Archives par mot-clé : Humanités numériques

Qu’est-ce qu’un document numérique au 21è siècle ? Exercice de repérages

En entrant dans l’ère du numérique, le document a connu un grand nombre de mutations qui se sont traduites au cours de ces trente dernières années par une transformation de son rapport à la technique, l’apparition d’enjeux de société inédits et l’explosion de nouveaux métiers sur le marché de l’emploi.

En passant d’une logique de stock à une logique de flux, Les technologies de gestion documentaire traitent le document dans un ensemble où il est en relation avec d’autres documents : l’information dont il est porteur en termes de métadonnées sur lui-même devient centrale et indispensable à la navigation sur le Web, au-delà ou indépendamment de l’intérêt de son contenu.

La dimension sociale du document est devenue prépondérante à l’heure de la sociabilité connectée et de la recommandation sociale. Les conditions de production et de circulation du document dans la société et la culture sont marquées par une complète recomposition de l’écosystème documentaire en termes d’édition, d’usages de lecture et d’écriture, d’acteurs, de modèles économiques et de cadre politique et législatif.
Continuer la lecture de Qu’est-ce qu’un document numérique au 21è siècle ? Exercice de repérages

Euchronie : un projet collaboratif francophone inscrit dans les humanités numériques

Présentation du projet

Euchronie est un projet collaboratif francophone s’inscrivant dans le domaine des humanités numériques. Partant du constat qu’une abondante production de contenu sur le passé est autopubliée sur le web, le projet vise à agréger, indexer et hiérarchiser une partie de cette multiplicité de contenus. Le projet fait ainsi émerger un nouvel objet de recherche que nous proposons de nommer des connaissances humanistes sur le passé autopubliées en ligne.

Vous trouverez sur le site le contenu produit par 113 sources sur le passé issues de différents médias (texte, images fixes & photographies, audiovisuel & vidéos, ressources sonores et médias interactifs) et classées par catégories (type de média, époques, thématiques et aires géographiques). Cette mise en ligne est l’aboutissement d’un travail de deux ans mené par une équipe de 19 chercheurs à cheval entre la France, le Canada et la Suisse.

Euchronie a été pensé comme un site accessible au plus grand nombre, quel que soit l’âge ou la facilité à naviguer sur Internet. Nous l’avons voulu attractif, attrayant et ergonomique. Toute la navigation se fait à partir d’un seul menu, accessible sur l’intégralité du site, quel que soit l’endroit où la navigation vous a mené.
Le site a vocation à s’enrichir : de nouvelles sources seront progressivement intégrées au corpus, notamment en provenance des réseaux sociaux ; l’ergonomie du site sera questionnée d’ici un an afin d’intégrer les retours des usagers ; l’objectif du projet est de répondre aux attentes de la communauté en écoutant et en enrichissant les contenus. Retrouver l’équipe par mail, sur Facebook ou Twitter et aussi sur le carnet de recherche d’ Hypothèses.

Continuer la lecture de Euchronie : un projet collaboratif francophone inscrit dans les humanités numériques

Colloque #dhnord2017 du 27 au 29 nov à Lille : (Dé)construire l’histoire numérique|(De)constructing Digital History:

les 27-29 novembre 2017, la Maison européenne des sciences de l’homme et de la société (MESHS) organise à Lille dhnord2017, la quatrième édition de sa manifestation scientifique annuelle consacrée aux humanités numériques.

Pour l’édition 2017, nous avons le plaisir de collaborer avec le Luxembourg Centre for Contemporary and Digital History (C2DH) de l’université du Luxembourg autour du thème « (Dé)construire l’histoire numérique|(De)constructing Digital History ». Nous sommes ravis d’accueillir pour les conférences plénières Manfred Thaller et Bertrand Jouve.

