document numérique, des mutations induites par la numérisation qui est visé, à travers ses aspects les plus divers, tels que les coûts attentionnels et cognitifs, les changements d’accès tant techniques qu’organisationnels ou structurels, les aspects liés aux infrastructures, à la conservation, à la structuration et à l’archivage, ainsi que tout l’engagement nécessaire aux usages du document : formation, gestion, valorisation et hiérarchisation, évaluation, évolution des métiers, de la transmission et des accès, etc. Les propositions de communication traitant ces thématiques, et notamment des questions suivantes, sont donc les bienvenues :

  • coût, prix et valeur du document et de l’information ;
  • protection du document (droit d’auteur, copyright, fair use…), reproductibilité et réutilisation (notamment pour la fouille de textes dans le cadre de la Loi pour une République numérique) ;
  • création de nouveaux services (notamment dans le cadre des initiatives publiques pour l’open data) ;
  • économie collaborative (notamment dans la production de documents, de données et de métadonnées) ;
  • marchandisation des données publiques et privées ;
    nouvelles connaissances et compétences à acquérir comme prérequis nécessaire à la création, à la manipulation et à l’accès aux documents ;
  • économie cognitive documentaire, notamment au cours de la conception et de la mise à jour du document, et les échanges suscités.

Appel à communications
Depuis plusieurs décennies, le document numérique et l’information digitale ont envahi notre quotidien de citoyens et de chercheurs au point que l’on parle désormais de société post-numérique, comme si toutes les questions soulevées par ce changement de paradigme avaient été posées, comme si toutes les réponses avaient été apportées. Le concept de troisième révolution industrielle popularisé par l’économiste américain Jeremy Rifkin et massivement relayé tant par les médias que par les pouvoirs publics, tend à confirmer cette lecture d’une société dont le basculement informationnel serait maintenant suffisamment abouti pour pouvoir être dépassé.

Pourtant, si la prépondérance du numérique dans le domaine info-documentaire est bien un fait, chaque année apporte son lot de nouveautés, de perfectionnements, d’évolutions et de transformations, particulièrement dans un domaine où les innovations techniques sont rapides et nombreuses, entraînant des changements à la fois structurels, conceptuels et fonctionnels.

Dans de nombreuses disciplines scientifiques, le document numérique continue à évoluer, à faire bouger les cadres, à renouveler les usages, les lectures, les approches visant à l’étudier et à le comprendre, notamment à travers de nouveaux outils et méthodologies d’analyse (humanités numériques) et les potentialités d’exploitation (big data, smart data, données de la recherche, deep learning). Ces évolutions vont de pair avec l’enjeu de l’ouverture citoyenne (open data, ouverture des données publiques, open science), etc. Elles dépassent de loin les domaines traditionnellement réservés aux « professionnels du document ». En s’intégrant chaque jour davantage dans la sphère scientifique, industrielle, sociale, politique…, le document numérique construit toute une économie – au sens originel et général du terme grec οἰκονομία, « administration du foyer » – jusqu’à présent insuffisamment étudiée, et dont la dimension financière n’est qu’une des facettes.

Soumission

En savoir plus sur le site  du colloque.

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

AAC « Dossier thématique « Libre accès et données de la recherche. Quelle résonance dans les SIC ? » Revue Études de Communication

Dossier thématique n° 52 Etudes de Communication : langages, information, médiations « Libre accès et données de la recherche. Quelle résonance dans les SIC ? »

Special issue nb 52: “Open Access and Research Data. Contributions from the Information and Communication Sciences”

Coordination : Joachim Schöpfel (Univ. Lille, EA 4073 – GERiiCO, F59000 Lille, France), Renaud Fabre(Univ. Paris 8 Vincennes–Saint-Denis, Laboratoire d’Économie Dionysien, France) et Bernard Jacquemin (Univ. Lille, EA 4073 – GERiiCO, F59000 Lille, France)

