Archives de catégorie : Séminaire

Étudier les cultures du numérique

Séminaire coordonné par Antonio Casilli

Programme
Le programme se compose de 10 séances :
–    les séances thématiques (ST) retracent les grandes questions de la sociologie du numérique et sont réservées en priorité aux étudiant•es EHESS. Ces séances se dérouleront à l’Institut des Systèmes Complexes, salle 1.1. (ISC-PIF, 113 rue Nationale 75013 Paris). Pour prendre en compte les contraintes sanitaires, le nombre de personnes pouvant être présentes est limité à 12.
–   les séances d’approfondissement (SA), où des invité•es externes présentent leurs recherches en cours,  s’inscrivent dans la tradition du séminaire #ecnEHESS et sont ouvertes à tou•tes. Grâce à un partenariat avec la Gaîté Lyrique, ces séances auront lieu dans la Grande Salle du 3bis rue Papin, 75003 Paris, et prendront la forme de conférences « art & technologie ».

1)    29 octobre 2020, 17h-20h (ST) Institut des Systèmes complexes (ISC-PIF) salle 1.1., 113 rue Nationale 75013 Paris : Antonio Casilli « Introduction au séminaire : socialisation et communauté sur internet » (Séance thématique réservée aux étudiant•es EHESS, max 12)
2)    12 novembre 2020, 19h-21h (SA) Gaîté Lyrique, 3bis rue Papin 75003 Paris : Antonio Casilli « Que s’est-il passé au juste ? Covid-19, inégalités, travail et plateformes » (Séance d’approfondissement ouverte aux auditeurs libres)
3)    16 décembre 2020, 19h-21h (SA) Gaîté Lyrique, 3bis rue Papin 75003 Paris : Antonio Casilli et collectif RYBN « Aux sources du travail du clic : automates et usines à calcul (XVIIIe-XXe siècle) » (Séance d’approfondissement ouverte aux auditeurs libres)
4)    28 janvier 2021, 19h-21h (SA) Gaîté Lyrique, 3bis rue Papin 75003 Paris : Anna Jobin (ETH Zurich) « Vers une convergence de l’éthique de l’IA ? » (Séance d’approfondissement ouverte aux auditeurs libres)
5)    18 février 2021, 17h-20h (ST) Institut des Systèmes complexes (ISC-PIF) salle 1.1., 113 rue Nationale 75013 Paris : Antonio Casilli « Reseaux et capital social en ligne » (Séance thématique réservée aux étudiant•es EHESS, max 12)
6)    11 mars 2021, 19h-21h (SA) Gaîté Lyrique, 3bis rue Papin 75003 Paris : Lilly Irani (UCSD, chercheuse invitée EHESS PRI IA) et Elisa Giardina Papa « It takes a culture to raise an AI » (en anglais) (Séance d’approfondissement ouverte aux auditeurs libres)
7)    15 avril 2021, 17h-20h (ST) Institut des Systèmes complexes (ISC-PIF) salle 1.1., 113 rue Nationale 75013 Paris : Antonio Casilli « Vie privée et surveillance de masse à l’heure des plateformes » (Séance thématique réservée aux étudiant•es EHESS, max 12)
8)    20 mai 2021, 19h-21h (SA) Gaîté Lyrique, 3bis rue Papin 75003 Paris : Shannon Vallor (University of Edinburgh) « Technology’s moral debt » (en anglais) (Séance d’approfondissement ouverte aux auditeurs libres)
9)    27 mai 2021, 16h-20h (ST) Institut des Systèmes complexes (ISC-PIF) salle 1.1., 113 rue Nationale 75013 Paris : Antonio Casilli « Travail, automation et digital labor », suivie d’une séance de restitution des travaux des étudiant•es (Séance thématique réservée aux étudiant•es EHESS, max 12)
10)    17 juin 2020, 19h-21h (SA) Gaîté Lyrique, 3bis rue Papin 75003 Paris : Angèle Christin (Stanford) « Comment les algorithmes transforment les valeurs professionnelles et les pratiques de travail » (Séance d’approfondissement ouverte aux auditeurs libres)


Inscriptions et modalités de validation :
– étudiant•es EHESS, merci de vous inscrire sur Listsem au plus tard 72 heures avant votre première séance : https://listsem.ehess.fr
– tout autre public, merci de renseigner le formulaire de contact (option “seminar”) à cette adresse : http://www.casilli.fr/contact/

Cet enseignement est une unité du tronc commun du master en sciences humaines et sociales de l’EHESS, mention Savoirs en sociétés (SES), parcours HSTS (Histoire des Sciences, des Techniques et des Savoirs), en collaboration avec le Centre Alexandre Koyré. La dernière heure de chaque séance thématique est consacrée au contrôle continu (présentation des fiches de lecture et discussion de textes fondamentaux pour l’enseignement). La dernière séance thématique du cours (27 mai 2020), de la durée de quatre heures, est réservée pour la présentation orale des travaux des étudiant•es (contribution Wikipédia convenues au préalable avec le responsable de l’enseignement).