Programme

Conférences (27-29 novembre)
Atelier de modélisation de données avec nodegoat (29 novembre). L’entrée est libre mais sur inscription obligatoire. La participation à l’atelier nodegoat peut se faire indépendamment du reste du colloque.
dhnord2017 est une manifestation scientifique qui jouit du soutien du Conseil régional des Hauts-de-France et de la Plateforme universitaire de données de Lille.

Revue « Humanités numériques » : premier appel à contribution

Humanistica, l’association francophone des humanités numériques
/digitales, lance le premier appel à contribution de la nouvelle revue francophone Humanités numériquesconsacrée aux usages savants du numérique.

Cette revue veut offrir un lieu de réflexion, de débat scientifique et d’expression aux chercheurs et enseignants dont les travaux s’inscrivent dans le champ des humanités numériques. Elle s’adresse donc aux spécialistes des sciences humaines, des sciences sociales et des disciplines liées aux technologies de l’information, ainsi qu’à tous ceux qui se sentent concernés par les transformations numériques des savoirs.

Humanités numériques est une revue numérique ouverte, à la fois par sa volonté de représenter la diversité des points de vue et par son choix d’une publication en open access. Émanation de l’association francophone Humanistica, elle est conçue comme une réponse collective à la revendication liminaire du Manifeste des Digital Humanities de 2010, première manifestation francophone de ce mouvement : pour constituer, faire connaître et faire reconnaître « une communauté de pratique solidaire, ouverte, accueillante et libre d’accès », nous avons besoin d’une culture commune, élaborée en français mais en constante relation avec les productions des autres aires linguistiques, fondée sur des références et des discussions d’un autre ordre que celles des séminaires, des colloques, des listes de diffusion, des blogs ou des réseaux sociaux.

La rencontre des sciences de l’homme et de la société avec le calcul, avec l’informatique et avec la culture numérique se rattache à plus d’un demi-siècle de recherches et, au delà, aux métamorphoses millénaires des technologies de l’information. Penser cette histoire, ou plutôt ces histoires nationales et locales, est d’ailleurs l’une des orientations récentes des humanités numériques, qui – nous en prenons acte – incluent aussi bien les réflexions sur les infrastructures, les standards et les outils que la discussion de projets collaboratifs, aussi bien les propositions théoriques que l’inscription dans l’histoire des techniques, aussi bien l’étude des modalités d’accès et de diffusion que l’élaboration de méthodes d’analyse, aussi bien la description des pratiques informatiques devenues ordinaires que la possibilité de nouvelles cultures épistémiques, aussi bien, enfin, les enjeux de l’institutionnalisation que la critique des modes ou des idéologies. Cet inventaire est délibérément ouvert, car la recherche et l’enseignement vivent une époque de transition, dans laquelle les humanités numériques constituent avant tout, à nos yeux, une zone d’échange entre disciplines, entre métiers, entre cultures. Par ses articles et ses dossiers thématiques, et dans un second temps par l’introduction d’autres rubriques, la revue entend stimuler cette réinvention.

Expérimentation, réflexivité, hybridation, dialogue : tels sont donc les maîtres mots de l’aventure scientifique que nous voulons accompagner, sans illusion technophile, sans irénisme technocratique, mais avec l’enthousiasme et le goût de la découverte qui colorent le plus souvent ces travaux. En vous proposant de contribuer aux premiers numéros de la revue, nous faisons le pari qu’il existe un vivier d’auteurs et d’acteurs prêts à objectiver, chroniquer et critiquer, au sens le plus riche du terme, l’évolution de leurs pratiques et de leur pensée.

Continuer la lecture de Revue « Humanités numériques » : premier appel à contribution

(Dé)construire l’histoire numérique: argumentaire scientifique

dhnord2017 est la quatrième édition de la conférence annuelle sur les humanités numériques organisée par la Maison européenne des sciences de l’homme et de la société (MESHS). L’édition de cette année est coorganisée avec le Luxembourg Centre for Contemporary and Digital History (C2DH) de l’université du Luxembourg. Le thème est: « (Dé)construire l’histoire numérique ». La conférence aura lieu les 27-29 novembre 2017 à la MESHS, Lille.

