Archives par mot-clé : mis-en-avant

Ecole d’été cartographie-visualisation: 3-5 juillet, Enssib (Lyon/Villeurbanne)

Les inscriptions à l’école d’été de cartographie et de visualisation sont ouvertes : http://www.enssib.fr/inscription-ecole-dete-cartographie

Cette école d’été se tiendra à l’Enssib du lundi 3 juillet au mercredi 5 juillet inclus.

Elle permettra un riche débat entre géographes, physiciens, informaticiens, et aussi historiens, épistémologues, mathématiciens, sociologues, artistes sur les points suivants: apports heuristiques de la cartographie et des outils de visualisation, usage de la preuve graphique dans un raisonnement, risques de réification d’un phénomène complexe à partir d’une représentation. L’histoire de ces débats (récurrents en sciences dites sociales comme dites exactes) et leur incidence sur le développement des disciplines seront aussi abordées. Enfin, une juste place sera accordée aux non-universitaires qui usent aujourd’hui habilement des outils de visualisation/représentation et de leurs bibliothèques pour donner à voir le monde.

Les conférences et présentations originales seront complétées de tables rondes et d’ateliers spécifiques dédiés à la production de cartes et graphiques, à leur sémiologie, à leurs esthétiques.

Le programme détaillé est en cours de finalisation. Si vous en avez la possibilité, vous êtes grandement invités à participer aux 3 journées.

Vous avez accès à la présentation de cette école d’été et à la liste des intervenants en consultant la page http://barthes.enssib.fr/ECV-2017/

Cette journée est financée par l’IXXI, avec le vif soutien de l’Enssib, et croise les thèmes de recherche de l’équipe Réseaux, Savoirs & Territoires de l’Ens et du RAIL.

L’inscription est gratuite, mais nécessaire, afin de faciliter le travail du comité d’organisation:
http://www.enssib.fr/inscription-ecole-dete-cartographie

De la page au flux : la conception du livre numérique

Après des études de philosophie, et une expérience professionnelle dans l’édition, Bianca Tangaro s’est spécialisée en 2017 dans l’édition numérique en suivant le Master PUN de l’Enssib. Elle rédige actuellement un mémoire sur le livre numérique comme défi technique, commercial et culturel pour les éditeurs indépendants.

Á quoi pense-t-on quand on nous dit le mot « livre » ? De manière générale, nous pensons à un objet, qui occupe un certain espace, et qui a une certaine forme. Cet objet se présente comme un recueil de pages imprimées (au moins 49 selon la définition de l’Unesco [1]) dont la fonction est celle de support à l’écriture et aux images. En tant que support matériel le livre a donc une certaine forme physique : c’est précisément cette forme que nous voudrions analyser. En effet, dans le passage du livre papier au livre numérique, le livre abandonne la forme de codex pour acquérir celle de « flux » numérique. Il s’agit alors ici d’analyser le changement de conception qu’entraine ce passage d’une forme à l’autre. Nous voudrions ici rendre compte du fait que la réalisation d’un livre numérique implique une certaine conception du livre différente de celle historiquement focalisée sur la page destinée à la seule impression sur papier. Il faut ici entendre le terme « conception » au sens d’un engendrement et de la disposition dans laquelle il faut se placer pour réaliser un livre numérique, puisque opter pour la publication numérique nécessite une certaine « conversion » à une nouvelle méthode. Il va falloir ainsi comprendre les tenants de cette méthode.

Dans notre recherche documentaire, nous avons remarqué que de nombreuses études ont été consacrées de manière large au livre numérique, à son univers professionnel, son univers économique, et d’autres textes sont plutôt des manuels, guides pratiques à la création de documents EPUB. Nous avons également fait une recherche en ciblant la notion de « page », et nous avons trouvé peu de littérature concernant cette notion. Nous allons préciser cela dans la section dédiée à l’état de l’art de la littérature sur notre sujet. Ainsi, nous avons pu constater qu’il y a peu de textes ou études permettant de comprendre le changement fondamental qui s’opère lors de la conception d’un livre numérique par rapport à la conception d’un livre destiné à être imprimé. C’est pourquoi nous voudrions analyser précisément les différences entre les deux modèles de conception qui sont celui de la page physique et celui du flux numérique, les mettre en parallèle afin de questionner la place de la notion de « page » dans l’univers de la création de livres numériques. Ce questionnement naît d’un problème qui émerge lorsque des professionnels de l’édition traditionnelle commencent à dialoguer avec des professionnels de l’édition numérique. Il apparaît que le vocabulaire n’est pas le même entre les deux corps professionnels et les attentes des uns semblent diverger de celles des autres.

Continuer la lecture de De la page au flux : la conception du livre numérique

Hackathon ESOBD du 7 et 8 juillet – Écriture Scientifique Orientée Base de Données

Appel à participation au Hackathon ESOBD

Le Hackathon ESOBD (l’Écriture Scientifique Orientée Base de Données) vous propose de travailler à partir d’un corpus de données issu d’un projet de recherche afin de développer des prototypes de scénarios, interfaces, visualisations ou jeux innovants. Il s’inscrit dans une perspective de réflexion plus large autour des questions du recours à l’open data et aux visualisations de données dans le contexte universitaire.

Le hackathon gravite autour de 3 projets liés à l’univers de la recherche dont les thématiques sont clairement distinctes (la bibliothèque, la comédie musicale, l’université). Ces projets ont été conçus selon une même méthodologie et présentent une architecture technique similaire (un cœur applicatif Symfony3, une BD MySQL, des visualisations réalisées avec D3.js, et une API constituée de webservices fournissant du JSON).

 Les 3 projets issus du monde de la recherche

Le projet Prévu interroge le prêt en bibliothèque par la visualisation, au sein de différents scénarios, des données d’usage de SCD universitaire et de bibliothèques municipales. [http://prevu.fr/]

Le projet MC2  permet de replacer le film Musical hollywoodien en Contexte Médiatique et Culturel par la visualisation et l’interrogation de données produites par des chercheurs en cinéma.[http://mc2.interlivre.fr/]    

Le projet Cartographie de la COMUE Hesam propose de visualiser les compétences des membres de communauté d’universités des Hautes Écoles Sorbonne Arts et Métiers université (Hesam).  [http://carto-hesam.eu]

Continuer la lecture de Hackathon ESOBD du 7 et 8 juillet – Écriture Scientifique Orientée Base de Données