Culture numérique : les pratiques informationnelles juvéniles – Compte-Rendu d’une intervention de Carine Aillerie à la faculté de Montpellier

Karine Moreau Bevilacqua détient une maîtrise d’histoire (1992) et un DESS informatique double compétence appliqué aux sciences sociales (1993 de l’Université de Grenoble. Après avoir passé le concours de professeur des écoles (1994), elle a enseigné pendant 20 ans en école primaire. Depuis 2016, Karine Moreau Bevilacqua est intégrée dans le corps des professeurs certifiés par liste d’aptitude en tant que professeure documentaliste. Elle est actuellement (2019-2020) inscrite dans le Master 2 Analyse des enjeux et des pratiques en information documentation à l’université Paul-Valéry Montpellier 3.

Carine Aillerie est enseignante-chercheure en Sciences de l’information et de la communication à l’Université de Poitiers (EA TECHNE 6316). Philosophe de formation, elle a été enseignante documentaliste dans l’enseignement secondaire et chargée d’études à la Direction R&D de Réseau Canopé.

Ce billet a pour objectif de proposer un compte-rendu d’une intervention de Mme Carine Aillerie qui s’est déroulée le mercredi 22 janvier 2020 à la faculté d’éducation de Montpellier dans le cadre des journées universitaires des professeurs documentalistes organisées par Cécile Raynal, formatrice MEEF à la faculté d’éducation de Montpellier, et Céline Paganelli, enseignante-chercheuse en sciences de l’information et de la communication à l’université Paul-Valéry Montpellier 3. Carine Aillerie est intervenue sur les notions de culture informationnelle et culture numérique. Elle s’est intéressée plus précisément aux pratiques juvéniles d’information, mettant l’accent sur leur hétérogénéité.

Elle s’interroge sur la place du numérique dans la culture  informationnelle, ainsi qu’aux enjeux liés à la scolarité. Elle aborde ainsi les implications des pratiques numériques du point de vue des élèves, mais aussi des enseignants, en ouvrant le débat sur les nouvelles pratiques pédagogiques.

Carine Aillerie a articulé son propos autour de trois points. Après un préambule dans lequel elle précise les termes de culture numérique et culture informationnelle, replaçant ces notions dans leur contexte historique, elle aborde les pratiques informationnelles, et plus  précisément celles des jeunes, mettant l’accent sur leur  hétérogénéité.

La seconde partie de son intervention étudie le rôle informationnel des réseaux sociaux numériques, et questionne la place du numérique dans les pratiques informationnelles des jeunes.

Elle termine en abordant les modèles d’évolution pédagogique.

Continuer la lecture de Culture numérique : les pratiques informationnelles juvéniles – Compte-Rendu d’une intervention de Carine Aillerie à la faculté de Montpellier

« Ce que le numérique fait aux livres » : conférence de Bertrand Legendre le 24 octobre 2019 – Montpellier

Karine Moreau Bevilacqua détient une maîtrise d’histoire (1992) et un DESS informatique double compétence appliqué aux sciences sociales (1993 de l’Université de Grenoble. Après avoir passé le concours de professeur des écoles (1994), elle a enseigné pendant 20 ans en école primaire. Depuis 2016, Karine Moreau Bevilacqua est intégrée dans le corps des professeurs certifiés par liste d’aptitude en tant que professeure documentaliste. Elle est actuellement (2019-2020) inscrite dans le Master 2 Analyse des enjeux et des pratiques en information documentation à l’université Paul-Valéry Montpellier 3.

La conférence de Bertrand Legendre a eu lieu le 24 octobre 2019, dans le cadre d’un séminaire NumeRev, et à l’occasion de la sortie de son dernier livre : « Ce que le numérique fait aux livres » publié aux éditions PUG.

NumeRev est un programme scientifique, dirigé par Lise Verlaet, visant à développer et promouvoir les pratiques informationnelles et communicationnelles, soutenir l’édition scientifique dans ce domaine, et réfléchir sur les possibilités offertes par le numérique.

La conférence s’adresse aux étudiants et aux professionnels du livre, et propose une réflexion sur le développement du numérique et ses implications, notamment dans le domaine éditorial.