Informations pratiques

Appel à communications

Comment définir l’histoire numérique (ou digitale) ? En anglais, le terme « digital history », qui remonte probablement à 1999 (Ayers 1999), a été généralisé vers le milieu des années 2000 (Lines Andersen 2002, Lee 2002, Cohen & Rosenzweig 2005).

Selon une définition large, l’histoire numérique est une approche d’étude et de représentation du passé qui s’appuie sur les nouvelles technologies d’information et de communication avec notamment l’utilisation de l’ordinateur, d’internet et de logiciels (Seefeldt & Thomas 2009).

Ainsi, le terme désigne l’enquête historique qui met en valeur des sources primaires sous forme de données en format électronique, qu’elles soient numérisées ou nativement numériques, et les récits qui sont fabriqués sur la base de telles enquêtes (Lee 2002).

Continuer la lecture de (Dé)construire l’histoire numérique: argumentaire scientifique

Enjeux et apports des recherches en humanités numériques

Appel à contributions pour un numéro de la revue Les Cahiers du Numérique sous la direction de Lise verlaet.

Calendrier

  • Remise des articles : 23 avril 2017
  • Réponse aux auteurs : 23 juin 2017
  • Remise de la version finale : 23 juillet 2017
  • Remise à l’éditeur : 23 août 2017

Consignes aux auteurs

Les propositions d’article, texte intégral uniquement en version électronique au format word, sont à envoyer à lise.verlaet@univ-montp3.fr. Les articles, rédigés en français, font une vingtaine de pages.
La Revue Les Cahiers du Numérique invite les auteurs à prendre connaissance des consignes éditoriales, lesquelles sont disponibles à cette adresse : http://lcn.revuesonline.com/revues/23/ConsignesLCN_avril2016.doc

Appel à contributions

Le numérique a envahi notre quotidien, de la sphère professionnelle, il s’est rapidement propagé vers notre sphère privée. Il semble communément admis que la révolution numérique est en marche.

Si nul ne sait quand celle-ci atteindra son point culminant ni prédire quels en seront les effets – les discours sont pour le moins dichotomiques sur le sujet – il est incontestable que son omniprésence opère une transformation de nos dynamiques sociales et culturelles (Jeanneret, 2011) et propulse nos sociétés occidentales dans une « culture numérique » (Doueihi, 2011 ; Rieffel, 2014) laissant subséquemment entrevoir les possibilités d’ « humanités numériques ».

Les résistants aux injonctions de cette culture numérique sont considérés – au mieux – comme des marginaux ne souhaitant pas rejoindre cette culture ouverte de l’information, cette culture numérique du partage, à la fois participative, citoyenne et porteuse de nouveaux espoirs.

Continuer la lecture de Enjeux et apports des recherches en humanités numériques

Séminaire EHESS du 16 janvier – Utopies et idéologies du numérique : quel régime de (post-)vérité ?

Depuis 2008 le séminaire Étudier les cultures du numérique : approches théoriques et empiriques coordonné par Antonio A. Casilli, maître de conférences à Telecom ParisTech ( IIAC-CEM ), propose un panorama des études contemporaines les plus innovantes et les plus significatives dans le domaine des humanités numériques et de la sociologie des usages des technologies de l’information et de la communication. Chaque séance de l’enseignement accueille des chercheurs internationaux et des « grands témoins » pour donner un aperçu de leurs expériences, des processus qu’ils ont mis en place pour former leurs objets de recherche, des nouvelles méthodologies qu’ils ont mobilisé, des débats qui animent les disciplines lorsqu’elles se proposent d’expliquer les phénomènes liés au numérique.

