Archives par mot-clé : Humanistica

Revue « Humanités numériques » : premier appel à contribution

Humanistica, l’association francophone des humanités numériques
/digitales, lance le premier appel à contribution de la nouvelle revue francophone Humanités numériquesconsacrée aux usages savants du numérique.

Cette revue veut offrir un lieu de réflexion, de débat scientifique et d’expression aux chercheurs et enseignants dont les travaux s’inscrivent dans le champ des humanités numériques. Elle s’adresse donc aux spécialistes des sciences humaines, des sciences sociales et des disciplines liées aux technologies de l’information, ainsi qu’à tous ceux qui se sentent concernés par les transformations numériques des savoirs.

Humanités numériques est une revue numérique ouverte, à la fois par sa volonté de représenter la diversité des points de vue et par son choix d’une publication en open access. Émanation de l’association francophone Humanistica, elle est conçue comme une réponse collective à la revendication liminaire du Manifeste des Digital Humanities de 2010, première manifestation francophone de ce mouvement : pour constituer, faire connaître et faire reconnaître « une communauté de pratique solidaire, ouverte, accueillante et libre d’accès », nous avons besoin d’une culture commune, élaborée en français mais en constante relation avec les productions des autres aires linguistiques, fondée sur des références et des discussions d’un autre ordre que celles des séminaires, des colloques, des listes de diffusion, des blogs ou des réseaux sociaux.

La rencontre des sciences de l’homme et de la société avec le calcul, avec l’informatique et avec la culture numérique se rattache à plus d’un demi-siècle de recherches et, au delà, aux métamorphoses millénaires des technologies de l’information. Penser cette histoire, ou plutôt ces histoires nationales et locales, est d’ailleurs l’une des orientations récentes des humanités numériques, qui – nous en prenons acte – incluent aussi bien les réflexions sur les infrastructures, les standards et les outils que la discussion de projets collaboratifs, aussi bien les propositions théoriques que l’inscription dans l’histoire des techniques, aussi bien l’étude des modalités d’accès et de diffusion que l’élaboration de méthodes d’analyse, aussi bien la description des pratiques informatiques devenues ordinaires que la possibilité de nouvelles cultures épistémiques, aussi bien, enfin, les enjeux de l’institutionnalisation que la critique des modes ou des idéologies. Cet inventaire est délibérément ouvert, car la recherche et l’enseignement vivent une époque de transition, dans laquelle les humanités numériques constituent avant tout, à nos yeux, une zone d’échange entre disciplines, entre métiers, entre cultures. Par ses articles et ses dossiers thématiques, et dans un second temps par l’introduction d’autres rubriques, la revue entend stimuler cette réinvention.

Expérimentation, réflexivité, hybridation, dialogue : tels sont donc les maîtres mots de l’aventure scientifique que nous voulons accompagner, sans illusion technophile, sans irénisme technocratique, mais avec l’enthousiasme et le goût de la découverte qui colorent le plus souvent ces travaux. En vous proposant de contribuer aux premiers numéros de la revue, nous faisons le pari qu’il existe un vivier d’auteurs et d’acteurs prêts à objectiver, chroniquer et critiquer, au sens le plus riche du terme, l’évolution de leurs pratiques et de leur pensée.

Continuer la lecture de Revue « Humanités numériques » : premier appel à contribution

Chronologie des humanités numériques

L’Atelier Canopé du Val-de-Marne propose à la communauté éducative du département et plus largement à celle de l’académie de Créteil un catalogue de formation intitulé « Humanités numériques et littératie : compétences transversales pour comprendre, apprendre et agir« . Ce document formalise le projet développé par l’équipe des formateurs de l’Atelier Canopé en direction des enseignants.