Bertrand Legendre est professeur en sciences de l’information et de la communication à l’université Paris 13. Responsable du Master Politiques éditoriales, il dirige le LabSIC et le laboratoire d’excellence ICCA (industries culturelles et création artistique).

Vous pouvez revisionner la conférence ici :

L’auteur a fait le choix de traiter le sujet autour de deux lignes de force : l’hybridation des rôles dans un premier temps ; en abordant d’une part l’hybridation des fonctions éditoriales et auctoriales, puis celle des fonctions critiques et promotionnelles d’autre part.

Dans une seconde partie de l’exposé, il propose d’observer la redistribution des cartes et le renouvellement du paysage éditorial engendrés par le développement du numérique.

Continuer la lecture de « Ce que le numérique fait aux livres » : conférence de Bertrand Legendre le 24 octobre 2019 – Montpellier

Que faire du patrimoine à l’ère numérique ? Séminaire Histoire et Humanités numériques – Université de Toulouse

La troisième saison du séminaire Histoire et Humanités numériques aura lieu cette année au sein du laboratoire Framespa à l’université Toulouse Jean Jaurès.

Le thème transversal qui a été retenu est : Que faire du patrimoine à l’ère numérique ? et se décline en 5 séances :

Mettre le patrimoine en open access. Par Emilie Roffidal, Anne Perrin Khelissa et Léa Saint-Raymond – 06 février

Comment les acteurs publics mettent-ils en valeur le patrimoine toulousain ? Par Géraud de Lavedan, Rémi Beguet et Hélène Kemplaire –  13 février

Numérique et patrimoine cinématographique : quels enjeux, quelles circulations ? Par Rémy Besson, Natacha Laurent et Michaël Bourgatte – 27 février

– Les futurs des textes, des documents et des livres entre pérennisation et innovation. Par Elena Pierazzo – 12 mars

– Quels enjeux pour le patrimoine institutionnel à l’âge du numérique ? Entre patrimoine de guerre et patrimoine militaire. Par Bénédicte Marquier, Patrick Peccatte et Nathalie Dereymaeker-  23 avril

Toutes les informations, y compris les salles sont disponibles sur le site du séminaire : https://hhn.hypotheses.org/

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

« Croissance et extension des données : ce que les données font aux bibliothèques » : Compte-rendu de la journée d’étude

Hélène Bert est chargée des ressources numériques à la Bibliothèque départementale des Côtes d’Armor depuis novembre 2014, après un parcours marqué par la diversité d’expériences professionnelles en lecture publique : Montbéliard, La Flèche, Vitré, Ploufragan, Saint-Brieuc, Guingamp, et en bibliothèque universitaire : IUFM de Bretagne. Diplômée  de l’université Paul-Valéry Montpellier III, Licence professionnelle « Dispositifs de gestion et de diffusion de l’information numérique » (promotion 2015-2016). Adresse électronique : Helene.BERT@cotesdarmor.fr

Partant du titre donné à cette passionnante journée d’étude organisée conjointement par Médiadix (Adrienne Cazenobe) et l’URFIST de Paris (Aline Bouchard) : « Croissance et extension des données : ce que les données font aux bibliothèques », la thématique des interactions existant entre données et bibliothèques a été explorée de tous les points de vue possibles : bibliothèques « agissant » sur les données, données « impactant » les bibliothèques, tensions, opportunités, limites juridiques, techniques… voici quelques éléments de compte rendu.

Introduction, notions et concepts, le décryptage des enjeux

Pour Gildas Illien qui introduisait la journée, entre « datablues », « databrainwashing » ou « dataliénation », les effets des datas sur les bibliothécaires sont de différente nature : remise en question des compétences classiques des bibliothécaires, interrogations sur la place de la bibliothèque dans l’environnement info-documentaire numérique, sentiment d’être dépassé, perte de repères, alors que cette thématique est très médiatisée, et que l’on baigne dans un univers de données.

Pourtant dans ce contexte hypertechnique de la donnée, les compétences « classiques » de catalogueurs restent pertinentes, alors que d’autres opportunités se dessinent pour les bibliothécaires à travers un repositionnement stratégique de la bibliothèque dans la chaîne de production de documents et des données numériques. Cette question des données est elle-même à la convergence de trois mouvements : l’open data, le linked data et la fouille de données, dont les cadres technologiques et juridiques se dessinent progressivement.

