Archives par mot-clé : mis-en-avant

Colloque ÉCRiDiL en juin 2018 @ Montréal

Le CRIHN, Centre de recherche inter-universitaire sur les humanités numériques,  co-organisent la deuxième édition du Colloque ÉCRiDiL colloque ÉCRiDiL, « Écrire, éditer, lire à l’ère numérique », de 2018 qui se tiendra à Montréal sur le thème « Le livre, défi de design : l’intersection numérique de la création et de l’édition”.
Le  colloque ECRiDiL étudie sans les séparer les trois usages fondamentaux de la chaîne du livre (ÉCRire, éDIter, Lire) à partir de la culture de l’innovation par le design, dans l’esprit de l’innovation sociale et numérique.

Appel de propositions d’interventions :

Après plus d’une décennie d’expérimentations sur le livre numérique (depuis les premières liseuses et l’adoption du standard epub), les discours soutiennent soudain l’idée d’une certaine faillite de la révolution annoncée pour le livre dans un contexte numérique, à grands renforts d’études, par exemple, sur la préférence des jeunes pour les livres sur support papier. C’est pourtant là faire l’impasse de transformations profondes dans les pratiques de production et de consommation du livre aujourd’hui – depuis le succès de la plateforme Kindle d’Amazon, de nouveaux modes de circulation du savoir scientifique (pensons à l’enjeu du libre accès et de la structuration des contenus), les nouvelles formes numériques de diffusion de la culture, jusqu’aux statistiques impressionnantes d’adhésion au prêt numérique d’ouvrages dans les bibliothèques publiques. S’il y a certainement une conception conventionnelle du livre qui persiste dans les esprits et les préférences des lecteurs (rattachée à son acquisition, à sa manipulation, à sa possession physique sous forme de codex), un examen du spectre large des manifestations du livre aujourd’hui ne peut écarter une pénétration avérée du numérique dans ses modalités d’existence. Au cœur de ce colloque s’inscrit un questionnement fondamental et transversal : qu’est-ce qu’un livre ? Comment est-il appelé à se transformer en contexte numérique ?
S’inscrivant dans un esprit d’innovation – celui des formes et des pratiques, mais aussi celui des processus et des méthodes –, l’édition 2018 du colloque ÉCRiDiL souhaite prendre appui sur les expérimentations de la dernière décennie pour mieux se projeter dans un avenir qui, bien que spéculatif, permettra aux acteurs du monde du livre d’envisager de nouvelles voies pour la création, l’édition et la diffusion. La rencontre de praticiens (éditeurs, écrivains et designers), de chercheurs et d’acteurs de l’expérimentation (graphique, multimodale,  logicielle) se placera sous l’égide de la pensée du design, conduite par les facteurs humains et les finalités sociales, afin d’exploiter les potentialités de la forme et de « l’expérientialité » du livre, de ses mises à l’épreuve et d’un examen critique de sa performance. Si la réflexion sur les modes de circulation du savoir et des contenus ne peut plus faire l’économie du contexte numérique et d’une large vision des digital humanities qui viennent l’éclairer, leur incarnation concrète dans des projets, des prototypes et des coups de sonde appelle à une exploration large, autant rigoureuse que visionnaire, des possibilités existantes et futures pour le livre – dont la définition demeure résolument au cœur de cet événement.

Évaluation de la qualité des contenus numériques: regard sur la méthode d’audit de contenu

Isabelle Sperano est enseignante-chercheure dans le Master architecture de l’information à l’ENS de Lyon. Ses activités d’enseignement et de recherche portent sur l’UX design et l’architecture de l’information. Elle s’intéresse particulièrement à l’évaluation, à l’organisation et au design de l’information dans des environnements numériques de grande ampleur. Cet article présente une partie des résultats d’une étude conduite dans le cadre de sa thèse de doctorat en architecture de l’information à l’école de design de l’Université Laval (Québec) portant sur l’évaluation de la qualité des contenus numériques.

Depuis une vingtaine d’années, le Web s’est imposé comme média privilégié par une variété d’organisations (instances gouvernementales, entreprises, organismes, etc.) pour transmettre une quantité substantielle d’informations à leurs destinataires. La mise en place adéquate de ces imposantes structures informationnelles dépend, entre autres, de spécialistes de l’information et de la communication de divers champs d’expertise, dont l’architecture d’information (AI). Dans la mesure où l’accès à une information particulière constitue l’objectif principal d’une majorité d’activités de recherche sur le Web, ces spécialistes portent normalement une grande attention au contenu présenté. Pour ce faire, différentes méthodes visant à mieux appréhender le contenu ont vu le jour depuis quelques années. L’audit de contenu est l’une d’elles.

 L’audit de contenu

L’audit de contenu est une méthode d’évaluation du contenu d’un site Web ou d’un écosystème informationnel plus vaste (réseaux sociaux, applications, infolettre, etc.). Elle rend possible l’identification, le dénombrement, la description et surtout l’évaluation de chaque élément de contenu et de ses caractéristiques respectives (Jones 2010; Land 2014; Martin et Hanington 2012). Concrètement, cette méthode consiste à confronter chaque contenu – chaque « page » dans le cas d’un site Web – à une liste de critères d’évaluation sélectionnés par l’auditeur. Tout au long de son examen diagnostique, l’auditeur note ses observations et consigne ses constatations dans une grille.

