Archives de catégorie : Lu/Vu

« Ce que le numérique fait aux livres » : conférence de Bertrand Legendre le 24 octobre 2019 – Montpellier

Karine Moreau Bevilacqua détient une maîtrise d’histoire (1992) et un DESS informatique double compétence appliqué aux sciences sociales (1993 de l’Université de Grenoble. Après avoir passé le concours de professeur des écoles (1994), elle a enseigné pendant 20 ans en école primaire. Depuis 2016, Karine Moreau Bevilacqua est intégrée dans le corps des professeurs certifiés par liste d’aptitude en tant que professeure documentaliste. Elle est actuellement (2019-2020) inscrite dans le Master 2 Analyse des enjeux et des pratiques en information documentation à l’université Paul-Valéry Montpellier 3.

La conférence de Bertrand Legendre a eu lieu le 24 octobre 2019, dans le cadre d’un séminaire NumeRev, et à l’occasion de la sortie de son dernier livre : « Ce que le numérique fait aux livres » publié aux éditions PUG.

NumeRev est un programme scientifique, dirigé par Lise Verlaet, visant à développer et promouvoir les pratiques informationnelles et communicationnelles, soutenir l’édition scientifique dans ce domaine, et réfléchir sur les possibilités offertes par le numérique.

La conférence s’adresse aux étudiants et aux professionnels du livre, et propose une réflexion sur le développement du numérique et ses implications, notamment dans le domaine éditorial.

Bertrand Legendre est professeur en sciences de l’information et de la communication à l’université Paris 13. Responsable du Master Politiques éditoriales, il dirige le LabSIC et le laboratoire d’excellence ICCA (industries culturelles et création artistique).

Vous pouvez revisionner la conférence ici :

L’auteur a fait le choix de traiter le sujet autour de deux lignes de force : l’hybridation des rôles dans un premier temps ; en abordant d’une part l’hybridation des fonctions éditoriales et auctoriales, puis celle des fonctions critiques et promotionnelles d’autre part.

Dans une seconde partie de l’exposé, il propose d’observer la redistribution des cartes et le renouvellement du paysage éditorial engendrés par le développement du numérique.

Continuer la lecture de « Ce que le numérique fait aux livres » : conférence de Bertrand Legendre le 24 octobre 2019 – Montpellier

Libre accès et données de la recherche. Quelle résonance dans les SIC ? Études de communication, vol. 52

Libre accès et données de la recherche/Open Access and Research Data.

Quelle résonance dans les SIC ?/Contributions from the Information and Communication Sciences

Sous la direction de Joachim Schöpfel, Renaud Fabre et Bernard Jacquemin

Les articles de ce numéro sont disponibles en texte intégral via abonnement/accès payant sur le portail Cairn.
Consulter ce numéro

Dans la mouvance de la science ouverte (Open Science) et du libre accès aux publications scientifique, la mise à disposition des données de la recherche (Open Research Data) est un courant récent, mais qui s’affirme de plus en plus massivement au niveau institutionnel (programmes de recherches européens H2020 ou nationaux ANR). La publication des résultats de la recherche ne suffit plus, et il faut désormais pérenniser, et dans la mesure du possible partager, les données brutes ou prétraitées collectées au cours des projets de recherche.
Dans leur quotidien professionnel, les chercheurs en SIC sont particulièrement confrontés à cette évolution qui est de nature à influencer tant leurs pratiques que leurs objets de recherche. En effet, depuis la collecte des données – dont la typologie et la nature même, voire les conditions de production, restent souvent incertaines – jusqu’à leur valorisation (publication scientifique initiale, réutilisation dans des perspectives parfois très différentes, traitements divers…) en passant par des phases de description, de structuration, d’analyse, de conservation et de communication, ce sont tous les aspects du métier de chercheur en SIC qui sont questionnés : méthodologie, analyse et traitement, interprétation, diffusion, en plus du volet éthique.
Ce sont ces dimensions de la recherche en sciences de l’information et de la communication que le présent numéro d’Études de communication entend aborder et questionner.