A l’heure où le numérique est devenu l’espace privilégié de convergence et de diffusion des savoirs, il est primordial que les acteurs du monde éducatif développent des compétences en littératies médiatiques et numériques, propres aux nouvelles exigences de leur profession. Un tel travail requiert notamment d’investir les environnements numériques comme des espaces contemporains de recherche et d’exercice pédagogique. Ces constats coïncident en partie avec les conclusions du rapport Jules Ferry 3.0 publié par le Conseil National du Numérique en 2014 qui appelle à l’intégration des humanités numériques à l’école.

Afin de documenter la réflexion académique autour des apports des DH à l’École, nous proposons une chronologie des humanités numériques. Ce travail a pour objectif de mettre en perspective les apports successifs des technologies du texte et des travaux scientifiques qui les accompagnent avec le projet humaniste au fondement de l’École. Le parcours proposé s’appuie sur les travaux de Milad Doueihi, Aurélien Berra, Olivier le Deuff et sur l’expertise bienveillante d’Elie Allouche.

Quand les humanités deviennent numériques

Proposition de généalogie des humanités numériques inspirée par Milad Doueihi, Aurélien Berra et Elie Allouche.

Signalons également la publication d’Aurélien Berra « Pour une histoire des humanités numériques » in Critique, 8/2015 (n° 819-820), p. 613-626, librement accessible sur Cairn.


XIVeme siècle : le courant humaniste apparaît dans l’Europe de la Renaissance

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/8/8f/Petrarch_by_Bargilla.jpg

Pétrarque (1304–1374) commence par recueillir les inscriptions sur les vieilles pierres de Rome et poursuit dans les manuscrits sa quête des Anciens. Il retrouve des lettres de Cicéron et préconise l’étude philologique des textes et le retour à la pureté classique.

Sa notoriété de poète et d’homme de lettres et ses contacts avec la Curie lui permettent de rencontrer les érudits, lettrés et savants qui se rendaient dans la cité papale. Né en Italie durant le Trecento, le courant humaniste rayonne et se diffuse rapidement dans toute l’Europe de la Renaissance avec l’invention de l’imprimerie qui jouera un rôle clé dans la diffusion des idées humanistes.

23 février 1455. La Bible de Gutenberg ou « Bible latine à quarante-deux lignes » (B42) est le premier livre imprimé en Europe à l’aide de caractères mobiles.

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/b6/Gutenberg_Bible%2C_Lenox_Copy%2C_New_York_Public_Library%2C_2009._Pic_01.jpg

Gutenberg est à l’origine de nombreuses innovations qui permettent la mise au point de la presse à imprimer :

  • Un alliage à base de plomb, d’étain et d’antimoine qui a la particularité de fondre facilement et de ne pas se déformer en refroidissant ;
  • Un moule à fondre à la main, avec une matrice en négatif du caractère ;
  • La casse de composition ;
  • L’amélioration de la presse d’imprimeur existante, ou presse xylographique ;
  • Une encre très forte comme de la glu, qui ne «poche» pas sur la feuille.

1751. Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/2/2b/Encyclopedie_de_D%27Alembert_et_Diderot_-_Premiere_Page_-_ENC_1-NA5.jpg/800px-Encyclopedie_de_D%27Alembert_et_Diderot_-_Premiere_Page_-_ENC_1-NA5.jpg

L’Encyclopédie représente un nouveau rapport au savoir. “ Elle marque la fin d’une culture basée sur l’érudition (…) au profit d’une culture dynamique tournée vers l’activité des hommes et leurs entreprises “ Madeleine Pinault, L’Encyclopédie, Paris, PUF, coll. Que sais-je ?, 1993, p. 11.

1895. Création de l’Office international de bibliographie par Paul Otlet et Henri La Fontaine

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/9c/Henri_La_Fontaine_%C3%A0_la_IXe_Conf%C3%A9rence_internationale_de_bibliographie.jpg

La première conférence international de bibliographie crée l’Office International de Bibliographie dont l’objectif est de réunir l’ensemble de la connaissance humaine par la constitution du Répertoire Bibliographique Universel.