Conduit adéquatement et avec rigueur, l’audit de contenu constituerait un outil indispensable à la révision ou à la conception d’un écosystème informationnel (Bloomstein 2012; Pernice 2015). Cette méthode d’analyse rétrospective du contenu et de la structure informationnelle non seulement permettrait de cerner l’étendue et l’ampleur d’un écosystème informationnel, mais contribuerait aussi à engager des discussions et à susciter des débats entre les différents acteurs d’un projet numérique. Cet examen approfondi rendrait possible l’identification de lacunes à corriger (ex. : redondance du contenu, faible qualité rédactionnelle, manque d’actualisation, faiblesses structurelles) et révélerait corrélativement l’ampleur des problèmes à résoudre (Halvorson et Rach 2012; Land 2014). En outre, l’audit de contenu rendrait possible l’anticipation de certains problèmes (contenus jugés trop sensibles, lesquels ne devraient pas apparaître sur le Web, faiblesses dans la chaîne éditoriale, etc.) (Halvorson et Rach 2012). De par sa capacité à mettre en lumière différents paramètres du contenu sinon imperceptibles au concepteur, et ce, dès le début d’un projet d’AI, l’audit de contenu influencerait grandement, selon plusieurs auteurs (Halvorson et Rach 2012; Kissane 2011; Spencer 2010), la réussite des étapes subséquentes d’une démarche d’AI (organisation de l’information, conception de la navigation, etc.).

Continuer la lecture de Évaluation de la qualité des contenus numériques: regard sur la méthode d’audit de contenu

20e CIDE Document Électronique – Le Document ? Enssib 23-25 nov

20e Colloque International sur le Document Électronique

CiDE.20

Le Document ?

Organisée par l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques en partenariat avec les équipes de recherche : CiTu-Paragraphe de l’Université de Paris 8, GERiiCO, l’Université de Lille (SHS), ELICO de l’Université de Lyon, ICAR ENS de l’Université de Lyon 2, LIRIS de l’INSA de Lyon, et Magellan IAE de l’Université de Lyon 3, la vingtième édition du Colloque international sur le document numérique sera l’occasion de réinterroger les notions du « document ».
Depuis la première édition de CiDE, les métamorphoses du document ont été nombreuses : passage de l’analogique au numérique, phénomène de délocalisation/relocalisation sur les réseaux, polymorphie des espaces documentaires… Objet hétérogène, hybride, dont le rapport au temps et à l’espace est en constante évolution, le document suscite constamment de nouvelles interrogations.
Les colloques CiDE ont débuté à Rabat en 1998 avec le « document numérique », appréhendé dans sa version primaire c’est-à-dire une représentation numérique du document classique (fichier ou site web passif). Depuis cette date, 19 colloques ont successivement questionné la notion de « document » à travers les thèmes suivants :

Document dynamique ; Bibliothèques numériques ; Document et sciences cognitives ; Document pédagogique et mobile ; La pluri-modalité et le multimédia ; Approches sémantiques pour le document électronique ; Le Multilinguisme ; Le document électronique ; Le document numérique dans le monde de la science et de la recherche ; Interactions et usages autour du document numérique ; Patrimoine 3.0 ; Document numérique entre permanence et mutations ; Le “Document” à l’ère de la différenciation numérique ; Métiers de l’information, des bibliothèques et des archives à l’ère de la différentiation numérique ; Dispositifs numériques : contenus, interactivité et visualisation ; Livre post-numérique : historique, mutations et perspectives ; Documents et dispositifs à l’ère post-numérique ; Vers une épistémè numérique.

Cette année, à l’occasion de son vingtième anniversaire, CiDE’20 propose de revisiter ces thématiques dans une approche multidisciplinaire et en considérant le document dans ses acceptions et représentations les plus diverses : document textuel monolingue, document multilingue, document image, document multimédia, document structuré, document lié , document modifiable, etc.

Certaines questions nécessitent d’être précisées, notamment le cycle de vie du document, son caractère pérenne ou au contraire fugitif, éphémère, ses traitements, la transformation des formes éditoriales et de scénarisation, ses fonctions et ses usages… À l’heure des data (big data, smart data) et de l’analyse prédictive fondées sur des approches de deep learning, quel rôle peut encore jouer le document ? Quel impact le mouvement de l’open data peut-il avoir sur le document, sur sa fonction de médiation ? Depuis près de 20 ans, les nombreux programmes de numérisation ont permis la constitution de fonds documentaires volumineux, déplaçant ainsi l’enjeu vers l’accès à ces fonds et leur représentation (métadonnées, visualisation…).
Le colloque se penche, aussi, sur la place et le rôle du document produit et géré par les bibliothèques, les différents lieux de savoir (archives, centres de documentation, musées…) ainsi que les entreprises. Ces organisations comptent sur la puissance des technologies numériques pour donner sens à la masse de données en mouvance et en perpétuelle augmentation. Les organismes institutionnels (entreprises, bibliothèques, archives, ministères, laboratoires de recherche, etc.) sont amenés à produire et/ou à gérer des données dites ouvertes qui nécessitent des analyses et des évaluations car elles sont vues, comme étant des éléments fondamentaux d’appui à l’innovation. Avec le développement des données massives et hétérogènes illustrant l’évolution de la notion de document avec sa diversité et sa multiplication, le traitement du contenu de document numérique fait appel, également, à la pluridisciplinarité (sciences de l’information et de la communication, sciences cognitives, informatique, logique, traitement automatique des langues, statistiques, linguistique, etc.), permettant des analyses de corpus multimédias et multilingues avec des applications variées. Néanmoins, l’exploitation du document pose la question de la validité et la certification de son contenu. La prise en compte des aspects juridiques (problèmes de plagiat, falsification et propriété
intellectuelle) des documents numériques sont des aspects à réactualiser.

Continuer la lecture de 20e CIDE Document Électronique – Le Document ? Enssib 23-25 nov