Comité de lecture du numéro 52 (Dossier) :
Joumana Boustany (Dicen-idf, Université Paris Est Marne-la-Vallée), Guillaume Cabanac (IRIT, Université de Toulouse),
Ghislaine Chartron (Dicen-idf, CNAM Paris),
Stéphane Chaudiron (GERiiCO, Université de Lille), Viviane Clavier (GRESEC, Université Grenoble-Alpes),
Jacques Ducloy (DRRT Grand-Est, Nancy),
Hans Dillaerts (LERASS-CERIC, Université Paul-Valéry Montpellier 3),
Ulrich Herb (Universität des Saarlandes, Saarbrücken),
Maxi Kindling (Humboldt-Universität zu Berlin),
Annaig Mahé (Dicen-idf, URFIST Paris),
Florence Millerand (LabCMO, UQAM, Montréal),
Samuel Moore (King’s College London),
Achim Osswald (Technische Hochschule Köln),
Céline Paganelli (LERASS-CERIC, Université Paul-Valéry Montpellier 3),
Laurent Romary (Centre Marc Bloch, Berlin),
Jérôme Valluy (COSTECH, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Marc Vanholsbeeck (ReSIC, Université Libre de Bruxelles)

Comité de lecture du numéro 52 (varias) :
Coordination : Marion Dalibert, Aurélia Lamy, Florence Rio,Laura Calabrese (Ladisco, Université libre de Bruxelles),
Laurent Collet (I3M, Université de Toulon),
Marlène Coulomb-Gully (Lerass, Université de Toulouse 2),
Jamil Dakhlia (IRMECCEN, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), Marco Dell’Omodarme (Institut ACTE, Université Paris 1 –Panthéon Sorbonne),
Simona De Lulio (GERiiCO, Université de Lille),
Oriane Deseilligny (GRIPIC, Université Paris 13),
Jean-Claude Domenget (Laboratoire Elliadd, Université Bourgogne Franche-Comté),
Thomas Guignard (GERiiCO, Université de Lille),
Sarah Labelle (LabSIC, Université Paris 13),
Béatrice Micheau (GERiiCO, ESPE – COMUE Lille Nord de France), Valérie Patrin-Leclère (CELSA, Université Paris Sorbonne),
Nathalie Pignard-Cheynel (CREM, Université de Lorraine),
Bruno Raoul (GERiiCO, Université de Lille),
Marta Severo (DICEN, Université Paris Nanterre),
Bérengère Stassin (CREM, Université de Lorraine),
Cécile Tardy (GERiiCO, Université de Lille),
Philippe Useille (DeVisu, Université de Valenciennes et du Hainaut Cambrésis)

Dossier

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Que faire du patrimoine à l’ère numérique ? Séminaire Histoire et Humanités numériques – Université de Toulouse

La troisième saison du séminaire Histoire et Humanités numériques aura lieu cette année au sein du laboratoire Framespa à l’université Toulouse Jean Jaurès.

Le thème transversal qui a été retenu est : Que faire du patrimoine à l’ère numérique ? et se décline en 5 séances :

Mettre le patrimoine en open access. Par Emilie Roffidal, Anne Perrin Khelissa et Léa Saint-Raymond – 06 février

Comment les acteurs publics mettent-ils en valeur le patrimoine toulousain ? Par Géraud de Lavedan, Rémi Beguet et Hélène Kemplaire –  13 février

Numérique et patrimoine cinématographique : quels enjeux, quelles circulations ? Par Rémy Besson, Natacha Laurent et Michaël Bourgatte – 27 février

– Les futurs des textes, des documents et des livres entre pérennisation et innovation. Par Elena Pierazzo – 12 mars

– Quels enjeux pour le patrimoine institutionnel à l’âge du numérique ? Entre patrimoine de guerre et patrimoine militaire. Par Bénédicte Marquier, Patrick Peccatte et Nathalie Dereymaeker-  23 avril

Toutes les informations, y compris les salles sont disponibles sur le site du séminaire : https://hhn.hypotheses.org/

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

« Croissance et extension des données : ce que les données font aux bibliothèques » : Compte-rendu de la journée d’étude

Hélène Bert est chargée des ressources numériques à la Bibliothèque départementale des Côtes d’Armor depuis novembre 2014, après un parcours marqué par la diversité d’expériences professionnelles en lecture publique : Montbéliard, La Flèche, Vitré, Ploufragan, Saint-Brieuc, Guingamp, et en bibliothèque universitaire : IUFM de Bretagne. Diplômée  de l’université Paul-Valéry Montpellier III, Licence professionnelle « Dispositifs de gestion et de diffusion de l’information numérique » (promotion 2015-2016). Adresse électronique : Helene.BERT@cotesdarmor.fr

Partant du titre donné à cette passionnante journée d’étude organisée conjointement par Médiadix (Adrienne Cazenobe) et l’URFIST de Paris (Aline Bouchard) : « Croissance et extension des données : ce que les données font aux bibliothèques », la thématique des interactions existant entre données et bibliothèques a été explorée de tous les points de vue possibles : bibliothèques « agissant » sur les données, données « impactant » les bibliothèques, tensions, opportunités, limites juridiques, techniques… voici quelques éléments de compte rendu.