La séance du 16 janvier est consacrée aux « Utopies et idéologies du numérique » et accueillera Benjamin Loveluck, Maître de conférences au département Sciences économiques et sociales de Télécom ParisTech. Elle se tiendra de 17h-20h à l’EHESS.

Résumé

Quelles représentations ont accompagné l’essor du numérique, et comment contribuent-elles aujourd’hui encore à lui donner forme ? À quelles sources puisent les discours des acteurs, et quels sont les ressorts de l’enthousiasme mais aussi des craintes suscitées par l’informatique communicante ? Ces questions trouvent une actualité nouvelle, alors que la méfiance est aujourd’hui de mise et que le numérique est accusé de favoriser l’émergence d’un régime de « post-vérité ». En abordant ces enjeux du point de vue de l’histoire longue des idées politiques, le recours à la méthode généalogique permet d’apporter des éléments de contexte. En particulier, elle permet de montrer comment s’est mis en place un cadre de pensée structurant, que nous avons appelé le libéralisme informationnel. Différentes études de cas emblématiques – allant de Google à Bitcoin et WikiLeaks en passant par le mouvement des logiciels libres – permettent d’en préciser les différentes déclinaisons, et leur articulation avec les pratiques des acteurs. Cette intervention vise ainsi à resituer la réflexion sur le numérique dans les cadres d’analyse éprouvés de la philosophie et de l’économie politique – afin de ne pas céder à la fascination de la « rupture » et de la « révolution », tout en identifiant ce qui se présente effectivement comme nouveau. En somme, d’éclairer à la fois ce que le numérique rend possible et ce qu’il rend pensable. »

Continuer la lecture de Séminaire EHESS du 16 janvier – Utopies et idéologies du numérique : quel régime de (post-)vérité ?

Chronologie des humanités numériques

L’Atelier Canopé du Val-de-Marne propose à la communauté éducative du département et plus largement à celle de l’académie de Créteil un catalogue de formation intitulé « Humanités numériques et littératie : compétences transversales pour comprendre, apprendre et agir« . Ce document formalise le projet développé par l’équipe des formateurs de l’Atelier Canopé en direction des enseignants.

A l’heure où le numérique est devenu l’espace privilégié de convergence et de diffusion des savoirs, il est primordial que les acteurs du monde éducatif développent des compétences en littératies médiatiques et numériques, propres aux nouvelles exigences de leur profession. Un tel travail requiert notamment d’investir les environnements numériques comme des espaces contemporains de recherche et d’exercice pédagogique. Ces constats coïncident en partie avec les conclusions du rapport Jules Ferry 3.0 publié par le Conseil National du Numérique en 2014 qui appelle à l’intégration des humanités numériques à l’école.

Afin de documenter la réflexion académique autour des apports des DH à l’École, nous proposons une chronologie des humanités numériques. Ce travail a pour objectif de mettre en perspective les apports successifs des technologies du texte et des travaux scientifiques qui les accompagnent avec le projet humaniste au fondement de l’École. Le parcours proposé s’appuie sur les travaux de Milad Doueihi, Aurélien Berra, Olivier le Deuff et sur l’expertise bienveillante d’Elie Allouche.

Quand les humanités deviennent numériques

Proposition de généalogie des humanités numériques inspirée par Milad Doueihi, Aurélien Berra et Elie Allouche.

Signalons également la publication d’Aurélien Berra « Pour une histoire des humanités numériques » in Critique, 8/2015 (n° 819-820), p. 613-626, librement accessible sur Cairn.


XIVeme siècle : le courant humaniste apparaît dans l’Europe de la Renaissance

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/8/8f/Petrarch_by_Bargilla.jpg

Pétrarque (1304–1374) commence par recueillir les inscriptions sur les vieilles pierres de Rome et poursuit dans les manuscrits sa quête des Anciens. Il retrouve des lettres de Cicéron et préconise l’étude philologique des textes et le retour à la pureté classique.