Depuis le début des années 2000, un mouvement politique et social visant à la libéralisation de l’accès aux données (open data), principalement scientifiques et institutionnelles, se fait sentir. La déclaration de Budapest (Budapest Open Access Initiative, BOAI, 2002) propose ainsi le libre accès aux publications de recherche, tandis que la déclaration de Berlin (2003) élargit la perspective et propose de garantir le libre accès à la connaissance en ouvrant l’accès à la fois à la littérature scientifique mondiale, aux données de cette recherche et aux outils qui ont permis de collecter ces données. Parallèlement à ces initiatives, la pression s’accentue sur les autorités pour que les données collectées par les pouvoirs publics soient elles aussi mise à disposition, au point que le Parlement européen vote en 2003 la directive Public Sector Information (PSI) visant à l’ouverture des données institutionnelles dans une perspective de réutilisation de celles-ci. Côté français, la création en 2011 d’Étalab permet de concrétiser la politique gouvernementale en terme d’ouverture et de partage des données publiques issues des établissements publics à caractère administratif, industriel et commercial, ainsi que des entreprises publiques, délégataires ou associatives (publication via le portail data.gouv.fr). Faisant le pont entre les données liées aux savoirs universitaires et les données collectées par le domaine institutionnel, la Loi pour une République numérique, votée en France à l’automne 2016, institue la publication systématique des données produites par les pouvoirs publics, tant au niveau administratif qu’au niveau scientifique, y compris les publications issues de financements publics.

Au sein de ce mouvement réclamant l’ouverture informationnelle et scientifique, la demande de mise à disposition des données de la recherche (open research data) est un courant plus récent, et jusqu’à présent à la fois moins médiatisé et moins revendiqué que la mise à disposition des publications scientifiques ou des informations administratives. Pour autant, cette mouvance s’affirme de plus en plus massivement au niveau institutionnel, notamment avec la nécessaire mise en place d’un plan de gestion des données (data management plan) dans les programmes de recherches européens H2020 ou nationaux ANR. La publication des résultats de la recherche ne suffit plus, et il faut désormais pérenniser et dans la mesure du possible partager les données brutes ou prétraitées collectées au cours des projets de recherche. Le monde de l’édition scientifique suit aussi ce courant et demande de plus en plus souvent aux auteurs de garantir la mise à disposition des données décrites dans les publications à fin de preuve. La plupart des universités et grands établissements de recherche mènent également actuellement une réflexion pour assurer une politique de conservation et partage des données de la recherche menée en leur sein et pour amener les chercheurs à faire évoluer leurs pratiques dans ce domaine.

Malgré les positionnements institutionnels en faveur de la libéralisation des données de la recherche, en dépit de la mise en place projetée ou réalisée d’infrastructures permettant d’assurer leur collecte, leur conservation et leur partage, seuls quelques rares travaux de recherche en sciences de l’information et de la communication (SIC) – particulièrement concernées par une problématique de traitement et de gestion de données hétérogènes dans des infrastructures de stockage, de description et de recherche informationnelle, qui impliquent généralement des professionnels de la bibliothèque universitaire et de la documentation scientifique – ont été menés pour comprendre la profondeur et la complexité de ce phénomène, qui pose cependant de nombreuses questions.

Dans leur quotidien professionnel, les chercheurs en SIC sont pourtant particulièrement confrontés à ces évolutions qui sont de nature à influencer tant leurs pratiques que leurs objets de recherche. En effet, depuis la collecte des données – dont la typologie et la nature même, voire les conditions de production, restent souvent incertaines – jusqu’à leur valorisation (publication scientifique initiale, réutilisation dans des perspectives parfois très différentes, traitements divers…) en passant par des phases de description, de structuration, d’analyse, de conservation et de communication, ce sont tous les aspects du métier de chercheur en SIC qui sont questionnés : méthodologie, analyse et traitement, interprétation, diffusion, en plus du volet éthique.

Continuer la lecture de AAC « Dossier thématique « Libre accès et données de la recherche. Quelle résonance dans les SIC ? » Revue Études de Communication

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Retour d’expérience sur Zotero dans les pratiques documentaires du chercheur

Depuis 2015, Caroline Muller est Professeure agrégée (PRAG) en histoire contemporaine à l’université de Reims Champagne Ardenne (URCA). Elle était auparavant  en contrat doctoral à l’Université Lumière Lyon 2. Sa thèse, soutenue en septembre 2017, a été dirigée par Bruno Dumons au LARHRA (Laboratoire de Recherche Historique Rhône Alpes).
Elle anime le carnet de recherche Acquis de conscience où elle a publié cet article.

Une conversation a eu lieu hier sur Twitter au sujet de Zotero, l’outil de bibliographie désormais bien connu développé par le Roy Rosenzweig Center for History and New Media. Les différents arguments – pour, contre, pour mais-sous-conditions– m’ont donné envie de faire le point sur ma propre pratique du logiciel, les atouts que j’y vois mais aussi les difficultés passées.

La discussion synthétise plusieurs réticences et arguments que les collègues avancent souvent quand on leur parle de Zotero. Beaucoup préfèrent la gestion de la bibliographie via des fichiers élaborés sous Word, pour plusieurs raisons.

  • La première est que le temps de saisie de leur bibliographie serait trop long : pour ceux et celles qui ont déjà vingt ans de carrière, les données accumulées peuvent être massives.
  • La seconde réticence tient à la manipulation du logiciel qui « ne fonctionne pas toujours très bien » ou encore « donne des bibliographies remplies d’erreurs »
  • Enfin, le dernier argument souvent avancé est que le principe de « un clic-une fiche biblio collectée » serait dangereux et conduirait à collecter des références en tout sens sans les lire ou les classer.

Je voudrais revenir sur ces différentes idées en réfléchissant à ma propre pratique. J’ai la chance d’avoir commencé la recherche avec Zotero ; autrement dit, je n’ai pas eu besoin d’intégrer une bibliographie préexistante dans le logiciel. Je pense cependant que les collègues gagneraient à passer un ou deux jours à intégrer leurs fichiers Word car le gain de temps (mais aussi de confort d’exploration, j’y reviendrai) est considérable sur une vie de recherche.

Pour rappel, Zotero fonctionne sur un principe simple : le logiciel est installé sur l’ordinateur, et un petit plug-in est installé dans la barre d’extensions du navigateur. À partir d’un catalogue de bibliothèque ou d’éditeur scientifique (CAIRN, Worldcat, Sudoc…), il suffit de cliquer sur l’icône pour que la fiche bibliographique soit collectée dans le logiciel.

Icône de collecte
Fiche collectée à l’arrivée

 

À partir de la liste collectée, on sélectionne les fiches souhaitées et Zotero construit une bibliographie automatiquement, d’après les consignes et normes qu’on lui a donné – les tutoriels ne manquent pas.

De la nécessité de vérifier les références collectées

C’est ici que l’on croise les objections relevées tout à l’heure : les bibliographies « pleines d’erreur » à l’arrivée, ou encore le problème de fiches incomplètes. Il me semble qu’on n’insiste pas encore assez, en formation, sur la nécessité de vérifier systématiquement la propreté de la fiche collectée : est-ce que tous les renseignements y sont ? Est-ce qu’ils sont dans les bons champs ? Les majuscules et minuscules au bon endroit ? Trop d’étudiants et de collègues « sautent » cette étape de vérification et de « nettoyage » des données collectées, ce qui produit à l’arrivée des bibliographies erronées puisque Zotero ne fait que mettre en forme les informations qu’il possède. Ce temps de vérification – un coup d’œil, la plupart du temps – est absolument nécessaire. Il faut aussi se débrouiller pour collecter les fiches bibliographiques sur les sites pour lesquels les métadonnées sont « propres » – adaptés à la collecte bibliographique. Les sites commerciaux sont très mauvais, par exemple.

Quand toutes ces conditions sont remplies, la bibliographie automatique est impeccable. Autrement dit, et contrairement à ce qu’on peut penser parfois, l’usage du logiciel ne dispense pas d’une rigueur dans la collecte et la vérification des informations. On ne peut pas lui déléguer la méthodologie 😉

Un usage parmi bien d’autres : un centre documentaire

Je vais maintenant vous présenter mon usage du logiciel, bien qu’il y en ait bien d’autres. J’ai passé du temps à trouver une routine mais je crois que c’est stable depuis trois ans. Je m’en sers comme centre documentaire : j’y collecte des références bibliographiques, mais aussi des PDF, des notes, des pages Web, etc. Zotero est la mémoire de ma recherche et son disque dur externe.

Collecter et organiser sa galaxie documentaire

J’ai collecté 2540 documents en cinq ans d’utilisation. Je n’ai pas lu in extenso tous ces documents, bien sûr – mais ils constituent la galaxie documentaire dans laquelle j’évolue quand j’écris, cherche ou enseigne. Au fur et à mesure, j’ai créé des « collections » que je plie aux exigences du moment :

Les collections en mars 2018

À partir de « ma bibliothèque » (= toutes les références), j’ai organisé des sous-collections qui changent selon les moments. Par exemple, j’ai travaillé à une communication sur l’anticléricalisme et le genre la semaine dernière, alors j’ai créé une collection ponctuelle pour m’aider à visualiser l’historiographie existante. De même, « lectures » est une liste de ce que j’aimerais lire d’ici la fin de l’année. Pour le reste, l’organisation est assez classique : par types d’activités, par types de documents, par thématiques. Pour moi, c’est désormais très confortable ; il faut cependant dire que, comme toute gestion de données volumineuses, cela oblige à prendre régulièrement le temps de ranger la bibliothèque, la nettoyer, supprimer quelques livres, et trouver son fonctionnement optimal peut être long.

collection Sources

Garder la mémoire des lectures et des notes

Je confie à Zotero la mémoire de mes lectures. Chaque fois que je consulte un ouvrage ou article, je crée une petite note dans le logiciel et je la joins à la référence, pour avoir un historique de consultation très utile sur les longs temps de recherche.

La référence et les notes attachées
Historique de consultation

J’y inclus ce que j’ai lu, et, de plus en plus, le contenu de mes notes de lecture pour avoir tout au même endroit :

Référence lue
Notes de lecture dans Zotero

Quand mes notes sont à part sous format papier, carnet ou encore Word, je les ajoute sous forme de pièces jointes sous la référence.

Pièce jointe

Quand j’ai consulté la référence, j’ajoute en théorie un petit marqueur « lu » – mais j’ai du mal à me tenir à ce système.

Les marqueurs

J’utilise aussi d’autres fonctionnalités proposées par le logiciel : les bibliothèques partagées avec d’autres collègues ou encore la surveillance des nouvelles sorties sur des carnets qui m’intéressent.

Veille
Bibliothèques partagées

De la galaxie documentaire à l’écriture

Mon intérêt pour Zotero ne s’arrête pas à la gestion des références et des lectures. Je m’en sers pour citer automatiquement dans mes notes de bas de page. Lorsqu’on écrit un article – ou une thèse – on a besoin de mobiliser souvent des références. Lier Zotero au traitement de texte permet de ne pas avoir à recopier systématiquement les références. Un clic sur l’onglet Zotero, puis on précise au logiciel ce qu’on veut citer, quelle page, et il crée seul la note de bas de page. Une fois de plus, si la fiche n’est pas nette au départ, il n’y a aucune chance que Zotero la corrige dans la note de bas de page ! D’où l’importance de vérifier les fiches avant le processus d’écriture, lors de la collecte.

Citer avec Word
Citation
Fenêtre de citation
Citation finale dans la note de bas de page.

La durée totale de l’opération est de quinze secondes sauf en cas de problème technique – qui se produisent de temps à autre quand on change de version. De ce côté là, rien à craindre : Zotero est géré par une équipe très disponible et le forum aide toujours à résoudre les problèmes.

En sus de ce côté pratique, j’ai pris conscience en écrivant ma thèse que Zotero m’aidait à mieux explorer mon corpus : le moteur de recherche fouille à la fois les titres des références mais aussi toutes les notes et PDF intégrés. Cela fait « ressortir » des références auxquelles je ne pensais plus, ou encore crée des associations d’idées inattendues.

Conclusions (provisoires) : apprivoiser le logiciel et le plier à ses usages

J’espère avoir montré dans ce billet les possibles ouverts par le logiciel. Il y en a bien d’autres et je suis loin d’avoir exploré toutes les fonctionnalités. J’ai essayé aussi de présenter des réponses aux réserves légitimes émises par les collègues.

En utilisant Zotero, il est nécessaire de réfléchir à son processus de collecte (vais-je lire cela ? Aurais-je le temps de l’exploiter ? Est-il vraiment utile de le collecter ?) sous peine de noyade dans l’océan bibliographique.

via GIPHY

Cela oblige également à toiletter et ranger régulièrement la bibliothèque comme on le ferait pour une bibliothèque physique. Bref, Zotero ne dispense pas d’une réflexion sur la stratégie documentaire à court et long terme.

Caroline Muller

Maîtresse de conférences Université de Rennes 2

More Posts

Follow Me:
Twitter