Introduction, notions et concepts, le décryptage des enjeux

Pour Gildas Illien qui introduisait la journée, entre « datablues », « databrainwashing » ou « dataliénation », les effets des datas sur les bibliothécaires sont de différente nature : remise en question des compétences classiques des bibliothécaires, interrogations sur la place de la bibliothèque dans l’environnement info-documentaire numérique, sentiment d’être dépassé, perte de repères, alors que cette thématique est très médiatisée, et que l’on baigne dans un univers de données.

Pourtant dans ce contexte hypertechnique de la donnée, les compétences « classiques » de catalogueurs restent pertinentes, alors que d’autres opportunités se dessinent pour les bibliothécaires à travers un repositionnement stratégique de la bibliothèque dans la chaîne de production de documents et des données numériques. Cette question des données est elle-même à la convergence de trois mouvements : l’open data, le linked data et la fouille de données, dont les cadres technologiques et juridiques se dessinent progressivement.

Continuer la lecture de « Croissance et extension des données : ce que les données font aux bibliothèques » : Compte-rendu de la journée d’étude

Revue « Humanités numériques » : premier appel à contribution

Humanistica, l’association francophone des humanités numériques
/digitales, lance le premier appel à contribution de la nouvelle revue francophone Humanités numériquesconsacrée aux usages savants du numérique.

Cette revue veut offrir un lieu de réflexion, de débat scientifique et d’expression aux chercheurs et enseignants dont les travaux s’inscrivent dans le champ des humanités numériques. Elle s’adresse donc aux spécialistes des sciences humaines, des sciences sociales et des disciplines liées aux technologies de l’information, ainsi qu’à tous ceux qui se sentent concernés par les transformations numériques des savoirs.

Humanités numériques est une revue numérique ouverte, à la fois par sa volonté de représenter la diversité des points de vue et par son choix d’une publication en open access. Émanation de l’association francophone Humanistica, elle est conçue comme une réponse collective à la revendication liminaire du Manifeste des Digital Humanities de 2010, première manifestation francophone de ce mouvement : pour constituer, faire connaître et faire reconnaître « une communauté de pratique solidaire, ouverte, accueillante et libre d’accès », nous avons besoin d’une culture commune, élaborée en français mais en constante relation avec les productions des autres aires linguistiques, fondée sur des références et des discussions d’un autre ordre que celles des séminaires, des colloques, des listes de diffusion, des blogs ou des réseaux sociaux.

La rencontre des sciences de l’homme et de la société avec le calcul, avec l’informatique et avec la culture numérique se rattache à plus d’un demi-siècle de recherches et, au delà, aux métamorphoses millénaires des technologies de l’information. Penser cette histoire, ou plutôt ces histoires nationales et locales, est d’ailleurs l’une des orientations récentes des humanités numériques, qui – nous en prenons acte – incluent aussi bien les réflexions sur les infrastructures, les standards et les outils que la discussion de projets collaboratifs, aussi bien les propositions théoriques que l’inscription dans l’histoire des techniques, aussi bien l’étude des modalités d’accès et de diffusion que l’élaboration de méthodes d’analyse, aussi bien la description des pratiques informatiques devenues ordinaires que la possibilité de nouvelles cultures épistémiques, aussi bien, enfin, les enjeux de l’institutionnalisation que la critique des modes ou des idéologies. Cet inventaire est délibérément ouvert, car la recherche et l’enseignement vivent une époque de transition, dans laquelle les humanités numériques constituent avant tout, à nos yeux, une zone d’échange entre disciplines, entre métiers, entre cultures. Par ses articles et ses dossiers thématiques, et dans un second temps par l’introduction d’autres rubriques, la revue entend stimuler cette réinvention.