Sa notoriété de poète et d’homme de lettres et ses contacts avec la Curie lui permettent de rencontrer les érudits, lettrés et savants qui se rendaient dans la cité papale. Né en Italie durant le Trecento, le courant humaniste rayonne et se diffuse rapidement dans toute l’Europe de la Renaissance avec l’invention de l’imprimerie qui jouera un rôle clé dans la diffusion des idées humanistes.

23 février 1455. La Bible de Gutenberg ou « Bible latine à quarante-deux lignes » (B42) est le premier livre imprimé en Europe à l’aide de caractères mobiles.

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/b6/Gutenberg_Bible%2C_Lenox_Copy%2C_New_York_Public_Library%2C_2009._Pic_01.jpg

Gutenberg est à l’origine de nombreuses innovations qui permettent la mise au point de la presse à imprimer :

  • Un alliage à base de plomb, d’étain et d’antimoine qui a la particularité de fondre facilement et de ne pas se déformer en refroidissant ;
  • Un moule à fondre à la main, avec une matrice en négatif du caractère ;
  • La casse de composition ;
  • L’amélioration de la presse d’imprimeur existante, ou presse xylographique ;
  • Une encre très forte comme de la glu, qui ne «poche» pas sur la feuille.

1751. Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/2/2b/Encyclopedie_de_D%27Alembert_et_Diderot_-_Premiere_Page_-_ENC_1-NA5.jpg/800px-Encyclopedie_de_D%27Alembert_et_Diderot_-_Premiere_Page_-_ENC_1-NA5.jpg

L’Encyclopédie représente un nouveau rapport au savoir. “ Elle marque la fin d’une culture basée sur l’érudition (…) au profit d’une culture dynamique tournée vers l’activité des hommes et leurs entreprises “ Madeleine Pinault, L’Encyclopédie, Paris, PUF, coll. Que sais-je ?, 1993, p. 11.

1895. Création de l’Office international de bibliographie par Paul Otlet et Henri La Fontaine

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/9c/Henri_La_Fontaine_%C3%A0_la_IXe_Conf%C3%A9rence_internationale_de_bibliographie.jpg

La première conférence international de bibliographie crée l’Office International de Bibliographie dont l’objectif est de réunir l’ensemble de la connaissance humaine par la constitution du Répertoire Bibliographique Universel.

Séminaire DH EHESS 16-17 : Digital Humanities. Les transformations numériques du rapport aux savoirs

Séminaire humanités numériques et critique(s)

Le séminaire a pour objet l’émergence internationale des digital humanities, à l’intersection des sciences humaines et sociales et de l’informatique. Cette expression d’humanités numériques désigne à la fois des pratiques de recherche qui mobilisent des technologies numériques de manière structurelle, des modèles épistémologiques qui relèvent du concept d’e-science et des manières de diffuser les résultats scientifiques qui tirent profit de la communication en réseau. À un autre niveau, le développement des digital humanities a des implications pour les politiques scientifiques en sciences humaines et sociales, car il rend évidente la nécessité d’établir des infrastructures de recherche d’un nouveau type (« cyberinfrastructures », grilles de calcul et plateformes d’édition). Enfin, parce qu’elles fédèrent des disciplines dont l’inscription dans le champ scientifique est débattue, les humanités numériques permettent d’aborder sous un angle différent les relations entre sciences et société.

  • Patrice Bellot, professeur à l’Université Aix-Marseille (TH) ( Hors EHESS )
  • Aurélien Berra, maître de conférences à l’Université Paris-Ouest Nanterre-La-Défense ( Hors EHESS )
  • Marin Dacos, ingénieur de recherche au CNRS ( CLÉO )
  • Pierre Mounier, ingénieur de recherche à l’EHESS ( CLÉO )

Le séminaire se réunira environ une fois par mois, entre décembre et juillet, le mercredi de 13 h à 15 h, à l’EHESS (190-198 avenue de France, 75013 Paris), salle 2.

