Archives de catégorie : Revues

Libre accès et données de la recherche. Quelle résonance dans les SIC ? Études de communication, vol. 52

Libre accès et données de la recherche/Open Access and Research Data.

Quelle résonance dans les SIC ?/Contributions from the Information and Communication Sciences

Sous la direction de Joachim Schöpfel, Renaud Fabre et Bernard Jacquemin

Les articles de ce numéro sont disponibles en texte intégral via abonnement/accès payant sur le portail Cairn.
Consulter ce numéro

Dans la mouvance de la science ouverte (Open Science) et du libre accès aux publications scientifique, la mise à disposition des données de la recherche (Open Research Data) est un courant récent, mais qui s’affirme de plus en plus massivement au niveau institutionnel (programmes de recherches européens H2020 ou nationaux ANR). La publication des résultats de la recherche ne suffit plus, et il faut désormais pérenniser, et dans la mesure du possible partager, les données brutes ou prétraitées collectées au cours des projets de recherche.
Dans leur quotidien professionnel, les chercheurs en SIC sont particulièrement confrontés à cette évolution qui est de nature à influencer tant leurs pratiques que leurs objets de recherche. En effet, depuis la collecte des données – dont la typologie et la nature même, voire les conditions de production, restent souvent incertaines – jusqu’à leur valorisation (publication scientifique initiale, réutilisation dans des perspectives parfois très différentes, traitements divers…) en passant par des phases de description, de structuration, d’analyse, de conservation et de communication, ce sont tous les aspects du métier de chercheur en SIC qui sont questionnés : méthodologie, analyse et traitement, interprétation, diffusion, en plus du volet éthique.
Ce sont ces dimensions de la recherche en sciences de l’information et de la communication que le présent numéro d’Études de communication entend aborder et questionner.

Comité de lecture du numéro 52 (Dossier) :
Joumana Boustany (Dicen-idf, Université Paris Est Marne-la-Vallée), Guillaume Cabanac (IRIT, Université de Toulouse),
Ghislaine Chartron (Dicen-idf, CNAM Paris),
Stéphane Chaudiron (GERiiCO, Université de Lille), Viviane Clavier (GRESEC, Université Grenoble-Alpes),
Jacques Ducloy (DRRT Grand-Est, Nancy),
Hans Dillaerts (LERASS-CERIC, Université Paul-Valéry Montpellier 3),
Ulrich Herb (Universität des Saarlandes, Saarbrücken),
Maxi Kindling (Humboldt-Universität zu Berlin),
Annaig Mahé (Dicen-idf, URFIST Paris),
Florence Millerand (LabCMO, UQAM, Montréal),
Samuel Moore (King’s College London),
Achim Osswald (Technische Hochschule Köln),
Céline Paganelli (LERASS-CERIC, Université Paul-Valéry Montpellier 3),
Laurent Romary (Centre Marc Bloch, Berlin),
Jérôme Valluy (COSTECH, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Marc Vanholsbeeck (ReSIC, Université Libre de Bruxelles)

Comité de lecture du numéro 52 (varias) :
Coordination : Marion Dalibert, Aurélia Lamy, Florence Rio,Laura Calabrese (Ladisco, Université libre de Bruxelles),
Laurent Collet (I3M, Université de Toulon),
Marlène Coulomb-Gully (Lerass, Université de Toulouse 2),
Jamil Dakhlia (IRMECCEN, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), Marco Dell’Omodarme (Institut ACTE, Université Paris 1 –Panthéon Sorbonne),
Simona De Lulio (GERiiCO, Université de Lille),
Oriane Deseilligny (GRIPIC, Université Paris 13),
Jean-Claude Domenget (Laboratoire Elliadd, Université Bourgogne Franche-Comté),
Thomas Guignard (GERiiCO, Université de Lille),
Sarah Labelle (LabSIC, Université Paris 13),
Béatrice Micheau (GERiiCO, ESPE – COMUE Lille Nord de France), Valérie Patrin-Leclère (CELSA, Université Paris Sorbonne),
Nathalie Pignard-Cheynel (CREM, Université de Lorraine),
Bruno Raoul (GERiiCO, Université de Lille),
Marta Severo (DICEN, Université Paris Nanterre),
Bérengère Stassin (CREM, Université de Lorraine),
Cécile Tardy (GERiiCO, Université de Lille),
Philippe Useille (DeVisu, Université de Valenciennes et du Hainaut Cambrésis)

Dossier

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Revue “Humanités numériques” : premier appel à contribution

Humanistica, l’association francophone des humanités numériques
/digitales, lance le premier appel à contribution de la nouvelle revue francophone Humanités numériquesconsacrée aux usages savants du numérique.

Cette revue veut offrir un lieu de réflexion, de débat scientifique et d’expression aux chercheurs et enseignants dont les travaux s’inscrivent dans le champ des humanités numériques. Elle s’adresse donc aux spécialistes des sciences humaines, des sciences sociales et des disciplines liées aux technologies de l’information, ainsi qu’à tous ceux qui se sentent concernés par les transformations numériques des savoirs.

Humanités numériques est une revue numérique ouverte, à la fois par sa volonté de représenter la diversité des points de vue et par son choix d’une publication en open access. Émanation de l’association francophone Humanistica, elle est conçue comme une réponse collective à la revendication liminaire du Manifeste des Digital Humanities de 2010, première manifestation francophone de ce mouvement : pour constituer, faire connaître et faire reconnaître « une communauté de pratique solidaire, ouverte, accueillante et libre d’accès », nous avons besoin d’une culture commune, élaborée en français mais en constante relation avec les productions des autres aires linguistiques, fondée sur des références et des discussions d’un autre ordre que celles des séminaires, des colloques, des listes de diffusion, des blogs ou des réseaux sociaux.

La rencontre des sciences de l’homme et de la société avec le calcul, avec l’informatique et avec la culture numérique se rattache à plus d’un demi-siècle de recherches et, au delà, aux métamorphoses millénaires des technologies de l’information. Penser cette histoire, ou plutôt ces histoires nationales et locales, est d’ailleurs l’une des orientations récentes des humanités numériques, qui – nous en prenons acte – incluent aussi bien les réflexions sur les infrastructures, les standards et les outils que la discussion de projets collaboratifs, aussi bien les propositions théoriques que l’inscription dans l’histoire des techniques, aussi bien l’étude des modalités d’accès et de diffusion que l’élaboration de méthodes d’analyse, aussi bien la description des pratiques informatiques devenues ordinaires que la possibilité de nouvelles cultures épistémiques, aussi bien, enfin, les enjeux de l’institutionnalisation que la critique des modes ou des idéologies. Cet inventaire est délibérément ouvert, car la recherche et l’enseignement vivent une époque de transition, dans laquelle les humanités numériques constituent avant tout, à nos yeux, une zone d’échange entre disciplines, entre métiers, entre cultures. Par ses articles et ses dossiers thématiques, et dans un second temps par l’introduction d’autres rubriques, la revue entend stimuler cette réinvention.

Expérimentation, réflexivité, hybridation, dialogue : tels sont donc les maîtres mots de l’aventure scientifique que nous voulons accompagner, sans illusion technophile, sans irénisme technocratique, mais avec l’enthousiasme et le goût de la découverte qui colorent le plus souvent ces travaux. En vous proposant de contribuer aux premiers numéros de la revue, nous faisons le pari qu’il existe un vivier d’auteurs et d’acteurs prêts à objectiver, chroniquer et critiquer, au sens le plus riche du terme, l’évolution de leurs pratiques et de leur pensée.

Continuer la lecture de Revue “Humanités numériques” : premier appel à contribution