Expérimentation, réflexivité, hybridation, dialogue : tels sont donc les maîtres mots de l’aventure scientifique que nous voulons accompagner, sans illusion technophile, sans irénisme technocratique, mais avec l’enthousiasme et le goût de la découverte qui colorent le plus souvent ces travaux. En vous proposant de contribuer aux premiers numéros de la revue, nous faisons le pari qu’il existe un vivier d’auteurs et d’acteurs prêts à objectiver, chroniquer et critiquer, au sens le plus riche du terme, l’évolution de leurs pratiques et de leur pensée.

Continuer la lecture de Revue « Humanités numériques » : premier appel à contribution

« Vers de nouveaux catalogues » : quelles questions, quelles réponses ?

Nous republions ici avec l’aimable autorisation de son auteur cet article paru ce jour sur son blog Bibliothèques [reloaded].

J’ai fini récemment Vers de nouveaux catalogues, paru aux Editions du Cercle de la Librairie sous la coordination d’Emmanuelle Bermès (l’introduction est en ligne sur Figoblog).

J’avoue avoir eu un peu de mal à me le procurer : il y avait une file d’attente pour le lire au service de documentation professionnelle interne de la BnF !

L’ouvrage veut rendre compte, à travers l’ensemble de ses contributions (table des matières), de ce que sera l’avenir des catalogues. Le procédé est le suivant : chaque contributeur essaie de rendre compte, à travers un retour d’expérience précis illustrant le propos (la plateforme data.bnf.fr, la FRBRisation des données, le projet SGBm du réseau Sudoc, le futur data lake de l’INA, etc.), de lignes de fond qui permettent d’anticiper ce que seront les catalogues demain.

A un ou deux articles près, l’équilibre, assez complexe à tenir, entre retour pratique et propos plus théorique, est très bien tenu par leurs auteurs. Les exemples donnés sont concrets, mais le propos ne s’en tient pas à dérouler simplement l’histoire : il en tire des conclusions, dégage des grandes logiques.

Continuer la lecture de « Vers de nouveaux catalogues » : quelles questions, quelles réponses ?

Le livre numérique en bibliothèque : état des lieux et perspectives

Laurent Soual connaît bien les bibliothèques. Autrefois conservateur des bibliothèques, aujourd’hui consultant en système d’information documentaire, il publie en 2015 aux Éd. du Cercle de la Librairie un ouvrage sur le livre numérique en bibliothèque et son avenir sous la forme d’un bilan. Procédant à une radiographie exhaustive des enjeux pour les bibliothèques publiques et universitaires, l’auteur propose un panorama salutaire dans un contexte mouvant et instable, tant au niveau technologique que juridique et économique. Plus d’une décennie après l’émergence du livre numérique sur le marché de l’édition, aucun modèle réellement stable, reconnu par l’ensemble des acteurs de la chaîne du livre numérique, ne s’est encore imposé 1.

L’ouvrage fournira aux novices des repères indispensables et un excellent outil de formation pour la profession, dont le poids dans les débats d’avenir est vital pouroffrir une alternative à la diffusion massive et formatée de la culture par les monopoles industriels de contenus numériques.
En six chapitres, dont le dernier plus prospectif, l’auteur met à jour l’écosystème technique complexe du livre numérique, pose le cadre historique et législatif, souligne l’hétérogénéité de ses acteurs, dresse une typologie de l’offre en bibliothèque et envisage, en conclusion de l’ouvrage, quelles solutions d’avenir privilégier.

Le retard français

Un bref détour par les baromètres annuels 2 sur le marché du livre numérique suffit à nous convaincre du retard français 3. L’édition de livres numériques reste clairement un marché de nicheoù les éditeurs nationaux sont fragilisés par le poids des acteurs du web et les industries de contenus numériques. À l’échelle nationale, si l’on totalise 15 % de lecteurs numériques sur l’ensemble du territoire français, encore faut-il nuancer ce constat par la spécificité du lectorat qui relève de la catégorie de grand lecteur, numérique ou pas. Ainsi que le rappelle fort à propos l’auteur, la question de la lecture numérique se pose quoi qu’il en soit dans un contexte d’érosion structurelle del’édition4.

Continuer la lecture de Le livre numérique en bibliothèque : état des lieux et perspectives

Journées DH et données ouvertes 24/25 mai à Lyon

L’université de Lyon, Persée, l’Institut des sciences de l’Homme (ISH) et la Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean Pouilleux (MOM) organisent les 24 et 25 mai 2016 deux journées sur le thème Humanités numériques et données ouvertes à suivre en direct.