Humanités numériques : quelle(s) critique(s) ?

Le séminaire « Digital Humanities. Les transformations numériques du rapport aux savoirs » abordera les humanités numériques sous l’angle de la critique. Si cette question n’est pas nouvelle, elle semble posée de plus en plus fréquemment au cours des dernières années, notamment dans le champ francophone, avec la publication d’un nombre croissant de textes (articles et numéros de revues, en particulier) sur lesquels il est utile de revenir.

À travers la lecture et la discussion de ces textes, il s’agira d’explorer non seulement les critiques venues de l’extérieur du champ, mais aussi les approches qui visent à développer, de l’intérieur, la dimension critique que peuvent contenir ces pratiques et méthodes de recherche. Dans quelle mesure ces discours se fondent-ils sur des faits, une histoire, une culture communes ? Quels en sont les enjeux ? Nous les confronterons également aux différentes traditions critiques des sciences humaines et des sciences sociales. Nous proposons ainsi aux participants du séminaire de contribuer à une tâche qui nous paraît maintenant cruciale : expliciter les positions intellectuelles et institutionnelles qui orientent les discours sur les humanités numériques.

Continuer la lecture de Séminaire DH EHESS 16-17 : Digital Humanities. Les transformations numériques du rapport aux savoirs

DHnord novembre 2016: Humanités numériques: théories, débats, approches critiques (Lille, 21-23 novembre)

Du 21 au 23 novembre, la Maison européenne des sciences de l’homme et de la société (MESHS) organise la troisième édition du colloque DHnord : « Humanités numériques: théories, débats, approches critiques« .

DHnord2016 souhaite interroger l’évolution des champs théoriques et les conditions actuelles de la recherche et de l’enseignement dans le domaine des Digital Humanities. L’édition de cette année est organisée en partenariat avec la Maison des sciences de l’homme en Bretagne (MSHB), la Plateforme universitaire de données de Lille, l’École doctorale SHS de l’Université de Lille, le laboratoire Alithila
(Université de Lille) et le projet ANR CHispa (Création d’outils pour l’exploitation numérique de corpus de manuscrits hispaniques).

La manifestation proposera, le mercredi 23, deux ateliers pratiques sur My Web Intelligence et Hyphe (inscription obligatoire).

Comité scientifique: Martine Benoit (professeure d’histoire des idées à l’université de Lille – SHS, directrice de la MESHS), Aurélien Berra (maître de conférences en langues et littératures anciennes à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense), Fatiha Idmhand (professeure de littérature espagnole et latino-américaine à l’université de Poitiers), Sofia Papastamkou (historienne, ingénieure d’études en humanités numériques, MESHS/CNRS), Joachim Schöpfel (maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université de Lille – SHS), Nicolas Thély (professeur d’art, esthétique et humanités numériques à l’université Rennes 2, directeur de la MSHB).
Continuer la lecture de DHnord novembre 2016: Humanités numériques: théories, débats, approches critiques (Lille, 21-23 novembre)

Humanisme numérique : valeurs et modèles pour demain ? 26 au 28 octobre – Colloque international à Paris

hn2016

LLe réseau des chaires ORBICOM et la Chaire UNESCO ITEN organisent un colloque international sur le thème «Humanisme numérique : valeurs et modèles pour demain ?»  qui se tiendra du 26 au 28 octobre 2016 à Paris (#HN2016).

Le colloque s’inscrit dans le programme scientifique international Humanisme numérique initié par la Chaire expérimentale internationale UNESCO « Innovation, Transmission, Edition Numériques » (ITEN) avec Idefi-créaTIC (Initiative d’Excellence en Formations Innovantes), le réseau Sémantis, CECUA, l’Institut G9+ (l’interclubs informatique, télécoms, multimédia des anciens de grandes écoles) et en partenariat avec le réseau international des chaires Unesco-Orbicom, le Monde des Possibles et Cap Digital.

Ces 3 jours de colloque apporteront ses expertises et auront pour objectif :

  • de proposer ses lectures de l’évolution de l’écosystème numérique,
  • de fédérer un réseau de chercheurs au niveau international sur l’étude et l’observation des valeurs de l’humanisme numérique,
  • d’analyser plusieurs modèles (États-Unis, Europe, Asie,…),
  • de favoriser la communication entre les différents acteurs académiques, privés, institutionnels…

Continuer la lecture de Humanisme numérique : valeurs et modèles pour demain ? 26 au 28 octobre – Colloque international à Paris

Appel à communications colloque Digital Humanities : « Accès/Access  » – Universités McGill et de Montréal 8/11 août 2017

dh2017-skyline
    Le colloque annuel Digital Humanities de l’ADHO  co-organisé par McGill University et l’Université de Montréal se déroulera du 8 au 11 août 2017 à Montréal, sur le campus de l’université McGill, et aura pour thème  » Accès/Access ».

Une version francophone de l’appel à propositions, réalisée par Aurélien Berra pour Humanistica, est disponible.

La date limite pour les soumissions de propositions de posters, de présentations courtes, de présentations longues et de séances multiples est le 1er novembre 2016, à 23:59 GMT. Le délai est fixé au 17 février 2016, à 23:59 GMT, pour les propositions d’ateliers et de séances d’initiation (et le 16 décembre 2016 à 23:59 GMT pour les ateliers soutenus par un SIG).

Intention

Le thème du colloque de 2017 est « Accès/Access » : nous prêterons une attention particulière aux contributions centrées sur la mise en œuvre des savoirs (knowledge mobilization), les recherches tournées vers le public (public-facing scholarship), la collaboration entre chercheurs et communautés, le libre accès aux programmes, aux logiciels, à la recherche et à ses résultats, ainsi que les aspects de la recherche et de la publication en humanités numériques liés aux technologies de l’accessibilité. Le colloque se tiendra officiellement en deux langues, le français et l’anglais, puisque le Canada est un pays bilingue : nous encourageons donc particulièrement les propositions faites dans ces deux langues, mais acceptons aussi les propositions faites dans les autres langues officielles d’ADHO (allemand, italien, espagnol).

En savoir plus sur le site de l’événement

Continuer la lecture de Appel à communications colloque Digital Humanities : « Accès/Access  » – Universités McGill et de Montréal 8/11 août 2017

Atelier Digit_Hum 2016 les 10 et 11 octobre à l’Ens Ulm – Les bibliothèques se livrent !

atelier_digit_hum-visuel-fa632Cet atelier s’inscrit dans le cadre de journées d’études explorant les projets et les solutions techniques développés en « Digital Humanities » qui mettent en œuvre de nouveaux outils pour l’analyse et la valorisation de corpus. Le CAPHÉS et le labex TransferS ont souhaité mettre en place une journée d’études par an sur ce sujet fortement interdisciplinaire où les chercheurs, enseignants, ingénieurs et techniciens travaillant à l’École normale supérieure de Paris partagent leur expérience avec des responsables de projets innovants en humanités numériques.

Le thème de l’Atelier Digit_Hum 2016 s’est imposé à partir du constat de la prolifération des bibliothèques numériques et des expositions virtuelles, avec en filigrane la question de comment les bibliothèques se livrent ? Nous nous intéresserons plus particulièrement aux projets patrimoniaux visant à offrir une meilleure accessibilité à des documents culturels, que ce soit des bibliothèques généralistes ou des projets de recherches souhaitant mettre en valeur des fonds documentaires de façon innovante. Nous nous interrogerons sur l’articulation entre ces deux types de bibliothèques et donc de public ainsi que sur les spécificités des différents outils d’exploitation : concurrence ou complémentarité ?

Continuer la lecture de Atelier Digit_Hum 2016 les 10 et 11 octobre à l’Ens Ulm – Les bibliothèques se livrent !

