Archives par mot-clé : Edition savante

Une réflexion sur l’édition à l’époque du numérique par Marcello Vitali-Rosati

Il est évident que les formes de production, de circulation et de légitimation des contenus ont subi dans les dernières années des changements majeurs en raison du développement et de la diffusion des outils numériques. Le web a contribué à donner une importance centrale à l’écriture dans notre société : tout devient écriture. Dans ce contexte, il est urgent de mettre en place des modèles stables qui nous permettent de comprendre quel est aujourd’hui le rôle de l’édition.

On peut identifier deux tendances contradictoires dans les manières de produire et faire circuler des contenus : celle typique des grandes multinationales du web – on pourrait l’appeler « édition Gafam » en utilisant l’acronyme qui renvoie aux cinq géants Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft, mais qui désignerait par extension l’ensemble des grandes entreprises qui dominent le marché numérique – et celle des spécialistes, des professionnels de l’édition et des chercheurs – qu’on nommera ici « édition savante ». L’ édition Gafam  est caractérisée par le fait d’être basée sur les données davantage que sur les documents : les entreprises commerciales sont engagées dans la captation de grandes masses d’informations, peu importe leur structure et leur sens. Ces informations ne doivent pas nécessairement être validées, car c’est leur masse qui est précieuse d’un point de vue économique. De la qualité de l’information, la valeur s’est ainsi déplacée vers la quantité d’information, sur la base de laquelle s’est construit leur modèle économique. Dans cette optique de big data ou de données massives, il est fondamental d’attirer et de rendre captif un nombre très élevé d’utilisateurs. Pour cela, l’édition Gafam concentre ses efforts sur l’expérience de l’utilisateur en offrant des services avant tout simples et performants (rapide), quitte à verser dans la superficialité, au profit de l’attractivité. Son fonctionnement doit être opaque, jusqu’à occulter les aspects techniques, afin que l’utilisateur ne puisse les questionner – l’exemple le plus clair est celui des interfaces Apple. Les usagers s’habituent à ne pas savoir comment la machine fonctionne, à ne pas voir les fichiers, à ne pas avoir accès à la configuration des logiciels. L’édition Gafam doit être efficace et répondre aux pratiques les plus communes. Elle évolue donc rapidement pour rencontrer les besoins et les désirs d’un large public.
Continuer la lecture de Une réflexion sur l’édition à l’époque du numérique par Marcello Vitali-Rosati