Retrouver en ligne l’ensemble des débats de la journée, les vidéos des conférences, les présentations associées ainsi que les posters présentés lors de l’exposition/forum du 25 mai et les échanges des 3 ateliers pratiques.

Présentation :
Quelles places renouvelées occupent les données numériques ouvertes dans les pratiques de recherche en sciences humaines et sociales ? A quel titre l’ouverture des données souhaitée, impulsée mais aussi controversée est-elle une réalité effective pour les données de la recherche, revisitant ainsi les modèles de l’enquête, de l’archive, de la source, et, plus largement, innervant les projets en humanités numériques ? Les journées « Humanités numériques et données ouvertes » visent la réunion de perspectives actualisées sur ces questions particulièrement sensibles dans un contexte de législation sur les données numériques, et qui dépassent le seul champ de la recherche scientifique.

Ces journées seront l’occasion d’un atelier autour des services d’Huma-Num (dont NAKALA, NAKALONA et ISIDORE) de la TGIR Huma-Num co-animé par la MOM (dont les équipes utilisent NAKALA) et l’équipe d’Huma-Num.

Connaître le programme et lire la suite sur le blog d’Huma-Num.

Suivre le fil Twitter des 2 journées : 

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Séminaire «Écritures numériques et éditorialisation» du 12 mai à l’Université de Montréal : Désir de profilage et profilage du désir

Huitième séance du séminaire à revivre en direct : désir de profilage et profilage du désir

Avec Olivier Le Deuff,  maître de conférences à l’Université de Bordeaux Montaigne et responsable du DUT Information Numérique dans les organisations et au laboratoire MICA et David Pucheu, chercheur au MICA, Maître de Conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université Michel de Montaigne et à l’université de Poitiers où il est membre permanent du laboratoire Techné (Technologies numériques pour l’éducation).

Retrouvez l’ensemble du séminaire en direct sur Polemic Tweet et tout le programme du séminaire sur la Revue Sens Public.

Le séminaire est réalisé en collaboration par la revue Sens Public, l’IRI, l’Université de Montréal, Dicen-IDF, l’Université de Bordeaux, et l’Université de Technologie de Compiègne.

L’importance croissante des usagers dans les processus de catégorisation et de classification des données numériques (indexation, recommandation, évaluation) qui fonde en grande partie la valeur ajoutée (et le fonds de commerce) du web dit collaboratif ou social n’atteste pas simplement d’une volonté d’optimiser l’accessibilité à ces mêmes données : elle constitue en effet une porte ouverte sur les désirs et les intentions des individus. La pratique du tagging par les usagers (folksonomie) trace les contours de représentations du monde propres aux individus qui en sont les acteurs : elle permet rétroactivement de catégoriser non plus les données, mais l’usager lui-même, « segmenté en profils qui se rapportent tous à « lui-même », à ses propensions, ses désirs présumés » (Rouvroy, 2013) Ce “désir de profilage” des usagers, cette libido sciendi qui portent sur l’identité des usagers s’inscrit dans une double visée à la fois prédicative et heuristique. Elle voudrait en effet non seulement anticiper, mais également dévoiler, découvrir les désirs inavoués, inconscients des usagers. C’est cette libido sciendi qui alimente rétroactivement le profilage de leurs désirs à des fins mercantiles sous couvert d’une stratégie qui est celle du service rendu. Si bien que la volonté d’en savoir plus sur les individus s’appuie sur une volonté de se voir qui se concrétise par le biais de réseaux sociaux et d’applications qui captent davantage de données personnelles de manière de plus en plus volontaire notamment quand il s’agit d’exposer des données issues de la quantification de soi. Cette pénétration au sein de la sphère de l’intime se poursuit sur les territoires des corps et de la sexualité qui s’exprime par l’utilisation notamment des tags sur les sites de vidéos pornographiques librement consultables. Cette indexation des désirs s’avère également déformante dans la mesure où elle véhicule des représentations au point de populariser certaines expressions comme la MILF (Mother I’d Like to Fuck). Au final, il s’agit non seulement d’un accroissement des stratégies de l’indexation des existences, mais également des mécanismes d’influence des manières de voir et de se représenter le monde par les individus qui méritent d’être interrogés. Quelles sont en effet dès lors les institutions dominantes de ce biopouvoir ?

Plus s’informations sur le site de Sens Public

Dlis

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook