Euchronie : un projet collaboratif francophone inscrit dans les humanités numériques

Présentation du projet

Euchronie est un projet collaboratif francophone s’inscrivant dans le domaine des humanités numériques. Partant du constat qu’une abondante production de contenu sur le passé est autopubliée sur le web, le projet vise à agréger, indexer et hiérarchiser une partie de cette multiplicité de contenus. Le projet fait ainsi émerger un nouvel objet de recherche que nous proposons de nommer des connaissances humanistes sur le passé autopubliées en ligne.

Vous trouverez sur le site le contenu produit par 113 sources sur le passé issues de différents médias (texte, images fixes & photographies, audiovisuel & vidéos, ressources sonores et médias interactifs) et classées par catégories (type de média, époques, thématiques et aires géographiques). Cette mise en ligne est l’aboutissement d’un travail de deux ans mené par une équipe de 19 chercheurs à cheval entre la France, le Canada et la Suisse.

Euchronie a été pensé comme un site accessible au plus grand nombre, quel que soit l’âge ou la facilité à naviguer sur Internet. Nous l’avons voulu attractif, attrayant et ergonomique. Toute la navigation se fait à partir d’un seul menu, accessible sur l’intégralité du site, quel que soit l’endroit où la navigation vous a mené.
Le site a vocation à s’enrichir : de nouvelles sources seront progressivement intégrées au corpus, notamment en provenance des réseaux sociaux ; l’ergonomie du site sera questionnée d’ici un an afin d’intégrer les retours des usagers ; l’objectif du projet est de répondre aux attentes de la communauté en écoutant et en enrichissant les contenus. Retrouver l’équipe par mail, sur Facebook ou Twitter et aussi sur le carnet de recherche d’ Hypothèses.

Continuer la lecture de Euchronie : un projet collaboratif francophone inscrit dans les humanités numériques

Auctorialité et livre numérique

Après des recherches en philosophie sur l’œuvre de Georges Bataille, Pierre-Emmanuel Denys s’est intéressé à l’édition numérique en intégrant le Master PUN de l’Enssib. Son objet d’étude actuel concerne les implications du l’usage du numérique dans l’enseignement et la transmission de la philosophie.

Résumé

Cet article interroge l’auctorialité c’est-à-dire le statut de l’auteur, dont l’oeuvre est éditée en livre numérique, en la comparant avec celui d’un auteur publié en livre papier. Après un retour sur les fonctions symboliques que créént le livre papier et l’environnement du web, notamment par le biais d’un retour du « refoulé auteur » [Ducas, 2016], les caractéristiques techniques et les faiblesses juridiques actuelles du livre numérique seront exposées comme étant à l’origine de cette déflagration de la figure de l’auteur de livre numérique.

Introduction

La littérature scientifique considère que l’auteur de littérature générale ou de genre remplit à plusieurs titres un rôle de repère dans l’écosystème du livre et de sa diffusion. Ainsi, le concept de fonction-auteur illustre l’idée selon laquelle la figure de l’auteur permettrait d’articuler les aspects symboliques, moraux et juridiques du marché du livre autour d’un même point central et de départ qu’est l’auteur. Avec le développement du web et le partage par internet, les contenus textuels ont été parmi les premiers à pouvoir être massivement distribués gratuitement et modifiés par ce biais. La redocumentarisation du web trouve ainsi aujourd’hui un écho dans le concept d’editorialisation.  En effet, l’éditorialisation comprise comme « façon de produire du savoir à l’époque du numérique » [Vitali-Rosati, 2016] paraît avaliser la mort de cette fonction-auteur et identifie de nouveaux repères qui, dans l’ordre de la publication numérique, remplacent cette fonction-auteur par des indices souvent plus techniques. En ce sens, le modèle de diffusion du web serait hostile à la fonction-auteur sans l’être à l’égard des fonctions remplies traditionnellement par l’auteur.

Le cas de l’auteur de livre numérique est donc à ce titre assez singulier. En France, un auteur papier qui voit son œuvre de littérature générale transposée de manière homothétique en ebook jouit-il des mêmes prérogatives symboliques, juridiques et économiques qu’un auteur de livres uniquement numériques ?  Ce dernier voit-il son texte répondre aux mêmes critères d’identification et de diffusion que la plupart des textes publiés sur le web et éditorialisés par ce biais ? Le régime conceptuel propre à la conception des savoirs et des œuvres sur le web éclairera en quoi ce dernier est à même de fournir aux auteurs des moyens de rétablir cette fonction-auteur au sein de différentes activités (microblogging, sites web, publication sur des plateformes dédiées, etc.), sans passer par le format fermé du livre. Le régime juridique français liant l’éditeur et l’auteur pour le livre numérique, la perception par les auteurs de l’ebook et les caractéristiques techniques de fabrication de ce dernier achèvent de montrer le caractère intermédiaire du livre numérique, entre web et papier. L’hypothèse est faite que le livre numérique ne constitue pas aujourd’hui, pour un auteur de littérature, un moyen d’accès symboliquement assez puissant pour lui donner le même statut d’auteur que celui permis par le livre papier pour le même type d’auteur et de littérature.

Continuer la lecture de Auctorialité et livre numérique

Colloque #dhnord2017 du 27 au 29 nov à Lille : (Dé)construire l’histoire numérique|(De)constructing Digital History:

les 27-29 novembre 2017, la Maison européenne des sciences de l’homme et de la société (MESHS) organise à Lille dhnord2017, la quatrième édition de sa manifestation scientifique annuelle consacrée aux humanités numériques.

Pour l’édition 2017, nous avons le plaisir de collaborer avec le Luxembourg Centre for Contemporary and Digital History (C2DH) de l’université du Luxembourg autour du thème « (Dé)construire l’histoire numérique|(De)constructing Digital History ». Nous sommes ravis d’accueillir pour les conférences plénières Manfred Thaller et Bertrand Jouve.

Programme

Conférences (27-29 novembre)
Atelier de modélisation de données avec nodegoat (29 novembre). L’entrée est libre mais sur inscription obligatoire. La participation à l’atelier nodegoat peut se faire indépendamment du reste du colloque.
dhnord2017 est une manifestation scientifique qui jouit du soutien du Conseil régional des Hauts-de-France et de la Plateforme universitaire de données de Lille.