Archives par mot-clé : Métiers

Professionnels de l’information et humanités numériques : compétences, formations, métiers

I2D_162_L204La journée annuelle de la Fulbi, « Humains numériques sans le savoir ? L’apport des professionnels des bibliothèques, de l’info-doc et du patrimoine aux digital humanities », était organisée le 22 janvier dernier par le CNAM-INTD, sous la houlette avisée et chaleureuse de Claire Scopsi, MCF en SIC. La rencontre concernait chercheurs en sciences de l’information, archivistes, documentalistes, bibliothécaires et responsables de formation, tous mobilisés autour de la question, curieusement encore assez peu formulée par les professionnels eux-mêmes, de leur apport aux digital humanities.

Humains numériques sans le savoir ?

Telle était la question taquine adressée par cette journée aux professionnels de l’information sur leur contribution aux humanités numériques. Le ton est donné. En miroir, la mise au point sur le concept de digital humanities reste d’actualité pour un courant de la recherche en SHS qui porte aujourd’hui nombre de manifestes, déclarations et projets de recherche sous la bannière des humanités numériques.

De quoi parle-t-on ?

La difficulté que les chercheurs eux-mêmes ont à s’entendre sur ce concept relativement nouveau explique peut-être la participation discrète et récente des professionnels de l’information aux nombreux débats soulevés. Les humanités numériques sont-elles une nouvelle discipline ou une transdiscipline[1] ? Quels en sont les frontières, les territoires, les praticiens, les métiers ? Quelles compétences faudrait-il avoir pour s’en réclamer ? Comment et pourquoi faire des humanités numériques ? Plusieurs courants coexistent chez les chercheurs en SHS, nombreux à s’y reconnaître. D’un côté, le terme désigne l’alliance du dispositif numérique et des humanités classiques qui s’accompagne d’un nouveau rapport aux sciences, de nouvelles représentations des objets documentaires, des nouvelles méthodes dans le travail du chercheur et de l’enseignant. Ainsi que le résume le Manifeste des Digital Humanities de 2011, symbole de ce mouvement de renouveau des SHS, le tournant numérique de nos sociétés « modifie et interroge les conditions de production et de diffusion des savoirs » [2] Pour d’autres qui se réclament de « l’humanisme numérique » [3], la mutation numérique va plus loin et engage une vision philosophique du monde, dont les implications ne sont pas circonscrites au seul domaine des technologies de l’information. Le numérique ne peut se réduire à un outil ou à un objet d’étude, il renouvelle les structures de la culture et produit une nouvelle civilisation. L’enjeu est de saisir ce que les humanités pensent de la technique et non l’inverse.

Continuer la lecture de Professionnels de l’information et humanités numériques : compétences, formations, métiers