Les Humanités Numériques pour l’éducation : Edcamp Paris du 1er et 2 septembre

edcamp-ICPOrganisé par l’ICP avec le soutien de Humanistica, EdCamp.org, la Fondation Saint-Matthieu et la Faculté d’Éducation de l’ICP, le colloque international | edcamp « Les Humanités Numériques pour l’éducation » se tiendra à Paris du 1er au 2 septembre. Il nous propose d’explorer les différentes formes que pourraient prendre ces liens. Par effet de miroir, il s’agira aussi d’interroger les manières dont les humanités numériques peuvent à leur tour devenir une discipline enseignée.

Les Humanités Numériques se fixent notamment pour objectif de favoriser le développement d’une culture et d’une pratique technologique en Sciences Humaines et Sociales. En tant que champ de recherche émergent, les Humanités Numériques s’intéressent aux technologies du point de vue des usages ou dans une perspective historique. Elles posent également la question de la conception de ces technologies et du rapport critique qu’il convient d’entretenir avec elles.
Continuer la lecture de Les Humanités Numériques pour l’éducation : Edcamp Paris du 1er et 2 septembre

Professionnels de l’information et humanités numériques : compétences, formations, métiers

I2D_162_L204La journée annuelle de la Fulbi, « Humains numériques sans le savoir ? L’apport des professionnels des bibliothèques, de l’info-doc et du patrimoine aux digital humanities », était organisée le 22 janvier dernier par le CNAM-INTD, sous la houlette avisée et chaleureuse de Claire Scopsi, MCF en SIC. La rencontre concernait chercheurs en sciences de l’information, archivistes, documentalistes, bibliothécaires et responsables de formation, tous mobilisés autour de la question, curieusement encore assez peu formulée par les professionnels eux-mêmes, de leur apport aux digital humanities.

Humains numériques sans le savoir ?

Telle était la question taquine adressée par cette journée aux professionnels de l’information sur leur contribution aux humanités numériques. Le ton est donné. En miroir, la mise au point sur le concept de digital humanities reste d’actualité pour un courant de la recherche en SHS qui porte aujourd’hui nombre de manifestes, déclarations et projets de recherche sous la bannière des humanités numériques.

De quoi parle-t-on ?

La difficulté que les chercheurs eux-mêmes ont à s’entendre sur ce concept relativement nouveau explique peut-être la participation discrète et récente des professionnels de l’information aux nombreux débats soulevés. Les humanités numériques sont-elles une nouvelle discipline ou une transdiscipline[1] ? Quels en sont les frontières, les territoires, les praticiens, les métiers ? Quelles compétences faudrait-il avoir pour s’en réclamer ? Comment et pourquoi faire des humanités numériques ? Plusieurs courants coexistent chez les chercheurs en SHS, nombreux à s’y reconnaître. D’un côté, le terme désigne l’alliance du dispositif numérique et des humanités classiques qui s’accompagne d’un nouveau rapport aux sciences, de nouvelles représentations des objets documentaires, des nouvelles méthodes dans le travail du chercheur et de l’enseignant. Ainsi que le résume le Manifeste des Digital Humanities de 2011, symbole de ce mouvement de renouveau des SHS, le tournant numérique de nos sociétés « modifie et interroge les conditions de production et de diffusion des savoirs » [2] Pour d’autres qui se réclament de « l’humanisme numérique » [3], la mutation numérique va plus loin et engage une vision philosophique du monde, dont les implications ne sont pas circonscrites au seul domaine des technologies de l’information. Le numérique ne peut se réduire à un outil ou à un objet d’étude, il renouvelle les structures de la culture et produit une nouvelle civilisation. L’enjeu est de saisir ce que les humanités pensent de la technique et non l’inverse.

Continuer la lecture de Professionnels de l’information et humanités numériques : compétences, formations, métiers