Continuer la lecture de « Croissance et extension des données : ce que les données font aux bibliothèques » : Compte-rendu de la journée d’étude

Journées DH et données ouvertes 24/25 mai à Lyon

L’université de Lyon, Persée, l’Institut des sciences de l’Homme (ISH) et la Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean Pouilleux (MOM) organisent les 24 et 25 mai 2016 deux journées sur le thème Humanités numériques et données ouvertes à suivre en direct.

Retrouver en ligne l’ensemble des débats de la journée, les vidéos des conférences, les présentations associées ainsi que les posters présentés lors de l’exposition/forum du 25 mai et les échanges des 3 ateliers pratiques.

Présentation :
Quelles places renouvelées occupent les données numériques ouvertes dans les pratiques de recherche en sciences humaines et sociales ? A quel titre l’ouverture des données souhaitée, impulsée mais aussi controversée est-elle une réalité effective pour les données de la recherche, revisitant ainsi les modèles de l’enquête, de l’archive, de la source, et, plus largement, innervant les projets en humanités numériques ? Les journées « Humanités numériques et données ouvertes » visent la réunion de perspectives actualisées sur ces questions particulièrement sensibles dans un contexte de législation sur les données numériques, et qui dépassent le seul champ de la recherche scientifique.

Ces journées seront l’occasion d’un atelier autour des services d’Huma-Num (dont NAKALA, NAKALONA et ISIDORE) de la TGIR Huma-Num co-animé par la MOM (dont les équipes utilisent NAKALA) et l’équipe d’Huma-Num.

Connaître le programme et lire la suite sur le blog d’Huma-Num.

Suivre le fil Twitter des 2 journées : 

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Séminaire «Écritures numériques et éditorialisation» du 12 mai à l’Université de Montréal : Désir de profilage et profilage du désir

Huitième séance du séminaire à revivre en direct : désir de profilage et profilage du désir

Avec Olivier Le Deuff,  maître de conférences à l’Université de Bordeaux Montaigne et responsable du DUT Information Numérique dans les organisations et au laboratoire MICA et David Pucheu, chercheur au MICA, Maître de Conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université Michel de Montaigne et à l’université de Poitiers où il est membre permanent du laboratoire Techné (Technologies numériques pour l’éducation).

Retrouvez l’ensemble du séminaire en direct sur Polemic Tweet et tout le programme du séminaire sur la Revue Sens Public.

Le séminaire est réalisé en collaboration par la revue Sens Public, l’IRI, l’Université de Montréal, Dicen-IDF, l’Université de Bordeaux, et l’Université de Technologie de Compiègne.

L’importance croissante des usagers dans les processus de catégorisation et de classification des données numériques (indexation, recommandation, évaluation) qui fonde en grande partie la valeur ajoutée (et le fonds de commerce) du web dit collaboratif ou social n’atteste pas simplement d’une volonté d’optimiser l’accessibilité à ces mêmes données : elle constitue en effet une porte ouverte sur les désirs et les intentions des individus. La pratique du tagging par les usagers (folksonomie) trace les contours de représentations du monde propres aux individus qui en sont les acteurs : elle permet rétroactivement de catégoriser non plus les données, mais l’usager lui-même, « segmenté en profils qui se rapportent tous à « lui-même », à ses propensions, ses désirs présumés » (Rouvroy, 2013) Ce “désir de profilage” des usagers, cette libido sciendi qui portent sur l’identité des usagers s’inscrit dans une double visée à la fois prédicative et heuristique. Elle voudrait en effet non seulement anticiper, mais également dévoiler, découvrir les désirs inavoués, inconscients des usagers. C’est cette libido sciendi qui alimente rétroactivement le profilage de leurs désirs à des fins mercantiles sous couvert d’une stratégie qui est celle du service rendu. Si bien que la volonté d’en savoir plus sur les individus s’appuie sur une volonté de se voir qui se concrétise par le biais de réseaux sociaux et d’applications qui captent davantage de données personnelles de manière de plus en plus volontaire notamment quand il s’agit d’exposer des données issues de la quantification de soi. Cette pénétration au sein de la sphère de l’intime se poursuit sur les territoires des corps et de la sexualité qui s’exprime par l’utilisation notamment des tags sur les sites de vidéos pornographiques librement consultables. Cette indexation des désirs s’avère également déformante dans la mesure où elle véhicule des représentations au point de populariser certaines expressions comme la MILF (Mother I’d Like to Fuck). Au final, il s’agit non seulement d’un accroissement des stratégies de l’indexation des existences, mais également des mécanismes d’influence des manières de voir et de se représenter le monde par les individus qui méritent d’être interrogés. Quelles sont en effet dès lors les institutions dominantes de ce biopouvoir ?

Plus s’informations sur le site de Sens Public

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook