La science et l’enseignement supérieur face au pouvoir des algorithmes

Éric Guichard est philosophe, maître de conférences HDR à l’Enssib, ancien directeur de programme au Collège international de philosophie,  et responsable de l’équipe seaux, Savoirs & Territoires de l’Ens-Ulm. Cet article a été publié dans sa version abrégée dans une tribune de Libération le 29 décembre 2017 sous le titre « La science contaminée par les croyances numériques ».

1 –   Algorithmes et technique

Un algorithme a-t-il du pouvoir ? Assurément non. Un algorithme (ou des bouquets d’algorithmes, comme il en existe aujourd’hui)  est une production humaine, mise en place pour des besoins parfois précis, et d’autres fois non (pensons aux jeux gratuits de recherche des palindromes  dans la langue française). Il ne menace personne. La technique ne peut être jugée, seuls ses utilisateurs  peuvent l’être : celles et ceux qui la développent ou la détournent pour des motifs illégaux  (accroissement de la richesse ou du pouvoir aux dépens d’autrui, diffusion d’idéologies, meurtre, etc.). Par exemple, on ne peut juger un algorithme d’insertion d’un film publicitaire dans une vidéo Youtube. En revanche, on peut juger les personnes qui décident de telles insertions dans les films pour enfants de 2 ans.

La technique n’est pas pour autant neutre. Elle est truffée de valeurs morales : au 19e siècle, le travail des enfants fut interdit  en ajustant les machines textiles américaines à la taille des adultes, au grand dam des industriels  qui pensaient que la concurrence étrangère les anéantirait [Feenberg, 2014]. Quelles valeurs structurent aujourd’hui  le numérique ? Elles sont capitalistes,  sous couvert  de libéralisme : cf. [Charolles, 2013] pour saisir la différence entre capitalisme et libéralisme. Alors que c’est un État qui fut à l’origine des usages massifs de l’internet, aujourd’hui seules les start-up,  par définition privées, ont droit de cité pour le développer.

La technique ne nous est pas plus extérieure. Nos expériences contemporaines nous le rappellent : nous nous déplaçons avec des bicyclettes,  des automobiles,  nos corps sont truffés des prothèses, de la paire de lunettes au plombage dentaire, nombre d’entre nous ne survivraient pas sans prise quotidienne  de médicaments, et nous écrivons avec des ordinateurs fonctionnant,  comme nos réfrigérateurs, à l’électricité. Peut-on imaginer plus intime ?
Continuer la lecture de La science et l’enseignement supérieur face au pouvoir des algorithmes